Catégorie : Technique

La partie technique du E-commerce est indispensable à son bon fonctionnement. Sans compétence technique pas de ventes… Cependant il existe de nombreuses solution afin de ne pas mettre les mains dans le code de votre site E-commerce à chaque modification.
Avoir des connaissances sur la partie technique lorsque l’on fait du E-commerce est néanmoins indispensable, cela permet de comprendre l’environnement dans lequel évolue votre site, de mieux encadrer certains prestataires et surtout de mieux étudier les possibilités et les évolutions possibles de votre site marchand.


#eCommerce : Noël approche, comment vont vos performances ?

par Romain Boyer - Il y a 9 mois

Les performances, c’est vraiment le serpent de mer dans le eCommerce, le marronnier, le truc dont on doit parler de temps en temps.

Or là, précisément, c’est le bon moment parce qu’on est entre janvier et décembre donc il faut s’y pencher de plus près. A plus forte raison en se rapprochant de Noël n’est-ce pas ?

Les mauvaises perfs, en +, ce n’est pas qu’un taux de rebond plus élevé, un taux de conversion plus faible, une fidélité détériorée, non, c’est aussi un coût infra plus important, que ce soit pour la bande passante, le coût de stockage, etc.

Bon, bref, quoi de neuf à l’horizon de fin 2016, remettons-nous à la page.

Le benchmark et les bons élèves

D’abord, vous avez probablement croisé cette étude relayée par le JDN qui nous montre de bien beaux exemples avec GrosBill.com, Oscaro.com et Oxybul.com qui sont sur le podium.

Le rappel des impacts de la performance sur le eCommerce

Je repompe sur Dareboost qui a elle-même pompé ailleurs :

  • 5s de + de temps de chargement = x2 de taux de rebond
  • 1s de + de temps de chargement = jusqu’à -7% de taux de conversion
  • 20% d’abandon de panier à cause du temps de chargement (et des bugs)
  • +11% de panier moyen après avoir divisé un temps de chargement par 2
  • et on ne va pas sortir les vieilles stats mais certaines étaient très impressionnantes pour Amazon

Rappel des points clés pour le chargement d’une page

Parce que tout le monde le sait mais ça va mieux en le redisant ; rien que le fait de relire les points ci-dessous va amener votre subconscient à se poser les bonnes questions alors allons-y.

90% de la complexité se situe au niveau de 10% du temps de chargement d’une page : le code source. Améliorer les performances de cette partie nécessite souvent un travail de longue haleine. Et c’est très important car c’est cette performance qui est prise en compte par les moteurs de recherche comme Google.
A ce niveau, il faut de nos jours tenter de se positionner entre 60ms (pour les petits génies) et 350ms, et par tous les moyens rester en dessous de 500ms pour être bien à ce niveau-là.

mais 90% du temps de chargement perçu se situe ailleurs :

  • Images
  • Poids des fichiers Javascript
  • Poids des fichiers CSS
  • Poids du DOM (nombre de caractères HTML)
  • Temps de traitement de votre page (transformation de HTML/CSS/JS en page utilisable)

C’est souvent un peu de tout ça.

Sur le temps de traitement de votre page, on a tendance à vouloir de belles animations, des choses comme ça, ce qui nécessite de charger des « librairies » comme jQuery qui sont en fait assez lourdes une fois qu’on y adjoint tous les plugins sympas permettant de faire toutes les animations qu’on veut sur son site. D’où le problème. Il vaut souvent mieux être sobre et s’assurer une belle cohérence avec 2 ou 3 plugins max mais c’est plus facile à dire qu’à faire. Un peu de ménage de ce côté-là est rarement infructueux.

Au niveau de la CSS, l’erreur la plus courante est de tout mettre dans des CSS externalisées (un fichier chargé à part), alors même que la plupart des CSS sont spécifiques à un endroit dans le code source. Il ne faut pas hésiter à (i) simplifier la présentation de son site au maximum (flat design) puisque c’est dans l’air du temps et (ii) à rationaliser les fichiers CSS en fonction d’où sont utilisées les ressources. Bon, c’est un peu technique, mais ça aura intéressé certains d’entre vous.

Si vous avez tout bien fait d’un point de vue technique, vous pourriez avoir une page qui fait moins d’1Mo.
Si votre site est malgré tout lent, cela peut venir d’un javascript un peu trop consommateur ou de tags externes qui bloquent votre navigation, mais c’est rare à ce point-là.

D’où vient le mal ?

La façon le plus rapide d’en avoir une idée : Google Page Speed Insights.
Cet outil vous donnera rapidement une analyse de la situation. Je n’aime pas cet outil pour la simple et bonne raison qu’il vous donne des éléments théoriques.
Par exemple, un script JS en haut de votre page peut être très rapide mais il l’analyse comme un problème prioritaire car, si ce fichier devait planter, il planterait tout votre site. Donc c’est un problème potentiellement bloquant mais peut-être pas le problème de performance le plus important.

La façon qui vous donne le plus de ressenti sous le doigt : tester votre site sans JS, sans images,…
Prenez Firefox avec la très fameuse Web Developer Toolbar qui existe depuis bien longtemps et dont j’ai toujours été un compagnon fidèle.
Cliquez sur Désactiver > Désactiver JavaScript > Tout le JavaScript et rechargez votre page. Elle est bien souvent incroyablement plus rapide !
Si c’est le cas, pensez bien à mettre tous vos JavaScript en bas du code HTML (attention aux impacts, ça doit se faire avec beaucoup de douceur…)
Si ce n’est pas le cas (et même si c’est le cas), réactivez le JS et désactivez les images.
Là aussi, ça fait souvent une différence.

Vous saurez ainsi assez rapidement vos points d’urgence.

La façon qui vous permet un suivi gratuit : avec Gtmetrix, créez-vous un compte gratuit, vous pourrez recevoir un monitoring hebdo des pages que vous chérissez et même les comparer à la concurrence.

La façon la plus professionnelle : avec Dareboost, un outil de suivi qui propose quelques fonctionnalités sympas :

  • Rapports détaillés comme tout le monde avec la liste des courses
    • repartition_des_poids
  • Possibilité de comparer la vidéo de chargement de votre page entre deux modifications
    • Ce point est très intéressant car vous avez une timeline avec les images par 250ms qui vous permet de voir précisément à quoi ressemble votre site au bout de tant de secondes
      dareboost_comparaison
  • Possibilité de comparer la vidéo de chargement de votre page en comparant temps Ordinateur et temps Mobile par exemple
  • Possibilité également de comparer la vidéo versus un concurrent
  • Possibilité d’avoir un monitoring avec des alertes en cas de problème
  • Comme tous les outils de ce genre, vous avez le nombre de requêtes, le détail de la timeline de chargement, etc. des outils bien pratiques mais classiques, donc
  • Comme Page Speed Insights, vous avez des conseils pour chaque problème sauf que ceux-ci sont en français et très bien expliqués avec des exemples assez propres, en reprenant parfois le bout de code qui pose problème ce qui fait toute la différence quand on veut comprendre rapidement l’origine d’un problème
    • selecteurs_jquery

 

Au fait, si vous avez des astuces, faites passer en commentaires, on complète l’article ! 🙂

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

1 Commentaire

Une réponse à “#eCommerce : Noël approche, comment vont vos performances ?”

  1. viard dit :

    voilà ce que j’ai reçu ce matin et quand je clic dessus,un questionnaire apparait et me dit de choisir un cadeau qui m’oblige a m’abonner au jeux lotto24 prélèvement mensuel de 39€ et plus mais plus de bon de 250€ offert par groupon ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Top 24 des solutions e-commerce

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Il y a quelques mois de cela je vous avais proposé une très longue liste de solutions e-commerce, assez complète avec plus de 210 solutions listées mais qui en contrepartie ne proposait pas de comparatif fonctionnel.

Voici donc pour corriger ça un comparatif,rapide, des principales fonctionnalités des 24 solutions e-commerce les plus utilisées de part le monde avec également la grille des prix pour vous faire une idée.

On retrouve notre petit frenchy Prestashop dans le lot ainsi que pas mal de solutions e-commerce américaines, comme Magento, qui nous montre bien le dynamisme de se secteur aux US. Pendant ce temps en France on sort doucement du « Prestashop ou Magento ?  » avec l’arrivée de nouvelles solutions comme RBS change qui vont surement modifier la donne dans les prochains mois.

Bref, la solution parfaite n’existe pas car tout le monde n’a pas les mêmes besoins mais a solution qui vous convient le mieux à de grande chance d’exister elle  😉

Infographie sur le top 24 des solutions e-commerce

top des solutions ecommerce

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

4 Commentaires

4 réponses à “Top 24 des solutions e-commerce”

  1. Webbax dit :

    Hello,

    A mon avis la question Prestashop ou Magento est pas prête à s’arrêter… Actuellement je vois mal RBS change prendre le relai… avec l’outil tout en un c’est à mon sens assez compliqué de viser un niveau d’excellence…

    Il faut dire que déjà avec un outil dédié à a chaque besoin… c’est déjà difficile, mais l’avenir nous en dira plus.

    A bientôt

  2. Perrine dit :

    Bonjour, merci pour cette infographie ! Sinon, comme solution e-commerce « Made in France » il y a aussi http://www.boosket.com, qui permet de faire du multicanal à des prix abordables. Bonne journée !

  3. Logiciel Centre d'appel dit :

    24 c’est déjà beaucoup mieux que 210 mais avec un comparatif des fonctionnalités, c’est encore mieux. Il n’y a pas de solution parfaite: sur ce point je vous rejoint à 100%, tout dépend des besoins de chaque commerçant, de sa situation, de ses objectifs….mais avec autant d’offres il est certain que chacun peut trouver chaussure à son pied

  4. Adrien Legoff dit :

    Bonjour,

    Article très intéressant, merci. Afin de faire bénéficier aux internautes d’un complément d’information, je vous propose de partager une autre source que nous venons de publier, une sélection des logiciels de création de sites E-commerce les plus performants, réalisé en prenant en compte de nombreux critères

    Encore merci et à bientôt,

    Adrien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


La performance des sites e-commerce n’est plus une option

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Si aujourd’hui le e-commerce se porte bien avec ses 15 % de croissance et ses 100 000 (et plus )  sites e-commerce il faut bien reconnaître que la qualité n’est pas toujours au rendez vous, surtout dans la performance des serveurs. De nombreux sites restent très lents, y compris dans le top 100 des sites e-commerce.

C’est en train de changer bien sûr pour plusieurs raisons : google qui accorde de l’importance à la vitesse de chargement, les sites se professionnalisent, et les prestataires innovent avec des offres cohérente  comme par exemple Prestashop qui fait un partenariat avec ovh pour proposer des serveurs optimisés pour ce CMS (bon y’a aussi 772424.com qui inclut l’infogérance lui).

Aujourd’hui je vous propose donc une infographie qui récapitule pourquoi la performance des sites e-commerce n’est plus une option : concurrence entre les sites, attente des consommateurs, règles de Google, sites devant être accessibles sur des objets peu performants et/ou mal connectés au réseau (mobiles par exemple) etc..

Infographie sur la performance des sites e-commerce.

En bonus en bas de l’infographie une liste de 10 conseils pour optimiser votre site e-commerce.

performance-ecommerce

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

4 Commentaires

4 réponses à “La performance des sites e-commerce n’est plus une option”

  1. Davud dit :

    Cette infographie est vachement bien foutue !

    On peut être content d’avoir un site e-commerce qui s’ouvre en moins d’1s !!!

    Le nombre de sites multiplié par 4 en 5 ans c’est hallucinant, on comprend aussi que tout le monde n’a pas les finances pour un serveur dédié.

    Merci Benoît

  2. Deliled dit :

    Merci pour ces infos.

    Nous avons beaucoup de travail a faire depuis que nous avons lu votre post c très très intéressant.

    Mais d’ou sortez vous toutes ces infos? quels sont vos sources?

    Cette optimisation doit être sur la page d’accueil uniquement ou cela doit être le cas pour toutes les pages?

    Merci d’avance pour vos réponses,

  3. La vitesse du site est importante sur l’ensemble des pages, surtout dans le tunnel d’achat 🙂
    Pour les sources elles sont toutes indiquées en bas de l’infographie

  4. Alex dit :

    Il est important de bien suivre les temps de chargements côté serveur avec des outils dédiés, notamment pendant les soldes où les infras taillées trop justes ou non scalables pourraient perturber le passage de commande.
    L’optimisation côté template n’est pas non plus a négliger.

    Il faut savoir se mettre dans la peau de vos visiteurs pour proposer un parcours simple et rapide.

    Le source mentionnant amazon et le taux de conversion / performances commence un peu a dater.
    De nos jours avec des réseaux et hardware toujours plus rapides la tendance serait probablement empirique et d’autant plus importante, d’où le choix de google de pénaliser les sites trop lents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Les sites E-commerce sont (trop) lents !

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Dans la continuité de mon petit article sur les performances entre le temps de réponse et l’indexation des pages , j’ai trouvé sur GetElastic cette infographie sur l’obésité (oui oui) des pages e-commerce.

Elle présente en détail le fait que les pages des sites e-commerce, le détail homepage /page produit / page catégorie n’est pas précisé, à tendance à systématiquement augmenter depuis plus de deux ans. Le principal problème vient du fait que le temps de chargement en 2011 était déjà supérieur à la « norme acceptable pour les consommateurs ». Donc Bref ça ne s’arrange pas…

Pensez donc à virer l’inutile sur vos pages pour alleger le temps de chargement de votre e-commerce, voici quelques statistiques pour vous en convaincre :

  • Les sites e-commerce sont 22% plus lent cette année qu’en 2011.
  • les requêtes pour générer les pages ont augmentées de 10 % .
  • 75 % des sites n’utilisent pas de CDN.
  • Firefox est le « brower le plus rapide » en moyenne pour charger une page.

Infographie sur la performance des sites e-commerce

 

 

vitesse-des-sites-ecommerce

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

9 Commentaires

9 réponses à “Les sites E-commerce sont (trop) lents !”

  1. Quentin @abri de jardin dit :

    7 secondes, ça me parait plutôt énorme… Tout en sachant que c’est une moyenne, je n’ose pas imaginer les pires… On avait pas évolué avec l’adsl ? Maintenant c’est plus l’internet de l’internaute qui est lente mais les sites web qui ralentissent le tout ^^

  2. Garry dit :

    On imagine mal commander en 3G avec son smartphone avec des sites e-commerce pareils.

  3. Nico dit :

    Ce serait bien d’avoir le meme genre d’infos mais sur l’e-commerce français… car là, ce sont certainement des sites US, sur des connexions US, avec des CDN US…. meme si le message reste important : allegez vos sites ecommerce, ca ne fera que du bien a tous le monde.

  4. L’étude de GetElastic porte sur les 2000 plus gros sites US, comme souvent les petits e-commerçants sont plus vertueux que les « gros » 🙂

  5. Daniel Roch dit :

    Le temps de chargement doit toujours être pris en compte, que l’on soit sur un site ecommerce ou non d’ailleurs (cf. cet article). On doit toujours chercher à l’améliorer pour améliorer l’expérience utilisateur.

    Je suis assez surpris de voir Firefox plus rapide que Chrome dans l’infographie.

    Par contre, le CDN n’a pas grand chose à voir avec la vitesse. Il y a bien d’autres éléments qui auront plus d’impact que la mise en place d’une telle technique (comme les sprites, la fusion des javascript, l’asynchrone, l’ajax, …).

  6. Ed dit :

    Plus que le CDN, c’est surtout le caching des fronts qui me semble plus pertinent comme mesure, il existe « 2 type d’usage » de caching :

    – International avec les CDN – relativement coûteux
    – Local avec un serveur de cache (Varnish, Squid, ..) dans son infrastructure – relativement bon marché

  7. Quentin dit :

    Plus vertueux, tout dépend desquels, mais eux sont obligés s’ils veulent avoir des visiteurs 🙂

  8. Le CDN permet certainement une décentralisation du temps de chargement au plus prés des utilisateurs, pour le top 2000 de l’ecommerce US j’imagine que cela compte.

  9. Régis dit :

    Cette solution: xxxpubxxx permet de répondre aux problématiques de scalabilité et de disponibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Un site Ecommerce gratuit c’est possible ?

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Quand on se lance dans le Ecommerce on n’a pas toujours un budget de fou, voir parfois on a pas de budget du tout. On entend parfois que certains e-commerçants se sont lancés avec des budgets très faibles et 100% autofinancés. Alors, est-il réellement possible de se lancer en ecommerce gratuitement ou presque ? Quels sont les risques et les éventuels problèmes ?

Vendre en ligne gratuitement c’est possible !

Pour vendre des produits en ligne pas besoin de sortir la carte bleue pour créer son site, bon certes il faut déjà posséder les produits à priori mais à l’aide des marketplaces il est possible de proposer ses produits à des internautes sans investir d’argent.

  • Pas de frais d’ouverture de compte
  • Une commission sur chaque vente (hum attention avec priceminister )
  • Pas de coûts d’acquisition client
Pour certaines marketplaces vous n’avez même pas besoin de constituer une société et pouvez vendre en tant que particulier (attention aux volumes et à l’Urssaf …) et pour la majorité des marketplaces le statut d’auto-entrepreneur est suffisant pour ouvrir des contrats. Attention tout de même à bien calculer votre marge en prenant en compte les différents prélèvements obligatoires et vos frais (postaux notamment).

J’avais déjà abordé un peu cette partie dans un article précédent plus complet Peut-on vendre sans site ecommerce ?

J’ai d’ailleurs rencontré un e-commerçant qui a dépassé un CA à 6 chiffres avec cette technique pour commencer à vendre, l’interview est prévue pour bientôt 🙂

Un site Ecommerce gratuit c’est possible ?

Vendre sans site Ecommerce est donc possible mais avoir un site gratuitement est-ce envisageable ? Oui et de plusieurs façons.

La première c’est de développer vous-même votre site Ecommerce sur une base Magento ou Prestashop et de l’héberger chez vous, certes ce n’est pas l’idéal en terme de performance, de sécurité ou de tolérance à la panne mais c’est faisable, surtout si vous avez la chance d’avoir la fibre.

Magento a l’avantage d’avoir pleins de modules gratuits mais est plus difficile à prendre en main d’après moi. Prestashop lui est plus « souple » et facile à appréhender mais il est difficile de monter un site complet sans payer quelques modules, c’est d’ailleurs le business model de Prestashop. A ce niveau il existe de nombreuses autres solutions ecommerce open source, pour avoir le choix rendez vous sur la liste des solutions ecommerce et faites votre marché 🙂

Si vous ne souhaitez pas tout créer vous même il y a les solutions ecommerce en SaaS qui permettent d’obtenir un site « prêt à l’emploi » avec un investissement nul et parfois même aucun frais mensuel (seulement en pourcentage du CA). De quoi démarrer sans bourse délier ! Pour les plus connues vous pouvez vous tourner vers Wizishop, 42 stores et Prestabox.

Vendre sans posséder les produits c’est possible ?

Vendre avec ou sans site gratuitement est donc possible mais il reste une grosse question, que vendre et comment faire pour ne pas acheter de stock ? Pour la première questions vous pouvez lire « Trouver le produit idéal à vendre » ainsi que sa suite ici. Pour ne pas acheter de stock il y a deux solutions majeures.

La première c’est le dropshipping , une sorte de pilule miracle pour certains ou concurrence exacerbée pour les autres. Le dropshipping est expliqué ici en détail mais le concept est simple : vendre un stock que vous ne possédez pas et qui ne passera même pas par chez vous. Les produits seront expédiés directement par le fournisseur à vos clients. Le gros avantage c’est que vous encaisserez 100% du prix de vente et reverserez au fournisseur un prix défini à l’avance, normalement inférieur, vous permettant de faire une marge sans avoir touché le produit.

Pour cela il faut bien sûr que tout se passe bien car vous restez légalement le responsable de la vente, en cas de rupture, de casse, de produit non conforme, de délai de rétractation vous devrez rembourser le client et gérer de votre côté avec votre fournisseur. Attention également aux listes de dropshippeurs chinois parfois moins rigoureux que vous et n’ayant pas forcément la même vision de la « qualité client ».

Un grand nombre de fournisseurs, y compris en France, se lance dans ce mode d’expédition, n’hésitez pas à leur demander.

La deuxième c’est le flux tendu ( ou juste-à-temps) développé par Toyota dans les années 60-70, le concept est simple : économiser sur les volumes de stocks en stockant le moins possible et en réapprovisionnement le plus souvent possible  avec des petites quantités, l’idée est de vendre votre stock (entre J+1-15) avant de payer le fournisseur (j+30 ou plus). Autant le modèle est idéal pour diminuer les stock autant il supporte mal la moindre rupture, il faudra donc faire attention aux délais indiqués aux clients et à être réactif en cas de retard de livraison.

Pour être honnête aujourd’hui je pense que c’est un modèle très efficace mais qui pourra être difficilement mis en place au début car peu de fournisseurs « accessibles » aux nouveaux e-commerçants peuvent mettre en place ce système, surtout si votre société est récente. Tout est histoire de négociation donc à vos téléphones et faites jouer la concurrence, étrangère également,  autant que possible 😉

Une autre solution, difficile à mettre en place au début, est de faire supporter le coût du stock par votre fournisseur. Il vous livre les produits et vous le payez à chaque vente, idéal pour tous cette solution est difficilement possible avec de nouveaux fournisseurs, principalement par manque de confiance et de visibilité.

Une fois suffisamment important vous pourrez même vous permettre de faire payer vos fournisseurs pour les produits restant en stock dans votre entrepôt, ben oui après tout ça vous prend de la place et ça ne se vend pas…

Quelques inconvénients quand même.

Le plus gros problème d’un lancement à très petit budget sera de proposer une valeur ajoutée suffisamment importante pour se démarquer de la concurrence. Si vous vendez les mêmes produits disponibles chez tous les dropshippeurs sans axe particulier sur toutes les marketplaces il y a fort à parier que les ventes ne seront pas au rendez vous.

Trouver des solutions pour se lancer sans investissement majeur n’empêche pas de le faire dans les règles de l’art et de construire un plan marketing par exemple, à ce sujet vous pouvez lire Le guide complet du débutant en web-marketing .

Il faudra également faire attention à la création de marque, difficile de créer une marque avec ses propres valeurs quand vous ne maîtrisez pas la livraison et la qualité des produits. Une étroite surveillance est donc indispensable car chaque prestataire qui ne sera pas efficace vous affectera !

Conclusion

Avec ces solutions on est un peu dans l’extrême bootstrapping (se développer from scratch et sans fonds ) mais cela fonctionne à condition que vous n’ayez pas peur de la quantité de choses à apprendre et du temps passé à bosser. Chaque euro économisé le sera au prix d’un investissement en temps et en surveillance plus important mais après tout si cela permet de se développer pourquoi pas !

 

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

9 Commentaires

9 réponses à “Un site Ecommerce gratuit c’est possible ?”

  1. Webbax dit :

    Hello,

    Sympa ! Mon discours est un peu similaire, mais quand j’y pense vraiment, je me dis que cela est surtout possible par exemple pour « un développeur web », qui pourra ensuite exploiter des flux de données produits (import) etc…

    Un clients sans connaissances particulières en web et sans budget, actuellement je le verrai difficilement percer 😉

  2. Pour ma part je pense qu’il n’y a pas beaucoup d’e-commerçants qui ont débutés sans budget. Par contre utiliser le dropshiping en complément sur des gammes d’articles complémentaires à son activité centrale peut être intéressant… à creuser.

  3. Oui un Dev web aura de gros avantages pour commencer mais sera peut être très limité pour la partie négociation/achats qui est au moins aussi importante que le SEO

  4. Média Camp dit :

    Je suis septique quand au fait de se lancer totalement sans budget. Au delà du e-commerce, toute activité génère des frais et l’achat de matériels (informatique, administratif, locaux, mobilier…).

    On peut bosser de chez soi avec un portable perso, mais bon…

    A terme, les factures arriveront très vite et pour démarrer une activité sérieusement, il vaut mieux tout de même avoir quelques économies.

    L’exception, l’étudiant logé chez papa maman, avec la fibre entreprenariale. Le risque est minime puisque par de frais / famille à assumer, et ça lui laisse le temps d’apprendre doucement et de devenir rentable pour ensuite investir et péréniser tout ça.

    Mais sinon, je me vois pas trop partir dans l’aventure e-commerce avec la b… et le couteau, sans économie, et assumer en parallèle les charges de la vie courante.

  5. Pour se lancer sans budget il faut prévoir de ne pas se payer au départ en effet… Lancer un site gratuitement se fera avec énormément de temps mais par exemple pour un étudiant il y a moyen de démarrer, pas besoin d’avoir 30 ou 40 000 € il faut mieux être imaginatif..
    Après pour viser un CA permettant de vivre il faudra sortir un peu plus d’artillerie et avoir un budget conséquent.

  6. business review dit :

    Vous devez pouvoir faire confiance à votre fournisseur et en faire un partenaire. Comment vendre vos produits sans être victime d’une escroquerie ?

  7. Le Voisin Bruyant dit :

    Il y a forcément quelques frais :
    – Dépôt de nom de marque à l’INPI
    – Achat du nom de domaine et hébergement
    – frais bancaire du compte bancaire de l’auto-entrepreneur (bah oui il faut bien recevoir des chèques et virement)
    – Encre et Papier pour imprimer vous même quelques flyers

    Et ça sous-entend que vous fassiez tout le reste tout seul (la technique, le graphisme, le référencement, les flyers publicitaires…etc)

  8. clement dit :

    MERCI !!!

  9. Franck dit :

    Il existe une nouvelle solution pour les commerçants souhaitant se lancer dans l’e-commerce sans dépenser d’argent , ça n’enlève pas le fait que l’e-commerçant devra communiquer sur ses produits, mais cette solution permet de vendre en ligne sans investissement, de plus cette plateforme dispose d’un réseau social intégré, vendeurs et clients peuvent ainsi échanger sur leurs espaces dédiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Comment remplir automatiquement le champ « Ville » dans un formulaire

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Si vous expédiez des colis depuis un moment vous avez déjà du recevoir des retours de colis en NPAI (n’habite plus à l’adresse indiqué) . C’est toujours peu agrable pour un e-commerçant de recevoir des NPAI car cela demande du temps pour les traiter et les solutionner. Il faut contacter le client, qui râle parce qu’il n’a pas reçu son colis, et réexpédier à la nouvelle adresse (voir la même adresse souvent !) le colis, donc double frais postaux pour la même commande.

Le problème de ces NPAI vient souvent du champ adresse mal rempli ou du champ adresse mal formaté. Pour le premier problème il existe plusieurs solutions permettant de remplir le champ d’un « Ville » formulaire depuis la saisie du code postal, l’avantage étant double : faire gagner du temps aux clients (et donc augmenter son taux de conversion) et diminuer le nombre d’erreurs de saisie.

Ziptastic

Ziptastic est une API permettant de retrouver le nom d’une ville depuis un code postal. Tout le code necessaire pour faire tourner Ziptastic est ici, il suffit de construire votre formulaire et  d’impléementer les requetes décrites dans l’aide. C’est assez  simple au niveau programmation. Pour tester en live c’est par ici, il faut juste vérifier que l’API est suffisamment rapide en production et que votre site fonctionne bien sans cette API si jamais les serveurs de Ziptastic sont down. Ce serait bête de perdre des ventes alors que vous vouliez en générer de nouvelles 😉

Bon le gros problème c’est que cette API ne marche qu’avec les états-unis pour le moment mais c’est apparemment à cause de problèmes de droits de base de données pour intégrer les autres. Il y a fort a parier que les autres pays ne sont qu’une question de temps, n’hésitez pas à donner un coup de main au développeur pour avancer là dessus.

[Edit] En fait il semblerait que Ziptastic supporte désormais un grand nombre de pays suite à un accord avec geonames.org (dont la France). A tester dès maintenant donc !

Zippoptamus

Zipoptamus est l’équivalent de Ziptastic mais cette fois supportant les codes postaux français et d’autres pays : plus de 70 supportés de l’Andorre à L’Afrique du sud, en passant par La Belgique , la Pologne, etc…

Vous pouvez le tester ici -> http://www.zippopotam.us/static/sample_fr.html pour la version FR , il fonctionne à peu près de la même façon que Ziptastic (avec une API), pensez donc bien à valider que votre formulaire de commande fonctionne aussi SANS cette API. Le rendu sur le site de test n’est pas optimal d’après moi, le client ne se rend  pas trop compte que nous essayons de l’aider sur le champ ville.

Un système à base de liste de possibilités qui diminue en temps réel aurait peu être plus d’impact mais je n’ai pas eu le temps (et les compétences) pour tester ça malheureusement. Voici un petit montage pour expliquer ma proposition. Pour le moment si l’on remplit un code postal on à ça :

Et il faut cliquer sur Ville pour voir les propositions, avec un peu de développements, on doit pouvoir proposer ça :

Une liste des villes mise à jour en temps réel à partir du code postal, ce qui fera gagner quelques secondes à l’internautes en plus si il voit sa ville s’afficher rapidement et rend le formulaire plus simple à comprendre je trouve.

Conclusion

Il existe certainement d’autres plugins ou API pour améliorer l’expérience utilisateur dans le formulaire de commande, si vous connaissez d’autres n’hésitez pas à les indiquez dans les commentaires. C’est une étape tellement importante dans la prise de commande qu’il est important d’y consacrer du temps, chaque pourcentage de conversion gagné peut se traduire par des gains très significatifs en terme de CA et de rentabilité !

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

6 Commentaires

6 réponses à “Comment remplir automatiquement le champ « Ville » dans un formulaire”

  1. Jean-Luc Grellier dit :

    bonjour,

    Il y a des solutions beaucoup plus… pro (sans que cela soit un critère de qualité) comme QAS qui fournissent des services qui permettent de vérifier la quasi intégralité d’une adresse et même de faire de la saisie d’adresse sur 1 ligne ce qui évite la problématique des champs que chacun interprète à sa façon.

  2. Bonjour Jean Luc,
    Merci pour les précisions je ne connaissais pas l’existante de QAS (http://www.qas.fr/ ) . Sais tu quel est le niveau de prix d’une solution comme ça ? Quels retours peux tu nous en faire ?
    Merci

  3. Je viens de tomber sur http://www.postcodeanywhere.co.uk qui semble faire pas mal de choses dans ce domaine également :
    Buildings Streets Cities Postcodes Coordinates

    Et semble être updatée 1 fois par mois.

  4. Domi dit :

    J’ai regardé un peu le code pour tenter de répondre à ta question, mais comme ça utilise des fonctions html5 et du jqueryUi ce n’est pas évident pour quelqu’un qui ne pratique pas le ‘front-end’ tous les jours.
    Sinon dans la même veine il y a http://www.citysearch-api.com/fr/ qui propose également les villes voisines, ce qui est assez bluffant !

  5. Caro dit :

    En cherchant un peu on peut trouver
    http://cp-ville.com/
    qui propose de trouver soit un ( ou une liste de ) codes postaux à partir d’un morceau de ville ou l’inverse.
    Villes Françaises ( et outre mer ) uniquement
    API gratuite pour les développeurs qui veulent utiliser le service dans leurs formulaires

  6. Ariden dit :

    Merci pour cet article et pour ces liens, les remarques / suggestions sont intéressantes.

    Je vais prendre en compte les suggestions pour continuer à faire évoluer les webservices et le widget JS sur http://www.citysearch-api.com

    Si vous veniez à essayer l’API, n’hésitez à me laisser vos commentaires pour nous aider à répondre au mieux aux attentes des développeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Graphiste.com , la place de marché des graphistes

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Si comme moi vous n’êtes pas très doué en graphisme, il n’y a qu’a voir la charte du site, et que bosser des heures sur Photoshop et Gimp vous amuse autant que de vous taper les doigts avec un marteau alors Graphiste.com est fait pour vous !

Graphiste.com c’est une place de marché spécialisé sur le graphisme ou vous pourrez lancer des compétitions (des concours) entre graphistes pour qu’ils réalisent pour vous de magnifiques dessins à l’encre chartes graphiques, des logos, des thèmes Facebook, des cartes de visites, des brochures, des landing pages j’en passe et des meilleurs.

Le site à été lancé par Serge Roukine, bien connu pour ses publications comme Réussir son marketing web ou Améliorer ses taux de conversion web,dont je ne vous ai pas encore parlé, et son projet précédent : codeur.com, la place de marché des freelances.

Le concept est très simple, vous soumettez votre brief créatif au travers d’un formulaire sur le site et graphiste.com s’occupe du reste, les graphistes ayant un compte sur le site sont prévenus et prennent connaissance de votre brief et y répondent si ils le souhaitent, après il ne vous reste plus qu’a choisir la proposition qui vous convient et le tour est joué.

Bien sûr comme dans tous les briefs créatif si vous êtes précis sur votre demande et que vous savez ce que vous voulez vous aurez beaucoup plus de chance d’obtenir des résultats à la hauteur de vos attentes. Le prix également est un critère de choix, il y a trois « options » pour chaque prestation, plus vous allez vers l’option la plus chere plus les graphistes seront rémunérés et donc plus vous aurez de propositions.

La grille des tarifs est assez simple et ils varient entre 200 et 1600 € en fonction de votre demande. La bonne nouvelle c’est que pour fêter le lancement de Graphiste.com je vous ai négocié un code de réduction exclusif de 20% valable sur l’ensemble du site juqu’au 19 mars :

ECOMMERCEROXX

Si vous aviez pour projet de refaire votre charte graphique ou un nouveau logo de votre site E-commerce c’est le moment d’en profiter -> http://graphiste.com/

Pour comprendre le concept de Graphiste.com en quelques minutes voici une petite vidéo d’explication :

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “Graphiste.com , la place de marché des graphistes”

  1. Je suis vraiment pas sur que ça marche… Je n’aime pas l’idée de la mise en compétition des graphistes et le fait de devoir bosser sans être sur d’un retour.

  2. Graphiste Orléans dit :

    A gerber c’est pratique, mis au point par des personnes qui ne connaissent rien à une pratique créative, l’idéologie de la création au kilo: plus je met d’argent plus j’ai de créations. Mais ça marche pas comme ça!!, vous pouvez avoir 100 propositions elle seront 100 fois bidon.
    Le graphisme c’est avant tout du dialogue et de la pédagogie avec le client.
    Mais vous vous en foutez de ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Expérience d’une commande chez CDiscount

par Romain Boyer - Il y a 5 ans

     Expérience intéressante que je viens de vivre sur CDiscount, cas intéressant à plusieurs égards.

Vous pouvez passer direct à la conclusion si vous avez peu de temps..

Etape 1 : la newsletter, le prix et l’impulsion de l’achat

Je reçois une newsletter, je vois qu’il y a des plaques à induction à prix coûtant. Je devais justement en changer, je vais sur le site : une offre à 150€ et quelques au lieu de 400€ attirera tout particulièrement mon attention et la batterie de cuisine qui va avec à 50€ (type ingenio, avec les poignées qui s’enlèvent) achèvera de me convaincre de la prendre avec la fin de l’opération, soit-disant dans 2 heures. Go

Etape 2 : carte CDiscount qui fait -20%, l’offre qui enfonce le clou

Je vois une offre intéressante : si je prends la carte CDiscount avec le paiement en 3X, j’ai une remise immédiate de 20%, soit une cinquantaine d’euros. Seule limite, c’est une carte de crédit, offerte la première année et payable 16€ les années suivantes. On se dit qu’on annulera la carte et on y va. Pour près de 60€ de réduction, ça vaut le coup de s’embêter un peu.

Etape 3 : validation de la commande

CDiscount me demande d’entrer le numéro de la carte, et me prévient que si mon dossier n’est pas accepté, la somme totale sera prélevée en une seule fois. Bon, okay, j’espère qu’on pourra en parler le cas échéant.

Etape 4 : accès à l’organisme de crédit

Je passe à l’organisme de crédit du groupe Casino de façon assez naturelle, mon adresse est pré-entrée, on me demande toutes mes infos persos, mon boulot, mon poste, depuis quand, mon salaire, les infos de ma conjointe, même si elle n’est pas co-emprunteuse, etc. okay, dac, je vous dis tout.

Le formulaire est horrible, horrible. Quand je rentre dans une case pour une date (et ils en demandent des dates !), ils tiennent abolument à nous indiquer le format et pré-entrent un « __/____ » en plus de l’expliquer à côté. Du coup, ça apparait généralement après que j’aie commencé à taper et ça vient s’intercaler au milieu de ce que je tape. Si je tape trop vite, des underscores viennent s’intercaler au milieu des chiffres.

J’arrive à la dernière étape, au bout de quelques temps car le formulaire est assez long, on me demande si je veux une assurance, je dis non et là ma condition/réalité d’utilisateur de tablette (Android 4.0 / Chrome) me rattrape, une espèce de lightbox (fenêtre interne) tente de s’ouvrir  quand je dis que je ne veux pas d’assurance et ne fonctionne pas. Je patiente et au bout d’un moment tente un retour navigateur, ça me ramène à la dernière étape sur le site de CDiscount, je revalide et me retape tout le processus, même bug. Et là on se sent seul et con parce que si mon plan de financement plante, dixit, je serai prélevé du tout, en une seule fois, sans les 20% de réduc ; exit donc la belle offre…

Etape 5 : le récap

Du coup, je vérifie la commande, vois qu’elle est en erreur, me dis qu’au pire je pourrai l’annuler en ligne comme je l’ai fait par le passé sur ce site ; je repasse ma commande sur PC, je vois la lightbox qui plantait auparavant sur ma tablette, je valide la commande, tout se passe plutôt bien.

Sauf qu’en regardant le récap, je vois deux commandes, les deux sont en erreur (« Une erreur est survenue lors de la validation de votre commande ! »), la première et la deuxième, impossible d’annuler la première car elle est en attente de validation (ah, elle est pas en erreur ?) et pas d’état particulier sur la deuxième, elle est comme la première pour laquelle je n’ai pu valider le financement.

Conclusion

Je trouve stupides ces formulaires où pour flatter l’ego de quelques techniciens ou dirigeants, on ajoute de la complexité technologique inutile (lightbox, effets de chargement, altération du contenu entré pour aider soit-disant, etc.) qui n’apportent rien (quelques millisecondes de chargement, la belle affaire), pour au final risquer des plantages du fait de la complexité accrue (tout devient plus difficile à gérer, à débugger).

A certains endroits, et notamment dans le très important processus de commande/paiement, il faut savoir rester simple, humble et solide. Une comparaison qui me vient à l’esprit : les gammes professionnelles d’ordinateurs portables ont souvent une génération de retard, car elles n’utilisent que des composants éprouvés, réputés fiables parce qu’ils ont vécu, ils sont presque totalement maîtrisés. Les gammes avant-gardistes sont réservées aux bidouilleurs et gamers.

Enfin, les statuts des commandes doivent être des clairs, on ne peut pas se permettre de simplement dire à un client qui a suivi tout le processus de commande et vient de s’engager pour plusieurs centaines d’euros  ‘une erreur s’est produite’  (laquelle ?), il faut lui dire laquelle et ce qui va se passer à présent, si la transaction a été prise en compte, etc.

Ces amateurismes sont inadmissibles de la part du grand e-commerçant qu’est CDiscount (groupe Casino), mais ils nous permettent d’apprendre ce qu’il ne faut pas faire sur nos propres sites.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

25 Commentaires

25 réponses à “Expérience d’une commande chez CDiscount”

  1. eva dit :

    Très bon article ! Expérience intéressante ! J’ai également remarqué que CDiscount affiche sur sa page d’accueil ou sur des push sur les autres pages, des pub intéressantes pour des marques chères (exemple récent : casseroles Sitram). Je cliques sur cette pub, j’arrive sur la fiche produit, j’ajoute au panier. Ah, ben mes casseroles Sitram se transforment en casserolesd’une marque peu connue. Je réessaye, même chose. Erreur ou arnaque ? Je ne sais quoi dire. CDiscount et moi c’est terminé de puis longtemps (trop de problèmes SAV, trop de bugs sur leur site), je ne me sens pas en sécurité lorsque j’achète chez eux, et c’est la base à mon avis.

  2. MarcAlbot dit :

    Bonjour,

    les bugs que vous citez sont connus des Services Cdiscount et Banque Casino, ils sont en cours de résolution. Je vous remercie pour vos remarques qui ne manqueront pas d’aider le service informatique à optimiser le formulaire et faciliter la souscription.

    Pour information, votre commande semble être en bonne voie. Je constate qu’une partie de votre commande a bien été expédiée. Vous me confirmez que tout est OK ?

    Pour toutes vos remarques, suggestions, questions, retrouvez-moi sur lafourmiliere.fr, la communauté des clients Cdiscount

    Marc Albot, médiateur Cdiscount

  3. Romain BOYER dit :

    Bonjour Marc,

    merci d’intervenir ici.

    Oui, je vous remercie, mon deuxième colis est parti a priori, et j’ai reçu le premier.

    On m’a rassuré entre temps par mail et par téléphone sur le fait que ma première commande était annulée même si elle était en attente (sic).

    Maintenant, le fait que vous interveniez ici est encourageant à plus d’un titre, je vous en félicite, surtout sachant le travail devant vous encore pour répondre à tous ceux qui n’arrivent pas à trouver l’oreille de votre service client (cf les autres commentaires ici et ailleurs).

    Pour l’heure, mon autre commande a disparu ; comme quoi tout se règle.

    N’hésitez pas à nous tenir au courant de la résolution de ces bugs.

    Bonne continuation,

  4. Romain BOYER dit :

    pour compléter mon expérience qui s’avère assez mauvaise : j’ai reçu une plaque non protégée (alors que la notice indique d’enlever le film), rayée (mais pas suffisamment pour que je m’embête à faire un retour), et je veux faire un retour pour un produit, ce qui s’avère impossible car CDiscount pense ne pas l’avoir livré (devrais-je faire une réclamation pour produit non livré ?)

    Le genre de désagréments auxquels on doit s’attendre lorsque l’on commande chez CDiscount.

    A savoir qu’il est impossible via les formulaires de contact de contacter CDiscount (la moindre tentative de contact se transforme en demande de retour), et que le téléphone pour le SAV est surtaxé à 0,34€ + 1,35€ l’appel contrairement aux législations en vigueur.

    CDiscount a visiblement du mal à gérer l’afflux de réclamations et aurait probablement bien besoin d’un bon procès d’une association de consommateurs pour se remettre dans le droit chemin, ce qui ne manquera probablement pas d’arriver.

  5. Marc Albot dit :

    Bonsoir,

    Il peut y avoir un léger décalage entre l’état réel de votre commande et son statut dans votre Espace Client, la mise à jour ne devrait pas tarder. Je vous prie d’accepter les excuses de Cdiscount pour ces désagréments, je vous assure que cette situation est tout à fait exceptionnelle.

    Sachez que vous avez un moyen de contacter le Service Clients, autre que l’ouverture de dossier via l’Espace Clients et le 3979 : un numéro non surtaxé est accessible à tous les clients Cdiscount dans le mail de validation de commande.

    http://www.lafourmiliere.fr/contacter_le_service_clients_cdiscount.htm?ob=article&act=viewPage&art_id=2689&pg_id=303&th_id=3

    D’autres questions ? Retrouvez-moi sur le forum de la Fourmilière.
    Bonne soirée

  6. Romain BOYER dit :

    Bonjour,

    je note ce numéro, qui n’est pas celui que j’ai eu dans les mails et dans l’espace client rubrique suivi de ma commande, ce qui est plus que limite évidemment.

    Je n’ai pas l’intention d’aller sur un forum tiers pour parler de mes problèmes de commande, je parle ici d’expérience e-commerce pour aider les e-commerçants à améliorer leur boutique, c’était mon unique but, je n’attendais pas spécialement de réponse même si elle n’est pas fortuite.

    Suite à votre appel téléphonique, j’ai reçu mon bon de retour que je vais utiliser ce week-end, en vous remerciant.

    Cordialement,

  7. SCHOUTETEN JEAN CLAUDE dit :

    Mes achats du 08/03/2012 à 12h12
    Votre commande est en attente
    Vous avez réglé votre commande par carte bancaire
    Débit le 08/03/2012 d’un montant de 239,89 Eur
    Montant total de la commande : 239,89 Eur dont 0,00 Eur de frais de livraison
    Avoir(s)/Bon(s) d’achat utilisé(s):0,00 Eur

    Suite à la demande de FIA NET j’ai confirmé le paiement par carte visa, depuis je ne vois pas de changement au suivi de ma commande….C’est la deuxième fois que je passe cette commande : j’ai du annuler la première car j’avais coché paiement en 3 fois or je ne demande pas de crédit…et impossible de modifier le mode de paiement.

    Mes commandes précédentes n’on posé aucun problème, mais celle ci entame ma confiance en cdiscount et j’espère que cela se terminera bien
    Impossible de correspondre par mail avec cdiscount : la grille de communication boucle sur du des pages inutiles.

  8. pontoux dit :

    Cdiscount propose des produits à des prix incroyable exemple une cafetière à 40 € au lieu de 199€ et quand on regarde sur d’autres sites ils sont au même prix (40€) sauf que c’est le prix normal. cdiscount à gonflé ses prix pour faire croire qu’on fait une super affaire est-ce légale? Pour ma part je me suis fais avoir tant pis pour moi mais je ne recommencerai plus et je raye cdiscount de ma liste de magasin.

  9. PERROT IRENE dit :

    NON RESPECT DES DELAIS DE LIVRAISON

  10. HUSLIN dit :

    j’ai commandé une tablette, une housse et une montre chez cdiscount
    ils ont prélevé immédiatement l’argent, par contre je n’ai reçu la tablette et la housse que 8 jours après et j’attend toujours la montre
    soit disant que je l’ai reçue avec les 2 autres articles mais c’est faux
    j’ai téléphoné au 3979 mais on tombe sur un plateau au Maroc ou en Inde
    et ils ne comprennent rien, j’ai laissé mon numéro de téphone pour rappel mais j’attend toujours

  11. HUSLIN dit :

    j’ai commandé une tablette, une housse et une montre chez cdiscount
    ils ont prélevé immédiatement l’argent, par contre je n’ai reçu la tablette et la housse que 8 jours après et j’attend toujours la montre
    soit disant que je l’ai reçue avec les 2 autres articles mais c’est faux
    j’ai téléphoné au 3979 mais on tombe sur un plateau au Maroc ou en Inde
    et ils ne comprennent rien, j’ai laissé mon numéro de téphone pour rappel mais j’attend toujours

  12. hamel vincent dit :

    Première commande chez cdiscount et dernière…

    Impossible d’avoir la facture, bug de l’espace client

    une erreur inattendue est survenue !
    mais tout n’est pas perdu…

    la dernière phrase a en plus le mérite d’agacer fortement quand on est dans cette situation, peut on interpréter,
    « tout n’est pas perdu » pour qui ? pour le surcoût de l’appel?
    donc impossible aussi d’appeler un numéro surtaxé, reste à payer
    je demande au centre d’appel, comment faire la prochaine fois sans passer par un 36…
    y-a pas d’autre numéro, j’ai rarement vu à ce point une société ne pas respecté les réglementations

  13. chamiot clerc denis dit :

    j ai commande un pc chezcdiscount fia net m a demande photo copie carte d identite * rib je leur ai faxe je suis reste 15 jours sans nouvelle ont m a enfin repondu qu il n ont pas recu ces pieces alors que j ai la confirmation du faxe donc ils ont annule ma commande

  14. marechal dit :

    Cdiscount par ci Cdiscount par là
    Quand vous aurez tous compris su il est préférable d aller voir son petit commerçant et bien le monde finira de marcher sur là tete. Moi j achète chez mon commerçant je paye en 4 fois et plus si je le veux et sans frais ! En plus j ai le top de chest. Top le conseil ..

  15. blanc gilbert dit :

    c discount pour une tondeuse a gazon
    je vois « frais d’envois gratuit »
    et en faisant ma commande est bien je me retrouve avec 10 euros de frais de port

  16. PILLOT dit :

    Je suis heureuse de voir que je ne suis pas une incapable en matière de commandes à CDISCOUNT, surtout lorsque vous recevez un mail vous indiquant que vous avez une réduction de 5 € toujours bon à prendre de nos jours, mais lorsque l’on téléphone à plusieurs reprises que l’on tombe sur des plate-formes dans je ne sais quels pays et que les versions sont toujours différentes de quoi s’arracher les cheveux, car si l’on s’énerve on risquerait de se retrouver au tribunal « pour racisme ». Donc les 5 € dans le baba plus le coût de tous les appels téléphoniques ce qui fait que ma facture orange s’élève ce mois ci à plus de 150 € au lieu de 49 €.Entièrement d’accord avec la personne qui conseille de saisir une association de consommateurs ou un médiateur des ventes par correspondance. Important, il faut aussi savoir qu’il y a une différence entre les pris indiqués en rouge et ceux en bleu, pour une commande passée je ne sais plus si les pris étaient rouges ou bleus, livraison gratuite, mais pour une paire de boucles d’oreilles à à peine 10 €, j’en avais pour plus de 10 € de livraison car par de choix possible, envoi en recommandé ou en suivi à mon domicile après rendez-vous pris avec le transporteur, n’importe quoi…….. Autant aller à la FOIRFOUILLE à côté et les mêmes clous d’oreilles pour 9 €, j’arrête là car il aurait de quoi faire un roman.

  17. al déclic dit :

    Bonjour acheteur déçus.
    Voici en quelques mots ou conseils, même si les conseilleurs sont pas les payeurs.!
    Comment voulez-vous attaquez des grosses marques mensongères, sachant qu’il n’y a aucune solidarité de consommateurs entre particulier.?
    Nous sommes bel et bien les dindons de la farce.! (même si ce n’est pas encore noël.?)
    Faut bien le savoir. Actuellement et depuis pas mal d’années, nous sommes les otages contre notre bon vouloir d’escrocs sans scrupules.!
    Alors.!, le mieux pour nous tous acheteurs bernés et blousés, allons voir ailleurs, si c’est meilleur.?
    Il vaut mieux desfois payer plus cher et être satisfait.!
    Que pas chère et être déçu.!
    Bonne vacances à tout le monde.!
    Le droit d’expression libre, existe encore.!, alors.!, profitons- en.!
    Salutations a tous…
    Al déclic 38…

  18. Anonyme dit :

    je vous confirme le côté « bug » qui ressemble beaucoup à la vente forcée (les assurances que vous refusez sont quand même recommandées dans la liste de commande et surtout recomptez bien les totaux car les erreurs de sommation sont grossières? n’insistez pas pour grouper toutes vos commandes car le beurre se fait avec la facturation de la livraison. Ethiquement ou déontologiquement parlant à bon entendeur, salut.

  19. COLLOT James dit :

    Pour moi pas trop de problème pour cder, car je n’achète que des bricoles de faible montant. Sauf le port qui n’est pas bon marché ,parfois du même montant que mon achat.En ce qui me concerne le reproche majeur serait que ce site marchand, communique à ces partenaires mes coordonnées qui me pourrisse la vie avec leur sollicitations quotidiennes.Entre les cartes de visites et tee-shirt de VISTA-PRINT ,les primes des assureurs comparatifs et les enquètes de nombrillisme de FIA-NET je me demande s’il n’est pas plus discrèt d’aller chez mon épicier du coin . En plus avec ce que je viens de lire plus haut j’ai des scrupules pour commander de nouveau…………….

  20. Anonyme dit :

    Et moi impossible de passer une commande ….. la fiche d’information renseignée …. plus rien … çà tourne en boucle
    Qui peut me dire comment faire car passer une commande ? mais pas par téléphone … car merci du coût …
    Remerciements.

  21. Laeti dit :

    Bonjour,

    Je suis dans le même cas que vous, j’ai téléphoné au service clients qui m’a répondu que m’a commande n’a pas été finalisée. Alors que j’ai pu imprimer le dossier d’accord de principe…. J’ai demandé l’annulation de la commande, on me dit que ce n’est pas possible car la commande n’est pas finalisée et pas validée. J’ai tout de même peur d’être débitée…..
    Pourriez vous me dire si votre commande avait été annulée ?
    Merci d’avance

  22. Claire C dit :

    Bonjour,
    Pour info : »UFC-Que Choisir rappelle que Cdiscount a déjà été condamné en janvier 2006 pour publicité mensongère et infraction à la législation sur les soldes puis, en mars 2008, pour des clauses abusives et l’ajout d’office d’articles dans les paniers virtuels des clients »
    UFC a de nouveau porté plainte en 2009. Je ne trouve pas trace des suites de celle-ci.
    Perso, j’étais bonne cliente, jusqu’à aujourd’hui, une commande annulée par CD, au motif d’une rupture de stock, alors que l’article est tjrs affiché, et que les chargés de clientèle me confirment la disponibilité du produit.
    Très léger.

  23. Maison d'Argent dit :

    Du point de vue du vendeur Cdiscount est une honte. Depuis Décembre, les factures ne sont plus exacts et le vendeur sont ne sont pas payés. Le service vendeur ne fait rien.

  24. kenza dit :

    bonsoir, j’ai effectuer un achat sur Cdiscount , elle etait en cour de validation 2 jour aprés on m’envoie un mail pour la validé quand je suis partie pour voir ce que je pouvais faire j »ai remarqué qu »on m’avait supprimer ma commande et que l’offre aussi n’y etait plus .

    Merci

  25. alexandre dit :

    bonjour, moi j’ai eu un mauvaise expérience avec leur service client téléphonique. je les appels pour avoir une confirmation de prix. on me donne le bon tarif…. on me dis que je peut passer commande la directement. je dis ok.
    au récapitulatif pour passé la commande(tjs au téléphone) le tarif change.
    je le signal après mainte explication un peu byzare. je leur dis laissé tombé a ce tarif la pas la peine.
    5 min plus tard après avoir raccroché un mail de confirmation de commande!
    re 5 min après un mail d’annulation de commande!
    du coup je ne suis pas inquiet .
    sauf que 48h plus tard débit sur mon compte . et la au téléphone on me dis non votre commande est annulé vous ne pouvez pas être débite. il faut nous fournir votre relevé bancaire ,
    24h plus tard mail votre colis est disponible au point retrait pour pouvoir annulé il faut refusé le colis!

    sans avoir donné aucune instruction de validation de commande cdiscount valide des commandes.
    j’ai souvent commandé chez eux et bien cette pseudo commande seras la dernière!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


7 exemples de fiche produit

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

La fiche produit est un élément fondamental d’un site E-commerce, il est vraiment très rare qu’un site s’en passe totalement. C’est une page importante car elle va souvent permettre de convertir l’internaute et de le faire cliquer sur ce fameux bouton « ajouter au panier ».

Voici donc sept exemples de fiche produit pour trouver un peu d’inspiration

Fiche produit de BellRoy

Une belle fiche produit qui met bien en avant le produit avec des photos produits scénarisés et bien détaillées. La description est bien visible et suffisamment contrastée pour être lisible, dommage que la vidéo soit placée ici, le petit format ne lui rend pas vraiment hommage alors qu’elle est plutôt bien faite.

Le bouton ajouter au panier est lui par contre placé assez bas et mériterait peut être d’être placé avant les « Features » pour augmenter le nombre de clics. Le prix est lui trop peu visible sur la fiche produit et la disponibilité du stock n’est pas précisée, dommage…

BellRoy.com

Fiche produit de Miss-Lili

Miss-Lili est un site de lingerie, le produit idéal pour faire des fiches produits avantageuses. C’est un produit qui se vend principalement grâce à la qualité de photo, il est donc un peu dommage que sur cette fiche produit ce soit le menu qui soit presque plus visible que le produit. Une belle photo pleine page en HD aurait, à mon avis, suscité plus d’émotion et d’envie d’acheter.

Le bouton ajouter au panier est bien visible mais assez triste en noir, cela colle à la charte graphique du site certes. Les tailles sont facilement sélectionnables et le prix est bien visible. La disponibilité des produits n’est pas précisée non plus ni les délais de livraison. L’intégration inexistante des boutons sociaux sur la fiche produit est un peu dommage.

Fiche produit savons Gaiia

La fiche produit est très attractive avec ce visuel très présent du savon. On a affaire à une très belle intégration même si certains contrastes (les ingrédients par exemple) ne  sont pas assez prononcés. De plus il y a une sorte de sensation de « flottement » sur un écran large car la fiche n’est pas contenue dans un bloc global.

Au niveau des informations on retrouve l’essentiel : le prix, le grammage, un descriptif court et un bouton « ajouter au panier » très design (est-ce que ça fait cliquer ?). Il manque par contre toujours l’information sur le stock et les délai de livraison.

Savons-gaiia

Fiche produit suicidalshop

SuicidalShop propose une mise en page ultra minimaliste, un peu trop à mon gout pour être honnête, j’ai mis plusieurs secondes à trouver le bouton ajouter au panier et le prix. Ok j’ai des mauvais yeux certes mais c’est rarement une bonne nouvelle  pour les clients d’avoir à chercher ces infos. On peut voir qu’il n’y a toujours aucune info sur les frais de port et les délais de livraison.

Le zoom est également à revoir car on se retrouve avec une image au format timbre poste, c’est dommage pour un produit faisant la taille d’un Ipad, on aimerait pouvoir l’observer de plus près. La description est par contre sympa et semble vraiment écrite par le site et non être un simple copier/coller de la description fournisseur.

Fiche produit d’ Arsen goodies

La fiche produit d’Arsen Goodies est malheureusement très encombrée par le header du site qui occupe beaucoup de place et qui est en plus assez visible, voir agressif. L’attention est donc détournée vers le haut du site et non pas vers le contenu de la fiche produit…

Par contre, et même si cela n’est pas évident du premier coup, la disponibilité des variation du produit est bien indiqué, il ne manque plus que le délai de livraison. La mise en avant de l’email du service client est une vraie bonne idée, surtout dans le textile ou la taille des produits est une vraie interrogation des internautes.

Fiche produit de Ayanature

La fiche produit d’Ayanature est,en plus d’être très complète, très lisible et contrastée. Cependant les informations en quantité importante ne sont pas toujours une bonne idée, ici les informations principales sont noyées et finalement peu visibles. Le bouton « ajouter au panier » est ainsi très bas et non visible sur un 1024*768, cela oblige l’internaute à scroller sur la fiche produit et donc ralenti la passation de la commande.

Le retour à la catégorie est par contre très malin avec un petit effet de roll-over pour indiquer le nom de la catégorie, l’effet est le même pour les boutons produit suivant/précédent.

Fiche produit Since 1337

La fiche produit de since 1337 est aussi dans la tendance minimaliste mais présente de belles photos produits très convaincantes. La disponibilité des produits est bien indiqué et change en fonction des matières et des couleurs, ça semble être le minimum mais elle n’était même pas indiquée sur la plupart des fiches produits ci dessus.

Seul le prix est peu visible et un peu éloigné du bouton « ajouter au panier », l’information sur le produit, comme le descriptif des matières, les procédés de fabrication est par contre inexistante, il n’y a même pas une petite ligne descriptive. Ce n’est pas l’idéal pour se référencer et pour donner envie d’acheter le produit.

Conclusion

J’espère que cette petite sélection de fiches produits vous donnera des idées pour votre site, jJ’en profite pour préciser que j’ai trouvé ces boutiques lors de mes nombreux passages sur le plus beau repertoire de boutiques en ligne : Rhooo.com, c’est une belle source d’inspiration !

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

14 Commentaires

14 réponses à “7 exemples de fiche produit”

  1. Julien dit :

    La fiche produit de suicidalshop est surement celle dont il faut s’inspirer le moins ! :/

  2. Franck dit :

    C’est super agréable de voir son travail apprécié par des référents de l’e-commerce 🙂

    Pour le stock et la dispo, c’est vrai nous pourrions rajouter cela directement sur la fiche produit.

    Bonne journée !

  3. Francois dit :

    C’est un best of de ce qu’il faut éviter cette sélection ? 😉

    Pour être franc, à part Since 1937, si on met de côté le prix effectivement peu visible (ça peut être un choix) et l’absence de cross seiling, qu’il aurait été intéressant d’exploiter, le reste… c’est pas terrible.

    Bellroy c’est pas mal, mais bon, tout est en bas, on sent que l’idée c’était de mettre en avant le produit plus que de le vendre. Encore une fois ça peut être un choix et si on est séduit, on va scroller.

    Le colosse c’est joli, même si ça flotte, tu as raison, mais ça, ça se rectifie facilement. En revanche je souhaite bon courage à quiconque voudrait s’amuser avec ce fond en dégradé : les images produit, va falloir se retrousser les manches pour la prise de vue et la retouche 🙂

    Ayanature, c’est vraiment dommage pour le bouton d’ajout au panier, parce que sinon c’est bien pensé

    Suicidal shop… c’est n’imp !

    Et la fiche produit sur fond noir… même pas je regarde…

    Bon week end

    François

  4. Franck dit :

    François, je ne sais pas exactement ce que vous voulez dire avec Benoit sur l’effet de flottement, mais l’aspect visuel général est voulu. Quant au problème de détourage des photos produits, vu que l’on fait cela en interne, c’est pas un problème (photos, détourage, intégration, programmation). Mais c’est un choix graphique qui serais trop contraignant pour des e-commerce avec un catalogue trés profond j’en conviens. En tout cas cela à le mérite d’être ultra différent de la plupart des présentations standard. Et comme nous sommes fabriquant / distributeur, nous avons l’élégance de fournir les mêmes photos produits à nos revendeurs, mais avec un fond blanc.

  5. Francois dit :

    C’est l’alignement vertical qui donne cette impression : il manque d’élements graphiques pour « poser » la page verticalement, ou réaligner certains éléments comme le panier qui sort du cadre, les flèches du bas, qui ne sont pas très contrastées et dont l’alignement, lui aussi, est décalé. L’info sur les ingrédients, peu contrastée elle aussi, ne serait pas lisible en pleine larguer. Moi j’aurais créé deux bloc, un pour les ingrédient, un pour les boutons réseaux sociaux, et un peu de rassurance (conditions de livraison ou moyen de paiement, ou tout service client apportant une valeur ajoutée.

  6. Franck dit :

    Merci pour tes précisions François, c’est déjà plus clair pour moi. Faudra que je pose tout ça à l’occasion d’une V2, a moins que je passe à une solution e-commerce 😉

  7. Francois dit :

    J’aime beaucoup l’ambiance graphique, il y a un potentiel à exploiter en gardant cet esprit.

    Bon week end

  8. Thomas Barbéra dit :

    La fiche produit que je trouve la plus intéressante est celle de Gaiia !

    Il faut dire que c’est la seule qui affiche clairement le prix proche du bouton d’ajout au panier, une chose qui me parait tout de même essentielle.

    Sur plusieurs des fiches de l’article, j’ai eu beaucoup de mal à trouver le prix et principalement sur Since 1337 !

  9. Oui je trouve que la fiche est vraiment sympa et donne envie d’acheter le produit ce qui est finalement le plus important 🙂

  10. Pour le coté ergonomique surement mais sur le coté design/minimaliste (qui peut être recherché sur certains sites) cela peut être un bon exemple.

  11. François à détaillé ce que je n’avais qu’effleuré dans l’article 🙂 Merci François.

  12. David dit :

    Il y a des fiches produits très intéressants et donne des bonnes idées de conception. Maintenant chaque fiche produit doit être caractéristique du produit vendu et malheureusement ce n’est pas toujours le cas…

  13. loran750 dit :

    ça, c’est un très bon article, que je me suis empressé de forwarder à mes partenaires (dont intégrateurs de solutions de e-commerce).

    Et pour moi, ça va me servir à évaluer la qualité d’une page produit.

    GOOD !

  14. […] Pour vous inspirer, voici quelques exemples de fiches produits… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Le responsive web design en image

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Ce n’est pas toujours facile de comprendre les nouveaux concept du web, qui sont parfois bien obscurs pour pas grand chose. Alors quand une vidéo de seulement 1 petite minute arrive à expliquer super facilement un concept comme le responsive web design, je me dois de la partager.

Cette vidéo à été réalisée par Olivier Martineau, fondateur de 42stores à partir de trois sites étant configurés pour faire du responsive web design.

Pour ceux qui n’ont pas compris la vidéo, le  responsive web design est tout simplement la capacité de la feuille de style à s’adapter en fonction de la résolution du navigateur. Cela permet de créer une seule feuille de style pour tous les appareils, que ce soit les mobiles, tablettes ou ordinateurs.

Le principal avantage en référencement est de développer un seul contenu et de l’afficher sur une même url de plusieurs façon, c’est d’ailleurs l’objectif initial des feuilles de syle CSS. Plus besoin d’urls spécialisées comme m.monsite.com ou monsite.com/mobile.

Et bien sûr si un nouveau type de machine apparaît on peut facilement modifier la feuille de style pour prendre en compte cette plateforme, et éviter que votre site ne soit ne soit pas compatible avec l’ipad par exemple. En trichant un peu d’ailleurs je pense que l’on doit pouvoir (en connaissant la résolution précise des appareils) avoir une version spécialisée Iphone ET une (des?) version(s) Android simultanément.

Pour aller plus loin je vous conseil la lecture de cet article sur le responsive design, il contient énormément d’exemples de sites, pour la plupart très beau, ayant configuré du responsive design. Voici un second article, en français, faisant également un bon tour du sujet.

 Vous connaissez des sites E-commerce français faisant du responsive web design ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

1 Commentaire

Une réponse à “Le responsive web design en image”

  1. Francois (Rentashop) dit :

    Je n’en connais pas, mais la demande de « sites ecommerce optimisés pour iPad et iPhone » devient plus concrète, et vu le coût du développement d’une application iPhone, la réponse devrait être … responsive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.