3 Interviews vidéos de grands E-commerçants francais

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Aujourd’hui c’est vendredi, c’est donc le moment de se détendre un peu et de profiter de l’après midi pour s’inspirer des réussites des grands e-commerçants français. Je vous propose donc trois vidéos / interviews de Jaques Antoine Granjon, fondateur de Vente-privée.com, de Boris Saragaglia, Fondateur de Spartoo, et Gauthier Picquart fondateur de Rueducommerce.

Jaques Antoine Granjon de Vente-privée

Boris Saragaglia de Spartoo


Gauthier Picquart de Rueducommerce

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “3 Interviews vidéos de grands E-commerçants francais”

  1. Mickael@Couches lavables dit :

    Merci pour ces interviews.

    Plusieurs réflexions me viennent à l’esprit :

    – J’adore le look de Granjon. Si ça c’est pas du pure player ecommerce !

    – Pas besoin d’avoir l’idée du siècle pour gagner de l’argent. Le plus important c’est sa mise en oeuvre.

    – Pour faire de l’argent, il faut de l’argent. Et pour ça, impossible de compter sur les banques. il faut obligatoirement passer par des investisseurs privés.

    – J’adhère à 100% avec le discours du fondateur de Spartoo. Il gère son business en « bon père de famille » et on voit d’ailleurs une différence avec l’histoire de Rue du commerce (même si spartoo est plus jeune).

    – On a quand même là 3 des principaux responsables de l’entretien du « Mythe du ecommerce » 🙂

  2. bgaillat dit :

    – Oui le look de Jaques Antoine Granjon est très sympa 🙂 sa répartie également !

    – Sur la mise en oeuvre on est 100% d’accord également

    – Pour Spartoo j’aurai eu tendance a dire qu’il gérait son business en fonction des métriques et non pas de ses envies, 5 M€ la première année = respect quand même 🙂

    – Pour le mythe pas forcément je trouve 🙂 mais bien sûr j’ai pris des e-commerçants successful c’est plus sympa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.