Catégorie : Emailing

L’Emailing est une des source principale de trafic et de revenus des sites E-commerce en France et dans le monde. Découvrez comment progresser en emailing et faire de votre newsletter un objet rentable !


Le catalogue papier : vintage ou visionnaire ?

par Frédéric Klotz - Il y a 2 ans

Il y a tout juste un an, 3 Suisses et La Redoute, enseignes « mythiques » de la vente par correspondance française, décidaient d’abandonner leur catalogue papier pour se concentrer sur le commerce électronique.

3suisses

Le gros catalogue de ces vénérables « maisons », tiré à 8 millions d’exemplaires, fut longtemps leur colonne vertébrale. Véritable vitrine, on se le passait entre copines, on le bouquinait pour s’endormir, on aimait à regarder les images, toucher le papier, tourner les pages, comparer…et y revenir. Présents dans chaque foyer français, ces gros catalogues eurent aussi des usages inédits : utilisés tant pour caler un meuble bancal que pour allumer le feu, pour taper sur le crâne d’un mari rebelle ou même pour rêver d’un ailleurs devant les corps parfaits des mannequins en tenue légère !

L’arrêt de la production de cette « bible » a marqué un véritable virage économique pour ces acteurs « traditionnels » en quête de modernité. Le papier n’est cependant pas tout à fait mort pour eux, car certains petits catalogues spécialisés continuent d’être produits, mieux ciblés, plus personnalisés.

 

 

Qu’en pensent les clients ?

3 Suisses et La Redoute n’ayant pas souhaité s’exprimer sur le sujet, j’ai pris contact avec des clients pour connaître leur opinion sur ce changement, et voir si cette évolution avait modifié leurs comportements d’achat.

Pour Katia de Paris, jeune cadre dynamique, feuilleter le catalogue était un plaisir et elle se laissait facilement aller vers des achats « coup de coeur ». Achats impulsifs ? Depuis l’abandon du catalogue papier, cette cliente de La Redoute est devenue plus raisonnable. Le catalogue agissait comme une tentation, et désormais elle se rend sur l’appli mobile pour n’acheter que des produits « utiles ». Du coup, elle consomme moins, car elle est moins tentée ! Finalement, l’abandon du catalogue papier lui fait faire des économies !

Annick de Bordeaux, mère de famille à la retraite, ne s’est quand à elle pas rendue compte de la suppression du gros catalogue des 3Suisses. En effet, elle ne commandait que très sporadiquement depuis que ses enfants avaient grandi, et quand elle a un besoin, elle demande à son fils de rechercher l’article sur internet. Avec la pléthore d’offres commerciales de proximité, elle se sent moins proche des vendeurs à distance, même si elle prend toujours du plaisir à feuilleter les quelques petits catalogues spécialisés qu’elle reçoit encore. Elle est finalement satisfaite de ne plus recevoir de gros catalogue, car elle ne commandait plus beaucoup et qu’elle y voit moins de gaspillage de papier.

Evidemment, on ne peut tirer aucune conclusion à partir de deux témoignages, bien que ce qui en ressort est non pas une question de catalogue ou pas, mais plutôt de personnalisation de l’offre : chacune a sa manière de consommer et apprécie de se voir proposer des offres adaptées.

D’autres acteurs se mettent au catalogue Amazon catalogue

A contrepied de cette tendance au basculement vers le catalogue électronique, Amazon a lui produit un catalogue de jouets pour Noël, à titre de test. Son argument est de dire qu’on ne peut pas afficher autant d’articles dans un email, et que le catalogue est un support plus qualitatif.

Effectivement, le catalogue papier dispose de certaines vertus :

– il est concret : on peut voir les produits couchés sur un support matériel
– il est attirant : un joli catalogue bien conçu et coloré donne envie de le feuilleter
– il est durable : on peut le regarder puis y revenir après

A contrario, il porte certains handicaps :

– il n’est pas exhaustif : sur un site de e-commerce, vous pouvez présenter des centaines de milliers d’offres, ce qui est compliqué à réaliser sur papier
– il n’est pas écologique : bien que les techniques d’impression soient de plus en plus respectueuses de l’environnement, l’empreinte carbone d’un catalogue papier imprimé reste plus importante que celle d’une consultation du même catalogue sur un écran
– il n’est pas interactif : les informations y restent figées alors que les photos, les descriptions et les prix peuvent être changés à loisir sur un site de e-commerce

Le catalogue papier ne semble vraiment pas mort

Non seulement, donc, les petits catalogues spécialisés de vente à distance continuent d’être distribués en France (AM.PM, Taillissime, Anne Weyburn, Daxon, Vitrine Magique…), mais certains acteurs ne peuvent pas s’en passer. L’exemple le plus intéressant est celui de l’anglais Argos, vendeur de produits électroniques. Son catalogue est une véritable institution en Grande Bretagne, une référence. Tant et si bien que non seulement il continue d’être édité, mais qu’en plus il grossit d’année en année et que le vendeur innove en imprimant par exemple sur ce catalogue les avis clients de son site internet.

 

L’évolution de l’appétence pour les catalogues papier dépend donc de celle de nos habitudes de consommation, et de la capacité du catalogue à nous proposer des offres personnalisées.
Aujourd’hui, ceux qui éditent des catalogues doivent donc avant tout répondre à une demande précise du consommateur.

Décidément, le succès des entreprises commerciales tient de plus en plus non seulement à leur capacité à s’adapter à leur marché, mais aussi à rentrer dans le bon créneau d’offre, la bonne « niche ».

Frédéric Klotz

Frédéric a 15 ans d'expérience dans le e-commerce. Il fut l'un des premiers community manager de France, puis s'est ensuite occupé de qualité et de logistique. Depuis 2013, il a fondé OpenYourWeb, expert en Supply Chain du e-commerce, qui accompagne les e-commerçants sur les questions de relation client, logistique, transport ou encore SAV.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Random Rewardz, la bonne idée marketing de Zavvi.com

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Trouver de bonnes idées en webmarketing n’est chose facile mais quand en plus on cherche des idées originales et un peu nouvelles c’est presque mission impossible. Et pourtant voici une idée ultra simple mais tellement intelligente que je ne peux pas m’empêcher de la partager avec vous.

Zaavi, célèbre site en ligne anglais spécialisé dans « l’entertainment numérique » , aka les loisirs numériques dans notre belle contrée, à mis en place une campagne d’e-mailing plutôt sympa et assez persuasive intitulé « Mystery discount / Random Rewardz » .

Le concept est très simple, vous recevez un code de réduction, une série de 3*4 chiffres chez Zaavi, qui contient une réduction entre 5 et 20% . Le coté magique de l’opération vient du fait qu’il faille entrer le code sur la page panier pour connaitre le montant de la réduction ! Lors de la réception du mail, ci dessous, vous n’avez absolument aucune idée du montant dont vous allez bénéficier.

random-rewardz

Oui j’ai supprimé l’ID de mon code de réduction quand même.

Impossible donc de ne pas cliquer, de choisir quelques produits et de tester le code de réduction. Bien sûr les codes de 5, 6 ou même 7% de réduction doivent revenir dans de nombreux cas mais au final 90% du travail est déjà fait : faire remplir leur panier à vos internautes et leur donner une raison d’acheter car, mine de rien, ils auront tout de même un bon de réduction.

L’offre étant limité dans le temps et le risque de passer à coté de cette réduction important, je ne doute pas un seul instant que cette campagne soit ultra-rentable pour Zavvi alors qu’il s’agit d’un « simple » email sans offre produit, sans grand discours. Bref du très simple mais efficace.

Et vous que pensez vous de cette campagne ? Vous connaissez d’autres sites qui ont la même approche ou d’autres campagnes intéressantes ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

6 Commentaires

6 réponses à “Random Rewardz, la bonne idée marketing de Zavvi.com”

  1. Fridlansky dit :

    Bonjour Benoit
    Je reconnais que la « manoeuvre » est intelligente. De plus, en fonction des produits, ils peuvent monitorer ou modifier le montant dans la mesure où le code n’est révélé qu’âpres la création du panier

  2. Je savais que ça te plairait 😉
    J’ai reçu une relance aujourd’hui avec « Last Chance Mystery Discount – Up to 20% off ends midnight »
    Ils sont fort !

  3. Mikael Witwer dit :

    Concept vraiment intéressant je trouve ! Comme tu le dis en début d’article, il n’est pas facile de trouver des bonnes idées en webmarketing de nos jours et pourtant il y a sûrement des milliers de trucs originaux à faire.
    Je trouve que le concept reprend un peu une approche du mailing traditionnel, avec des acteurs comme Yves Rocher, Sephora et leurs bons de réductions à gratter. Ne serait-ce que par curiosité je suis sur qu’un grand nombre d’individus les grattent puis au final sont plus sensibilisés que par les messages commerciaux traditionnels. Merci pour la découverte !

  4. twittersora.com dit :

    Two times the Kentucky Derby and Preakness Stakes have been run ON THE SAME DAY. It would be interesting to know that each age is approximately 2200 years long.

  5. Paul Raimond dit :

    J’aime beaucoup ce concept, très novateur ! Ce sont ces petits tests qui permettent au Web d’avancer. Tenter l’internaute par le mystère pour qu’il consomme. Un jeu donc un plaisir…d’acheter 🙂

  6. I Marketing Pro dit :

    Effectivement, une stratégie vraiment originale qui doit faire des miracles sur leur chiffre d’affaires !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Interview de Mickael Ohayon de Shopping-mail

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Aujourd’hui je vous propose une nouvelle interview, non pas d’un e-commerçant mais d’un jeune entrepreneur, Mickael Ohayon qui lance Shopping-Mail, un service d’échange de bannières dans les emails entre E-commerçants. Voyons avec lui un peu plus précisément son service.

Bonjour Mickaël, peux tu te présenter ton projet ainsi que ton parcours ?

Bonjour Benoit, alors on va commencer par mon parcours, je suis ingénieur en informatique de formation et depuis ma sortie des classes je me suis retrouvé projeté dans le monde du e-commerce en devenant e-commerçant (je vendais des objets déco et des idées cadeaux). J’ai ensuite monté 2 autres sites de vente en ligne qui sont toujours en vie boniday.com et rollup-corner.com
Enfin je me suis retrouvé chez Profileo, une agence web spécialisée e-commerce et plus particulièrement dans les solutions open source telles que Prestashop et Magento. Cela m’a permis de me retrouver de l’autre coté de la barrière et de cotoyer tous les jours de nouveaux e-commerçants.
Assez parlé de moi, voici le projet que nous avons lancé :
Le principe est simple : Chaque email de confirmation de commande transmis par un e-commerçant comporte des coupons de réduction d’autres sites marchands. Ces derniers diffusent également le coupon de l’e-commerçant.
Le service Shopping-Mail gère la diffusion des coupons et le partage équitable des bannières promotionnelles.
Shopping-Mail est donc la 1ère plateforme d’échange de codes de réduction entre e-commerçants, au travers de leurs emails transactionnels.

D’ou t’est venu l’idée de lancer Shopping-mail ?

A dire vrai l’honneur revient à mon associé sur boniday.com et rollup-corner.com, David Soussan, qui est aussi associé au sein de Shopping-Mail bien evidemment.
Nous avons analysé plusieurs concepts liés au monde du e-commerce tels que la distribution en asile colis ou le retargetting et nous avons surtout analysé les taux d’ouvertures impressionnant des emails de confirmation de commande (95%) et de shipping (110% car les internautes reviennent plusieurs fois sur le meme mail).

Peux tu nous décrire comment Shopping mail fonctionne ?

Oui c’est assez simple, nous avons développé un serveur d’échange de bannière qui comptabilise les affichages au seins des emails transactionnels.
Chaque e-commerçant place un tag sur son ou ses emails et à chaque envoi d’email, Shopping-mail vient intégrer 4 bannières de e-commerçants partenaires.
Avant tout, chaque e-commerçant doit aller préparer sa campagne sur son Back office shopping-mail dans lequel il pourra définir les points suivants :

  • Liste des e-commerçants blacklistés ou whitelistés
  • Liste des catégories de produits qu’il souhaite afficher ou pas dans ses emails
  • Liste des catégories de produits sur lesquelles il souhaite apparaitre ou pas dans les emails de ses partenaires.
  • Upload de sa bannière contenant son code de réduction
  • Cible de clientèle visée : Age, sexe, B2C ou B2B, Pays
  • Clientèle de son site en général : Age, sexe, B2C ou B2B, Pays

Nous tentons ensuite d’afficher des bannières les plus percutantes possibles pour les clients, tout cela dans le but d’augmenter le taux de transformation de nos e-commerçants au maximum.

Y’a t’il des fonctionnalités que vous n’avez pas encore implémentées ?

Oui bien evidemment, nous ne nous arretons pas là, nous avons une idée par jour en ce moment.
Les prochaines étapes à court terme seront les suivantes :

  • Amélioration de l’algorithme de targetting, nous allons tenter de créer des relations entre les catégories de produits (ex : j’ai acheté ce tee-shirt, je serai potentiellement intéréssé par ce pantalon)
  • Possibilité de déployer shopping-mail en réseau fermé et en marque blanche pour les groupes de e-commerçants ne voulant travailler qu’entre eux .

Tu vises combien de marchands intégrés et combien d’échanges de bannières dans les prochains mois ?

J’aimerai que le réseau compte environ 300 marchands à la fin de l’année 2012 cependant je suis incapable de te dire combien d’échanges de bannières car ça dépendra de la volumétrie de commandes de chacun des sites.

Pour finir quel est ton site e-commerce préféré en cette fin d’année 2011 ?

palaisdesthes.com ? non trop facile (NDLR : très bonne réponse 😉 )
J’aime beaucoup le site bagatelles.fr et je le recommande vivement pour trouver une bonne idée de cadeau.
D’ailleurs, ce site fait partie des beta testeurs de shopping-mail et donc si vous commandez sur ce site, vous y verrez nos bannières 😉

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

1 Commentaire

Une réponse à “Interview de Mickael Ohayon de Shopping-mail”

  1. […] d’écran des différentes possibilités du plugin. Un grand merci à Mickael Ohayon de shopping mail pour m’avoir fourni les captures […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Découvrez le SPAM par mail de confirmation de commande

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Aujourd’hui j’ai eu la mauvaise surprise de découvrir une nouvelle fourberie des créateurs de virus, leur imagination est vraiment sans limite car cette fois ci cela passe par un peu de spam au travers d’un mail de confirmation de commande.

1ère étape : le mail de confirmation de commande

Le sujet est simple : Order Status for Order #92YWKEE , from Athleta Order Confirmation. Voici le mail on dirait un vrai (pour peu qu’on ait effectivement commandé sur ce site )

Le pire c’est que le site existe, je ne me souvenais pas avoir commandé dessus mais bon, je reçoit des communiqués de presse tellement bizarres parfois que pas grand chose ne m’étonne en terme de mail. De plus c’est très intelligent car comme le souligne si souvent Bruno Fridlansky de consonaute l’email de confirmation de commande est le seul à avoir un taux d’ouverture proche de 100% !

La tentative d’infection utilise une des marques du groupe GAP, donc idéal pour faire du spamming de masse, Gap étant une marque mondiale et extrêmement connue.

2eme étape : le lien

Le seul lien contenu dans l’email étant un suivi de commande il est assez tentant de cliquer dessus pour en savoir plus (il n’y a aucun autre call to action dans l’email ! ), surtout que l’ancre du lien parait officielle.

Le lien redirige vers une url de tracking mais cela arrive assez souvent , rien de très surprenant, je pense donc qu’une majorité de gens cliquent donc sur ce lien sans se douter de la tentative de piratage de leur ordinateur.

Le lien déclenche le téléchargement d’une fichier zip intitulé « invoice-92YWKEE.zip » et reprend donc le nom dans l’email, cela crée une réassurance permettant de tromper un peu plus de personnes. Il faut admettre que même si j’ai eu un doute dès le départ c’est seulement à ce niveau que j’ai été convaincu à 100 % que cet email était une tentative de piratage. En effet, peu de sites proposent le téléchargement d’un fichier zip directement depuis l’email de confirmation de commande.

3eme étape : le fichier zip vérolé

Si l’on ouvre ce fichier zip (je l’ai fait dans un environnement sécurisé au cas ou) on tombe sur un fichier à exécuter (un .exe) qui va lancer un virus qui infectera le système en silence et transformera le pc en botnet.

Je dois avouer que je n’ai pas eu le courage de vérifier les protections de mon pc et de tester sa réaction à ce virus , les effets précis ne sont donc pas connus mais un exe dans un fichier zip cela sert juste à triomper les utilisateurs. Et puis vous avez déjà vu une facture en .exe ? Moi jamais.

Quelles solutions un e-commerçant peut’il mettre en place  ?

C’est donc une très belle tentative d’infection en masse en pc, très bien pensée et très professionnelle dans son exécution. L’ensemble de la chaîne d’infection à été finement étudié par le pirate et les résultats doivent être très très bon, les solutions ne sont donc pas légions.

  • Il faut tout d’abord faire en sorte que vos mails ne soient pas identifiés comme envoyés « via » un routeur :

mail envoyé via une autre adresse

  • Pensez à envoyer vos clients vers un compte client protégé en https
  • Indiquez en bas de mail des consignes de protection tels que :
    • « Nous ne vous demanderons jamais votre mot de passe »
    • « Nous n’envoyons jamais de fichiers zip ou .exe par email
    • « La seule adresse de notre site est http://xxxxxxxx.xxx »

 

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “Découvrez le SPAM par mail de confirmation de commande”

  1. Mickael@echarpe de portage dit :

    C’est quand même de plus en plus vicieux !

    J’avoue que même moi qui bosse et qui achète sur le net depuis pas mal d’années maintenant, il m’arrive parfois d’hésiter avant de supprimer certains mails louchent.

  2. Oui la c’est du vrai vicieux je trouve 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Mettre en place une solution de réponses e-mail semi-automatisées – 1 jour / 1 idée

par Romain Boyer - Il y a 7 ans

Trop d’e-mails dans votre boîte de réception ? Besoin de réduire le délai de réponse ? Besoin de rendre les réponses plus cohérentes les unes par rapport aux autres pour des sujets récurrents ? Trop de fautes d’orthographe dans les réponses ? Besoin de traiter plus d’e-mails en moins de temps ? Pas beaucoup de budget/temps à dépenser,… Je vous propose ici une solution simple à comprendre et à mettre en place, qui peut vous aider dans tous ces domaines.

Akio est assez seul sur ce segment de marché, qu’elle a elle-même nommé « Gestion des Interactions Clients » (GIC) – Je cite quand même un concurrent pour avoir bonne conscience : Eptica -. Pourquoi ne pas garder cette dénomination qui résume assez bien ce dont chaque e-commerçant a bien besoin : être plus efficace dans sa gestion des échanges multicanaux avec ses clients/prospects.

Aperçu du fonctionnement avec la solution sur Akio (Gestion des Interactions Client / Multicanal)

Je ne vous préconiserai pas ici de solution commerciale, Akio se destine à de grands groupes comme la SNCF et compagnie, et coûte cher pour la majorité des e-commerçants ; le ROI n’est de fait pas évident du fait du coût de la solution.

Je me concentrerai sur une fonctionnalité simple qui fait gagner beaucoup de temps. Car, comme dans toutes les solutions, 20% des fonctionnalités représentent 80% de l’utilisation. Et en l’occurence, comme on le voyait dans un précédent article, le principal canal de communication que l’on peut optimiser techniquement est l’e-mail.

On parlait récemment de l’intérêt de la création d’une FAQ dynamique maison, nous verrons ici en quoi le procédé technique décrit peut servir également en back-office.

L’optimisation dont on parle ici consiste en la centralisation des e-mails, et la pré-définition de réponses possibles, puisque 80% des questions concernent 20% des thématiques.

(Faire) créer simplement sa solution de réponses semi-automatisées

Le semi-automatique, c’est quand la machine fait le gros du boulot mais que c’est un humain qui corrige/valide.

L’objectif : avoir une interface facilitant et rendant plus rapides les réponses faites aux internautes.

Etape 1 : créer si ce n’est déjà fait une interface qui lit vos e-mails (stockés sur une boîte e-mail ou dans une Base De Données) et vous les restitue par ordre d’importance (date + pourquoi pas valorisation de l’achat potentiel)

Etape 2 : lorsque l’on veut répondre à un e-mail, les formules standard de politesse sont pré-rentrées, ainsi que la signature du conseiller

Etape 3 : suivant les mots clés trouvés dans le corps du message (même procédé technique que pour la FAQ dynamique), on suggère des réponses regroupées par titre au conseiller qui n’aura plus qu’à piocher dans chaque la partie qui convient. La réponse se construit ainsi un peu manuellement, et beaucoup par copiers-collers qui évitent nombre de fautes d’orthographe, d’oublis, de mauvaises explications, etc.

Attention à ne pas robotiser nos humains, la meilleure réponse est et reste celle construite intelligemment, en fonction du passif et des souhaits exprimés ou non du consommateur.

Petit exemple visuel pour vous montrer la simplicité de la chose au niveau de l’interface (j’avais mis cela en place pour 4000m.com, un service de réservation de saut en parachute, ça avait été très efficace…) :

Exemple

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

1 Commentaire

Une réponse à “Mettre en place une solution de réponses e-mail semi-automatisées – 1 jour / 1 idée”

  1. […] vous vantais les mérites des solutions de réponses e-mail SEMI-automatisées il y a quelques temps, mais comme toujours, l’outil ne doit pas remplacer […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.