Tag : plateforme

Comment fonctionne une plateforme de transporteur ? L’exemple d’UPS à Lyon

par Frédéric Klotz - Il y a 2 ans

C’est en grande pompe qu’UPS vient d’inaugurer sa nouvelle plateforme colis dernier cri de Jonage près de Lyon, l’occasion de vous expliquer comment fonctionne un tel outil logistique !

Il faut dire que le transporteur a mis les moyens : 25 millions d’euros d’investissement, 160 salariés, une capacité de traitement de 10.000 colis par heure, tous ces chiffres donnent le vertige alors qu’on parle d’un centre local pour la région de Lyon.

Le centre de tri de Lyon Jonage Centre de tri UPS UPS Lyon Jonage

 

 

 

 

 

Alors, comment fonctionne une plateforme de transporteur ?

Déjà, comme la plupart des centres opérés par les transporteurs, il s’agit ici d’une plateforme de tri. C’est à dire que les colis arrivent de la région où ils ont été collectés dans la journée, ils sont ensuite triés et répartis par régions ou pays de livraison, et ils repartent au petit matin. Dans l’autre sens, ils arrivent de plusieurs autres centres de tri en Europe pour être livrés dans la région.

L’arrivée des colis

Vous vous êtes toujours demandé à quoi pouvait bien ressembler un véhicule de livraison ? A l’intérieur, on trouve des étagères de rangement et la cabine du chauffeur est séparée des colis par une porte sécurisée.

Un camion UPS Les rangements dans le camion Porte sécurisée de la cabine camion UPS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le centre dispose de 7 emplacements de déchargement

Les colis sont déchargés manuellement sur une chaîne pour être acheminés vers l’outil de tri automatique.

Chaîne de déchargement de colis UPS 20160211_125838 Outil de tri UPS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a aussi des tapis de chargement ecamotables, directement reliés à des camions.

20160211_130018 20160211_130125 20160211_130630

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le tri

Ils sont ensuite lus par des scanners et triés automatiquement lors de leur passage sur la chaîne.

Et enfin explusés automatiquement vers le bon quai de déchargement.

Les petits plis sont triés à part et manuellement, avec l’aide d’un système que l’on appelle « put to light », c’est à dire que l’opérateur scanne l’envoi, et automatiquement une lumière s’allume sur un casier pour lui indiquer qu’il faut placer le colis ici. De l’autre côté, chaque casier est relié à un sac qui correspond à une destination, et dans lequel arrivent les colis ainsi triés.

20160211_133408

 

 

 

 

 

 

 

 

Le chargement

A la descente de la « goulotte », des opérateurs récupèrent les colis et les rangent selon un ordre très précis (légers en haut et lourds en bas), tout en constituant un « mur » dans le camion. Les camions partent ensuite vers un autre centre de tri, dans différents points de France et d’Europe, où ils seront de nouveau « éclatés » pour la livraison.

20160211_132450 20160211_132038 20160211_132200 20160211_132102

 

 

 

 

 

 

 

 

Les colis qui prennent l’avion le soir pour Cologne avec un 767-200 sont rangés dans des containers spécifiques, au nombre de 20.

20160211_133026 20160211_133047

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le contrôle des opérations

Pour finir, comme dans toute organisation logistique milimétrée qui se respecte, un opérateur présent dans une « tour de contrôle » surveille la chaîne pour prévenir tout blocage et surveiller les opérations en cours.

20160211_133923

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Espérant que ce voyage dans une plateforme de transporteur ultra-moderne vous a plu, je reste à votre écoute dans les commentaires si vous avez la moindre question !

Frédéric Klotz

Frédéric a 15 ans d'expérience dans le e-commerce. Il fut l'un des premiers community manager de France, puis s'est ensuite occupé de qualité et de logistique. Depuis 2013, il a fondé OpenYourWeb, expert en Supply Chain du e-commerce, qui accompagne les e-commerçants sur les questions de relation client, logistique, transport ou encore SAV.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Comparatif des CMS – 2010

par Romain Boyer - Il y a 7 ans

01net a publié un comparatif de CMS en demandant à 4 experts de sélectionner les 5 CMS pour lesquels ils avaient le plus d’intérêt, de définir les critères, puis de fournir pour chaque critère une note de 1 à 5.

Le résultat de cette étude montre que chaque CMS a ses avantages et inconvénients, mais eXo Platform (Moyenne : 4,3 – J2EE) semble l’emporter d’une courte tête, devant Plone (3,9 – Zope), EzPublish (PHP – 3.8), Drupal (PHP – 3.5) et Typo3 (PHP – 3.3)

Comparatif de CMS (graphique)

Comparatif CMS

Comme toujours, c’est donc l’usage que l’on aura du CMS qui détermine le choix !

Source : 01net.com

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

5 Commentaires

5 réponses à “Comparatif des CMS – 2010”

  1. Le Courrier Industriel dit :

    Surprenant que WordPress ne soit pas pris en compte dans l’étude ! Rien non plus sur Joomla ?

  2. bgaillat dit :

    Je pense que WordPress est considéré comme un CMS de « blog » et pas aussi flexible qu’un CMS classique de « site » , ce qui a mon avis est totalement faux…

  3. Rom's dit :

    Disons que pour le coup, ils n’ont pris que des CMS agiles, et qui permettent sans développement de (très) nombreux paramétrages. Plone (Zope) a longtemps été la seule référence viable du marché, avant l’émergence des CMS libres (notamment grâce à PHP) tels que Joomla (ex Mambo)

  4. manyakabiz dit :

    Bien étrange en effet que Joomla ne figure pas dans ce comparatif…

  5. Babouille dit :

    Et Prestashop ?
    C’est pourtant un CMS qui monte, on n’en parle pas ?

    J’aimerai pourtant bien connaitre l’avis des pro. à ce sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.