Le choix de ses associés : le tout premier challenge de votre startup

par Mickael FROGER - Il y a 3 ans

Note de Benoît : Et voici une nouvelle plume invitée sur Info-ecommerce. Vous avez le plaisir ci-dessous de lire un article Mickael Froger, Co-fondateur de Lengow mais également un de mes amis. Son point de vue sur les start-up E-commerce est riche d’expérience grâce au contact quotidien avec des dizaines de sites E-commerce.

Lorsque vous vous lancez dans cette aventure qu’est la création d’une startup, une des choses que vous vous dites en premier lieu est qu’il y a énormément de choses à faire, à penser et mettre en place.

Naturellement on se dit que pour réussir sa startup il faut en tout premier lieu trouver l’idée de génie, le super produit ou encore le meilleur business model qui vous garantira le succès de votre société.
Car bien sûr, pour le commun des mortels, la réussite d’une société réside dans sa faculté à générer énormément de cash en peu de temps et sur une longue durée.

J’ai la chance, et ce depuis pas mal d’années, de croiser à diverses occasions, pas mal d’entrepreneurs de tout âge et tout domaine.
J’ai toujours été frappé, lorsque ces entrepreneurs me présentaient leur société, de les voir me parler uniquement de leur produit ou de leur business model.

A la fin de leur pitch, je leur répondais souvent la phrase suivante : « Super projet ! Mais sinon, t’es entouré de qui ? Qui est ton ou tes associés ? Vous venez d’où  ? Il est ici aussi ? Vous êtes complémentaires ? Raconte moi. »

Généralement cette simple phrase déstabilise la personne, car elle ne s’attend forcément à ce que je lui pose celle-ci !
Souvent gênée, la personne me répond vaguement quelque chose, ou soit une phrase de ce type : « Ah ça ? On le verra après, mon projet est top ! Les associés j’en trouverai ! »

Fatal Error

Si il y a bien quelque chose que je retiendrai de l’aventure Lengow, et qui m’a donné envie de l’exprimer sur ce blog (Merci Benoit pour le Guest ;)) c’est que le choix de son associé est un des choix, sinon le choix le plus important que vous pourrez faire en créant votre société.

Aussi difficile qu’indispensable, ce choix vous suivra tout au long de votre aventure, sera votre repère et votre atout premier pour toutes les embûches qu’une startup rencontre.

 

 

Une histoire d’hommes avant tout, d’amis surtout

J’entends quelquefois : « Le business c’est le business, quand on bosse ya plus d’amis, seul le business compte ».

Bullshit ! Son (ou ses) associé est la personne que vous verrez le plus souvent durant les 3 prochaines années de votre société, il est de mon avis capital que cette personne soit proche de vous, que vous connaissez et qu’elle vous connaisse également.
Vous serez confrontés ensemble à une gestion de société parfois complexe et il est important de savoir que votre associé peut compter sur vous et vice versa, que ce n’est pas qu’une histoire d’argent et de réussite, c’est avant tout un projet humain.

J’ai monté Lengow avec Jérémie Peiro, que j’ai rencontré chez LeGuide.com mais au delà de se connaitre professionnellement, nous étions amis avant tout.
Lorsque nous avons monté Lengow, nous n’étions pas sûr de l’avenir, pas certains de nos capacités quant à la gestion quotidienne de la société, etc. Bref la peur naturelle de deux startupers.

Seulement nous étions certains d’une chose, nous étions potes et nous savions l’un comme l’autre que nous pourrions compter l’un sur l’autre en cas de soucis, en cas de doutes ou de coup dur de la vie (pro et perso, car le perso impacte le pro).

C’est cette amitié qui nous permet d’avancer ensemble, de faire évoluer notre société, Lengow est avant tout un projet humain de deux potes qui voulaient lancer une boite innovante/performante/rentable mais avant tout ensemble.

Je croise au quotidien de belles startups qui réussissent et qui évoluent, le point commun de celles-ci est généralement un pool d’associés liés entre eux d’une manière forte, je remarque souvent cela et ca me frappe car je sens tout de suite que les gars sont contents de monter quelque chose ensemble, d’en chier chaque jour quand c’est compliqué et de faire la fête entre eux lorsque tout réussit.

Pour faire le parallèle, je suis passé par une startup en 2008 qui, malgré avoir tout pour réussir, n’a pas su tenir en raison de forts désaccords entre les associés.
Alors bien sûr ca arrive tous les jours et c’est la vie d’une startup, mais dans ce cas précis, ces personnes ne se connaissaient pas forcément avant et n’ont pas su faire la part des choses et se comprendre lors des conflits comme peuvent le faire des personnes proches, surtout dans des moments difficiles.

La complémentarité avant tout

Au delà d’amitié ou d’expérience commune, une des plus importantes composantes du « couple » d’associés réside dans sa complémentarité.

Beaucoup le négligent, mais il est important que chaque associé soit complémentaire l’un à l’autre, et ce dans tous les domaines, aussi bien d’un point de vue compétences professionnelles bien entendu mais aussi d’un point de vue caractère et vision à court/moyen/long terme.

D’un point de vue professionnel, il faut faire en sorte que chaque associé se complète à l’autre, 2 techos ultra geek pourront monter la plus belle technologie au monde mais n’arriveront jamais à la vendre.
Cet exemple est également vrai pour les deux meilleurs commerciaux de la terre qui auront du mal à monter le moindre projet technique, même en s’entourant des meilleurs.

Dans un autre point de vue, et souvent occulté, il est important que les associés se complètent d’un point de vue caractère.
Il ne faut pas oublier que deux associés forment un petit couple, et comme tout couple, on passe de bons moments mais on s’engueule aussi régulièrement.

Les caractères doivent alors pouvoir se comprendre et se compléter, deux personnes au sang chaud et rancunières auront du mal à tenir très longtemps je pense. Alors qu’un Calme et un Hyperactif pourront d’un côté, avancer rapidement sur leur marché et leur produit quand le Calme prendra le temps de poser les choses et contrôler chaque point.

Il faut choisir la personne avec laquelle vous êtes certain de pouvoir vivre au quotidien une aventure difficile mais remplie de bons moments également. Vous devez également être certain que vos caractères seront complémentaires et se « supporteront ».

Cette étape est la toute première étape de la construction de votre startup, c’est également la plus importante car c’est celle qui régulera tout l’avenir de votre société !

Mickael FROGER

Co-Fondateur - Lengow

tags :
17 Commentaires

17 réponses à “Le choix de ses associés : le tout premier challenge de votre startup”

  1. Louis-Alexandre dit :

    Très bon article qui se vérifie dans mon cas.

    Je suis associé avec Eric Boulanger qui est opticien, nous faisons un métier différent mais complémentaire.

    Nous n’étions pas amis avant mais je dois avouer que c’est la personne que j’ai le plus vue durant les 4 dernières années.

  2. Francois dit :

    Bienvenue Mickaël !

    Excellent sujet, et effectivement bien s’entourer est un des pillers de la réussite. Des moments de tension, des joies, des peines, on en rencontre forcément au fil de la vie d’une entreprise, mais comme tu l’a bien exprimé, une association dans un business c’est comme un couple dans la vie. J’ajouterai donc simplement qu’avant toute chose, et comme dans un couple, ce qui compte avant tout, c’est qu’en plus de la complémentarité, on ait un totale confiance en l’autre.

  3. Vincent dit :

    Merci de partager cette expérience avec nous! Nous avons lancé il y a 4 ans une start-up en Belgique, Xpertize.be, et nous avons une vue quelque peu différente sur le sujet.

    Je partage entièrement le point de se dire que la complémentarité est capitale dans le montage de ce genre de projets. Par contre, je pense qu’il est plus utile de s’associer avec des personnes pour leurs compétences, et ce, même si ce ne sont pas des amis. Les épreuves que nous traversons au cours de ces projets vont créer des liens particuliers, qui débouchent le plus souvent sur une amitié, là où la relation n’était que professionnelle dans un premier temps. S’associer avec des amis peut entrainer le risque de justement perdre des amis si des conflits professionnels prennent une dimension importante.

  4. mickaelfroger dit :

    Bonjour Vincent,

    C’est un autre point de vue intéressant.

    Je reste persuader que d’avoir des liens déjà existants au lancement d’une société renforce les énergies et permet d’avancer plus rapidement car la motivation est plus importante.

    Le reste de « perdre des amis » est aussi en effet présent, mais de véritables amis ne se fâchent pas pour du business ;)

  5. Francois dit :

    Je serais moins catégorique, Mickaël, j’ai déjà pas mal d’expérience de création d’entreprise et je n’ai pas toujours été aussi bien accompagné :

    Oui, on peut perdre ses amis, et c’est proportionnel aux montants en jeu

  6. Bienvenue chez nous Mickael, et au plaisir de te rencontrer jeudi a Lille !

    (ben quoi c’est chez nous ici, hein oui Benoit)

  7. Ici c’est la maison des e-commerçants :) installe toi et fait comme chez toi ;)

  8. Mathieu dit :

    Petite question: selon vous, la réussite d’un projet de création n’est envisageable que dans le cadre d’une association?
    Je suis conscient qu’une seule personne ne peut savoir tout faire, ni même n’a le temps de tout faire. Mais, si elle a suffisamment de recul sur ses propres limites, Elle pourra faire appel à des prestataires de qualité pour les taches qu’elle ne maîtrise pas? Et dans ce cas, justement ces partenaires arrivent dans une deuxième étape.
    Me tromp’je ? (oui je sais c’est pas français… :-p )

  9. Peggy dit :

    J’aime beaucoup cette vision différente de ce qu’on a pour habitude d’entendre sur l’association, comme ne pas s’associer avec un ami.

    Personnellement si je m’associe, c’est forcément avec un(e) ami(e) ou tout au moins bonne connaissance, pour être sur la même longueur d’onde. Mêmes objectifs, mêmes valeurs. Avec un inconnu, on peut avoir des surprises.

    Et si on se brouille avec un ami pour du business, on en retrouvera un autre (ami et business) :)

    PS : Benoit, tu te la coules douce là quand même !

  10. Lili dit :

    Très bon article et très vrai. C’est vrai qu’avoir une idée de génie ne fait pas tout, car il faut savoir la mettre en oeuvre et soyons honnête, une personne seule n’a pas toutes les connaissances/compétences requises pour cela.

    Je suis moi-même dans le cas où j’ai fait mon stage de fin d’étude dans l’entreprise de mon homme. Il est pour l’instant en auto-entreprise mais il souhaite passer en SAS. Il lui faudra alors choisir un associé et il semblerait que je sois la bonne personne. Pourquoi ? Non pas parce que je suis celle qu’il aime mais parce que j’ai fais mes études dans un domaine qu’il ne maîtrise pas forcément bien. J’ai des idées et compétences que lui n’a pas (et inversement). Du coup, on se complète à merveille.

    Etant donné qu’on est lié à la vie aussi, ça rend le travail plus sympa (faut quand même dire que c’est agréable de travailler avec des potes) et on se soutient. Comme tu le dis si bien, on est là pendant les coups durs pour se remonter le moral et on boit le champagne ensemble lorsqu’on fait une bonne vente.

    Contente d’avoir un article qui en parle ! C’est vrai qu’il y a de nombreux articles qui traitent de « conseils pour réussir sa start-up » et qu’il n’y a jamais de paragraphes sur l’associé.

  11. Alain Ilhe dit :

    Ce que dit Mickael est tout à fait exact, du point de vue des business angels.

    Nous attachons une très grande importance au facteur humain, peut-être 75% pour 25% au projet : un projet moyen avec d’excellents associés donnera des résultats ; un excellent projet avec de « mauvais » associés ne réussira pas.

    Par « mauvais » il faut entendre non complémentaires, en concurrence, sans relations personnelles et amicales, pas de leader ou tous leader, etc…

    J’ai vu dans un post une question sur l’entrepreneur seul : c’est dangereux et les business angels iront rarement. Sauf exception, à la base une personne qui commence seule est à priori une personne qui ne fait pas confiance aux autres ou qui n’inspire pas confiance aux autres, qui ne se lie pas, etc… tous défauts incompatibles avec l’esprit d’entreprise. Ensuite, être entrepreneur, c’est passer tout son temps à résoudre des problèmes. La solitude n’est pas bonne conseillère et est à terme insupportable. L’échange est le meilleur moyen d’avancer et de supporter la charge.

  12. Thierry Depuydt dit :

    Tu viens à Lille jeudi ? Ca serait sympa d’enfin se rencontrer :-)

  13. Mickael dit :

    Thierry Depuydt > Bien sur, j’animerai les conférences, au plaisir de vous y retrouver ?

  14. C’était à l’attention de Benoît, mais à jeudi aussi :-)

  15. Marie_PayPal dit :

    C’est une belle histoire et surtout un vrai bon conseil ! Le lancement d’une start up, ce n’est pas juste une formalité et un associé, c’est plus qu’un simple collègue. Et il vaut mieux en avoir conscience dès le début de l’aventure.
    Vous avez bien fait d’en parler.
    @Mathieu, non l’association n’est pas une obligation mais quand c’est le cadre de départ, le choix de l’associé est une étape très importante.

  16. Je ne serai pas là Jeudi (dossier important à finir sur Paris) mais je serai les 3 jours au salon E-commerce. on se voit là bas Thierry ?

Laisser un commentaire