Tag : Pixmania

Bilan et tendances de la logistique connectée

par Frédéric Klotz - Il y a 2 ans

Déjà Janvier et voilà le moment de vous proposer un bilan de l’année qui vient de s’écouler, ainsi que quelques perspectives pour celle dans laquelle nous entrons.Stéphane Van Overstracten - CA Logistiques

Cette année, c’est Stéphane Van Overstracten, dirigeant du logisticien bordelais CA Logistiques (adossé en 2015 au Groupe Labatut) et fondateur d’Ecom Aquitaine, l’association des e-commerçants du Sud-Ouest, qui a accompagné la rédaction de cet exercice. Je vous encourage par ailleurs à lire sa récente tribune sur la « course à l’immédiateté » dans la logistique du e-commerce.

En 2015, le commerce connecté a continué à bien se porter, avec une croissance supérieure à 12%.

La revanche du retail :

Côté tendances, l’omnicanal est désormais la règle et le commerce physique est clairement revenu dans la course, après avoir été longtemps dépassé par les pure players. D’une part, chaque enseigne dispose aujourd’hui de son propre site de vente, mais les distributeurs avancent leurs pions. Après Auchan et Casino, c’est Carrefour qui, en 2015 s’est « offert » RueDuCommerce.

En dehors du géant Amazon, nombre des grands pure players souffrent de ce retour du retail dans la course, à l’image de l’ancienne gloire du e-commerce français Pixmania, dont la chute semble irrémédiable. Misant tout sur le service et l’omnicanalité, des acteurs traditionnels comme Darty ou Fnac ont clairement pris de l’avance en 2015.

« L’omnicanal est la norme » nous confie Stéphane Van Overstracten. Il ajoute : « Quand j’ai racheté l’entreprise en 2007, nous avons clairement pris le virage du e-commerce. Depuis, nous avons évidemment des clients pure players, mais de plus en plus d’acteurs du retail et même des demandes pour servir de base logistique pour la grande distribution ! ».

C’est également le modèle de marketplace qui a cette année sorti son épingle du jeu. Ce mode de commercialisation, désormais mûr, représente en moyenne près de 30% du CA des grands acteurs. Signe des temps, en 2015 Cdiscount a fermé son rayon textile mais recruté des chargés de compte pour sa place de marché.

Ce concept convient bien à une certaine frilosité ambiante, en particulier de la part des acteurs entrant sur le marché : le e-commerce étant devenu tellement concurrentiel, le seul moyen « d’exister » est soit de s’appuyer sur la notoriété d’autres en allant sur les places de marché, soit de jouer la carte de la prudence en travaillant en flux tendu ou en drop shipping, c’est à dire en n’ayant presque jamais de stock. Le responsable des opérations d’un acteur en très forte croissance sur la téléphonie mobile me confie que son entreprise « appuye son succès sur les deux concepts, en ne vendant que via les places de marchés et en fonctionnant en flux tendu ».

La proximité du consommateur, nouvel enjeu :

A force de restructurations et de plans de licenciement aussi infructueux les uns que les autres, le groupe bicentenaire Mory, acteur notoire du transport et de la logistique en France s’est éteint en 2015, victime, entre autres, de n’avoir pas pris le virage de la digitalisation et de la spécialisation qui s’impose au monde du transport.

colis du voisinC’est d’ailleurs cette digitalisation qui, mêlée au collaboratif, a vu l’émergence de nombreux nouveaux acteurs du transport. On ne compte plus les start up innovantes dans le secteur !

Evidemment, le côté coopératif est la base de ces concepts, mais il n’aurait pas d’intérêt sans le recours à de puissants algorithmes.

Ainsi, les particuliers sont sollicités pour recevoir un colis comme chez ColisduVoisin ou pour les livrer (crowdshipping) avec TousFacteurs ou Drivoo. Et si les coffres de voiture peuvent être rentabilisés comme le propose Dacopack, ils servent également de boîte aux lettres pour Amazon qui teste le concept avec Audi. Jwebi demande même l’assistance des voyageurs pour rapatrier un colis venu du bout du monde !

D’une manière générale, tout est fait pour se rapprocher du client, et les acteurs du transport jouent maintenant très clairement la carte de la proximité et du service. C’est le cas par exemple de Colibou qui vous livre entre 20h et minuit.

Jouant à fond cette carte « local », les consignes ont poussé comme des petits pains en 2015 dans les galeries commerciales, sur les parkings et mêmeAbricolis dans les lieux publics comme les gares.

Les acteurs ne manquent pas : il y a l’historique, Pickup Station (anciennement Cityssimo), le premier concurrent, Packcity et les petits nouveaux : Inpost et Amazon, qui teste le concept à Levallois.

Le projet Proxidrive veut lui, créer des « aires de livraison » avec parking intégré, et casier adapté au colis et même réfrigéré pour l’alimentaire !

Un concept encore plus proche du consommateur est en cours de test par Renz, celui de la boîte à colis intelligente directement implantée dans les immeubles.

Vous aviez choisi une livraison hors-domicile ? Et bien Relais Colis avec son nouveau service « Relais chez Vous » vous propose de la transformer en une classique livraison à domicile… Ou quand la promesse de personnalisation du service peut aller loin au point de vous faire changer de mode de livraison !

Enfin, pour le consommateur-vendeurs et donc expéditeur de colis, Ebay s’est associé à Mondial Relay pour proposer des stations de préparation de colis dans les relais. Tout un programme !

Plus de praticité, plus de facilité, plus de proximité, voilà donc ce que seront les crédos de 2016 pour les transporteurs !

Toujours plus vite :

Stéphane Van Overstracten l’admet : « les logisticiens n’ont plus d’autre choix que d’aller vite, quitte à être au détriment de leur image ». En effet, selon lui, la rapidité de la prestation a un pendant négatif, reproché à Amazon et selon lui généralisé : cette vitesse d’exécution et l’automatisation de plus en plus importante ont « appauvri le contenu des métiers de la logistique ».  En outre, « la gratuité des frais de port a progressivement convaincu salariés du secteur et consommateurs du fait que la logistique n’avait pas vraiment de valeur ».

Il faut dire que désormais, pour satisfaire un consommateur devenu très exigeant, il faut aller vite à tous les maillons de la chaîne logistique, de la validation de la commande sur le site jusqu’à la prise en mains effective du colis.

logo_colidayOn demande donc aux logisticiens d’expédier une commande du matin dans la journée : signe des temps, Amazon a eu recours à des robots à Noël pour accélérer ses cadences.

Bien entendu, les transporteurs ne sont pas en reste et se doivent eux aussi de livrer toujours plus vite (comme je vous l’expliquais il y a quelques mois ici). Le plus rapide étant dans les heures qui suivent dans les grandes agglomérations, avec des concepts comme Coliday, Colisweb ou Deliver.ee.

Aux États-Unis, Amazon continue d’étendre son service Amazon Prime Now qui promet une livraison en 1 heure de centaines de milliers de produits, y compris ceux de votre épicerie du coin !

Des perspectives… technologiques et humaines :

Le suivi du parcours de sa commande est un point très important pour le consommateur connecté. Avec la baisse du prix de la RFID, gageons que 2016 permettra de voir des colis en être équipés pour signaler, pourquoi pas, leur positionnement en temps réel au client si impatient de recevoir son achat !

En 2016, Amazon devrait mettre en exploitation son système de livraison par drônes qui a fait tant parler de lui lors de son annonce.

D’ailleurs, ne serait-ce pas ce même Amazon qui aurait inspiré nos compatriotes de Spartoo, qui ont mis en place en 2015 leur propre filiale logistique ? Est ce que d’autres acteurs suivront ce mouvement d’intégration verticale en 2016 ?

Est-ce qu’en 2016, les acteurs de la grande distribution ne vont pas, après avoir acquis des pure players, commencer à s’intéresser aux logisticiens spécialistes du commerce connecté, pour bénéficier de cette précieuse expertise de la distribution omnicanal ?

Quoiqu’il en soit, en 2016, logisticiens et transporteurs devront aller toujours plus vite et offrir toujours plus de services pour rester dans la course. Et pour que l’humain suive la cadence, de grands chantiers seront à ouvrir pour notamment améliorer la polyvalence et adapter les temps de travail, mais on devra aussi demander aux systèmes d’informations d’être toujours plus sophistiqués pour répondre à notre insatiable soif d’immédiateté.

Frédéric Klotz

Frédéric a 15 ans d’expérience dans le e-commerce. Il fut l’un des premiers community manager de France, puis s’est ensuite occupé de qualité et de logistique. Depuis 2013, il a fondé OpenYourWeb, expert en Supply Chain du e-commerce, qui accompagne les e-commerçants sur les questions de relation client, logistique, transport ou encore SAV.

3 Commentaires

3 réponses à “Bilan et tendances de la logistique connectée”

  1. David dit :

    Pour ceux qui s’intéressent au transport de colis par les particuliers (évoqué plus haut dans cet article), j’ai établi une liste complète http://blog.piggybee.com/2015/10/crowdshipping.html

  2. Alain dit :

    Merci pour cet article, il est vraiment complet et donne un réel aperçu des tendances de logistique adopter en 2015 (et qui seront probablement présente en 2016) !

  3. MaxR dit :

    Très intéressant le système de crowdshipping. Je ne connaissais pas.
    Ce que je remarque surtout dans les tendances logistiques, c’est qu’on passe d’un système à un autre, et un beau jour on réalise que pour devenir aussi universel que possible, il faut pouvoir intégrer des solutions logistiques multiples. L’universalité vient par la diversité. Opter pour un système ou un autre, c’est choisir de se couper d’une partie du marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Pixmania : ma mauvaise expérience d’achat

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Si vous suivez ce blog depuis un moment vous devez savoir deux choses, la première c’est que la grande majorité des articles sont « positif » c’est à dire que j’essaye de montrer le bon coté des choses et de faire progresser,à mon humble dimension, la connaissance du ecommerce et les solutions réellement utiles pour les e-commerçants. La deuxième c’est que j’accorde le plus grand soin à la satisfaction client et « au bonheur » qu’il peut retirer de passer une commande.

Pour moi un acte d’achat doit être un moment de plaisir, voir d’excitation lorsque l’on a réussi à trouver le bon produit au bon prix avec le bon délai de livraison et qu’on à plus qu’une seule hâte : le recevoir. Aujourd’hui on va voir comment grâce à un Méga-Combo je viens de faire une des commandes les plus décevante de 2012, rien que ça. Merci Pixmania 😉

Pour faire simple voici les paramètres de l’équation :

  • Les soldes
  • Un mode de livraison trop cher
  • Un mail pas très clair
  • Une tempête sur Paris
  • Un vendeur physique « je m’en foutiste »
  • Un système de facturation hors d’age

Je vous le donne en mille cela donne une mauvaise vente, la tempête n’est certes pas le fait de Pixmania mais on va qualifier ça « d’impondérable extérieur » qui malheureusement impacte l’humeur du client et donc la réussite de la vente. Réussite qui je le rappel n’est pas de refourger du produit à tout prix mais de donner envie au client de revenir acheter ! J’en ai parlé chez iAdvize la semaine dernière.

Donc ma commande commence avec une série de tweets de Hamster joueur, qui si vous ne le connaissais pas, propose des (super) bons plans sur les jeux vidéo et draine pas mal de monde chez les marchands (notamment anglais) avec ses 3000 followers. Un bon plan, puis deux, trois et ça enchaîne, ma curiosité est piquée et je clique sur le lien et découvre la catégorie jeux vidéo de Pixmania complètement en promo avec des trucs à 20 € au lieu de 70 € un peu partout (et je vous promets que je suis le sujet de prêt tous les jours 😉 ). Bref de quoi faire flamber la carte bleue avec une sélection de 6 jeux pour 95 € environ. Je suis en plein bonheur : du J-RPG (jeux de rôle japonnais) bradé comme ça c’est du bonheur : j’en profite.

Bien sûr comme je ne commande presque jamais chez Pixmania je n’ai pas mon mot de passe mais tout se déroule bien pour le récupérer et même si Pixmania essaye de me refiler une assurance bidon dans le panier elle est facilement désactivable (d’ailleurs c’est vraiment légal ça les cases pré-cochées pour des produits complémentaires ? ).

Option imposées pixmania

Est-ce bien sérieux d’ajouter cette carte automatiquement ?

Bon arrivé aux frais de livraison je bloque un instant sur les 10€ demandés pour du Colissimo, c’est plus de 10% de ma commande alors non, je prends la livraison en point retrait Pixmania dans le 13eme, c’est gratuit et en 48 heures, ça me va . Bon, pour le moment tout va bien, la suite est moins glorieuse malheureusement.

Je reçois un mail au bout de 48 heures « Une partie de votre commande Pixmania est disponible au magasin », cool je jette un coup d’oeil au mail :

Commande partielle Pixmania

Pour vous donner un peu le cadre  je reçois environ 250 mails par jours (Pro+ perso), je suis donc obligé de scanner très rapidement le contenu et là je vois deux choses : que ma commande est arrivée (partiellement) mais je vois aussi « les articles suivants sont bien arrivés » et la liste complète de ma commande. La colonne ‘quantité livrée au magasin, qui est presque à droite de ma fenêtre de lecture sur Gmail, et donc très peu visible, passe complètement à la trappe dans mon esprit et j’en déduis que Pixmania a mal intitulé son mail.

Je me déplace donc au centre de retrait Pixmania et me prends une tempête tropicale sur la tête, encore une fois Pix n’y est pour rien mais je n’arrive donc pas dans des conditions optimales pour mon retrait de commande. Arrivé au point retrait je patiente quelques minutes mais rien de grave puis rencontre le vendeur. Je donne mon nom, il râle parce que je n’ai pas le numéro de commande (il est 15 h00 et le réseau Orange viens de tomber, pas de bol :p ) mais finalement il trouve ma commande (à quoi ça sert de râler donc ? ) .  Et la premiere douche froide :

  • Le vendeur : A mais monsieur votre commande n’est que partiellement arrivée.
  • Moi : Mais j’ai reçu un mail avec la liste de toute ma commande ?
  • Le vendeur : Non il n’y a que deux produits arrivés, puis de toute façon les autres n’arriveront jamais.
  • Moi : Pardon ?
  • Le vendeur : Oui il sont en réassort donc vous ne les aurez pas.
  • Moi : WTF ?
  • Le vendeur : Alors vous faites quoi vous prenez ceux qui sont là ?
  • Moi : Ben oui, puis je vais attendre pour les autres je suis pas pressé on verra bien.
  • Le vendeur : Ah non c’est pas possible, soit vous payez tout et vous les aurez jamais soit vous payez les produits qui sont là et j’annule les autres.
  • Moi : WTF ? (bis)

J’argumente un peu sur le fait que je trouve un peu osé que Pixmania ne sache pas gérer ses stocks même en période de solde et que le système de facturation est un peu hors d’age et là le vendeur de me sortir un royalement : « qu’est-ce que vous voulez que j’y fasse ? » et la je dis stop, warning !

Mes amis e-commerçants il faut absolument former vos équipes en contact avec les clients pour qu’elles se considèrent comme membre de l’entreprise et donc responsable de la vente à tous les niveaux. Oui un vendeur a le devoir de faire une remontée de non satisfaction d’un client. Ce n’est pas au client d’écrire au PDG pour avoir un peu de considération.

Histoire de ne pas être venu pour rien je pars donc avec 1/3 de ma commande, trempé et en ayant l’impression de ne pas avoir été écouté mais pire en ayant l’impression que Pixmania a gâché ce bon moment que j’avais passé à préparer ma commande sur leur site et ça c’est grave et c’est 100% de leur faute.

C’est finalement ça le plus frustrant car il n’aurait pas fallu grand chose pour que cela se passe bien :

  • Un vendeur compréhensif  : « je suis désolé je n’ai que 1/3 de votre commande … »
  • Un SI moderne : « Je vous facture seulement les produits déjà arrivés puis le reste on verra mais ils risquent d’être annulés plus tard »
  • Voir un geste commercial : « Mais bon on peut vous envoyer le reste de votre commande par la poste plutôt que de vous déplacer une seconde fois »

Ca coûte quoi ? Un peu d’attention, un fonctionnement plus souple et un colis à envoyer en plus éventuellement .

Le gain ? un client satisfait qui aurait passé un bon moment et recommandé Pixmania autour de lui, mais dommage pour Pix et pour moi ce n’est pas encore le cas…

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

16 Commentaires

16 réponses à “Pixmania : ma mauvaise expérience d’achat”

  1. Jeje dit :

    Je trouve le raccourci avec l’entité globale Pixmania un peu facile.

    A première vue tu es surtout tombé sur un gros c*n qui n’a rien compris au business et qui a mal assuré commercialement parlant (tu rappelles d’ailleurs parfaitement bien en fin de ton papier ce qu’il aurait du faire pour garder un client satisfait). Il voulait peut-être se débarrasser de toi car en fin de journée/un peu fatigué (ça nous arrive à tous …). Quoiqu’il en soit son attitude est condamnable.

    Mais y associer directement toute la boite, ça me semble un peu réducteur, non ?

  2. C’est justement pour moi tout le fond du problème Jeje, si 99% des équipes de Pixmania se démènent pour satisfaire le client c’est forcément le 1% manquant qui va tout faire flancher.
    Pixmania est une entité complète et d’ailleurs dans mon article je souligne 3 problèmes majeurs :
    Mauvaise gestion du stock (ce n’est pas la faute du vendeur)
    Mauvais relationnel avec le vendeur (ça ok c’est de sa faute ET celle de son mangament)
    Mauvais système de facturation (ce n’est pas la faute du vendeur, a priori)
    Donc je considère bien que c’est Pixmania dans son ensemble qui a fait foirer ma commande.

  3. Anonyme dit :

    Il n’y a rien de pire que le « je n’y peux rien ». C’est surtout la preuve d’un mauvais management. Appelez amazon pour voir si on vous fait cette réponse, de jour comme de nuit, par beau temps ou par tempête, vous aurez toujours un « je comprends, que puis-je faire pour vous aider ? ».
    Il y a longtemps que je ne passe plus par pixmania pour toutes ces raisons. La concurrence n’est qu’à un clic…

  4. Greg dit :

    « (d’ailleurs c’est vraiment légal ça les cases pré-cochées pour des produits complémentaires ? ). »

    Je croyais que non : http://www.foruminternet.org/specialistes/veille-juridique/actualites/cdiscount-condamne-pour-clauses-abusives-et-vente-forcee-2638.html

  5. Doubjn dit :

    Je partage à 100% cet avis. C’est vraiment le site le plus impersonnel du web, un fouilli sans nom. Une gestion des clients du même accabi que les stocks produits. Une masse informe. Rien à voir avec Amazon

  6. TomTom dit :

    faut savoir lire tes mails mon coco 🙂

  7. Tiens je m’y attendais un peu plus tôt à cette remarque 🙂 . je dirai « Troll spotted » mais je vais argumenter un chouilla 😉

    Le job du e-commerçant c’est d’aider ses clients et de faire passer ses messages de la meilleure des façons et de réduire autant que possible les risques d’erreurs 😉

  8. Naomie dit :

    Oulala quel parcours du combattant! Pour les cases précochées, à mon avis ce n’est ni interdit, ni autorisé mais comme personne ne dit rien, Ils peuvent le faire; c’est encore une petite combine pour que les moins attentifs se fassent avoir. C’est clair que cette mauvaise expérience ne peut qu’inciter à ne plus vouloir avoir à faire à eux.

  9. gold price dit :

    Eh bien on se demande bien comment ils ont une telle note. Suite de mon histoire: donc le 1er juillet en debut d’apres midi j’annule ma commande, confirmée par mail abvec un retour de pixmania. Mardi 2, 14h: surprise, un colis m’arrive par transporteur…et c’est ma commande, alors qu’elle était sensée etre annulée et que l’appareil n’etait pas en stock. J’appelle pixmania et le gars me confirme que l’annulation a été faite…et grosse surprise qd le gars apprend que j’ai la comman de entre les mains!!!!Donc fin heureuse pr moi, mais tt cela denote qd meme d’un manque de professionalisme chez pixmania (en plus le colis a été expédié à 18h le 1er juillet).

  10. Augustin GUELDRY dit :

    L »aventure de Benoît montre que même chez les grands du e-commerce il reste des marges de progrès dans la Supply Chain.

    Pour moi, l’erreur sur l’expédition d’une commande est une partie intégrante du business. Ce qui l’est beaucoup moins c’est quand l’on voit que Pixmania ne semble pas avoir un processus carré pour traiter ses dysfonctionnements. Pixmania ne peut pourtant pas travailler en se disant que 100% des commandes seront préparées et livrées sans incident.

    Benoît décrit combien il était possible (avec un peu d’empathie, d’organisation et de sens commercial) de traiter ses désagréments et de lui laisser un bon souvenir de son expérience d’achat.

    Au lieu de ça, on rend le client amer et qui comme souvent dans ce cas en parle autour de lui et un peu au-delà avec son blog…

    Rien à faire, la logistique et le transport demeurent bien des leviers énormes pour permettre à un e-commerçant de se différencier des concurrents.
    Au lieu de mettre tous les moyens en budget marketing, pub et référencement pour capter à grands frais de nouveaux clients, un petit budget supplémentaire en Supply Chain pour améliorer le service et fidéliser ? Probablement une vieille stratégie dépassée du XXème siècle ?

  11. roy dit :

    Pixmania?….Nullissime
    Je passe commande d’un PC le 11 juillet, 2012 en livraison express (donc sous 24h).
    On est le 24 juillet, et ….rien…
    Malgré mes divers coups de fil, mes réclamations en règle, mes coups de gueule, toujours rien!!
    Par contre mon compte en banque a bien été débité en 24h, pour ça pas de problème.
    Et dire qu’ils se vantent d’être « élue meilleure relation client on-line » (lisez bien, c’est en bas de leur affichage). Je rêve.
    Messieurs de Pixmania, vous êtes NULS
    Un ex-client de Pixmania

  12. médaille chien dit :

    On connait tous quelqu’un à qui il est arrivé ce genre de mésaventure. Mais je dois avouer que je n’ai jamais franchi de la pas de la commande (le coup de la carte en ajout direct au panier, m’avait gavé, et les points retrait trop éloigné).

    Je ne regrette pas de ne pas avoir finaliser ma commande.

    Le soucis c’est que ce site brasse tellement d’argent qu’il n’investira pas d’argent dans son processus livraison.

    C’est aussi pour çà que 80% des e-commerçant doivent mettre le paquet sur la livraison et le contact post-achat pour rassurer le client jusqu’à réception de la commande.

  13. blog e-commerce dit :

    plus le e-commerçant est gros, plus son catalogue est important et plus le risque est fort qu’il ne possède pas les produits en stock … et les problèmes commencent !

  14. Julien Pixmania dit :

    Bonjour Benoit,

    Suite à nos échanges via Twitter et par mail, je tenais à vous répondre sur cet article.

    Après avoir rapidement pris contact avec vous suite à votre Tweet, nous avons, évidemment, fait remonter votre expérience à notre service Magasins, service Clients et service Commercial (Jeux-Vidéo) pour analyser les étapes de votre parcours et tout mettre en place pour que ce genre d’expérience ne se reproduise plus.

    Concernant l’indisponibilité des produits, il y’a eu un manquement de notre part à satisfaire toutes les commandes dans la catégorie Jeux-Vidéo (les prix soldés étant très attractifs). Beaucoup de commandes en peu de temps, un écart entre les informations sur le site et les disponibilités en stock.

    Quant à votre expérience dans notre magasin, on aurait dû vous proposer un renvoi des produits manquants dès le réapprovisionnement en stock ou au moins vous alerter quand ces produits seraient renvoyés au Magasin, mais en aucun cas une annulation de commande n’aurait dû être mentionnée.

    Nous comprenons ce que vous avez pu ressentir et sommes d’autant plus d’accord avec les quelques conseils et recommandations que vous soulignez.

    Sachez que nous avons, suite à cela, tout mis en œuvre pour honorer votre commande initiale et espérons que nos solutions vous ont satisfait.

    Julien, Community Manager Pixmania

  15. Bonjour Julien,
    Désolé je prend connaissance du message un peu tard mais en effet, vous avez bien agit comme vous le précisez dans votre commentaire en m’envoyant un autre tiers de ma commande de votre propre initiative un peu après mon article.
    Merci en tout cas d’avoir pris le temps d’essayer de rattraper le coup, j’espère avoir plus de chance lors de ma prochaine commande sur Pixmania 🙂

  16. Alain et Fanfan dit :

    Un service financier désastreux !

    En quelques mots notre mésaventure , je travaille dans la presse et pour la fête des pères ma moitié décide de m’offrir un nouvel objectif pour mon appareil photo ainsi qu’une caméra d’épaule … montant d ela commande un peu plus de 2000 e, qu’elle décide de régler en 4 fois, même si il nous était possible de régler comptant …tatons que la commande est annulée
    Au bout de deux jours après l’envoi de pièces justificatives, elle reçoit un coup de téléphone lui demandant quelques renseignements , pas de soucis, le soir nous constatons avec surprise, que la commande est annulée !
    Nous appelons le Service Clientèle qui nous informe qu leur partenaire financier est à l’origine de ce refus, nous sommes un samedi et le service concerné O*** n’est accessible que du Lundi au vendredi.
    Le lundi, nous les appelons et après quelques recherches, le partenaire financier nous informe que non seulement ils n’ont jamais refusé quoique ce soit, mais de plus ils avaient donné un avais favorable au dossier de financement en 4 fois, et nous encouragent à renouveler notre commande.
    Ce que nous faisons, le lendemain de cette nouvelle commande, nouvelle annulation !

    Fort heureusement il existe d’autres sites marchands plus sérieux, et nous avons pu commander ce matériel ailleurs …

    A part que pendant ce temps là quelques manifestations qui auraient mériter un reportage vidéo sont passées , et les reportages perdus.

    Nous ne sommes pas en colère, nous sommes tout simplement furieux !

    Une telle incompétence porte un autre nom : la Nullité …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Petite présentation d’Iziflux

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Iziflux, société crée par Guilhem Gleizes est une technologie d’export de flux développé par CibleWeb en 2007 suite à 4 ans de travail avec les comparateurs de prix.

Au départ Cibleweb gérait des campagnes d’insertions pour les marchands pour insérer leurs catalogues produit « à la main ». Ils ont donc eu l’idée de développer un logiciel permettant de gérer tout cela automatiquement et surtout plus facilement.

Le but était d’aider les clients à optimiser leurs campagnes sur les comparateurs de prix, les briques de base d’Iziflux existaient déjà mais pour créer les campagnes en interne chez Cibleweb, avec un peu de travail et d’améliorations Iziflux est devenu disponible pour tout le monde.

Au départ Iziflux était seulement compatible avec les comparateurs, le métier de base, mais depuis l’émergence des places de marché la solution à été améliorée est et compatible avec la majorité des marketplaces. La 1ere plateforme externe à avoir était intégrée à été Rueducommerce en 2008, puis Pixmania, Amazon, Fnac, 2xmoinscher et pour finir des places de marché B2B spécialisées.

Aujourd’hui Iziflux esst en cours d’intégration de la marketplace Cdiscount (C le marché), Ebay et de grosses annonces à venir d’ici quelques temps mais je n’ai pas le droit d’en parler pour le moment 😉 . Vu l’engouement pour le f-commerce Iziflux propose un système qui s’appuie sur Bookset, les développements sont en cours pour proposer une solution fait maison.

Au niveau de l’quipe, aujourd’hui Iziflux c’est 3 développeurs et 1 directeur technique et un service de formation pour accompagner les clients.

La première version d’Iziflux commence à 89€ par mois pour exporter votre catalogue. Une version Iziflux Gold à 150€ / mois pour nombre de flux produits sortant illimité (entre 0 à 5000 produits ), autrement dit pour se brancher partout.

Depuis quelques temps Iziflux travaille aussi sur le service avec une offre Iziflux Optim qui est un service tout compris incluant la gestion des campagnes avec un conseiller en plus de l’application, Iziflux Optim est proposé à partir de 500 €/ mois.

Les comparateurs de prix sont en perte de trafic d’après Iziflux mais peuvent représenter entre 10 et15% du CA des marchands, les places de marché, en pleine croissance elles, peuvent aller jusqu’à 20 ou 35% du CA de certains marchands.

Iziflux à eu plusieurs distinctions en cette année 2011 :

  • Premier prix de l’innovation E-commerce
  • Premier prix de la CCI de Marseille
  • Le prix de l’innovation au salon DevCom Toulouse ( remit par Daniel Broche )
Dans le web tout va très vite et il faut sans cesse innover, Iziflux va donc s’améliorer et proposer de nouvelles fonctions comme :
  • Des remontées de commande
  • Plus de solutions pour gérer le ROI
  • La gestion des stocks pour les Marketplaces
  • Un moteur de règles plus puissant
  • Plus de prestations de services
  • De l’emailing depuis IziFlux
  • Un interfaçage Adwords amélioré
Bien sûr le tout existe s’installe facilement à l’aide de plugins pour les Magento, Prestashop, et des interfaçages sont possible avec un ERP avec échange bi-directionnel.

Pour finir je vous annonce en exclusivité la création d’une formation « Comparateurs et places de marché » avec une première cession organisé par Guilhem lui même.

Pour contacter Iziflux c’est par ici http://www.iziflux.com/

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

1 Commentaire

Une réponse à “Petite présentation d’Iziflux”

  1. Guilhem GLEIZES dit :

    Merci Benoit 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Girlz In Web organise son « Amphis » eCommerce ce soir à Paris

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Girlz In Web lance sa 1ère édition des « Amphis », soirées de conférence et de networking autour du E-commerce ce soir à partir de 19h00 au Centre National des Arts et Métiers (à Paris donc), l’occasion de discuter E-commerce avec des entrepreneurs.

A l’occasion de ce 1er « Amphi », Girlz In Web invite 5 actrices majeures du e-commerce à donner leurs clés de la réussite et leur vision stratégique des enjeux de demain.
Ces interventions seront suivies d’un cocktail- networking dans les locaux du CNAM.

Plus de 27 millions de Français achètent sur internet, soit +12% par rapport à 2009*
Au cours de ces 12 derniers mois, trois quarts des français ont commandé sur le Net. En 2010, le e-commerce a dépassé les 30 milliards d’euros de chiffre d’affaire, en hausse de 24%*.
Le Web marchand est un secteur en très bonne santé qui accélère sa croissance et développe de nouvelles activités grâce aux avancées technologiques permanentes.

Je ne sais pas encore si je vais pouvoir y aller mais je pense que la soirée sera super intéressante vu le programme :

  • Ouverture par Catherine Barba, fondatrice et présidente de l’agence Malinea Conseil, spécialisée en e-commerce ;
  • Acquisition de trafic par Mathilde Le Rouzic, CEO de Quaelead SAS (uncadeau.com) ;
  • Retargeting & E-mailing/E-CRM personnalisé par Odile Szabo, directrice marketing de PriceMinister ;
  • Médias sociaux, à l’international en multi-marques par Vinciane Masure, directrice du marketing relationnel de Accor Hotels ;
  • Le e-commerce délégué à l’échelle européenne par Lida Laisné-Montagnon, directrice commerciale France de e-merchant (groupe Pixmania).

Les inscriptions se font sur Weezevent à cette adresse : http://www.weezevent.com/GIW_Amphis_eCommerce_CNAM

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.