Prestashop va-t-elle rebondir ?

par Romain Boyer - Il y a 1 an

Cela fait un moment (comme beaucoup de blogueurs apparemment) que j’ai envie de parler de Prestashop. J’avais déjà évoqué la situation avec Christophe CREMER à l’époque où il dirigeait la firme mais j’aimerais donner mon avis sur celle-ci ici.

Cet article de Fabrice (The Ecommerce Academy), évoque avec force détails les principaux problèmes que rencontre le logiciel Prestashop du fait du mode de gestion par la société éponyme. Je vous invite à le lire car il est très fouillé.

Je vais rester plus en surface pour ma part mais je représente un des sites qui va au plus près des limites de l’outil et c’est en cela que mon point de vue peut vous intéresser.

Vous intéresser, peut-être, mais est-ce qu’il intéressera la société Prestashop ?

C’est mon premier étonnement. Prestashop connaît bien les sites e-commerce édités par le groupe pour lequel je travaille, et sait le nombre d’employés chez nous qui utilisent quotidiennement l’outil.

Prestashop ne s’est jamais vraiment intéressée auprès de nous à ce qui pouvait être amélioré dans l’outil pour en faciliter l’utilisation au quotidien.

Au niveau ressenti, on a continuellement l’impression que l’outil a été développé par des personnes qui ne l’utilisent pas, et c’est très désagréable.

Je terminerai là-dessus ce paragraphe : je ne comprends pas comme une société digne de ce nom peut se passer de rencontrer aussi souvent que possible ses principaux utilisateurs (mon patron a été quelque temps le président du très privé club des utilisateurs Prestashop pourtant…)

Un logiciel prometteur

Prestashop est une vraie source de fraîcheur dans le monde des CMS, il s’y est fait la place car ses fondateurs ont eu la très bonne idée de choisir un parti pris d’évolutivité, de modularité et de simplicité.

Résultat : l’outil est parfait pour toute entreprise se créant, rendant les évolutions du début aisées, par des modules déjà créés ou à créer ; les coûts sont bien moindres qu’avec d’autres CMS.

Une montée en puissance difficile pour les boutiques

Évoluer avec Prestashop est par contre compliqué, dès lors que l’on parle de montée en charge, ou que l’on multiplie les modules et surcharges.

Car il comporte plusieurs bizarreries qui n’auraient pu subsister si longtemps si les utilisateurs avaient été entendus/écoutés.

  • Problèmes de sécurité lors de l’installation de modules (un module mal paramétré et beaucoup de choses peuvent sauter sur la boutique),
  • problèmes d’incohérences d’interface au niveau du back-office,
  • problèmes de cookies rendant impossible la mise en place d’architectures agiles,
  • cookies mal paramétrés posant des soucis avec les sous-domaines,
  • indexes mal pensés au niveau de la base de données, WebServices inopérants (mal pensés et trop lourds)
  • changements de version cauchemardesques pour les boutiques
  • la non-gestion des exceptions (du moins jusqu’à il y a peu..)
  • clés UNIQUE en base de données manquantes
  • 1 million de photos = 1 millions de photos dans le même dossier
  • une gestion comptable à faire pâlir nos amis comptables
  • Pas de mise en mémoire morte des adresses dans les commandes
  • et ça, c’est que ma mémoire défaillante a gardé en front-end..

Que ce soit au niveau du back-office avec des lenteurs incroyables (notamment si l’on cumule croise beaucoup de produits avec beaucoup de catégories/sélections) ou au niveau front-office avec de petites choses qui auraient pu être grandement facilités avec peu de moyens (tests A/B, cache, front-end Edit)

Conclusion

La critique est aisée, on peut facilement parler de bonnes pratiques, c’est bien plus facile que de les mettre en oeuvre, et c’est un technicien qui vous dit ça.

Je me suis attaché à ce logiciel qu’est Prestashop et je regrette simplement qu’avec un si bon fond, un si bon parti pris (en cohérence avec le reste de marché et avec une vraie place à prendre), la direction prise soit régulièrement celle du plagiat (notamment l’ergonomie du back-office versus Magento) et non celle de la réflexion et des besoins utilisateur.

Espérons donc que la nouvelle direction saura remettre de l’harmonie au sein de la société et que les prochaines fonctionnalités sauront ravir les utilisateurs de la solution.

Je vous invite à nouveau à lire l’article de Fabrice (The Ecommerce Academy) : Prestashop en excès de vitesse.

PS : avant que les questions ne se posent, si le féminin est utilisé dans le titre de cet article, c’est que je pense que le mal est bien au niveau de la société, de la direction générale, commerciale et technique. Les allées/venues dans ces trois pôles, plus ou moins (ou pas) médiatisées, sont inquiétantes, la politique interne d’intégration, de suivi, même au plus haut niveau laisse à désirer et c’est une chose que Bruno, le fondateur exilé aux US pour des besoins d’expansion rapide, aurait bien intérêt à suivre de plus près.

Romain Boyer

Romain est un consultant eCommerce, spécialisé dans la création de valeur et l'optimisation du taux de conversion, ainsi que sur les pratiques cross-canal > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Profil sur Google > sur son blog eCommerce

tags :
26 Commentaires

26 réponses à “Prestashop va-t-elle rebondir ?”

  1. olivier dit :

    Avec un peu de chance le buzz lancé par cet article fera bouger un peu les choses. Comme je le disait sur le forum de PS accorder une plus grande importance à la stabilité du code me paraît être une des choses essentielle à mettre en place.

  2. Il faut que Prestashop arrête de courir après Magento Il y a une marge suffisante pour innover si on se concentre sur les besoins des e-commerçants comme l’indique Romain.
    L’écosystème de Prestashop est aussi à revoir en effet, y’a deux bonnes agences en France, le reste … bref …

  3. Pour avoir commencé à travailler avec Prestashop dès les débuts, j’ai remarqué un jour un changement de cap et de ton quand ils ont lancé la nouvelle version du forum de la communauté…du jour au lendemain on ne trouvait plus d’infos, la priorité d’indexation des contenus se faisait sur l’anglais et toujours à l’heure d’aujourd’hui, n’étant pas bilingue, je passe toujours par google pour effectuer de la recherche sur le forum Prestashop.
    Ce n’est évidemment qu’un détail mais à cette même période Prestashop se lançait à l’international à la conquête de l’Amérique…et depuis rien n’est comme avant.
    Un des bug majeur du CMS est sa gestion du cache et l’optimisation des requêtes (notamment avec certains modules payants) et de plus en plus je rencontre des difficultés avec des hébergements mutualisés de client qui me demande pourquoi leur boutique est si lente avec seulement 50 produits….
    En pleine réflexion en ce moment, je commence à étudier des solutions plus light et peut-être mieux adaptées pour de la petite boutique.

  4. Je ne vais pas rentrer dans le débat étant à l’origine de la solution Thelia. Mes propos seraient probablement mal interprétés.
    J’ai suivi l’ensemble de l’affaire sans me manifester. Je trouve d’ailleurs dommage ce qui arrive à Prestashop. C’est toujours triste d’observer une telle tournure pour un beau projet opensource et encore plus quand il est de chez nous !
    En revanche si je peux donner un conseil à tous ceux qui développent une solution e-commerce opensource c’est tout simplement de la construire en pensant en priorité aux e-commerçants (malheureusement trop souvent oubliés) et à la communauté qui vous aide depuis le début.

    Ensuite, arrêtons avec cette histoire de petites ou grosses boutiques. Ça ne veut pas dire grand chose. Beaucoup y cachent le nombre de produits alors que bien souvent ce n’est franchement pas le critère le plus bloquant.

  5. Moi qui pensait que Prestashop était « la » solution open-source puissante, évolutive (pas usine à gaz façon Magento) avec une belle communauté derrière elle. Je vais certainement y regarder de plus près dans mon choix de la solution cible pour Midi-Vin.

  6. Romain BOYER dit :

    Attention, comme je le dis dans l’article, Prestashop reste une bonne option (fonctionnelle et économique) pour commencer.. il faut juste choisir en connaissance de cause et savoir qu’à partir de 5000 visiteurs jours la solution présente de grosses limites. En bataillant beaucoup, nous avons tout de même reussi à faire tenir 1300 visiteurs simultanés.

  7. Olivier dit :

    Hé bé !
    Bonjour à tous, et merci pour cet article.
    Actuellement je fais le tours des CMS e-commerce, et j’ai sélectionné PS pour ça facilité et prise en main rapide. Je vais y intégrer 7/8 modules pour se que je souhaite faire, en espérant que tout fonctionne bien. J’ai appelé mon hébergeur tout de même, il est rassurant de son côté.
    Mais tout CMS à ses limites, et pense que PS pour débuter ouvre la porte facilement pour toute nouvelle création.
    Après il faut rester à l’écoute de son site et serveur et savoir changer évoluer au bon moment.

  8. Romain BOYER dit :

    Bonjour Olivier et merci pour ta réaction.

    Ton approche est très saine ; une fois qu’on part comme ça et qu’on sait les limites, pas de souci.

    Prestashop convient encore une fois tout à fait à une certaine taille de structure. La critique vient simplement du fait que les directions suivies manquent parfois de logique.

    Bonne continuation

  9. J’ai lu tout plein d’articles parlant de Prestashop (en bien ou en mal)!
    Pour ma part, tous ce que je peux dire c’est que cet outil a ses avantages à la fois ses inconvénients, comme tous les autres d’ailleurs!

  10. Bonjour Romain,

    Je suis le fondateur de Business Tech, une des agences certifiées PrestaShop.

    Puisque ça reparle de PrestaShop et de l’article de Fabrice, j’en profite pour poster à nouveau ici la réponse que nous lui avions faite sur notre propre blog. Vous le verrez, notre ton n’est pas du tout agressif,n car il s’agit surtout d’un retour d’expérience et de faits à partir du terrain.

    http://www.businesstech.fr/blog/prestashop/reponse-a-prestashop-en-exces-de-vitesse-sur-le-blog-de-la-e-commerce-academy/

    Bien à vous,

  11. Romain BOYER dit :

    Bonjour David,

    Merci pour ton retour ici

    Votre reponse laisse entendre que « ça » (je) ne vient pas du terrain.. c’est pourtant le cas et les boutiques Prestashop dont je m’occupe font plusieurs millions également. L’agence qui travaille pour nous est certifiée et pourtant cela n’empêche pas les problèmes que j’évoque. Si je me permets ces commentaires, c’est que j’ai dû passer quelques nuits à préparer les soldes et à faire en sorte que ça tienne (et ça a tenu) mais ça a été autant d’occasions de maudire Prestashop. J’ai discuté de ces problématiques directement avec des developpeurs historiques de Prestashop et ils m’ont confirmé le fait que ces problèmes soient compliqués à régler. ..

    Tout ca pour confirmer : en l’état, une boutique Prestashop est une limite au développement d’un e commerce à un certain stade.

  12. PHILIP dit :

    Bonjour,

    Je pense que ce n’est pas un scoop de dire que Prestashop ‘est une limite au développement d’un site e-commerce’. C’est une réalité. On parle ici de technique, de bug, d’instabilité, de montée en charge. Mais fondamentalement, l’approche ‘fonctionnelle’ de Prestashop la destine aux ‘petits’ (ce n’est pas péjoratif) business en ligne, pour lesquels les marchands cherchent du simple, de l’intuitif, du packagé. A partir de la, Prestashop à les défauts de ses qualités, et est peu adapté aux business complexes, évolués en terme de marchandising et d’animation promotionnelle. Pour nous, c’est une bonne solution pour le marchand dont l’e-commerce n’est qu’une activité annexe, ou le potentiel faible. Pour le pure player ambitieux, je pense qu’il faut aller vers d’autres solutions. On pourra toujours dire ‘c’est n’importe quoi’ et présenter quelques sites Prestashop qui cartonnent commercialement (toujours les mêmes, d’ailleurs), sur le fond, il faut convenir qu’aujourd’hui, les marchands qui veulent une solution très robuste et évolutive vont vers Magento. Ils en payent le prix, aussi.
    Donc on ne peut pas reprocher à une solution légère et bon marché de ne pas être au niveau d’une solution lourde, complexe et couteuse. Pour moi, c’est plus là qu’il y a un problème avec Prestashop. C’est de ne pas assumer son positionnement sur le marché des solutions opensources, et de toujours vouloir se comparer à Magento. Peut être parce qu’il n’y a pas de business model viable sur ce segment ? Je n’ai ni les infos ni les compétences pour le dire, mais c’est une possibilité…

  13. Romain Boyer dit :

    tout à fait Philip, mais celui qui n’avance pas recule, et Prestashop a tout intérêt à rebondir pour ne pas avoir une vague d’e-commerçants qui doivent changer de solution du fait de leur croissance.
    Surtout que les problèmes ne sont pas insurmontables, il faut juste les connaître et pour cela s’intéresser aux besoins réels des e-commerçants

  14. Raphaël Malié dit :

    Bonjour,
    bien que je ne soutienne plus PrestaShop à cause d’histoires graves, je me permet de dire que certaines informations de votre article sont fausses, ou du moins plus d’actualités.

    En effet les points suivants sont corrigés dans la version 1.5 :

    « 1 million de photos = 1 millions de photos dans le même dossier »
    -> Désormais il y a des sous dossiers dynamiques créés automatiquement

    « la non-gestion des exceptions (du moins jusqu’à il y a peu..) »
    -> Un grand pas à été fait à ce niveau là, les exceptions ont été mises en place à de nombreux endroits

    Je ne fais que corriger ces deux points, il y a énormément à critiquer dans le code de PrestaShop mais on ne peut que saluer les avancées qui ont été faîtes vis à vis de l’architecture avec la version 1.5 ;)

    Cordialement

  15. Romain BOYER dit :

    Bonjour Raphaël,

    merci d’apporter de l’eau à mon moulin :
    - pour avoir étudié le code de la 1.5, j’ai pu voir que les exceptions étaient largement sous-utilisées encore, le principe de la méthode n’a pas encore été comprise je pense
    - je n’ai pas eu l’occasion d’étudier la gestion des photos sous la version 1.5, mais le problème était tellement énorme sur la encore toute récente version 1.4 que je ne pouvais pas ne pas le mentionner..
    - le problème des RH est un problème important et dont on entend parler de façon récurrente, dans tous les services de la petite société, et à tous les étages (jusqu’aux plus élevés). Petite anecodte : J’ai moi-même reçu des mails des RH qui étaient sensés arriver à un autre Romain, salarié celui-là,… j’ai trouvé ça magique… Autre anecdote : un mec à un niveau très élevé a quand même pu passer 1 an dans la boîte sans être formé à l’outil.. qu’il n’a jamais vraiment maitrisé du coup, magique aussi

  16. Charles Duwez dit :

    Bonjour,
    Voici mon témoignage.
    Je suis commerçant, et je gère moi-même le site. J’ai démarré en e-commerce fin 2006 sur eBay. En 2009 j’ai lancé une boutique avec leur solution Prestabox, injecté plus de 1000 produits. Pas mal. J’ai rendu visite à Prestashop dans leurs bureaux à Paris pour m’assurer du sérieux. Tout allait bien. Début 2012, plus de statistiques dans la boutique, des bugs en veux-tu en voilà. J’ai réclamé, ils n’ont jamais répondu. Rien. Fin août 2012, le 23 pour être exact, ils ont tout simplement stoppé la boutique sans aucune raison valable, sans m’avertir, plus d’accès pour les internautes, du jour au lendemain. Leurs factures étaient toujours payées en temps et en heure ! Aujourd’hui je ne vends plus rien, normal plus personne n’a plus accès à ma boutique prestabox (ah oui, voici l’adresse : http://www.padl-online.com/).
    La seule chose qui m’intéresse à présent est de récupérer ma base de données clients et la transférer vers Wizishop. En effet, au printemps 2012, sentant les choses mal tourner avec les bugs et les problèmes techniques, j’ai démarré avec wizishop. Jusqu’à présent j’en suis satisfait. Leur solution n’est pas parfaite (que celui qui a une solution parfaite lève le doigt), mais au moins ils ont un vrai SAV, avec des humains qui te répondent sans t’envoyer une facture parce que tu leurs poses une question.
    Voilà, c’était mon témoignage à propos de cette société Prestashop. Nous nous sommes bien entendu fait connaître grâce à eux, mais nous sommes profondément déçu vu le résultat catastrophique et le temps perdu.
    Je ne peux que donner un seul conseil aux candidats e-commerçants qui veulent choisir une solution e-commerce à la performance : si possible, lancez au moins deux boutiques et faites le test pendant 3 à 6 mois, ensuite vous jugerez de la performance des boutiques et choisirez en toute connaissance de cause. Ne mettez pas tous les oeufs dans le même panier.
    OK, maintenant je retourne bosser sur http://www.padlstore.com, qui est notre nouvelle boutique wizishop. Et si vous avez besoin de matos « sports nautiques », appelez-moi.
    Bonne journée à toutes et à tous !
    Charles

  17. Charles Duwez dit :

    Petite correction : quand j’écris « je ne vends plus rien », je parle bien entendu uniquement des ventes prestabox, puisque ce site n’est simplement plus accessible.

  18. Joris dit :

    Bonjour, j’ai lu vos remarques et c’est justement les questions que je me pose avec la solution prestashop 1.5. Si mon e-commerce ce développe est-ce que PS tiendra le coup pour supporter le nombres de visites et de demandent de script (page, commande, compte, mails, etc..) en même temps ?

    J’hésite beaucoup là-dessus entre rester sur PS ou mettre un Magento 2 (quand il sortira) en place ? Mais est-ce que Magento le supporterait lui ?!

    Je ne voudrais pas me retrouver coincé au pieds du mûr au dernier avec la solution. Je pense que plus j’attend et plus la migration sera couteuse (à cause de base de donnée clients, URL référencement, commande, etc..).

    Dans tous les cas, merci pour vos commentaires qui confirme mes doutes… (car prestashop ce dit maintenant adapté aux grands comptes, mais s’il ne supporte pas la charge ça ne va pas…)

    Personnellement j’ai aussi des bug qui apparaissent et disparaissent comme par magie avec PS 1.5.3…

  19. @Pignon_rue dit :

    Salut Christophe,

    C’est un point de vue intéressant pour moi qui pense à faire la pas dans l’autre sens : de Magento vers Presta.
    Force est de constater qu’un Magento demande de trouver des développeurs très bien formés (et disponibles…) et que les évolutions comme le quotidien coûte très cher.
    Je vois par ailleurs combien des choses toutes simples sont très mal gérées par Magento (les factures par exemple). Par comparaison, Presta fait bcp de chose en natif ou de manière simple pour l’utilisateur lambda.

    Mais ton billet a visiblement un autre but : faire réagir Prestashop dans le bon sens, celui de l’écoute de ces clients. J’espère donc que tu seras entendu pour que nous ayons le meilleur réunit de magento et de prestashop dans un même outil (c’est loin d’être incompatible).

  20. Romain Boyer dit :

    j’imagine que ça m’est destiné ;-)
    prestashop est un outil intéressant et plein de promesses. Le parti pris au départ était intéressant mais a mal été exploité.
    Mon but était effectivement vraiment de faire réagir, c’est tout ce que je souhaite à un outil pour lequel j’ai par ailleurs beaucoup d’affection.
    Merci pour ton retour intéressant sur magento qui connait quelques limites également mais que je connais moins en profondeur.

  21. @Pignon_rue dit :

    NB : j’ai dit Christophe, mais je voulais dire Romain…

  22. Besquent dit :

    Bonjour, je n’ai encore jamais réalisé de site e-commerce ! Je cherche de l’info et effectivement entre Magento et Prestashop mon coeur balance.
    J’étais partie sur l’idée de réaliser mon 1er site avec un CMS facile à prendre en main, donc Prestashop ! Mais le CMS doit être capable de gérer l’afflux d’internautes et de commandes (on ne sait jamais !) et là à vous lire il faut préférer Magento ! Quitte à passer du temps à apprendre à gérer un nouveau CMS autant le faire qu’une fois et choisir la meilleure solution !
    Ma question : est-ce qu’aujourd’hui vous pouvez dire que Prestashop à tenu compte de vos avis ? a-t-il évolué ? Je lis beaucoup d’articles défavorables à Prestashop, cela ne va-t-il pas les tuer ? Et donc du coup le choix est facile !
    Merci pour vos réponses

  23. Romain Boyer dit :

    Certainement pas ! Prestashop est justement le meilleur moyen pour se lancer car beaucoup plus facile à faire évoluer.

    A moins d’avoir > 30000 visites par jour, il convient tout à fait !

    Par contre, un certain nombre de bonnes pratiques gagneraient à être implémentées, c’est ce que je soulève ici

  24. Malheureusement, la géniale idée de Prestashop d’ouvrir son CMS aux développeurs du monde entier pose effectivement des problèmes de cohérence entre les différents modules.
    C’est d’ailleurs le problème que rencontre Android avec une panoplie d’applications emplies de virus…
    On dénonce souvent la fermeture d’iOS, mais au final, c’est également une source de sécurité pour les utilisateurs.

  25. Philip dit :

    @Sebastien : ça nous fait un peu peur, cette orientation de Prestashop sur Github : C’est en partie ce qui qui a fini par tuer Oscommerce, avoir une communauté qui ‘bidouille’ les sources dans tous les sens. A la fin, c’etait quasi in-maintenable. Sur le court terme, ça permet de revendiquer des évolutions sans avoir à payer les développement, mais sur le long terme…

  26. PAUSE CAFE dit :

    bonjour
    j’ai un client qui a fait faire son site sous prestashop, catastrophe, probleme de doublon pas de clef etc….
    moi je dévellope sous webdev je n’ai pas tous les soucis que vous évoquez!

Laisser un commentaire