Préparez votre tableau de bord idéal !!

par Romain Boyer - Il y a 5 ans

Je n’ai cessé ici de parler du tableau de bord idéal. Une liste aussi exhaustive que possible des KPIs Ecommerce et la décomposition de la marge transactionnelle en indicateurs de plus en plus fins, pour savoir d’où vient vraiment le souci.

Le tableau de bord idéal est celui qui vous permet en un clin d’oeil de savoir si votre commerce va bien ou non et pourquoi, et ce qui pèche le plus.

Il doit conjuger éléments internes et externes (conjoncturels) à votre commerce pour vous permette d’avoir une vue objective. Si vous faites une baisse mais moindre que la moyenne du marché, c’est un bon chiffre.

Il doit refléter des informations importantes pour les différents métiers de l’entreprise. Il faut donc avoir su bien définir quels sont les métiers de l’entreprise au départ.

Une fois n’est pas coutume, j’aurai fait quelque chose de bref aujourd’hui, mais mine de rien, ces quelques conseils pourraient vous permettre (si ce n’est déjà le cas) d’être bien informés et prompts à réagir !

Je suis en discussion avec des outils de web analytics open source qui ont été très convaincus de cela et qui sont en train de nous préparer de petites merveilles pour vous permettre de savoir en un clin d’oeil ce qui va et ce qui ne va pas.

En un clin d’oeil, quels sont vos 4 indicateurs préférés ? pour ma part : visites par levier, taux de rebond, taux de conversion, évolution des ventes par catégorie…

Crédit photo : Getty

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités.

> Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER
> Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

6 Commentaires

6 réponses à “Préparez votre tableau de bord idéal !!”

  1. Je préfère le « CA par levier » aux « visites par levier » personnellement 😉
    Pour moi le but d’un tableau de bord, sutrout ecommerce, c’est d’arriver à lire ou l’argent est « généré ».

    Quelles sont les sources qui rapportent ?
    Quels sont les produits qui rapportent ?
    Qui sont les clients qui rapportent (typologie) ?

    Avec ça tu connais ton business dans les grandes lignes et tu peux décider d’ou investir.

  2. Jacques dit :

    Le bon sens paysan dirait : ne perdez pas votre temps avec trop d’indicateurs ! (sauf si vous êtes payé pour cela ;o))
    1 Définition des (3 ou 4) objectifs du site.
    2 Mesurer le chemin vers ces objectifs.
    3 Créer les indicateurs de progression sur ces chemins.
    4 Surveiller du coin de l’oeil que les objectifs atteints ne régresse pas.
    4 bis trouver un nouvel objectif (demander aux clients ou aux actionnaires…)

    Passer des heures par mois à structurer des datas pour faire de beaux indicateurs c’est pas productif.
    Donc si tout sort tout seul dans un soft c’est super le patron est content il a son tableau de bord. Mais trop d’indicateurs tue l’indicateur c’est comme les impôts !!!… On va noyer les objectifs : ceux du paysan.

    Donc, pensez a faire une version lite pour les payans, merci.

  3. Denis Fages dit :

    En dehors des indicateurs web classique, je gérais 2 stats qui mesurent la qualité : Vu que la réussite à long terme repose sur la qualité de la relations client.

    1) Le % de témoignages reçus divisé le nombre de commandes envoyés. Cette stat était pour ChacunSonCafe entre 15% et 25%, (ce qui est je pense très bon). Cela mesure d’une façon assez fiable la satisfaction client. Bien entendu, on incitait tous les clients a nous témoigner leurs satisaction chez nous (via Fia-net…).
    2) Le % de problèmes clients résolus. Concrêtement on enregistre l’entrée de tous les problèmes clients (avant et apres vente). On les résoud et on comptabilise le nombre de problème résolus. Le % entre les deux mesure l’insatisfaction… probème non résolus.

    Avec ces 2 stats, vous savez ou va votre boïte. C’est bien de vendre. Mais le produit final d’un site e-commerce ce n’est ni une commande payée, ni même une commande reçue en temps et en heure, mais un client satisfait, content.

  4. Lemarchand dit :

    Hello,

    Well je reste un peu sur ma faim à la lecture de ce billet.

    Ok pour une liste des points à vérifier, ok pour leur pertinence, ok aussi pour y inclure des éléments externes qui peuvent apporter un éclairage à la lecture de nos propres chiffres mais derrière tout cela, la question qui brule les lèvres de 80% des lecteurs c’est COMMENT !?

    Comment avoir quelque chose « d’intelligent » sans avoir à dépenser plus que la boutique que l’on gère ou passer 2h par jour pour récolter les données ?

    J’ai récemment vu une société US qui débute et qui s’est spécialisée dans les tableaux de bord (Plus le nom dans ma manche immédiatement).

    Avez-vous d’autres pistes ? D’autres manières de faire ?

    Cheers,

    FL

  5. Romain Boyer dit :

    Absolument !

    Limiter les indicateurs clés au premier abord
    Permettre éventuellement d’aller plus en profondeur

    Merci pour cette précision plus qu’utile (même si j’avais bien dit « en un clin d’oeil », mais ça mérite d’être précisé !)

  6. Romain Boyer dit :

    Que voilà une bonne question.

    Toute première réponse serait forcément celle-ci : cela dépend de chaque boutique.

    Mais pour être un peu plus pragmatique, il s’agit de prendre l’indicateur clé N°1 (souvent la marge), d’afficher si elle est en progression (vert) ou régression (rouge) par rapport à une période glissante, et d’afficher sa décomposition avec les mêmes infos (nom, progression/régression avec des couleurs) et ainsi de suite de façon récursive.
    L’arborescence exemple se trouve dans un de mes précédents articles : http://www.info-ecommerce.fr/2491/e-commerce-les-indicateurs-et-les-leviers-pour-votre-boutique
    Cela permet ainsi de savoir si l’indicateur clé est en progression ou en régression et de pouvoir voir de façon plus fine pourquoi, et de façon efficace (en un clin d’oeil)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.