Tag : spartoo

Spartoo est un site de E-commerce de chaussures fondé en 2006 par Boris Saragaglia et deux associés. Spartoo fait aujourd’hui partit des leaders de la vente de chaussures sur Internet avec 400 marques de chaussures, 15 000 références et plus de 100 collaborateurs au siège situé à Grenoble.
La logistique de Spartoo est assurée par Morin Logistic


Bilan et tendances de la logistique connectée

par Frédéric Klotz - Il y a 1 an

Déjà Janvier et voilà le moment de vous proposer un bilan de l’année qui vient de s’écouler, ainsi que quelques perspectives pour celle dans laquelle nous entrons.Stéphane Van Overstracten - CA Logistiques

Cette année, c’est Stéphane Van Overstracten, dirigeant du logisticien bordelais CA Logistiques (adossé en 2015 au Groupe Labatut) et fondateur d’Ecom Aquitaine, l’association des e-commerçants du Sud-Ouest, qui a accompagné la rédaction de cet exercice. Je vous encourage par ailleurs à lire sa récente tribune sur la « course à l’immédiateté » dans la logistique du e-commerce.

En 2015, le commerce connecté a continué à bien se porter, avec une croissance supérieure à 12%.

La revanche du retail :

Côté tendances, l’omnicanal est désormais la règle et le commerce physique est clairement revenu dans la course, après avoir été longtemps dépassé par les pure players. D’une part, chaque enseigne dispose aujourd’hui de son propre site de vente, mais les distributeurs avancent leurs pions. Après Auchan et Casino, c’est Carrefour qui, en 2015 s’est « offert » RueDuCommerce.

En dehors du géant Amazon, nombre des grands pure players souffrent de ce retour du retail dans la course, à l’image de l’ancienne gloire du e-commerce français Pixmania, dont la chute semble irrémédiable. Misant tout sur le service et l’omnicanalité, des acteurs traditionnels comme Darty ou Fnac ont clairement pris de l’avance en 2015.

« L’omnicanal est la norme » nous confie Stéphane Van Overstracten. Il ajoute : « Quand j’ai racheté l’entreprise en 2007, nous avons clairement pris le virage du e-commerce. Depuis, nous avons évidemment des clients pure players, mais de plus en plus d’acteurs du retail et même des demandes pour servir de base logistique pour la grande distribution ! ».

C’est également le modèle de marketplace qui a cette année sorti son épingle du jeu. Ce mode de commercialisation, désormais mûr, représente en moyenne près de 30% du CA des grands acteurs. Signe des temps, en 2015 Cdiscount a fermé son rayon textile mais recruté des chargés de compte pour sa place de marché.

Ce concept convient bien à une certaine frilosité ambiante, en particulier de la part des acteurs entrant sur le marché : le e-commerce étant devenu tellement concurrentiel, le seul moyen « d’exister » est soit de s’appuyer sur la notoriété d’autres en allant sur les places de marché, soit de jouer la carte de la prudence en travaillant en flux tendu ou en drop shipping, c’est à dire en n’ayant presque jamais de stock. Le responsable des opérations d’un acteur en très forte croissance sur la téléphonie mobile me confie que son entreprise « appuye son succès sur les deux concepts, en ne vendant que via les places de marchés et en fonctionnant en flux tendu ».

La proximité du consommateur, nouvel enjeu :

A force de restructurations et de plans de licenciement aussi infructueux les uns que les autres, le groupe bicentenaire Mory, acteur notoire du transport et de la logistique en France s’est éteint en 2015, victime, entre autres, de n’avoir pas pris le virage de la digitalisation et de la spécialisation qui s’impose au monde du transport.

colis du voisinC’est d’ailleurs cette digitalisation qui, mêlée au collaboratif, a vu l’émergence de nombreux nouveaux acteurs du transport. On ne compte plus les start up innovantes dans le secteur !

Evidemment, le côté coopératif est la base de ces concepts, mais il n’aurait pas d’intérêt sans le recours à de puissants algorithmes.

Ainsi, les particuliers sont sollicités pour recevoir un colis comme chez ColisduVoisin ou pour les livrer (crowdshipping) avec TousFacteurs ou Drivoo. Et si les coffres de voiture peuvent être rentabilisés comme le propose Dacopack, ils servent également de boîte aux lettres pour Amazon qui teste le concept avec Audi. Jwebi demande même l’assistance des voyageurs pour rapatrier un colis venu du bout du monde !

D’une manière générale, tout est fait pour se rapprocher du client, et les acteurs du transport jouent maintenant très clairement la carte de la proximité et du service. C’est le cas par exemple de Colibou qui vous livre entre 20h et minuit.

Jouant à fond cette carte « local », les consignes ont poussé comme des petits pains en 2015 dans les galeries commerciales, sur les parkings et mêmeAbricolis dans les lieux publics comme les gares.

Les acteurs ne manquent pas : il y a l’historique, Pickup Station (anciennement Cityssimo), le premier concurrent, Packcity et les petits nouveaux : Inpost et Amazon, qui teste le concept à Levallois.

Le projet Proxidrive veut lui, créer des « aires de livraison » avec parking intégré, et casier adapté au colis et même réfrigéré pour l’alimentaire !

Un concept encore plus proche du consommateur est en cours de test par Renz, celui de la boîte à colis intelligente directement implantée dans les immeubles.

Vous aviez choisi une livraison hors-domicile ? Et bien Relais Colis avec son nouveau service « Relais chez Vous » vous propose de la transformer en une classique livraison à domicile… Ou quand la promesse de personnalisation du service peut aller loin au point de vous faire changer de mode de livraison !

Enfin, pour le consommateur-vendeurs et donc expéditeur de colis, Ebay s’est associé à Mondial Relay pour proposer des stations de préparation de colis dans les relais. Tout un programme !

Plus de praticité, plus de facilité, plus de proximité, voilà donc ce que seront les crédos de 2016 pour les transporteurs !

Toujours plus vite :

Stéphane Van Overstracten l’admet : « les logisticiens n’ont plus d’autre choix que d’aller vite, quitte à être au détriment de leur image ». En effet, selon lui, la rapidité de la prestation a un pendant négatif, reproché à Amazon et selon lui généralisé : cette vitesse d’exécution et l’automatisation de plus en plus importante ont « appauvri le contenu des métiers de la logistique ».  En outre, « la gratuité des frais de port a progressivement convaincu salariés du secteur et consommateurs du fait que la logistique n’avait pas vraiment de valeur ».

Il faut dire que désormais, pour satisfaire un consommateur devenu très exigeant, il faut aller vite à tous les maillons de la chaîne logistique, de la validation de la commande sur le site jusqu’à la prise en mains effective du colis.

logo_colidayOn demande donc aux logisticiens d’expédier une commande du matin dans la journée : signe des temps, Amazon a eu recours à des robots à Noël pour accélérer ses cadences.

Bien entendu, les transporteurs ne sont pas en reste et se doivent eux aussi de livrer toujours plus vite (comme je vous l’expliquais il y a quelques mois ici). Le plus rapide étant dans les heures qui suivent dans les grandes agglomérations, avec des concepts comme Coliday, Colisweb ou Deliver.ee.

Aux États-Unis, Amazon continue d’étendre son service Amazon Prime Now qui promet une livraison en 1 heure de centaines de milliers de produits, y compris ceux de votre épicerie du coin !

Des perspectives… technologiques et humaines :

Le suivi du parcours de sa commande est un point très important pour le consommateur connecté. Avec la baisse du prix de la RFID, gageons que 2016 permettra de voir des colis en être équipés pour signaler, pourquoi pas, leur positionnement en temps réel au client si impatient de recevoir son achat !

En 2016, Amazon devrait mettre en exploitation son système de livraison par drônes qui a fait tant parler de lui lors de son annonce.

D’ailleurs, ne serait-ce pas ce même Amazon qui aurait inspiré nos compatriotes de Spartoo, qui ont mis en place en 2015 leur propre filiale logistique ? Est ce que d’autres acteurs suivront ce mouvement d’intégration verticale en 2016 ?

Est-ce qu’en 2016, les acteurs de la grande distribution ne vont pas, après avoir acquis des pure players, commencer à s’intéresser aux logisticiens spécialistes du commerce connecté, pour bénéficier de cette précieuse expertise de la distribution omnicanal ?

Quoiqu’il en soit, en 2016, logisticiens et transporteurs devront aller toujours plus vite et offrir toujours plus de services pour rester dans la course. Et pour que l’humain suive la cadence, de grands chantiers seront à ouvrir pour notamment améliorer la polyvalence et adapter les temps de travail, mais on devra aussi demander aux systèmes d’informations d’être toujours plus sophistiqués pour répondre à notre insatiable soif d’immédiateté.

Frédéric Klotz

Frédéric a 15 ans d'expérience dans le e-commerce. Il fut l'un des premiers community manager de France, puis s'est ensuite occupé de qualité et de logistique. Depuis 2013, il a fondé OpenYourWeb, expert en Supply Chain du e-commerce, qui accompagne les e-commerçants sur les questions de relation client, logistique, transport ou encore SAV.

3 Commentaires

3 réponses à “Bilan et tendances de la logistique connectée”

  1. David dit :

    Pour ceux qui s’intéressent au transport de colis par les particuliers (évoqué plus haut dans cet article), j’ai établi une liste complète http://blog.piggybee.com/2015/10/crowdshipping.html

  2. Alain dit :

    Merci pour cet article, il est vraiment complet et donne un réel aperçu des tendances de logistique adopter en 2015 (et qui seront probablement présente en 2016) !

  3. MaxR dit :

    Très intéressant le système de crowdshipping. Je ne connaissais pas.
    Ce que je remarque surtout dans les tendances logistiques, c’est qu’on passe d’un système à un autre, et un beau jour on réalise que pour devenir aussi universel que possible, il faut pouvoir intégrer des solutions logistiques multiples. L’universalité vient par la diversité. Opter pour un système ou un autre, c’est choisir de se couper d’une partie du marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Les coulisses d’un site de vente en ligne

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Hey oui c’est samedi mais voici quand même un petit article 🙂

Vous en faites pas c’est assez rapide mais le moment est important : TF1 parle en bien du ecommerce, du moins de façon assez factuelle il ne faut donc pas louper ça ! Pour une fois qu’on ne se tape pas les clichés sur la vente à perte et le SAV inexistant il faut en profiter !

Une petite vidéo du 13Heures de Tf1 avec Boris Saragaglia de Spartoo et Gauthier Picquart de Rueducommerce. D’ailleurs vous connaissez le point commun entre ces deux entreprises ? La réponse est en dessous de la vidéo mais pas mal d’indices sont dans la vidéo 🙂

Il manque juste une petite partie sur les emplois générés par le ecommerce mais bon la vidéo est déjà très sympa.

Le point commun c’est que les entrepôts de Rueducommerce et de Spartoo sont logés chez Morin logistique l’un a coté de l’autre 🙂

Vidéo trouvé via Marc Schillaci

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

3 Commentaires

3 réponses à “Les coulisses d’un site de vente en ligne”

  1. Francois (Rentashop) dit :

    C’est bien la première fois en effet !

    Tiens, la fiche produit de l’aspirateur chez RueDuCommerce, c’est une marque qui a son site chez nous, le monde est petit

  2. Sébastien dit :

    Toujours aussi impressionnant quand on voit tous les produits.

  3. @Sebastien : Oui c’est clair, j’ai eu le plaisir de pouvoir visiter les deux entrepôts et c’est encore plus impressionnant en vrai !
    Bon ceci dit on a affaire à deux énormes ecommerçants quand même 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Eye-tracking – Etude sur le e-merchandising

par Romain Boyer - Il y a 5 ans

NewQuest a publié récemment une étude sur le e-merchandising qu’il faut absolument consulter.

L’agence de Chambéry a fait passer des tests à quelques utilisatrices sur les sites concurrents Sarenza, Spartoo, et Zalando.

L’étude est intéressante sur plusieurs points.

Beaucoup d’écarts sur le temps passé et sur l’efficacité des redirections des utilisateurs sur la home page.
NewQuest propose dans son étude des vidéos pour voir les déplacements des attentions des utilisateurs dans le temps.

Il faut un fort contraste sur les liens dans les menus vers les promotions sans quoi ils ne sont pas vus

Les pushs dans les menus semblent être ignorés

Les éléments de réassurance ne sont pas vus sur la page d’accueil

Je vous invite fortement à consulter les nombreux éléments (captures d’écran et vidéos) communiqués par NewQuest, c’est vraiment très intéressant

Le lien vers l’étude : Analyse du E-merchandising par NewQuest

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

2 Commentaires

2 réponses à “Eye-tracking – Etude sur le e-merchandising”

  1. Thomas Barbéra dit :

    C’est intéressant de voir la façon dont l’oeil arrive à ignorer automatique les publicités.

    Malgré tout, je pense que, comme avec les images subliminales, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de focalisation sur la publicité ou l’élément de réassurance qu’il n’influence pas le comportement du consommateur.

    Cependant, le fait qu’il n’y ait pas de focalisation sur la page d’accueil montre qu’il est inutile de mettre des éléments de réassurance uniquement sur cette page. Ils doivent être visible dans le footer ou dans le header depuis toutes les pages du site.

    Je suis certains que la focalisation sur un numéro de téléphone lorsque le client est dans le panier d’achat serait beaucoup plus importante.

  2. Thomas Barbéra dit :

    Autre chose, pour les méga menu !

    Personnellement, je recommande souvent d’utiliser la zone de droite pour faciliter la navigation plutôt que pour faire des mises en avant commerciale.

    Avec de beaux visuels, un site de prêt à porter, peut facilement distinguer ses rayons femme, homme, enfant…

    A mon sens et c’est ce qui ressort de l’étude, c’est le comportement qu’il faut avoir dans ce type de menu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Lancement du Club des e-commerçants de l’Isère

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Une petite news rapide pour vous signaler le lancement du club des e-commerçants de l’Isere, Club qui a vocation à regrouper et rassembler les porteurs de projets e-commerce (petits & grands) dans la région de l’Isère (autour de Grenoble).

Logo ecommerçants isere

C’est une bonne initiative pour fédérer une profession encore assez jeune et bien éparpillée, les échanges en live étant souvent très instructifs et formateurs. Lorsqu’on lance son site E-commerce on est parfois un peu seul devant son écran et même si de nombreux sites proposent des conseils e-commerce rien ne vaut une vraie discussion avec ses pairs.

Cela permet d’échanger autour des problématiques classique du e-commerce, de voir que l’on est pas le seul à vouloir être 1er sur google, acquérir plus de clients, de trouver de bonne idées de produits et ne pas savoir quelle solution e-commerce choisir…

Le club des e-commerçants de l’Isère à été lancé en Avril 2010 et à déjà lancé une série d’animations sur le référencement, Google Analytics ainsi que des formations sur les réseaux sociaux. La liste des interventions à venir est assez conséquente mais vu l’ampleur du sujet c’est bien normal !

Si vous êtes e-commerçants dans la région de l’Isère n’hésitez pas à aller y faire un tour et nous faire un retour sur les réunions. Le site officiel (ici) ne mentionne malheureusement pas la liste de ses membres e-commerçants. Impossible de savoir si des e-commerçants très célèbres, comme Spartoo, qui est basé à Grenoble, sont présents lors des réunions du club e-commerce de l’Isère.

 

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


3 Interviews vidéos de grands E-commerçants francais

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Aujourd’hui c’est vendredi, c’est donc le moment de se détendre un peu et de profiter de l’après midi pour s’inspirer des réussites des grands e-commerçants français. Je vous propose donc trois vidéos / interviews de Jaques Antoine Granjon, fondateur de Vente-privée.com, de Boris Saragaglia, Fondateur de Spartoo, et Gauthier Picquart fondateur de Rueducommerce.

Jaques Antoine Granjon de Vente-privée

Boris Saragaglia de Spartoo


Gauthier Picquart de Rueducommerce

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “3 Interviews vidéos de grands E-commerçants francais”

  1. Mickael@Couches lavables dit :

    Merci pour ces interviews.

    Plusieurs réflexions me viennent à l’esprit :

    – J’adore le look de Granjon. Si ça c’est pas du pure player ecommerce !

    – Pas besoin d’avoir l’idée du siècle pour gagner de l’argent. Le plus important c’est sa mise en oeuvre.

    – Pour faire de l’argent, il faut de l’argent. Et pour ça, impossible de compter sur les banques. il faut obligatoirement passer par des investisseurs privés.

    – J’adhère à 100% avec le discours du fondateur de Spartoo. Il gère son business en « bon père de famille » et on voit d’ailleurs une différence avec l’histoire de Rue du commerce (même si spartoo est plus jeune).

    – On a quand même là 3 des principaux responsables de l’entretien du « Mythe du ecommerce » 🙂

  2. bgaillat dit :

    – Oui le look de Jaques Antoine Granjon est très sympa 🙂 sa répartie également !

    – Sur la mise en oeuvre on est 100% d’accord également

    – Pour Spartoo j’aurai eu tendance a dire qu’il gérait son business en fonction des métriques et non pas de ses envies, 5 M€ la première année = respect quand même 🙂

    – Pour le mythe pas forcément je trouve 🙂 mais bien sûr j’ai pris des e-commerçants successful c’est plus sympa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


50 exemples de boutons ajouter au panier

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Vous manquez d’imagination pour trouver la taille et la couleur de votre bouton « ajouter au panier » ? Voici 50 exemples de boutons « Ajouter au panier » pour stimuler votre créativité !

Note : Le classement est purement aléatoire

  1. Enjoysunglasses
  2. Javari.co.uk
  3. JeanStory
  4. Chemise-homme.com
  5. Meilleursvinsbio
  6. Gaiia-shop
  7. Fnac
  8. Wonderbox
  9. Pompe-a-bière
  10. Rueducommerce
  11. Barbe-à-papa
  12. Cdiscount
  13. Kaze
  14. Etam
  15. FoliFlora
  16. Comptoirdesdessous
  17. Spartoo
  18. Maxoutils.com
  19. Plantes-et-jardins
  20. Nike
  21. Opticien-Online
  22. Apple
  23. Ikea
  24. Aigle
  25. Asos
  26. Play.com
  27. Elite-lingerie
  28. Jules
  29. Headict
  30. Piscinex
  31. Eco-Zen
  32. PresqueParfait
  33. Ebook.com
  34. PiecesAvenues
  35. kaprizio
  36. Lamaisondujouet
  37. Luniversdesgauchers
  38. Monguidesante
  39. GuyDegrenne.fr
  40. Krys
  41. Bellroy.com
  42. Autourdespates
  43. Rueverte
  44. Rueduparapluie
  45. Etsy
  46. BubbleStick
  47. AngryBirds
  48. Bidule-chouette.com
  49. Boite-a-the.com
  50. Cupandco

On peut donc voir qu’il existe une multitude de boutons , de couleurs, de forme et d’intitulés. Le orange revient néanmoins assez souvent, au moins dans cette sélection arbitraire et empirique. J’en profite pour dire merci a Ekomerco , Rhooo , presqueparfait et lamaisondujouet pour les idées de liens.

Et vous, quel est votre bouton ajouter au panier favori ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

13 Commentaires

13 réponses à “50 exemples de boutons ajouter au panier”

  1. Nico Mister parapluie dit :

    J’ai l’impression que celui de mon site est légèrement énorme par rapport aux autres.

  2. Nico Mister parapluie dit :

    Au fait, histoire d’être pointilleux tu n’as pas de n°4 et ça va du coup jusqu’à 51

  3. bgaillat dit :

    Si ça convertit c’est l’essentiel 🙂

  4. Franck dit :

    Sympa de m’avoir intégré dans la liste !

  5. Info techinque au paasge, mon lecteur rss a un soucis avec ce post benoit, dois y avoir un chti code quil aime pas.

  6. bgaillat dit :

    Merci Thierry mais j’ai pas utilisé de code a part les balises ul/li, un classique du html. Tu peux m’envoyer un rendu du flux chez toi STP par mail ?
    Merci !

  7. bgaillat dit :

    Tu as eu la chance de sortir le bon jour 😉

  8. bgaillat dit :

    Merci Nico, je vais corriger ça

  9. chef de projet dit :

    Certains auraient besoin d’A/B test non ? ou du moins d’un petit lifting.

    @nico sa c’est du bouton !

  10. bgaillat dit :

    Si j’avais pu avoir les taux de conversion en face ca aurait fait un bel article 😉
    Bon certains boutons sont minuscules quand même … j’ai du mal a comprendre l’interet

  11. Nico Mister parapluie dit :

    Merci, pour une fois que j’ai la plus grosse 🙂

  12. Avez-vous (ou existe t’il ) des stats sur les couleurs et les formes les plus efficaces ?

  13. Naxelana@Site bougie parfumée dit :

    Merci pour ces exemples de boutons !
    Cela donne pas mal d’idées !

    Mon bouton se rapproche du bouton « Ajouter au panier » de la Maisondujouet

    Ce serait effectivement intéressant d’avoir des stats sur les couleurs et les formes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.