Tag : solutions ecommerce

De quoi devrait disposer la parfaite solution e-commerce ?

par Romain Boyer - Il y a 4 ans

Crédit : Getty LDFrançois Ziserman s’est prêté à un exercice intéressant (lire : Peut-on (encore) lancer une solution e-commerce) et utile sur ce que devrait contenir la solution e-commerce idéale.

Pour faire avancer la réflexion, je me propose de donner ma version issue de ma propre expérience. François et moi avons des avis complémentaires du fait de nos sensibilités respectives, à prendre en compte comme tels. Certains de nos avis se recoupent évidemment.

Pour moi, la parfaite solution e-commerce

  • Devrait être centrée sur les outils aidant à la vente, et notamment les tests multivariés (sur des blocs de templates) et le merchandising dynamique (centré sur un objet Opération permettant d’adresser des opérations particulières en fonction de dates, de typologies de clients, de canaux d’entrée,…) ;
  • Devrait proposer plusieurs possibilités de tunnels de conversion (one page checkout, guest checkout, etc.), testables en test A/B, que le commerçant peut choisir/tester en fonction de son activité ;
  • Devrait être connectée : les EDI doivent permettre simplement d’y connecter un ERP notamment, et un datamart pour le suivi du visiteur et le e-merchandising comportemental ;
  • Devrait  avoir un système de cache intégré performant, pourquoi pas pré-connecté avec Varnish avec un mode de purge du cache bien implémenté. Un monitoring du cache permettrait notamment de connaître le niveau de cache par template comme le permet DemandWare par exemple ;
  • Devrait  avoir un système modulaire simple. Celui de Prestashop lui a assuré son succès ;
  • Devrait gérer idéalement les transactions, une tentative de transaction = un identifiant unique ;
  • Devrait avoir un moteur de recherche prédictif permettant d’amener les visiteurs vers les rubriques principales ou les fiches produit du site plutôt que sur des résultats de recherche généralement non optimisés

Je trouve que c’est un exercice intéressant pour les blogueurs e-commerce pour faire avancer les réflexions et les solutions.

Et pour répondre à la question posée dans le titre de l’article de François, mon avis est que, oui, on peut encore lancer des solutions, robustes et basées sur des frameworks tels que Symfony2 (français !), et proposant notamment les caractéristiques plus haut citées. Prestashop a été lancée en 2007 et Magento en 2008, c’est encore (relativement) récent !

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités.

> Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER
> Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

3 Commentaires

3 réponses à “De quoi devrait disposer la parfaite solution e-commerce ?”

  1. eCom-Store dit :

    Des mises à jour transparentes pour les e-commerçants car leur coût est élevé.

  2. La solution e-commerce idéale doit surtout etre pensée par des e-commerçants et non pas par des techos 😉
    Pour moi elle aurait ces fonctionnalités :
    Te permet de savoir ce qui s’est passé sur ton site la veille, je ne parle pas de « que » de stats mais bien de comprendre pourquoi la journée a été bonne ou pas.
    Des fonctions de gestion de catalogue en back office, un vrai « PIM » adapté à un travail quotidien.
    Te calcul des prévisions de réassort correct (qui prend donc en compte l’exposition/visibilité du produit)
    Qui gère les sessions via url sécurisées plutôt que par couple login/password (voir l’autologin de Vente-privées)
    Qui a surtout des vraies fonctions d’animation commerciale. genre des widgets auto en fonction de l’historique du client) (François va pas aimer ça 😉 )

    Bref des trucs orientés client final et e-commerçants avant tout.

  3. Philip dit :

    @Romain : Je suis d’accord sur le fond, mais franchement, dans les 120 000 marchands français, combien sont capables de gérer un test AB ? voire combien ont un trafic suffisant pour avoir les grandeurs statistiques nécessaires à une bonne analyse ?
    Idem pour les ERP. Ca semble pourtant le BA-Ba, mais ç’est très loin des préoccupations du marchand ‘de base’. Le problème de fond, c’est que proposer des fonctionnalités évoluées impliquent de créer un moteur hyper souple, capable de s’adapter à toutes sortes de business et de reflexion marketing. Et quand on voit déja l’appréhension des marchands à monter sur un outil comme Magento (Houlala, c’est compliqué !!!) pourtant très accessible, j’ai des doutes sur la capacité d’un outil évolué à répondre à leur besoin basic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Interview de Yoan De Macedo, fondateur de la solution Thélia

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Aujourd’hui je vais vous présenter Thélia, une solution e-commerce française (et oui une de plus !) assez peu connue comparé aux mastodontes comme Prestashop et Magento.

Mon ami Ludovic ayant déjà parlé du projet il y a pas longtemps (que je vous conseille de lire ici) je vous propose une petite interview plus orienté sur le marché du e-commerce d’un point de vue éditeur.

Bonjour Yoan, d’abord pour ceux qui n’aurait pas eu le courage de cliquer sur le lien ci-dessus peux tu te présenter (avec Thélia) et nous raconter depuis quand tu es dans le E-commerce ?

Bonjour Benoît. Nous avons créé Octolys, la société éditrice de Thelia, en juillet 2005. La première archive de Thelia sous licence GPL a été diffusée en décembre 2006.
Thelia est un CMS e-commerce personnalisable à souhait, orienté webdesign et très simple d’utilisation.

Plusieurs milliers de boutiques tournent aujourd’hui à l’aide de Thelia et Octolys a travaillé sur plus de 200 projets.

 

Le marché des solutions E-commerce est assez concurrentiel (tout comme le e-commerce) quel est son avenir d’après toi à deux ou trois ans ?

La solution e-commerce ne représente qu’une partie des nombreuses briques nécessaires pour monter un projet de qualité. Entre les solutions open source, les solutions propriétaires, les solutions SaaS, le marché est aujourd’hui bien couvert. Ceux qui ont les finances nécessaires s’orientent vers un marché mondial, les autres restent dans un environnement plus local.

Pour qu’une solution survive, elle doit apporter un plus, une fonctionnalité exclusive, un service particulier. Je pense que les solutions sur la place depuis depuis déjà plusieurs années vont perdurer. En revanche, je ne pense pas que l’on verra de nombreuses nouvelles solutions « globales » arriver sur le marché. J’imagine bien de nouveaux CMS orientés mobiles par exemple, plus ciblés.

 

Comment analyserais-tu les différents projets E-commerce que tu vois ? Est ‘ce plutôt des projets cohérents ou faut’il encore beaucoup d’évangélisation ?

Je vois de tout mais globalement, « l’évangélisation » est encore nécessaire. Je crois que le marché va « s’autoréguler » dans les années à venir et le phénomène a même déjà commencé. Monter une boutique de qualité demande un certain investissement et il est dangereux de croire qu’avec un budget restreint il sera facile de s’en sortir. Bien entendu, des exceptions existent mais dans l’ensemble les projets qui fonctionnent sont ceux qui ont pris au sérieux cet élément.

 

Amazon est une vrai pieuvre du E-commerce, les petits ecommerçants ont ‘ils une chance de s’en sortir d’après toi ?

Oui et … non. Vendre un produit grand public va devenir de plus en plus difficile. Les « hypermarchés » du web à travers un travail sur le volume et une marge ridicule vont probablement engloutir les petits. C’est triste mais je ne vois pas vraiment d’autres issues possibles. Un exemple simple : la chaussure. C’est réellement de plus en plus compliqué de lutter face aux géants.

En revanche, inventer une marque, proposer un produit de niche est une véritable opportunité sur le web. Là où une boutique physique dans une petite rue piétonne a des difficultés à survivre, internet offre une visibilité incomparable.

Le e-commerce est donc loin d’être terminé pour les petits mais avant de se lancer, il est important d’analyser précisément son produit.

Quels sont les meilleurs projets e-commerce que tu ais vu ces derniers mois ?

Pour être honnête, je n’ai pas été marqué par un projet en particulier. Ces derniers mois, on a surtout vu apparaître de nouvelles façons de vendre.

Les utilisations intelligentes du mobile par « Vente Privée » par exemple ouvrent une porte vers l’avenir.

La réalité augmentée laisse entrevoir de belles possibilités. (voir ici par exemple)

Les réseaux sociaux sont enfin pris en compte et j’ai surtout découvert des refontes prenant en compte les notions de marketing, de fidélisation qui n’étaient pas encore toujours évaluées à leur juste valeur.

 

Quelles sont les erreurs les plus classiques des e-commerçants débutants d’après toi ?

Le budget marketing est trop souvent oublié dans le budget de départ. C’est une grave erreur car il est primordial.

Acheter du conseil est souvent trop abstrait pour le e-commerçant. C’est bien dommage car le retour sur investissement pourrait être bien plus intéressant avec les bons conseils.

Pour terminer, l’ergonomie est trop souvent négligée. La perte de chiffre d’affaires liées n’est pas simple à calculer mais elle est probablement phénoménale.

 

Merci Yoan pour ton temps.

Pour voir une démo de Thélia vous pouvez aller ici et pour en savoir plus c’est sur le site officiel de Thélia 

 

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

7 Commentaires

7 réponses à “Interview de Yoan De Macedo, fondateur de la solution Thélia”

  1. Salya dit :

    Nous avions utilisés Thelia pour la 1ère version du Twalendrier (calendrier Twitter) en 2009, bien que peu connue c’était déjà une bonne solution qui correspondait pleinement à nos besoins! Par ailleurs Yoan Manu et les autres sont super, toujours très à l’écoute de leur communauté 🙂

  2. Stéphane dit :

    J’utilise également Thélia pour mon site e-commerce qui a été réalisé par la société Inéolab de Strasbourg. Une très bonne solution pour nos sites en ligne.
    Merci 🙂

  3. Matthieu dit :

    Bon, article, on sent l’expérience réelle et le pragmatisme et les compétences d’Octolys, mais pourquoi diable continuer à véhiculer le cliché de libre = gratuit ?? (cf l’illustration). Ce cliché est aux antipodes de toute pédagogie/évangélisation, sauf à prendre le mot évangélisation au premier degré et de continuer à promouvoir ce dogme…

    Il me semble que l’équipe d’Octolys est capable de plus de finesse que cela et qu’ils y gagneraient à ne plus s’associer l’Open-Source à la notion de gratuité.

    Ce cliché amène en effet systématiquement le porteur de projet à penser que les prestations sont/devraient être également gratuites et induit souvent une absence d’estimation des coûts de fonctionnement.

    Je comprends bien que c’est du marketing, mais si les gens compétents ne font pas d’effort pour cultiver leur public, qui le fera ?

  4. Et juste par curiosité le projet à duré combien de temps pour le développement ?

  5. Yoan dit :

    Pour répondre à Matthieu, au contraire je dis toujours que le libre n’est pas gratuit.

    Et … tu as raison. Ce slogan traîne depuis longtemps sur le site.

    Je viens de le supprimer. Merci pour cette judicieuse remarque.
    Je suis le premier à râler après cette confusion !

    Je viens de remplacer la formule par « libre et accessible »

  6. Matthieu dit :

    Respect 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


E-commerce : les indicateurs et les leviers pour votre boutique

par Romain Boyer - Il y a 7 ans

Il est très important quand on est dans le e-commerce de bien différencier ce que sont les indicateurs et ce que sont les leviers.

Nous en discutions récemment avec les directeurs d’eCommera France et Monde, et ils mettent fortement l’accent dans leur outil Intelligent Trader (ceci n’est pas un article sponsorisé) sur cette différence importante, trop de personnes confondent trop souvent les indicateurs avec les leviers.

Votre objectif en tant que responsable de boutique est d’avoir un maximum d’indicateurs qui vous permettent de sentir de la façon la plus objective possible le ressenti des utilisateurs de votre site Internet.

Les indicateurs à votre disposition et à suivre sont les suivants :

je vous propose de reprendre les indicateurs de l’excellent outil eCommera Intelligent Trader, parfaitement hiérarchisés/décomposés :

Paul, augmente-moi ce taux de conversion stp !

avec plaisir chef, tout de suite chef.

Une fois qu’on suit tous ces indicateurs, qui sont utiles à la direction, il faut voir ceux qui sont dans le rouge sur un jour, une semaine ou un mois glissants et voir comment on agit.

Chaque levier mérite un article propre, je vous propose donc ici d’ouvrir un dossier et de vous proposer dans l’ordre donné plus haut les leviers utiles à l’amélioration de chaque indicateur.

Je vous ajouterai les liens dans ce dossier au fur et à mesure de l’apparition des articles.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités.

> Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER
> Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

10 Commentaires

10 réponses à “E-commerce : les indicateurs et les leviers pour votre boutique”

  1. bgaillat dit :

    Aller bon courage tu as un paquet d’articles sous le coude là 🙂

  2. Romain BOYER dit :

    m’en parle pas !
    si des volontaires veulent participer sur un domaine particulier d’expertise, qu’ils n’hésitent point à se faire connaître !

    tant d’attentions pour la gloire de Rome !.. ‘fin du e-commerce français quoi..

  3. […] article détaillé dans le dossier Les Indicateurs et Leviers pour votre boutique e-commerce, nous allons ici nous focaliser sur un élément important de détail : le nombre de produits par […]

  4. […] dans le dossier E-commerce : les indicateurs et les leviers pour votre boutique, nous allons nous intéresser à une question importante : le prix des […]

  5. […] on continue notre dossier Indicateurs et Leviers E-commerce avec une problématique de tous les jours : Comment augmenter sa marge […]

  6. […] on continue notre dossier Indicateurs et Leviers E-commerce avec une problématique de tous les jours : Quelle marge s’octroyer sur les livraisons […]

  7. Leclercq dit :

    Bonjour,
    j’aimerai savoir si tu sais où je peux trouver le détails des couts de stuctures ( avec un exemple précis) pour des entreprises comme sephora.com, rueducommerce.com, fnac.com etc..
    typiquement si j’achète une tv Sony sur le site de la Fnac comment se décompose les différents couts…

    Merci pour ta réponse

    Benjamin

  8. bgaillat dit :

    Rueducommerce publie son rapport annuel, c’est là ou il y a le plus d’informations financières (et sur le marché)

    http://www.rueducommerce.fr/images/corporate/RDC_DocdeRef_2009_2010_Vdef_100719.pdf

    Grosso modo si c’est un groupe coté il sera simple de trouver des infos, si l’entreprise n’est pas coté cela va être très dur car ce sont des données confidentielles 🙂

  9. […] ceux qui suivent, je compte bien avancer et terminer le dossier commencé sur les considérations à avoir pour améliorer la marge transactionnelle e-commerce (article en cours de rédaction), et j’ai quelques révélations à apporter bientôt sur mon […]

  10. Bonjour. Merci pour cet excellent article. Il est effectivement crucial de correctement « découper » sa performance en KPI opérationnels pour pouvoir agir dessus. Voila un des fondamentaux à ne jamais oublier!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


5 belles boutiques 42 stores

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Ce matin je vous propose un petit moment de détente, c’est vendredi après tout, avec un instant de contemplation devant 5 belles boutiques qui tournent sous la solution e-commerce 42 stores. 42 stores est une solution que je n’ai jamais utilisé, pour le moment, mais cela ne m’empêche pas d’apprécier le travail réalisé sur ces boutiques.

La boite à Thé

http://www.la-boite-a-the.com

Normanniae

http://www.normanniae.com

Almariva

http://www.almariva.com

brasilhair

http://www.brasilhair.com/

Leonidas

http://www.leonidas-loscaen.fr

Et vous quel est votre boutique préféré parmi les  5 ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

4 Commentaires

4 réponses à “5 belles boutiques 42 stores”

  1. Julien dit :

    Moi c’est http://www.manzi.be qui tourne sur 42 aussi

  2. Olivier / 42 dit :

    Merci Benoît. Bien vu pour Léonidas, elle est toute récente.
    Nous avons faire un petit mise à jour de notre portfolio il y a quelques jours : http://exemples.42stores.com/

    Il faut dire que l’ancien était vraiment plus au niveau ! Maintenant la moitié des belles boutiques ne sont plus faites par 42Stores directement, mais par les clients directement (mais toujours avec de vrai compétence graphique, pas de secret !) Dans cette catégorie, j’aime beaucoup http://www.lagriveetlolivier.fr/

  3. Francois dit :

    Bonsoir, Je ne connais pas 42, c’est une solution open source ?

  4. bgaillat dit :

    @François : 42 stores est une solution E-commerce en mode « SaaS », vous ouvrez un compte et ils s’occupent de tout : hébergement, évolution du code etc …
    comme je le dit au début je n’ai pas encore testé la solution mais cela permet de faire de jolies choses.
    @Olivier: merci pour les liens, j’ai préféré Léonidas à lagriveetolivier simplement parce que j’adore leurs chocolats 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.