Tag : shopping

Lancement de la boutique Vic&Viko

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Une news rapide pour vous annoncer le lancement de la boutique Vic&Viko, boutique web spécialisée dans les polos pour homme. C’est encore un coup des gens du Nord (la boutique est basée à Lille) et je suis prêt à parier que ça tourne sur un Magento. Le site est en effet parfois un peu lent et réagit typiquement comme du Magento, à savoir pas mal de calcul entre deux pages web.

Je ne suis pas un grand fan des textes qui traînent un peu partout pour le référencement (en haut de page et bas de page), ça fait un peu trop 2005 à mon goût, les produits ont l’air par contre vraiment sympa, pour peu qu’on aime les polos bien sûr, mais la taille du zoom sur les fiches est beaucoup trop petit … On sent que les photos sont de bonne qualité mais c’est assez frustrant de ne pas pouvoir admirer les produits d’un peu plus près.

Ceci est un zoom taille réelle, c’est pas bien grand...

Mon ressenti sur la boutique est assez mitigé, les produits sont beaux,cela ressort bien mais le site e-commerce manque de finitions et donne un aspect un peu « en chantier », dommage .

Pour aller visiter la boutique c’est par ici -> http://www.vicandvikopolo.com

Et vous, quel est votre avis sur cette boutique ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Google shopping arrive en France

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

C’est la grande nouvelle d’hier , « google product », « google achats » « google shopping » arrive en France pour se tailler une part de marché sur le secteur très concurrentiel des comparateurs de prix. A mon avis ça doit être un peu la panique chez Shoppzilla, Kelkoo, leGuide & Co … Voir arriver un acteur de cette taille et avec autant de cash (33.4 milliards d’euros) dans les poches sur leur marché, ça doit impressionner.  En tout cas moi j’aurais au moins eu un petit frisson de peur, voyons ensemble pourquoi .

Première question, quel est le business model d’un comparateur de prix  ?

Un comparateur de prix peut avoir 2 business model (en dehors de google shopping) : une rémunération au clic, c’est à dire au nombre de visiteurs envoyés vers votre site marchand ou, petite variation, un business model qui rémunère le comparateur sur le CA généré plutôt que sur le trafic. Le deuxième est un peu plus lourd à mettre en place mais idéalement plus efficace pour le marchand qui ne paye que lorsque qu’il encaisse réellement de l’argent.

Vous comprenez aisément que plus les comparateurs envoient de trafic plus ils gagnent d’argent, ce sont donc devenus des experts du SEO et de l’aquisition de trafic en général, ils exploitent ainsi la plupart des leviers de communication disponibles (voir : où trouver du trafic pour son site ).

Quel est le business model de Google shopping ?

menu google shopping

En regardant un peu dans le back office marchand de google shopping on peut trouver plusieurs indices sur le business model de google shopping.

Premièrement, il n’y a pas d’onglet « créditer votre compte » dans le menu de google shopping, donc à première vue l’insertion du catalogue et les clics envoyés vers le marchand ne sont pas payants.

Deuxièmement, l’onglet Google Adwords nous indique que l’on va pouvoir je cite « Intégrez votre contenu dans vos campagnes Adwords. » Bon je crois qu’on le tient le business model, vendre du adwords aux E-marchands, c’est pas comme si on s’en doutait pas un petit peu 🙂 .

Bien sûr, on peut également s’attendre à une intégration parfaite entre Adwords, Google Shopping et Google Analytics, une solution toute intégrée prête à être déployée facilement pour apporter du business à un marchand.

Il ne manque rien, enfin presque rien, peut être juste un moyen de paiement pour avoir la maîtrise de la partie web de la chaîne de la valeur du e-commerce. Par le plus grand des hasards il se trouve qu’il y a un onglet « Google checkout » pour configurer son ID Google checkout (toujours pas sorti en France il me semble).

Donc nous avons : un outil de gestion de catalogue (Google shopping) + de la publicité (Google adwords) + un moyen de paiement (Google checkout) + un outil de reporting (Google analytics)…

Bizarrement, je ne pense plus tellement à une concurrence avec les moteurs de comparaison de prix mais plutôt à des briques pour aller concurrencer toutes les marketplaces (Ebay, Amazon, Priceminister etc …).

Les comparateurs et marketplaces sont-ils morts ?

Paradoxalement, même si Google attaque de front leur business model et leurs sources de trafic, je pense qu’ils sont loin d’être morts pour plusieurs raisons :

La première est que cela ne s’est pas passé aux Etats Unis et en Angleterre où Google Shopping n’a pas réussi à convaincre les internautes de passer par ce service (NB : je cherche des chiffres fiables là dessus). Malgré les réserves de cash, Google n’a pas réussi à fournir un produit indispensable pour les utilisateurs finaux. Peut-être que cela changera avec le temps ou peut-être que cela sera différent pour le marché français mais bon c’est un signe « rassurant » pour eux pour le moment.

La deuxième c’est que Google n’est plus seul, on peut considérer que entre 1999 et 2009 Google a représenté la porte d’entrée sur le net d’une majorité d’internautes. Aujourd’hui le trafic d’entrée se répartit entre Google, Facebook et surtout les webphones avec les applications. Ce qui peut permettre aux plateformes de shopping d’aller chercher des clients hors de la galaxie google, chose impensable il y a 5 ans où le duo SEO+Adwords régnait en maître.

La troisième raison est la paranoïa méfiance des internautes vis à vis de Google, les notions de vie privée et de contrôle global de la planète par Google rendent inquiets certains internautes qui ne sont plus prêt à confier leurs données à Google. Je ne connais pas ce pourcentage mais il était encore inexistant il y a quelques années et ne fait que s’accroître lorsque google sort un nouveau service.

Les marchands doivent t’ils s’inquiéter ou se réjouir ?

C’est bizarrement eux qui à mon avis ont beaucoup à perdre, les comparateurs et marketplaces surveillant déjà tous Google shopping et trouveront des parades (ou pas s’ils sont mauvais). Les e-marchands peuvent se réjouir car cela va faire baisser les coûts d’acquisition client dans un premier temps (moins de frais au clic, trafic plus ciblé etc …) mais ce canal demandera finalement peut être la même expertise dans 2 ou 3 ans que le SEO à ses débuts. Il y a ceux qui le prendront en compte et ceux qui se laisseront distancer et comme on peut rarement être bon partout cela va être une nouvelle opportunité pour de nouveaux concurrents pour se lancer.

En abaissant les barrières à l’entrée du E-commerce cela accroît la concurrence et réduit les marges… Attention au nouveaux entrants.

Vous en pensez quoi de Google shopping vous ?

PS : je viens de voir qu’après un an sans post sur ikom.fr Jérôme a publié un article hier sur l’avenir des comparateurs de prix 🙂 heureux hasard.

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

12 Commentaires

12 réponses à “Google shopping arrive en France”

  1. Marc Chouteau dit :

    Une hypothèse très probable est que Google Search descende en flèche les comparateurs sur les premières pages de résultats (ce qui serait bien pour tout le monde). Puis place son propre service de shopping avec une meilleure mise en avant comme ils l’ont déjà fait avec Maps ou les vidéos.
    Je n’ai pas encore mis en place ce service, mais ce qui semble très intéressant est de pouvoir annoncer via AdWords sur chaque produit (galère a faire avec la version actuelle d’AdWords, possible avec leur API mais payant).

  2. pilouto dit :

    Le modèle de Google Shopping est pour le moment gratuit mais il va par la suite passer en payant avec un modèle style Adwords. Pour être 1er il faudra payer…

    Google a les moyens et l’audience pour rendre ce service incontournable. Cela va prendre du temps avant que les internautes aient le reflex. Mais la mise en place progressive d’un nouveau bloc « Google Shopping » directement dans la page search va tendre à le démocratiser.

    Le problème des comparateurs de prix c’est leur ultra-dépendance à Google. Ça ne me surprendrait pas s’ils baissent en positionnement SEO dans les mois qui viennent…

  3. bgaillat dit :

    @Marc Si google pénalise les comparateurs il y a de grandes chances que les marchands en pâtissent aussi malheureusement…
    @pilouto : personne n’est obliger d’utiliser adwords sur le moteur classique, à mon avis ce sera pareil dans google shopping.
    Pour le service incontournable ce n’est pas ce qui s’est passé aux UK et aux USA alors pas sûr que ça réussisse en France.

  4. Romain Boyer dit :

    Google a toujours un succès plus fort en France et en Europe qu’aux USA, Cf le taux d’utilisation de Google > 90% en France et 66% aux US (http://www.generation-nt.com/moteur-recherche-usa-comscore-bing-facebook-actualite-1100331.html)

    Une chose extrêmement intéressante est que Google a interdit aux robots d’indexer ses propres pages products : http://www.google.com/robots.txt
    Ceci explique peut-être le fait que Google Shopping ne perce pas plus que cela.

    Pas de SEO ou d’adaptation de l’algorithme de Google donc (d’ailleurs, 19 résultats sur les pizzas seulement sur site:google.com/products !)

    Je trouve l’idée de Benoît très intéressante sur les briques conçues pour aller vers une market place, et j’ai également la même sensation.

    Je pense que Google Shopping fera payer des mises en avant comme le pense @pilouto

  5. Romain Boyer dit :

    Extraits du robots.txt au fait au cas où ça change :

    Disallow: /m/products?
    Disallow: /m/products/
    (…)
    Disallow: /froogle?
    Disallow: /products?
    Disallow: /products/
    Disallow: /froogle_
    Disallow: /product_
    Disallow: /products_

  6. Clement dit :

    Super article, très pertinent!.
    Je pense en effet que les comparateurs vont baisser en SEO mais ils trouveront bien la parade. Cela étant la valeur ajoutée pour les utilisateurs est faible car les avis publiés sont peu crédibles (par rapport aux services réels de feed-back client). Google s’enlève le problème des avis et ne garde que le plus pertinent pour l’utilisateurs (Photo + Prix +Descriptino courte + nom du marchand).
    Cela étant je suis étonné du faible succès relatif que tu commentes aux US et UK car bizarrement je pense que l’on fait plus facilement confiance à Google pour donner ses données perso que à Facebook….
    Tu mentionnes les app webphone, et là aussi Google a bien préparé le terrain avec Android et Chrome OS (ou vice-versa) sur Phone mais surtout sur Tablets et sur TV…..
    Faciliter le shopping depuis le canapé sera un jeu d’enfant pour Google.

  7. bgaillat dit :

    Merci Clément !
    Pour le succès UK et USA j’ai discuté avec un comparateur cet aprem qui m’affirme que google a 70% du marché aux US des comparateurs, il faut que je trouve des sources fiable pour en être sûr.
    Facebook à moins de confiance que google peut être mais les deux sont en passe de devenir les « nouveaux méchants » du web, Microsoft doit être content de ne plus être la bête noire 🙂
    Pour les apps et la TV oui et non, google va maîtriser l’OS mais pas ce que tu installes dessus, donc il va lui manquer une étape dans la chaîne de la valeur.

  8. Loïc dit :

    Votre théorie est flippante mais très probable.
    Sinon j’ai lu sur le Monde que Google installe une ligne internet ultrarapide à Berckley avant d’équiper une ville entière… Google est vraiment devenu incontounarable pour tous les acteurs du web et il profite donc de sa situation de quasi-monopole. Bref c’est pas forcément rassurant tous ces nouveaux services et domaines d’activité !

    Ps: ce serait bien une option pour être prévenu quand un nouveau commentaire arrive !

  9. bgaillat dit :

    Oui j’ai lu aussi pour le haut débit, ils savent que c’est dans leur intérêt.
    Pour le quasi monopole est ce réellement un problème ? c’est un monopole par l’innovation et l’amélioration constante, le tout généralement gratuit.

    Pour les commentaires je vais essayer de trouver comment améliorer tout ça, je ne m’y était pas vraiment penché jusqu’à présent …

  10. pilouto dit :

    « Pour le succès UK et USA j’ai discuté avec un comparateur cet aprem qui m’affirme que google a 70% du marché aux US des comparateurs, il faut que je trouve des sources fiable pour en être sûr »

    70% ?? C’est énorme ! Si tu as des stats sur l’utilisation de GG Shopping aux USA ou au UK je suis preneur. Merci.

  11. bgaillat dit :

    Voila quelques stats pour le UK qui proviennent d’une étude de Comscore : http://tinyurl.com/2adpq8h

  12. […] les comparateurs de prix, qui eux se prennent des claques (à cause de leurs pratiques ou bien de l’arrivée de google shopping selon votre point de vue), mais plutôt pour les marketplaces avec des sites ultra-trustés comme […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.