Tag : Référencement

Le référencement est un des sujets les plus important pour tout responsable de boutique internet. C’est un sujet demandant beaucoup de compétences et de savoir faire. Choisir un référenceur est très compliqué car l’offre de compétence est pléthorique même si peu de diplômes peuvent confirmé ces compétences en référencement. Nos conseils de référencement sont issus de notre expérience de E-commerçant et correspondent donc à des solutions pour optimiser votre catalogue produit.


Les conférences Ecommerce de la semaine

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Encore une semaine bien chargée avec ces nouvelles conférences de Ecommerce live, toujours gratuites et souvent pleines, inscrivez vous donc pour être sûr d’avoir votre place !

Voici les sujets prévus pour cette semaine :

Quelle stratégie de mots clés pour votre référencement Google ?

Aujourd’hui à 14h

http://ecommerce-live.net/event/quelle-strategie-de-mots-cles-pour-votre-referencement-google/

Dans votre stratégie SEO, la première étape est de choisir les mots clés sur lesquels vous aimeriez remonter dans Google.

François Deschamps, le speaker de cette visioconférence, a mis au point une méthode qui permet de choisir ses mots clés et de les segmenter de manière intelligente.

 

 

Conférence annulé pour le speaker, désolé…

Les relations blogueurs, nouveau territoire de communication avec ses prospects et ses clients

26 sept 15h

http://ecommerce-live.net/event/les-relations-blogueurs-nouveau-territoire-de-communication-avec-ses-prospects-ses-clients/

Dans cette visioconférence animée par Bruno Fridlansky, le très sympathique blogueur du magazine Locita, vous apprendrez comment initier et pérenniser une relation avec des blogueurs.

 

Mon Expérience avec Google: adoptez une stratégie sur mesure pour développer votre activité sur Internet

27 sept 16h

http://ecommerce-live.net/event/mon-experience-avec-google-adoptez-une-strategie-sur-mesure-pour-developper-votre-activite-sur-internet/

Google donne une grande visioconférence pour présenter les différents moyens de communication qu’il met à disposition de ses annonceurs pour se faire connaître.

L’occasion de découvrir la richesse de l’écosystème de géant américain : vidéo, mobile, tv, search …

 

Comment réussir son site e-commerce ?

28 sept 14h

http://ecommerce-live.net/event/comment-reussir-son-site-e-commerce/

Une conférence devenue un classique chez Ecommerce Live : Thomas Bourghelle, co-auteur du livre« Comment planter réussir son site e-commerce » vous donnera les principales clés de réussite : étude de marché, acquisition visiteurs, transformation, partenariats, ergonomie etc.

Une visioconférence qui s’adresse aux porteurs de projets qui souhaitent se lancer dans la vente en ligne !

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


[Synthèse] Impact (SMO > SEO) des Réseaux Sociaux sur le référencement de votre E-Commerce

par Romain Boyer - Il y a 5 ans
Source : Getty

La grosse question des spécialistes du référencement actuellement est l’impact du SMO (Social Media Optimization ou le travail à réaliser pour être visible sur les réseaux sociaux) sur le SEO (Search Engine Optimization, autrement appelé Référencement ou Positionnement sur les moteurs de recherche).

Le moment est venu d’en faire une petite synthèse, afin que vous soyez, vous les décisionnaires, tout à fait à jour.

Je vous fais ici une synthèse de toutes mes lectures, dont je vous ai mis les plus intéressantes et significatives en sources tout en bas.

Impact, oui ou non ?

La réponse est oui, le SMO a bel et bien un impact sur le SEO.

Pourquoi cette question, un tweet n’est pas un backlink ? Comment est considéré le lien d’un tweet ?

La différence des liens sur les réseaux sociaux par rapport aux « backlinks » (liens vers votre site) traditionnels, c’est qu’ils sont créés sous forme

  • de « redirection 302 », terme barbare qualifiant une redirection de type temporaire vers la page,
  • ou de « nofollow », liens qui contiennent un attribut disant aux moteurs de recherche que l’auteur du lien ne souhaite pas soutenir/garantir le site vers lequel il pointe (souvent utilisé dans les commentaires sur les articles et sur les réseaux sociaux, dont les plateformes ne peuvent garantir les liens mis par les utilisateurs).
Ces liens ne sont pas pris en compte a priori pour le positionnement des pages puisqu’ils ne transmettent pas de recommandation du site à l’origine du lien.
On pourrait donc légitimement penser que ces liens n’ont pas d’importance pour le SEO ; et bien non car on a vu depuis longtemps que ces liens étaient tout de même suivi, comme une page que l’on ne recommande pas mais qui existe néanmoins et qui doit être connue. 
Même si cela n’avait pas d’impact en terme de positionnement (place dans les résultats de recherche), cela en a toujours en terme de référencement (le fait d’apparaître dans les moteurs) car cela permet d’augments le nombre de vues de la page par les robots des moteurs.
Ces réflexions valent pour Twitter comme pour n’importe quel autre réseau social bien entendu (Google+, Facebook au niveau des éléments de murs ouverts à tous, Youtube, etc.)

L’impact se fait-il sur la durée ?

Le principe des réseaux sociaux est l’éphémère, l’info de l’instant. Vous êtes un phénomène un jour, vous pouvez être has been le lendemain. Il semble que le positionnement soit fonction du nombre de partages sur une période glissante.

Un peu comme un jet d’eau vertical peut vous maintenir en hauteur, si vous réduisez le jet, vous redescendez petit à petit.

Si vous n’avez plus un partage du jour au lendemain, il semble que la redescente soit progressive au niveau du positionnement.

A partir de combien de partages commence-t-on à constater des effets ?

On voit les effets dès les premiers partages. Il semble qu’un très grand nombre de partages (selon la concurrentialité du mot clé en question) vous assure la première page, toujours temporairement selon le nombre de partages sur une période récente.

La différence se fait significative jusqu’à 50 tweets, plus à partir de 500 tweets d’après certains tests. Entre les deux, pas de différence notable. Il semble que l’effet suive donc une courbe de Gauss inversée.

Le nombre de followers sur mon compte Twitter Professionnel a-t-il un impact ?

Pour l’exemple de Twitter, le nombre de followers que vous avez sur votre compte n’impactera que l’importance du Tweet que vous ferez, pas l’ensemble des tweets. On peut logiquement penser que les moteurs de recherche font la différence entre les comptes suivants :

  • celui qui a 20 followers et 80 following (quelqu’un de peu actif, peu suivi)
  • celui qui a 20.000 followers et 20.000 following (quelqu’un qui est certes suivi mais qui a un ratio aux alentours de 1)
  • celui qui a 150 followers et 20.000 following (quelqu’un qui cherche visiblement à récupérer beaucoup de followers mais qui ne semble pas influent)
  • celui qui a 20.000 followers et 150 following (typiquement quelqu’un de très influent)

L’impact des tweets de ces différents types de comptes sera donc certainement différent. Le ratio est un élément important pour la crédibilité des partages.

Cette information étant « facile » à récupérer, nulle doute que les moteurs l’exploite.

Je fais quoi alors ?

Ne me dites pas que vous n’avez pas lu mes 40 conseils pour le SEO pour les e-commerçants ? Tout est dedans 😉

Sources / Etudes

http://www.journaldunet.com/solutions/seo-referencement/smo-et-seo-l-impact-d-un-tweet-sur-le-referencement-naturel.shtml

http://www.visibilite-referencement.fr/blog/seo-vs-smo

http://noviseo.fr/2012/01/test-twitter-referencement/

http://seoisnotacrime.com/impacts-smo-seo/

http://www.seomoz.org/blog/the-tweet-effect-how-twitter-affects-rankings-12781

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

9 Commentaires

9 réponses à “[Synthèse] Impact (SMO > SEO) des Réseaux Sociaux sur le référencement de votre E-Commerce”

  1. lentilles contact dit :

    Salut Romain, c’est bon d’avoir abondé le sujet mais c’est difficilement quantifiable. J’ai fais des test entre facebook et twitter et j’ai constaté que le poid d’un tweet était meilleur.

    Evidemment et comme dab en Ecommerce, cela complète une stratégie globale d’acquisition.

    @ +

  2. Naomie dit :

    merci pour cet article très clair et pleins d’informations intéressantes. Depuis le temps que je cherchais à savoir en quoi les réseaux sociaux pouvaient influencer le référencement. Je pense que tout est lié, si le contenu est bon et bien construit, il attirera le moteur de recherche et les internautes et si le compte qui le diffuse, cela ne pourra qu’accroitre les possibilités de prise en compte par le moteur de recherche et les internautes.

  3. WS Interactive dit :

    Une synthèse utile avec un langage accessible à tous : ça nous plait ! De bonnes pistes à exploiter dans le cadre d’une stratégie globale pensée au cas par cas.

  4. Jack 3.5 mm dit :

    Nous ne savons pas encore le poids et l’impact réelle que peut avoir les signaux sociaux dans le positionnement d’une page. Pour ma part, je dirais surtout qu’ils donnent une caution humaine à un résultat et qu’ils agissent surtout sur le Trustrank…

  5. Rédaction Web dit :

    Bonjour Romain bon article!
    Vous employez des termes compréhensibles de tous…:)
    Je ne sais pas trop quel impact a le SMO sur le SEO mais c’est une étude à parfaire pour optimiser le SEO!

    A bientôt

    Alexandra.

  6. Kikseo dit :

    Hello,

    Sympa la synthèse. Tout cela reste à creuser bien sûr mais il est indéniable qu’il y a un bénéfice à travailler sur les réseaux sociaux sociaux, pour:
    1) Mieux se positionner
    2) Développer l’audience
    3) Se faire connaitre
    4) Développer une communauté

    En tout cas, merci pour la citation 🙂

  7. Kikseo dit :

    Désolé pour l’ancre, trop habitué aux WP, si tu peux la corriger rapidement, tant mieux 🙂

  8. johanna dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article. Par contre, il y a un point que je n’ai pas compris, pouvez-vous m’en dire plus :
    « celui qui a 20.000 followers et 20.000 following (quelqu’un qui est certes suivi mais qui a un ratio aux alentours de 1)
    celui qui a 20.000 followers et 150 following (typiquement quelqu’un de très influent) »
    Je ne comprends pas pourquoi le second est plus influent que le premier… Pouvez-vous m’en dire plus svp ?
    Merci et bonne continuation

  9. Romain BOYER dit :

    Bonjour Johanna,

    c’est une notion importante.

    Pour plusieurs raisons :
    – beaucoup de personnes vous suivent pour être suivies. Si vous ne les suivez pas, elles ne vous suivent plus. Ces personnes font partie des 20.000 dans le premier cas, pas dans le deuxième

    – si vous suivez des personnes, elles vous suivent en retour, si vous ne faites pas ça, elles ne vous connaissent pas à la base. Parmi ces personnes, il y en a beaucoup qui vous suivent sans intérêt réel, qui n’ont pas fait de démarche pour vous trouver. Elles sont présentes en grand nombre dans le premier cas, alors que dans le deuxième, les followers ont pour la plupart fait la démarche de vous trouver et de vous « choisir » par recommandation ou pour autre chose

    – il est en sommes beaucoup beaucoup plus difficile d’arriver à un ratio de 20.000:150 qu’à un ratio de 20.000:20.000

    Faites simplement ce test de suivre 10 personnes prises au hasard. En moyenne, vous récupérerez 3 followers et la plupart du temps, vous n’aurez aucun contact avec eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


SEO / E-commerce : 40 idées pour un meilleur positionnement de vos pages

par Romain Boyer - Il y a 5 ans

Adaptation libre et mise à jour des conseils de Kaiserthesage du 15 mars 2011

Source Image : http://question-referencement.linkeo.com/

Avant de commencer

Commencez par identifier puis optimiser vos landing pages. Une landing page est une page conçue comme une page par laquelle les clients peuvent arriver, et donc une porte d’entrée avec tout ce que ça suppose de marketing et d’explications.

Restez loin des méthodes iniques de construction de liens (liens soi-disant naturels que vous payez ou fermes de liens). Vous risquez des mois bien noirs si vous êtes repérés.

La plus importante des stratégies de construction de liens est une stratégie de maillage interne à votre site.

Pensez à produire du contenu utile à votre clients, au moins autant qu’à produire plus de produits dans votre catalogue. Eduquer votre clientèle est le meilleur moyen de lui faire acheter vos produits.

Commençons avec les techniques que nous vous recommandons pour optimiser votre site e-commerce pour le SEO

IMPORTANT : Chaque personne qui donnera une idée utile en commentaire (ou une correction utile…) sera reprise dans l’article qui se verra modifié, et gagnera un lien (celui de son commentaire). Ainsi cet article sera vivant et se verra amélioré au fil du temps.

Optimisation sur votre site

Eléments et structure

1. Avis clients sur les fiches produits

L’activité utilisateur et le mouvement sur les pages est connu pour être pris en compte par Google pour son classement.

Ceci augment les conversions, les consommateurs voyant combien le produit a plu aux clients qui l’ont acheté, et réduit les retours puisque les inconvénients liés à l’usage de certains permettront de pousser les clients vers d’autres produits (et non hors du site comme beaucoup le pensent)

Cela vous permettra de créer du contenu unique et incrémental pour chaque fiche produit, assez simplement une fois que vous avez tout optimisé.

2. Créer une section régulièrement mise à jour sur la page d’accueil (et idem pour les pages statiques)

Inclure les posts récents de vos blogs ou vos posts sur Twitter.

Mettez manuellement à jour le plus souvent possible votre home page pour coller aux tendances du moment.

N’hésitez pas à garder une partie statique avec des liens vers vos principales pages, catégories, etc. Ces liens seront forts s’ils sont dans le contenu de votre page en plus du menu.

3. Choisissez bien les mots clés spécifiques pour toutes les pages importantes

Choisissez avec un maximum de précaution et de pertinence les mots clés pour vos pages les plus importantes. Placez-les dans les Meta Title et Meta Description de ces pages, le plus à gauche possible.

“Téléphones pas cher” – Page d’accueil

“Téléphone Sans fil pas cher” – Page Catégorie

“Acheter Téléphone Nokia N8 pas cher” – Fiche Produit

“Notice Nokia N8 ” – Page d’Information

4. Optimisez la description des produits et leurs images

Utiliser les mots clés du produit dans sa description et dans l’attribut Alt des images du produit aidera à booster l’indice de pertinence du produit pour ces mots clés.

5. Choisissez un format d’URL User-friendly

Incluez les mots clés de vos pages dans les URLs de celles-ci. Il est aussi préférable de créer des URLs courtes et propres (exemple : http://maboutique.com/nokia/acheter-nokia-n8).

Attention à vous prémunir de tout doublon d’URL (à voir avec vos développeurs, n’hésitez pas à introduire un identifiant au début de la dernière partie de l’URL pour bien repérer le produit en question et prévenir tout changement d’URL par une redirection 301 !)

6. Eliminez tout duplicate content

Définissez correctement les URLs canoniques de votre site, lorsque plusieurs pages ont le même contenu en déterminant laquelle est le contenu principal et lequel copie l’autre. Attention notamment lorsque votre site fonctionne avec et sans www dans l’URL ; si est le cas, les moteurs de recherche risquent de pénaliser le score de pertinence du fait que le contenu existe plusieurs fois sur Internet.

Vérifiez vos fiches produits via des outils de détection de duplication pour éviter le contenu similaire par rapport à vos propres fiches produits ou aux fiches produits du fabricant, qui seraient repris par tout autre revendeur.

7. Créez des pages et du contenu « linkable »

Ajoutez quelques contenus sur votre site qui génèreront un intérêt particulier ou qui éduqueront vos visiteurs. Sortez des sentiers battus pour mettre vos produits en valeur ; Tout cela engendrera certainement des liens vers votre site.

Quelques idées de contenus : pages de ressources, remises de prix, top blogs de votre domaine (basé sur le trafic, l’autorité, etc.), meilleurs produits de l’année, infographies (ex. « cycle de vie des téléphones mobiles »), eBook gratuits ou vidéos très intéressantes…

8. Créez un fichier sitemap pour vos vidéos

Créer un fichier sitemap pour vos vidéos permettra de mieux les référencer et notamment de les placer en haut des résultats de recherche sur certains mots clés difficilement atteignables par ailleurs en SEO. Cela vous fera des portes d’entrée supplémentaires.

9. Moteur de recherche

Ceci augmente l’utilisabilité de votre site, surtout s’il est accessible depuis toutes les pages du site.

Mettre à disposition cette fonction dans une partie très visible du site aidera fortement vos visiteurs à trouver ce qu’ils cherchent exactement. Ceci permet de limiter les taux de rebond, utilisés comme signal important par Google pour déterminer l’attrait d’un site par rapport à une recherche.

10. Traitez vos catégories comme autant de landing pages / pages d’accueil indépendantes

Traiter vos pages de catégories comme autant de pages d’accueil potentielles développera le pageRank de chacune d’entre elles, ce qui sera très bénéfique pour les produits qui s’y trouvent ainsi que pour le référencement de la page elle-même.

Si vous avez des marques qui sont recherchées par elles-mêmes par vos clients, il est important de créer des landing pages pour vos marques de la même façon que pour vos catégories.

N’hésitez pas à travailler la qualité de ces pages comme des pages par lesquelles on découvre votre site, et les services spécifiques de celui-ci.

11. Créez un blog pour votre site

Si votre site e-commerce n’a pas encore de blog, vous devriez vous y mettre car cela vous rapportera de nombreux bénéfices.

Vos articles sont autant de portes d’entrées vers votre site, et autant de mots clés à positionner dans les moteurs.

Vous pourrez éduquer votre clientèle et l’intéresser à des produits méconnus, ou l’orienter vers les produits qui la satisferont (réduisant ainsi les sorties et les retours produits)

Vous développerez une relation privilégiée, plus humaine avec vos lecteurs.

Cela met l’emphase sur l’expertise de votre enseigne par rapport à une autre, c’est un facteur différenciant important.

12. Vitesse du site

Supprimez tous les plugins non nécessaires pour optimiser la vitesse de chargement de vos pages.

Je vous ferai un petit dossier à part pour (faire) optimiser les temps de chargement de vos pages. N’hésitez pas à me contacter, ça me fera des exemples 😉

13. Accessibilité

Garder l’ensemble des produits à 3 clics de la page d’accueil du site est un mode très constructif pour s’assurer un bon maillage du site.

Les pages doivent se charger rapidement et le site être bien codé pour s’assurer une lisibilité maximale pour les robots.

Généralement, tout le travail que vous pourrez faire pour améliorer l’accessibilité de votre site aux malvoyants (et au delà pour les aveugles via les plages braille) sera bénéfique pour votre référencement.

Tout cela améliorera de plus votre taux de conversion.

14. Eléments de réassurance

Il est important pour éviter le rebond (et donc le retour vers Google qui tracke cela comme un point négatif pour votre site) de rassurer les personnes, de leur montrer que vous êtes un site sérieux.

Pour cela, affichez clairement votre adresse et un numéro de téléphone local (pas de 08).

Optimisez bien vos pages explicatives, de support et de contact, et rendez claires vos pages de conditions générales et mentions légales.

Mettez bien en avant les éventuelles bonnes notations que vous pourriez avoir.

N’hésitez pas à afficher des photos des fondateurs et de l’équipe si le coeur vous en dit.

Stratégie de maillage interne

15. Produits liés

Inclure une section « produits liés » sur vos fiches produits peut aider à plusieurs titres : (i) cela permet aux utilisateurs de découvrir d’autres produits proches ou complémentaires (ii) cela garantit un peu plus que la majorité de votre catalogue soit parcouru par les robots.

N’hésitez pas à mettre le nom du produit dans l’attribut « alt » ainsi que sous l’image dans un lien vers la fiche produit concernée.

Attention à l’emplacement de ces produits complémentaires pour que ce ne soit pas contre productif (il ne faut pas que cela distraie la personne qui s’intéresse au produit plus haut).

16. Les catégories doivent pointer vers les fiches produits avec les bons mots clés dans le texte du lien

Mettez bien les liens sur les noms des produits, ne mettez pas de lien par exemple sur un « voir la fiche produit », ce qui donnerait une mauvaise indication sur le contenu de la page de destination aux robots.

17. Créez des pages d’information produit qui créent des liens vers les fiches produit

Créez des pages d’information sur les produits génériques, sans faire attention à la marque ou quoi que ce soit. Ces pages, liées aux catégories, peuvent vous permettre de mettre un contenu générique indiquant tous les points d’attention, les informations d’entretien, etc.

Vous pouvez en profiter pour travailler ces pages comme autant de landing pages pointant vers les catégories de produits et vers les fiches produits. Il n’y aura pas de canibalisation SEO par rapport à la page catégorie du fait de votre maillage interne si vos menus ne contiennent pas de liens vers ces pages, et que seules les catégories et les fiches produits ainsi qu’un éventuel plan du site pointent vers ces pages d’information.

18. Pages de comparatif produits

Créez des pages qui permettent de comparer les produits, à l’image de RueDuCommerce par exemple (avec un maximum de critères de comparaison). Cela permet aux clients de se décider plus rapidement/facilement et de diminuer les retours.

19. Les liens de vos pages CMS/FAQ doivent pointer vers les pages importantes de votre site

Ce sont des liens considérés comme importants car ils vont être immobiles sur des pages immobiles considérées comme importantes. Choisissez-les avec d’autant plus de précaution.

20. Mettez en avant vos top produits dans la barre latérale afin d’améliorer le maillage vers ceux-ci

Tout est dit 🙂

21. Produisez via votre blog des pages de support pour certains de vos produits

Vos produits ont besoin de vous pour prendre du relief.

Vous pouvez faire tout un tas de choses pour leur donner un peu de vie :

– Faire des tests sur vos produits, pourquoi pas en vidéo

– Faire des comparatifs entre différents produits pour faire comprendre les avantages et inconvénients de chacun (ce qui justifie souvent que vous proposiez plusieurs produits similaires dans votre catalogue)

Vous pouvez également parler des produits tendance du moment, des derniers produits ajoutés.

Utilisez autant de mots clés que possible autour du produit, et pensez à créer des liens vers les fiches produits sur les bons mots clés.

Les images sont également des éléments qui pourront vous positionner sur les moteurs de recherche d’images.

Optimisation Hors Site

Distribution de contenu

22. Distribution d’E-books

N’hésitez pas à créer des e-books et à les distribuer. Ces e-books doivent contenir des liens vers vos pages les plus importantes.

Mettez-y tout votre savoir faire, avec un peu d’humour, ajoutez-y une bonne touche graphique et communiquez tout cela à un maximum de blogueurs qui se feront un plaisir de vous relayer.

C’est une bonne manière de récupérer quelques liens, et une bonne manière de se faire reconnaître comme expert d’un secteur, les clients suivent.

23. Communiqués de presse

Cette méthode permet de récupérer quelques liens de haute qualité vers vos sites. Même si la plupart des sites de communiqués de presse n’ont que très peu d’intérêt, ils sont suivis par les journalistes qui récupèrent quelques news à communiquer à leurs lecteurs.

Il est important de bien penser à l’angle de l’histoire que vous allez raconter (ex. une interview d’un expert, des événements à venir, l’état de votre marché, quelques réactions par rapport à des événements en cours).

Si vous nouez des relations avec des journalistes ou avec des blogueurs, restez en contact autant que possible et donnez des nouvelles de temps en temps !

(vous avez une rubrique « contact » sur ce blog d’ailleurs si vous avez des news intéressantes !)

24. Créez des tests vidéos de vos produits

Soumettez vos tests produits vidéos sur des sites comme Youtube, Vimeo, Dailymotion. Ceci peut booster le référencement de vos fiches produits, surtout si vous y insérer un lien (en description d’accompagnement).

Les sites de vidéos sont connus pour être une bonne source de trafic, étant donné que les vidéos apparaissent lors de la recherche des produits et que ça leur donne une bonne idée du visuel du produit et de celui-ci « en mouvement ». Du coup, vous obtenez du trafic qualifié et des liens en provenance de sites très importants (même si les liens sont en no-follow, cela aide tout de même, à la fois du fait du crawl qui se transmet tout de même, et du fait de la notoriété relative que cela induit).

25. Distribution d’infographie et d’images

Les infographies sont très à la mode en ce moment, si vous en distribuez une, elle va très vite tourner et ce sont de nombreux liens qui vont être créés vers votre site. Parlez de chiffres de votre marché, faites une agrégation, vous n’êtes pas obligé d’être à l’origine de tous les chiffres. Ce sera utile pour vous en interne et ça vous fera des liens en externe, que du bon.

N’hésitez pas à distribuer vos images également, notamment sur Pinterest, qui génère du trafic très qualifié et où les images et leurs sources sont reprises et diffusées très rapidement.

26. Soumettez votre flux produit à un maximum de comparateurs de prix et de moteurs de recherche de produits.

Il en existe une tonne, c’est une travail de longue haleine. Pour prioriser, tapez vos requêtes sur Google et voyez les moteurs déjà bien positionnés sur vos recherches.

N’oubliez surtout pas :

– Google Products

– LeGuide.com

– Kelkoo.fr

Stratégie de création de lien et développement de la marque

27. Suivez les positions et les liens de vos concurrents !

Analyser les liens de vos concurrents est une phase impérative pour n’importe quelle campagne SEO, principalement pour comprendre comment ils font pour se positionner sur certains mots clés qui vous intéressent.

Acquérir des liens depuis des pages ou sites reconnus (avec un bon page rank) où se trouvent vos concurrents peut vous aider à obtenir les mêmes résultats.

Ceci vous aidera également à ne pas manquer les dernières astuces mises en place pour s’assurer un bon ranking ou un bon maillage interne/externe.

Vous pouvez utiliser Open Site Explorer pour récupérer quelques informations intéressantes sur les pages de vos concurrents. C’est le meilleur outil pour choisir 10 ou 20 concurrents à suivre.

28. Connectez-vous avec d’autres blogueurs et construisez votre réseau de relations !

Construisez de bonnes relations avec les blogeurs qui fournissent du contenu lié à vos produits en suivant régulièrement leurs blogs et en laissant des commentaires intéressants, en partageant leurs posts et en vous connectant avec eux via les réseaux sociaux, et si possible via mail ou téléphone.

N’hésitez pas à demander aux blogueurs de tester vos produits ou votre site, en offrant des cadeaux quels qu’ils soient et pourquoi pas le produit lui-même.

29. Guest blogging

Vous avez une expertise, vous avez des choses à dire, votre blog n’est pas très visité et n’est pas (encore) reconnu par vos clients potentiels ? Qu’importe, trouvez les blogs qui le sont, proposez à leurs propriétaires de faire un article gratuitement, nominatif, dans lequel vous pourrez glisser votre nom et votre site.

Comment choisir le blog : pertinent par rapport à votre marché, page rank intéressant, trafic important, recommandé par les autres blogs si possible.

Si vous le pouvez, dirigez quelques liens vers vos catégories, avec les bonnes ancres (textes des liens) au nom des catégories, et faites un et un seul lien vers votre home page avec votre nom de marque ou votre mot clé principal comme ancre.

Faites en sorte de bien utiliser les mots clés qui sont importants pour votre activité. N’hésitez pas à twitter et à parler sur Facebook de vos articles, faites les connaître pour qu’on vous reconnaisse !

30. Contactez vos fournisseurs et vos marques pour obtenir des liens

N’hésitez pas à faire miroiter des mises en avant particulières via vos articles à vos fournisseurs et à vos marques pour récupérer quelques liens de leur part, que ce soit des tweets des community managers, des partages facebook, ou de vrais bons liens via les blogs ou autres.

Parfois, les marques font des liens vers les sites Web de leurs revendeurs, vérifiez si cela est possible.

31. Faire connaître la marque à travers la communauté et les réseaux sociaux

Construisez votre boutique en ligne en donnant des informations très pratiques sur les produits que vous vendez à travers les forums ou les sites de Questions/Réponses, ou encore via Twitter. Proposez des liens qui se trouve sur votre site (dans une FAQ ou autre) et si les réponses ne s’y trouvent pas encore, n’hésitez pas à en profiter pour les créer !

32. Suivi de votre marque et de vos produits sur le Web

Suivez les mentions de votre marque à travers le Web (Alertes Google notamment) et via les réseaux sociaux. N’hésitez pas à contacter ceux qui vous citent pour leur demander de rajouter des liens dans leurs articles s’ils n’en ont pas mis, ou s’ils ont mentionné vos produits sans en spécifier la provenance, etc.

Pendant que vous êtes sur Google Alertes, n’oubliez pas de vous inscrire aux mots clés qui sont importants pour vous pour être au courant de ce qui se passe, ça peut aussi vous donner de la matière à moudre pour votre propre blog, ou vous faire remarquer des sites qui montent sur ces créneaux.

33. Encouragez vos clients à réaliser des avis constructifs et intéressants

Vous pouvez proposez des cadeaux, des goodies, des coupons de réduction pour convaincre vos clients de mettre des avis positifs sur vos produits à travers une newsletter et/ou un article sur votre blog.

Pour peu que vous utilisiez les micro-formats pour mettre en avant vos bonnes notes directement dans les résultats de Google (ce qui permet de faire apparaître les fameuses petites étoiles), cela peut être un très beau facteur différenciant au niveau SERP

34. Encouragez votre équipe à faire des liens vers votre site via leurs profils sur les réseaux sociaux et sur leurs propres blogs/sites

Ceci est une chose relativement simple mais on a souvent dans son équipe des personnes relativement influente qui peuvent mettre en place des liens à forte valeur ajoutée. Avec peu d’efforts, on récupère ainsi de bons liens.

35. Sponsorisez ou organisez des concours

Collaborer avec des boutiques en ligne et/ou des blogueurs pour organiser un concours peut produire massivement des liens naturels de qualité vers votre site. C’est aussi une situation win/win/win entre les sponsors, les sites participants et les utilisateurs.

Cela peut être une bonne opération pour améliorer votre branding par ailleurs.

36. Créez des partenariats forts avec des sites complémentaires au niveau des produits

Trouvez des boutiques qui proposent des produits liés (si vous vendez des chemises, trouvez des boutiques qui vendent exclusivement des jeans, accessoires, chaussures,… des produits que vous n’avez pas sur votre site) et essayez de créer un vrai partenariat d’échanges de liens qualifiés. Vous pouvez promouvoir chacun de votre côté les produits.

Ceci ne peut fonctionner que si vous y avez un intérêt équivalent, donc si vous avez un potentiel de vente équivalent et que vous utilisez des emplacements équivalents.

37. Travaillez l’autorité de votre site

Travaillez votre maillage externe pour faire en sorte que toutes vos pages importantes (page d’accueil, catégories, fiches produits, …) aient des liens en provenance de sites qui ont de l’importance dans votre domaine d’activité.

Des liens utiles sont des liens :

–          en provenance de site de site de référence (via la SEOmoz toolbar par exemple)

–          de sites qui ont un page rank important sur leur home page

–          De pages qui ont un MozRank et une « Page Authority » importante (SEOmoz toolbar)

–          De pages qui sont sur des sujets proches des vôtres

–          Qui sont visibles pour les lecteurs (au dessus de la ligne de flottaison)

–          Avec un attribut « do follow » (pas de rel= »nofollow » sur les liens »)

38. Liens sortants

N’hésitez pas à remercier publiquement via vos profils sur les réseaux sociaux les membres les plus actifs de votre communauté. Les remercier ainsi en public les mettra en avant, ce qui est toujours appréciable, et d’autres voudront leur emboîter le pas. Vous obtiendrez ainsi de plus en plus de liens de la part de vos followers.

39. Optimisation sur Google Products

Soumettez vos produits sur Google Products

Optimisez vos produits en utilisant tous leurs attributs et en définissant vos produits en fonction de ce qui pourrait être tapé par les internautes (l’ordre des mots est important).

Les éléments importants : les libellés des produits, leur prix, les EAN (pour qu’ils soient comparés/comparables.

Faites en sorte d’acquérir de bonnes notes sur des sites d’avis tels que Ciao, cela améliorera vos positions sur ce moteur de recherche.

40. Recherche de nouveaux liens entrants constante

Cherchez en permanence de nouvelles opportunités de liens, communiquez-les en permanence lorsque vous entrez en contact avec les médias pour produire des liens vers vos pages les plus importantes. Sensibilisez énormément vos équipes de communication sur l’importance de communiquer les bons liens de veiller à ce qu’ils soient diffusés.

 

 N’oubliez pas de donner votre avis, cet article se veut vivant ! pourvu que ça polémique ! (c’est la seule façon de faire avancer la réflexion… :-))

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

15 Commentaires

15 réponses à “SEO / E-commerce : 40 idées pour un meilleur positionnement de vos pages”

  1. Thomas Barbéra dit :

    Merci pour cet excellent résumé des différentes techniques pour travailler le référencement de sa boutique.

    Je connaissais presque toutes les techniques mais je ne les exploite pas toutes. Il est toujours intéressant d’avoir une vision d’ensemble pour s’adapter au référencement du site de e-commerce en question. Chaque technique est plus ou moins adaptés selon le secteur d’activité et l’on ne les a jamais toutes en tête lorsque l’on met en place une stratégie SEO.

    Cependant, deux points m’ont alerté, l’argument 9 et l’argument 14. Je ne comprend pas le lien avec le positionnement d’un site web. Je suis d’accord pour le taux de rebond mais Google n’a la possibilité de le savoir que si on utilise ses services (GA et GWT).
    Ce qui me fait tiquer en fait c’est que tu dises que l’effet du taux de rebond est majeur sur le positionnement. C’est un élément qui peut influencer en effet mais dire que le moteur de recherche va diminuer le taux de rebond et donc améliorer le positionnement, je trouve ça un peu tiré par les cheveux :D. Surtout que paradoxalement, Google conseille de ne pas indexer les résultats de recherche sur un site de e-commerce.

    Bref, dans tous les cas, il est vital d’avoir une barre de recherche sur son site e-commerce. C’est principalement la causalité du cette barre sur le positionnement que je remet en question.

    Merci pour cet exemple résumé, bonne après-midi et bonne vacances (oui oui c’est pour ce soir pour moi ^^).
    Thomas

  2. Romain Boyer dit :

    Merci pour ton commentaire Thomas,

    Google détecte les allers-retours. Si on se met à sa place, c’est logique : quelqu’un à qui tu conseilles une adresse revient te voir, tu ne conseilles plus cette adresse.

    Améliorer sa landing page et faire en sorte de prendre l’utilisateur par la main pour lui montrer de belle chose diminue le taux de retour vers Google (taux de rebond si première page, taux de sortie sinon)

    [EDIT] Par rapport à ta remarque sur GWT et GA, non, Google le sait car si tu reviens sur son site, il est en capacité de savoir que tu as déjà cliqué sur un lien pour cette recherche…[/EDIT]

  3. médaille chien dit :

    Excellent article, très complet, plein de bonnes idées !

  4. Benoit_The dit :

    J’ajouterais KISS. Keep it simple and stupid pour tout ce qui concerne le contenu et le processus d’achat…

  5. Charles dit :

    Un super article, hate de lire celui sur l’optimisation de la vitesse du site

  6. Olivier dit :

    Très bon article qui résume l’essentiel du SEO (pour aujourd’hui). On peut aussi constater que la majorité des actions à faire sont simplement du bon sens. Il y a encore beaucoup de « producteurs de pages web » qui se contentent de ce qui s’affiche à l’écran.

  7. chaussures running dit :

    Je rajouterai également quelques petits « details » :
    Surveiller ses erreurs 404 (surtout si on désactive les anciens produits).
    Surveiller la densité de mots clefs stratégiques sur la page d’accueil (Beaucoup de sites ecommerce n’ont presque aucun texte sur la page d’accueil mais simplement du visuel..).
    Et puis faire du texte de qualité en suivant la ponctuation, les paragraphes, etc…

  8. Lélia LAPEL dit :

    Hello !
    Merci pour cet article très bien construit et super captivant, je pense que je vais en tirer quelques leçons.
    Tu fournis tellement d’idées que finalement, j’en vois pas d’autres à te fournir pour le moment…

    Tu parles de créer un blog, et c’est justement en projet chez nous pour le moment. Des idées de plateformes vraiment adaptées pour créer un lien entre le e-commerce et le contenu purement rédactionnel ?

  9. Romain Boyer dit :

    Merci 😉

    Le mieux est d’utiliser WordPress, non pas parce que c’est le meilleur, ça dépend pour qui, mais parce que c’est celui qui a le plus de plugins proposés, ce qui permet de toujours trouver l’outil qui répond à un besoin, ce qui est pratique.

    Par ailleurs, il est facile de créer ses propres plugins, les évolutions coûtent moins cher ainsi

  10. Carole Léger dit :

    Super intéressant comme article ! ^^

    On ne prévoit jamais assez tout ce qui concerne le référencement, et cet article permet vraiment de voir ce qui manque ! Je vais creuser sur le Google Product …

    Merci pour ces informations précieuses 🙂

  11. Fred dit :

    Je suis le seul à avoir vu la coquille sur le conseil 30 ? 😉

  12. Bast dit :

    Salut Romain,

    Très bon tour d’horizon des techniques de bases à mettre en place sans être un technicien chevronné.

    Pour ma part, je suggèrerais la mise en place de mini-site sur un domaine comprenant des mots-clés forts pour le domaine d’activité de l’entreprise. Si je vends des biscuits, créer un mini site s’appelant biscuits-chocolat.fr avec du contenu unique et pertinent avec des liens vers les pages produits de biscuits au chocolats de mon site principale.

    L’autorité du mini-site sur ce mot clé en particulier permettra d’améliorer le positionnement de ma fiche produit sur mon site principal.

    Le mini site à faire avec wordpress sur le domaine enregistré évidemment !

  13. Lionel dit :

    Super article que je vais détailler en profondeur.
    Je n’ai également rien à ajouter mais si l’occasion se présente, je n’y manquerais pas.
    Merci encore

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Les apports conjoints du SEO et du Social Media

par Romain Boyer - Il y a 5 ans

Crédits : Getty

Cet article est une sorte d’extension, de réponse à celui d’Axe-Net, SEO ou SMO, faut-il choisir.

Une réponse très rapide, pour essayer de répondre avec le point de vue d’un e-commerçant.

Définitions rapides

SEO (Search Engine Optimization) : Tout le travail d’optimisation pour apparaître en bonne place sur les moteurs de recherche sur certains mots clés

SMO (Social Media Optimization) : Tout le travail de promotion à travers les réseaux sociaux pour générer du trafic

Faut-il choisir ?

Ceci peut choquer comme titre choisi pour l’article de Sylvain, mais il faut bien comprendre l’idée : savoir ce qui est le plus efficace entre les deux et à quel point l’un peut être efficace sans l’autre.

Il est évident qu’en soit, il n’y a pas à choisir, un e-commerce se nourrit de toutes les attentions qu’on peut lui apporter. Maintenant, si on a une heure à consacrer, doit-on la consacrer à l’un ou à l’autre ?

L’un se nourrit de l’autre

Il n’y a pas encore de tests très aboutis sur l’apport du SMO au SEO, mais il y a fort à parier que les ingénieurs de Google ont à coeur d’inclure cette popularité dans l’indice d’importance d’une page. Gageons donc que si ce n’est pas le cas actuellement, ça le sera très bientôt.

Dans tous les cas, ce serait une hérésie de ne pas profiter de la proximité et de l’engagement générés par les réseaux sociaux, ainsi que du buzz gratuit. Le coût est marginal par rapport à la visibilité conférée. Après, il vous appartient de déterminer les limites car cela peut très vite devenir prenant et chronophage / contre-productif.

Le SMO est une proccupation mineure mais a un impact non négligeable

Quelque soit votre taille, consacrez un peu de temps aux réseaux sociaux : pour relayer vos offres, vos évolutions, et garder le contact avec vos clients/prospects/fans. Plus vous avez de fans, plus vous devez vous engager à leur fournir des informations / promotions exclusives, c’est un cercle vertueux pour arriver à les fidéliser en tant que tels.

Choisissez vos mots afin de générer le buzz et donner l’envie de partager l’information, d’être « fier » de vous suivre et d’avoir la primeur de certaines informations.

Ce que vous y gagnerez : de la fidélité, de nouveaux contacts, de la recommandation, rien de négligeable. Et du lien pour le SEO, allez.

Le SEO est une préoccupation majeure à avoir

Sujet maintes fois abordé ici (quelques lectures sur info-ecommerce.fr 1, 2, et 3), nous vous rappelons qu’il faut constamment se préoccuper :

– des liens vers votre site (social média compris)

– de la structure des pages : 1 page = 1 thème précis = 1 mot clé (composé d’1 ou plusieurs mots)

– de la structure de votre site : 1 page importante = plusieurs liens de pages de niveau inférieur logiquement et des liens vers chacune de ces pages de niveau inférieur logiquement

– des pages à référencer / à ne pas référencer (moins vous avez de pages, plus elles ont d’importance relativement au potentiel que vous avez). Utilisez les balises noindex/nofollow poru cela

Concentrez-vous et faites du bon boulot sur ces 4 points et la persévérance paiera.

 

——————————————————————————

A lire : l’importance du social media dans une décision d’achat

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

2 Commentaires

2 réponses à “Les apports conjoints du SEO et du Social Media”

  1. L’idée de thématiser sa page à l’extrême (Ex : lunettes rouge pour femmes ») n’est pas encore bien passée je trouve… souvent on trouve des pages mixant plusieurs thèmes, surtout en E-commerce …
    C’est pourtant clairement un axe facile pour faire progresser son SEO

  2. Romain Boyer dit :

    100% d’accord

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


SEO : Quelques conseils pour faire le ménage avant la rentrée

par Romain Boyer - Il y a 6 ans

La rentrée arrive bientôt, on ne sait pas très bien par où commencer niveau SEO ? Je vous propose ici une petite checklist pour vérifier si tout se passe bien et lister les points à travailler si besoins.

Cet article se veut un peu technique, n’importe qui peut en comprendre le principal, n’hésitez pas à demander à vos techniciens d’analyser ces différents aspects qui sont tous importants.

Performances

Les performances sont importantes pour Google qui depuis peu a décidé de prendre tout particulièrement en compte ce paramètre. Un site lent est une tare et n’est pas agréable à visiter.

Passez votre site dans cet analyseur : http://loadimpact.com/page_analysis/

Regardez bien les couleurs qui prédominent dans la colonne Load Time.

Si la couleur dominante est le gris, ce n’est pas grave, ce n’est que de l’organisation de requêtes

Si la couleur dominante est le rouge, vous avez des soucis avec votre serveur DNS, il faut envisager d’en changer ou de mieux le paramétrer, c’est assez embêtant.

Si la couleur dominante est le jaune, votre serveur met du temps à répondre quand on l’appelle, vérifiez la configuration Apache notamment.

Si la couleur dominante est le vert, il s’agit du temps avant que le premier octet de l’élément soit envoyé au navigateur.

Si la couleur est le bleu, ce qui est le plus courant, c’est que le poids des éléments de votre page est trop important, optimisez les image, utilisez minify pour vos Javascript et CSS

Autres outils disponibles :  http://www.webpagetest.org/     http://gtmetrix.com/

Utilisez-vous les bons mots clés ?

Il y a deux types de mots clés : les mots clés sur lesquels on peut se positionner à court terme, et ceux sur lesquels on peut se positionner à long terme.
A court terme et suivant la taille de la structure, on va avoir du mal à se positionner sur « Appareil photo numérique ». On tentera donc de trouver les bonnes combinaisons de mots clés qui seront tapées et sur lesquelles on a une chance de se positionner.
Les mots clés sont souvent une combinaison entre des mots clés générique et un nom de marque. Vérifiez si vos mots clés génériques sont bien tapés dans cet ordre en comparant sur Google Trends. Exemple pour comparer « chemise homme » avec « chemises homme » : http://www.google.fr/trends?q=chemise+homme%2Cchemises+homme&ctab=0&geo=all&date=all il convient pour faire son choix d’estimer si on préfère être en bas de la page d’un premier choix, ou en haut de la page d’un second choix, il y a souvent bataille, à vous de trancher sur la faisabilité !

Le maillage de votre site est-il optimal ?

Le maillage interne d’un site est ce qu’il y a de plus important sur ce que vous pouvez faire. La page de niveau 1 est votre home page. Il faut qu’il y ait peu de pages de niveau 2, toutes pointant vers des pages de niveau 3 et vers la home page. Et on continue ainsi en hiérarchisant au mieux l’ensemble du contenu.

Faites par ailleurs attention que les liens allant vers une page aient pour texte les mots clés principaux de cette page, en évitant les fioritures. Exemple : « chemise homme » pour une page présentant de chemises pour homme est mieux que « voir la collection de chemise pour homme » au niveau SEO. Mais évidemment, il faut toujours trouver le meilleur compromis entre lisibilité pour l’humain et optimisation pour le SEO.

On limite le nombre d’URL distinctes et on fait en sorte que les pages les plus importantes aient plus de liens internes entrants que les pages moins importantes. (Pour limiter le nombre d’URL distinctes, on ira notamment checker dans Google Webmaster Tools > Configuration du site > Paramètres d’URL pour vérifier que des paramètres ne créent pas des pages fictives en pur duplicate).

Vos pages intéressent-elles vos utilisateurs ?

Autre point important, s’assurer que les pages d’entrée ne soient pas des pages qui font que l’utilisateur retourne sur Google chercher mieux.

Dirigez-vous au plus tôt sur la rubrique « contenus » de votre outil d’analyse de trafic préféré, et regardez donc le taux de rebond page par page.

Dans un deuxième temps, sélectionnez le mode d’affichage « tableau croisé dynamique » par « support ». Sélectionnez dans l’affichage « pages vues » et « taux de rebond ».
Sélectionnez ensuite le critère « mot clé » (dans le tableau), et vous verrez qu’une même page peut avoir un taux de rebond bien différent selon le mot clé d’entrée. C’est particulièrement intéressant pour analyser les campagnes SEM, tout comme pour le SEO évidemment (pour optimiser nos pages en fonction de nos mots clés principaux).

N’hésitez pas à compléter cette liste en commentaire !

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

2 Commentaires

2 réponses à “SEO : Quelques conseils pour faire le ménage avant la rentrée”

  1. Guillaume dit :

    un 403 ;-(
    http://loadimpact.com/page_analysis/

    Merçi pour l’article, sinon

  2. annonces legales sarl dit :

    Pour les tests de performance, il existe d’autres outils.
    Ma préférence va à http://tools.pingdom.com/ qui semble mieux fonctionner que loadimpact.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Impact des balises Hn sur le référencement d’une page

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Après avoir testé il y a quelques temps l’impact de la balise Title sur le référencement j’ai continué mes petites expériences (et je ne suis pas le seul, voir la fin de l’article) en modifiant la structure Hn du blog afin de mesurer l’impact de ces balises sur le positionnement.

Rappel sur les balises Hn

Les balises Hn (« n » pour nombre entre 1 et 6 : H1, H2, H3, H4, H5 et H6) sont des balises html permettant d’encadrer les titres et sous titre de page jusqu’à 6 niveaux de profondeur. Elles sont très utilisées pour structurer le contenu texte d’une page. Voici l’exemple d’une balise H1 :

Organisation des balises Hn de la homepage avant optimisation

J’ai décidé de faire ces tests sur ma homepage qui était organisée comme ceci à l’origine (structure par défaut du template) : 

Il y avait donc 6 titres H1, dont un avec un contenu fixe, le titre du blog, et 5 au contenu variable en fonction du nom des articles. La thématique de la page, une des données les plus importante d’après moi, en était donc affectée doublement :

  • Pas de balise « Maitre » pour guider le sujet et la thématique de la page
  • Des Balises H1 changeant presque tous les jours sur la homepage

Organisation de la page après optimisation

J’ai donc remedié à ces deux problèmes en réorganisant la structure de la page de la façon suivante :
J’ai tout simplement modifié les titres des articles pour transformer les balises de H1 en H2, ces titres ont donc un peu moins d’importance sur la homepage et la thématique de la page est recentrée sur le seul titre H1 restant : celui optimisé pour les mots clefs de la homepage (blog e-commerce et info e-commerce).

Quel est l’impact chiffré de la structure de la homepage ?

L’impact à pu être mesuré très rapidement, en moins d’une semaine, avec un gain de +4 places sur le mot clef   « blog e-commerce » :
Note : les résultats sont, comme d’habitude, mesurés avec Yooda SeeUrank.
Je suis assez surpris du temps de réaction de google et du gain de place, je savais que la structure des pages avait une importance capitale mais ces chiffres le prouve bien, en moins d’une semaine vous pouvez gagner au moins 4 places sur la 1ere page de google en ayant une structure plus optimisée.
Il reste encore bien sûr beaucoup à faire car la page est loin d’être optimisée à 100% (en pur white hat bien sûr) le gain de place peut donc être encore plus important.

Voici un autre test intéressant

Vous vous en doutez dans le web je ne suis pas le seul à faire des tests de nouvelles balises et de nouveaux moyens de gagner des places, la palme de la créativité revient cette fois ci à Olivier Levy pour avoir mis en place ce petit test :

J’espère qu’il nous donnera des infos sur les résultats rapidement 😉

 

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

9 Commentaires

9 réponses à “Impact des balises Hn sur le référencement d’une page”

  1. Pas mal, pas mal… ça monte doucement mais surement 😉

    Je te suis de près, mon dernier test m’a permis d’atteindre la 1ère page (10ème) sur « blog ecommerce » en 48h.

    Et je suis passé 2ème sur « consultant e-commerce » 🙂

  2. Il faut que tu me décrives tes tests pour que je puisses voir l’impact moi aussi 🙂 .
    J’aime beaucoup le test d’olivier, en plus il a peu de risque de baisser dans les classements avec son nom de domaine 😉

  3. Mickael@Echarpe de portage dit :

    Sympa ces petits tests car pas toujours facile de mettre en place des tests directement sur son site ecommerce de peur de flinguer sur référencement…

    Je suis lecteur du blog d’Olivier Levy et je doit dire que je n’avais pas compris sur le coup son titre car je ne passe pas par GG pour arriver sur son blog (favoris).
    Créatif en effet 🙂

  4. Peggy dit :

    Perso, je ferais encore qqs modifs :

    page article :

    tu as deux H1, il n’en faut qu’une seule. Tu n’as pas d’H2. Donc je mettrais au choix la H1 sur le titre du blog et la H2 sur le titre de l’article. Tu peux enlever les H4 et certaines H3 inutiles. Mais comme il faut normalement que les Hn soient différentes sur chacune des pages du blog, le mieux serait de mettre la H1 sur le titre de l’article, la H2 sur un bout de texte avec des mots clés en rapport avec le titre de l’article.

    Sur la home :

    la H1 sur le titre, mais là problème de retrouver cette balise sur toutes les pages du blog. A moins que tu puisses modifier ça. Sur wordpress on peut, overblog je sais pas. Sinon créer un sous-titre présent uniquement sur la home sur laquelle tu mets la H1. H2 sur titre d’article, bien, et par contre supprime les H4 et certaines H3.

    Voilà c’est clair ?

  5. bgaillat dit :

    Oui mais la page article est en train d’être testée ailleurs 🙂
    Je peux pas tout modifier sans attendre sous peine de ne pas pouvoir mesurer les facteurs 😉 .
    Mon but (sur info-ecommerce) n’est pas d’avoir la page la plus optimisée mais de mesurer l’impact des différents éléments nuance 🙂
    Ceci dit je testerai ta version très bientôt histoire de voir

  6. bgaillat dit :

    Oui je ne me voit pas tester ça sur mes sites e-commerce ! le blog sert à ça histoire de voir si ça vaut le coup ou pas

  7. seo-dev dit :

    Est-ce que le titre de ton blog est plus proche que les titres de tes articles de l’expression  » blog e-commerce » ?

    Si c’est le cas ca peut fortement biaiser ton test

  8. Oui bien sûr , le titre H1 de la home est plus en relation avec « Blog E-commerce » mais le titre n’a pas changé sur la période étudié.
    L’info de l ‘article c’est : un titre optimisé mais des sous titre variés peut faire baisser ton ranking 😉

  9. Alex de Stickeramoi.com dit :

    C’est assez rapide comme résultat!
    Je viens de me rendre compte que mes balises H1 sont le titre de mes produits, et que je n’ai pas mis à l’intérieur de ceux-ci mon principal mot-clés… gloups… Je m’en vais modifier mes 3 300 fiches produits…!
    Alex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Rien à voir l’ergonomie avec le SEO ? Pas si sûr…

par Romain Boyer - Il y a 6 ans

Locita publiait en fin de semaine un article qui m’a fait bondir au premier abord : « ergonomie et référencement naturel font bon ménage ». Hein ? vous voulez dire « accessibilité et réferencement naturel font bon ménage » pensai-je aussitôt, comme puriste que je suis.

Alors, de suite les experts SEO bondissent : « l’ergonomie et le référencement naturel font rarement bon ménage » répond axe-net.fr.

Entre ces deux extrêmes, et en réfléchissant bien aux corrélations, j’aimerais apporter une nuance qui me semble importante, avec beaucoup de retenue car les certitudes ne sont pas là, à ce que je sais.

Réflexion en plusieurs étapes :

  1. Lorsque l’on souhaite acheter et qu’on arrive sur un site qui n’inspire pas confiance, ou sur lequel on ne trouve pas l’information que l’on souhaite (en gros : qui a une mauvaise ergonomie), on repart d’où on vient, souvent à Google donc.
  2. Il est de notoriété courante que Google semble tenir compte du taux de rebond pour le positionnement, en tout cas sur les résultats concurrentiels
    1. Je ne crois pas qu’il y ait eu d’info directe de Google a cet égard mais
    2. Google attire sans cesse l’attention sur ce facteur important (taux de rebond dans Google Analytics, dans ses posts, etc.)
    3. Google traque les allées / venues depuis les résultats de recherche (il suffit de regarder les liens des résultats) et définit probablement ses propres taux de rebond (sans regarder dans les stats Google Analytics évidemment, parce que 1. don’t be evil et surtout 2. ça se trafique facilement, en mettant deux fois le marqueur par exemple)
    4. Des blogs ont constaté ça et et là des corrélations directes amusantes
    5. Google aurait bien tord (oserais-je le « Google serait bien con ») de ne pas tenir compte de cet aspect essentiel : en effet, si vous allez sur un résultat, et que vous en revenez au bout de quelques temps pour aller sur un autre résultat, c’est peut-être que la page ne correspondait pas à votre recherche ?
  3. Donc pour moi, il est possible qu’il y ait une relation presque directe.

Limite au point 2.5 : il est compliqué pour Google de discerner les utilisateurs qui ouvrent plusieurs résultats à la fois de ceux qui ouvrent un résultat, en reviennent puis vont à un autre. Mais Google étant expert sur les comportements d’utilisateurs, il y a fort à parier qu’il en tient compte dans une certaine mesure.

Conclusion

Conclusion, tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien ; je suis preneur de toutes les études faites à ce sujet, n’hésitez pas à en faire mention dans les commentaires. J’aimerais cependant nuancer tout ce qui a été dit jusque là avec cette réflexion qui vaut ce qu’elle vaut, mais qui n’est pas à rejeter car Google est à mon avis tout à fait en capacité de discerner cela.

En gros, pour moi, Google en tien compte et dans tous les cas. Mais de toute façon on s’en fout, si on veut être efficace, il faut une bonne ergonomie et puis c’est tout.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

6 Commentaires

6 réponses à “Rien à voir l’ergonomie avec le SEO ? Pas si sûr…”

  1. J’ai la même conclusion que vous « tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien ». Chaque cas est particulier.

    Certains site ont des taux de rebond énormes et se classent très bien (normal, les gens viennent chercher une fiche technique, la trouvent et repartent 3 secondes après).
    Pour d’autres c’est différent. Sans doute car Google compare les taux de rebonds et les croise à d’autres paramètres.

    En revanche, je confirme que l’ergonomie est une matière très différente du SEO.
    Une personne butée sur le SEO sera rarement bon en ergonomie, et vice et versa. Manier les deux reste possible en ayant avant tout des objectifs de transformation.

    ps : merci de vous être interessé à mon article 🙂

  2. Sylvain dit :

    Un petit complément. Matt Cutts à dit au SMX en 2010 : « To the best of my knowledge, we do not use bounce rate in our web rankings. »
    Soit en français « A ma connaissance, nous n’utilisons pas le taux de rebond dans notre classementt »

  3. Sylvain dit :

    Et la source : http://searchengineland.com/live-blog-matt-cutts-smx-advanced-43906

    Désolé, j’arrête de « pourrir » vos commentaires

  4. Romain Boyer dit :

    J’aurais vraiment du mal à y croire, et le blog en question a montré un certain malaise : « He tiptoed around this question a bit, choosing his words very carefully ».
    Dans tous les cas, il faut soigner son ergonomie ; et si ça peut aider pour le ranking, c’est un bonus !

  5. Morgan dit :

    « En revanche, je confirme que l’ergonomie est une matière très différente du SEO.
    Une personne butée sur le SEO sera rarement bon en ergonomie, et vice et versa. »

    Je complèterais juste ce point en indiquant que, par expérience, on est de plus en plus amenés (et souvent à la demande du client !) à mettre notre nez dans l’ergonomie du site.

    Les années passant, et les milliers de sites visités qu’on visite nous permettent forcément d’acquérir une bonne vision de l’ergonomie, un peu malgré nous… Reste à structurer et contrôler ce savoir !

  6. Florian@Appili dit :

    Un article sur les points qui coincent entre ergonomie et SEO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Impact de la balise « Title » sur le référencement

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Je viens de mesurer un élément intéressant sur le référencement du blog et sur l’importance d’une balise « Title » bien configurée. La plupart du temps ces données ne peuvent être publiées car les sites marchands ont peur qu’un concurrent puisse s’en servir et leur passer devant, pas de risque ici le trafic n’étant pas un des indicateurs de qualité du site.

Pour information les données ont été mesurées avec Yooda SeeUrank et se trouvent dans la partie  analyse de la performance d’un site.

En changeant la balise title de la homepage du blog de

Toute l’information du Ecommerce : Info-ecommerce.fr

A

Blog Ecommerce et actualités E-commerce sur Info-Ecommerce.fr

J’ai pu gagner les places suivantes :

Soit en l’occurrence 3 places de gagnées pour « Blog E-commerce » et 1 place pour « Actualités E-commerce » juste en optimisant une balise, cela montre bien l’importance de travailler correctement la cible sur laquelle se positionner et la spécialisation à avoir au niveau du contenu pour chaque page (balise + contenu, même si ici seul l’impact de la balise à été testé). Il a fallu une quinzaine de jours pour prendre en compte la balise par Google et une semaine supplémentaire pour voir un impact sur le SEO.

Je précise que le site « stagnait » sur ces requêtes depuis plusieurs semaines et que seul la balise « Title » à été modifiée sur la structure.

J’en était déjà convaincu avant mais des tests unitaires bien suivis permettent de mettre de réels chiffres de performance sur des actions, et ça c’est bien pour comprendre l’algorithme de Google et donc améliorer son référencement à peu de frais.

Et vous arrivez-vous à mesurer l’impact de vos actions de référencement ? Comment procédez-vous ?
Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

12 Commentaires

12 réponses à “Impact de la balise « Title » sur le référencement”

  1. louis-alexandre dit :

    Ca n’a rien d’étonnant car tu n’avais pas les expressions exactes dans le titre.

    Google fait très attention à ça et à l’ordre qui définira la priorité que tu veux donner aux expressions.

  2. bgaillat dit :

    Je suis d’accord avec toi mais là j’en ai la preuve chiffrée ce qui est mieux 😉

  3. el khalil dit :

    j’ai déjà constaté ça lors du référencement d’un site ecommerce , mais c’est intéressant de voir le résultat avec des chiffres

  4. Samy Berkani dit :

    Bonjour,
    Je dirais qu’il ne s’agit pas d’optimiser la balise title seule mais d’assurer une pertinence entre les différents éléments : balise title, titre h1 unique (ce qui n’est pas le cas sur votre home), contenu de la page, images …

    Si vous souhaitez aller encore plus loin dans vos tests, je trouverait intéressant d’insérer la requête « blog ecommerce » sur les éléments suivant :
    – balise title (c’est déjà fait)
    – une balise h1 unique
    – l’une des balises h2
    – deux ou trois fois dans le contenu texte de la page (avec des variantes type : « blog de vente en ligne », « blog e-shopping » …)
    – Dans le nom et la balise alt de l’une des images (dans le logo ça aurait été parfait)

    Merci en tout cas pour le billet

  5. bgaillat dit :

    Merci Samy mais je pense avoir mal formulé mon article 😉
    L’intérêt (de l’article) portait, d’après moi, plus sur le nombre de place gagné avec juste une balise et non pas la formule pour gagner plus de places.
    Il est vrai que je n’ai pas précisé le contexte du test qui est de mesurer indépendamment la performance brute et chiffrée de chaque élément que tu as cité.

  6. Samy Berkani dit :

    Ok c’est plus clair 🙂

  7. Sébastien dit :

    Je remarque aujourd’hui que, suite aux résultats de cette étude, tu as laissé la seconde balise « Title » ! ^^

  8. bgaillat dit :

    Ben oui il faut que je regarde si ça monte encore au bout de plus de temps. si je peux créer une courbe de « puissance » par balise ce serait cool.
    Bon c’est chaud de gérer les paramètres externe bien sûr.

  9. Salut Benoit,

    je confirme aussi tes observations. Je bidouille parfois uniquement ma balise Title pour essayer de voir comment se comportent les positions de mon blog sur les requêtes « consultant e-commerce », « expert e-commerce ». Et j’ai eu parfois des sacrés bonnes surprises en changeant / ajoutant 1 mot, ou même juste l’ordre des mots.

    Je stagne à la 4ème place sur « Consultant e-commerce » depuis des mois, donc je viens de tester un nouveau Title. Verdict dans quelques semaines…

  10. bgaillat dit :

    Tiens nous au courant si ca monte ou si ça baisse !

  11. Hello,
    suite à mon commentaire précédent, je confirme. Suite à ma dernière bidouille de la balise, et rien d’autre, mon blog vient de se placer en moins de 2 semaines dans les 5 premières positions sur des requêtes ou je n’apparaissais pas sur la 1ère page auparavant : consultant web, blog consultant e-commerce, blog conseil e-commerce.

    Et j’ai placé un 2ème lien vers mon blog sur la requête Consultant e-commerce (j’occupe la 4eme et 5eme place).
    Tous à vos balises Title !

  12. […] 2011 par bgaillat Laisser une réponse » TweetAprès avoir testé il y a quelques temps l’impact de la balise Title sur le référencement j’ai continué mes petites expériences (et je ne suis pas le seul, voir la fin de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


3 vidéos sur le référencement

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Aujourd’hui je reprend ma petite série sur les vidéos du vendredi avec 3 vidéos sur le référencement. Aujourd’hui pas de conseils ou de grandes stratégies mais plutôt 3 points de vue de grands intervenants du monde du référencement français.

Note : je précise que je n’ai réalisé aucune des 3 interviews

Interview de Sebastien Billard

Sebastien Billard est un des premiers référenceurs sur lequel je suis tombé lors que j’ai commencé à travailler sur le sujet (il y a déjà quelques années) son blog est mis à jour de façon assez irrégulière maintenant mais les analyses restent très intéressantes !


Sebastien Billard (Relevant Traffic) – SEO… par seo-camp

Interview de Yves Weber

Yves Weber est le CEO de Brioude Internet, j’ai eu le plaisir de discuter avec lui lors du salon Be-commerce il ya quelques semaines. C’ets toujours très intéressant d’échanger avec quelqu’un qui à autant d’expérience dans le web.


Yves Weber (Brioude Internet) – SEO Campus 2010 par seo-camp

Interview d’Olivier Andrieu

Olivier Andrieu est parfois surnommé le « pape du référencement » avec ses 18 ans d’expériences dans le référencement (depuis 1993) il bat a plat de couture la plupart des référenceurs. Je n’ai jamais eu le plaisir de travailler avec lui mais le site Abondance est une mine d’informations pour tous les référenceurs et ce depuis plusieurs années déjà !


Olivier ANDRIEU – Le référencement à l’heure du… par atlantic2

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “3 vidéos sur le référencement”

  1. Merci pour la citation ! Il est vrai que le rythme de mes publication a ralenti. La première raison en est un emploi du temps chargé. La seconde est que je me suis déjà exprimé sur un certain nombre de sujets et que je ne souhaite pas rabacher ad nauseam 😉 Mais j’espère bien reposter plus souvent 🙂

  2. Jean Marie dit :

    Merci pour ces 3 interviews. Ca me ferait presque regretter le temps où il suffisait d’avoir des milliers de votes pour être positionné sur des résultats uniques pour tout le monde.
    D’ailleurs savez-vous si MSN et yahoo eux aussi commencent à personnaliser leur résultats ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Google Panda et les sites e-commerces

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

L’arrivée prochaine,et supposée, de Google panda en France fait parler toute la sphère du référencement (les articles intéressants sont ici, et là ), si aux US et en Angleterre on a pu voir certains sites se casser la gueule de belle manière (jusqu’à -90% de trafic quand même) qu’en est il pour les sites E-commerce et quel est le risque à l’heure actuelle pour nous les e-marchands ?

Que s’est t’il passé pour les sites Anglais ?

Google panda a frappé en Angleterre il y a quelques semaines avec les résultats suivants :

domain Visbility (OPI) new Visibility (OPI) old difference loss in % Type de site
reviewcentre.com 68096 648704 -580608 -0,895 Contenu
myvouchercodes.co.uk 289948 661560 -371612 -0,5617 bons de réduction
ciao.co.uk 20723 335697 -314974 -0,9383 comparateur
dooyoo.co.uk 14654 282837 -268183 -0,9482 comparateur
promotionalcodes.org.uk 31992 262717 -230725 -0,8782 bons de réduction
about.com 543243 760583 -217340 -0,2858 Contenu
brothersoft.com 90625 295898 -205273 -0,6937 Download
everydaysale.co.uk 3822 175800 -171978 -0,9783 bons de réduction
answers.com 142129 310111 -167982 -0,5417 Contenu
pocket-lint.com 2128 165956 -163828 -0,9872 Contenu
robtex.com 61832 218644 -156812 -0,7172 Contenu
hubpages.com 26099 182704 -156605 -0,8572 Contenu
netvouchercodes.co.uk 1935 152376 -150441 -0,9873 bons de réduction
mahalo.com 31609 166781 -135172 -0,8105 Contenu
markosweb.com 12844 136590 -123746 -0,906 Contenu
qype.co.uk 5307 126801 -121494 -0,9581 Contenu
biznut.co.uk 3865 118715 -114850 -0,9674 outil web
discountvouchers.co.uk 65751 178428 -112677 -0,6315 bons de réduction
ehow.com 93902 201781 -107879 -0,5346 Contenu
wikio.co.uk 10627 114833 -104206 -0,9075 Contenu
ehow.co.uk 33402 120596 -87194 -0,723 Contenu
airfaresflights.co.uk 4100 89924 -85824 -0,9544 Contenu
ip-adress.com 26274 111986 -85712 -0,7654 comparateur
voucherhub.com 9756 84783 -75027 -0,8849 bons de réduction
wakoopa.com 1334 71525 -70191 -0,9813 presentation d’entreprise
vouchercodes.com 21481 91535 -70054 -0,7653 bons de réduction
techradar.com 49761 116832 -67071 -0,5741 Contenu
reghardware.com 6133 72206 -66073 -0,9151 revue produits
discountshoppinguk.co.uk 491 66270 -65779 -0,9926 bons de réduction
twenga.co.uk 5690 71095 -65405 -0,92 comparateur
wisegeek.com 21680 83584 -61904 -0,7406 Contenu
electricpig.co.uk 1678 60882 -59204 -0,9724 Contenu
whosdatedwho.com 2314 60476 -58162 -0,9617 Contenu
pricedash.com 127 55141 -55014 -0,9977 bons de réduction
cylex-uk.co.uk 2010 56744 -54734 -0,9646 Annuaire
webdevelopersnotes.com 583 54948 -54365 -0,9894 Contenu
voucherseeker.co.uk 9086 62342 -53256 -0,8543 bons de réduction
ezinearticles.com 3577 56704 -53127 -0,9369 Contenu
savoo.co.uk 4047 56118 -52071 -0,9279 bons de réduction
killerstartups.com 869 52717 -51848 -0,9835 Contenu
fairinvestment.co.uk 43728 92214 -48486 -0,5258 Contenu
justtheflight.co.uk 2500 50806 -48306 -0,9508 comparateur
radioandtelly.co.uk 2539 49276 -46737 -0,9485 outil web
shopzilla.co.uk 40470 86937 -46467 -0,5345 comparateur
pcadvisor.co.uk 39730 85628 -45898 -0,536 contenu
aceshowbiz.com 907 46188 -45281 -0,9804 Contenu
techwatch.co.uk 12341 56793 -44452 -0,7827 Contenu
shopping.com 15402 59608 -44206 -0,7416 comparateur
hotfrog.co.uk 1124 44863 -43739 -0,9749 contenu
buyyourcar.co.uk 41542 85021 -43479 -0,5114 petites annonces
comparestoreprices.co.uk 5658 48219 -42561 -0,8827 comparateur
associatedcontent.com 2239 44158 -41919 -0,9493 contenu
worldtravelguide.net 6245 47922 -41677 -0,8697 contenu
wikio.com 1819 43194 -41375 -0,9579 contenu
softonic.com 184838 225647 -40809 -0,1809 contenu
yourdictionary.com 20625 60991 -40366 -0,6618 Contenu
buzzle.com 7113 47319 -40206 -0,8497 contenu
fanpix.net 3340 43163 -39823 -0,9226 contenu
couponsnapshot.co.uk 1845 41463 -39618 -0,9555 bons de réduction
zath.co.uk 161 39768 -39607 -0,996 contenu
moneypage.com 25 39231 -39206 -0,9994 NA
computing.net 11689 50721 -39032 -0,7695 Contenu
just-food.com 293 39282 -38989 -0,9925 contenu
freedownloadscenter.com 6349 45040 -38691 -0,859 Download
voucherstar.co.uk 126 38748 -38622 -0,9967 bons de réduction
idealo.co.uk 5846 44100 -38254 -0,8674 comparateur
techeye.net 1879 38828 -36949 -0,9516 Contenu
flightmapping.com 13086 47787 -34701 -0,7262 NA
suite101.com 1658 35957 -34299 -0,9539 contenu
visit4info.com 2092 36365 -34273 -0,9425 Contenu
mobileshop.com 35495 69436 -33941 -0,4888 comparateur
computerweekly.com 1733 35299 -33566 -0,9509 Contenu
techworld.com 1400 34923 -33523 -0,9599 contenu
themecraft.net 1163 34070 -32907 -0,9659 Annuaire / contenu
phonesreview.co.uk 864 33418 -32554 -0,9741 contenu
articlesbase.com 4139 36568 -32429 -0,8868 contenu
yourcounty.co.uk 5094 37145 -32051 -0,8629 contenu
broadbandgenie.co.uk 11156 43181 -32025 -0,7416 contenu
trustpilot.co.uk 3868 35230 -31362 -0,8902 contenu
shopsafe.co.uk 1064 32359 -31295 -0,9671 annuaire /bons de reduction
itproportal.com 1245 32533 -31288 -0,9617 contenu
londontown.com 10315 41456 -31141 -0,7512 contenu
njobs.org.uk 92 30693 -30601 -0,997 job board
aboutbritain.com 2877 33327 -30450 -0,9137 contenu
kgbanswers.co.uk 1009 31427 -30418 -0,9679 contenu
play.com 305883 336067 -30184 -0,0898 E-commerce
shoppingvouchers.co.uk 134 30056 -29922 -0,9955 bons de réduction
xomba.com 4050 33916 -29866 -0,8806 contenu
squidoo.com 52450 81811 -29361 -0,3589 contenu
autopartstrader.co.uk 1162 30282 -29120 -0,9616 Comparateur
mydeco.com 34252 63063 -28811 -0,4569 Coparateur
pcwb.co.uk 3447 31890 -28443 -0,8919 E-commerce
hunkymalestars.com 1638 29970 -28332 -0,9453 contenu
soft82.com 8747 37062 -28315 -0,764 Download
passport.net 94318 122568 -28250 -0,2305 NA
money.co.uk 25726 53588 -27862 -0,5199 comparateur
reevoo.com 38253 65519 -27266 -0,4162 contenu
soccerlens.com 2216 29481 -27265 -0,9248 contenu
screenrush.co.uk 1093 27930 -26837 -0,9609 contenu
osoyou.com 96 26668 -26572 -0,9964 comparateur

 

[Source ici, j’ai juste rajouté le type de site dans la colonne de droite ]

On peut voir que dans le top 100 des sites frappés par Google Panda seuls 2 sites E-commerce sont présents : Play.com (un des dix plus gros site européen pourtant) et pcwb.co.uk. Le reste est plutot bon signe pour l’ecommerce :

  • moins de comparateurs de prix dans les résultats de google
  • moins de sites de bons de réductions (enfin !)
  • moins de sites aux contenus douteux (les « farm content »)

Bref ça devrait libérer un peu de place dans les résultats de recherche , au moins dans les premiers temps.

Comment faire pour profiter du coup de l’arrivée de Panda ?

Très simple : RTFM = read the fucking manual (Fr : Lis le foutu manuel) , Amit Singhal a publié un article sur le blog officiel de googlewebmastercentral en listant les questions suivantes :

    • Would you trust the information presented in this article?
    • Is this article written by an expert or enthusiast who knows the topic well, or is it more shallow in nature?
    • Does the site have duplicate, overlapping, or redundant articles on the same or similar topics with slightly different keyword variations?
    • Would you be comfortable giving your credit card information to this site?
    • Does this article have spelling, stylistic, or factual errors?
    • Are the topics driven by genuine interests of readers of the site, or does the site generate content by attempting to guess what might rank well in search engines?
    • Does the article provide original content or information, original reporting, original research, or original analysis?
    • Does the page provide substantial value when compared to other pages in search results?
    • How much quality control is done on content?
    • Does the article describe both sides of a story?
    • Is the site a recognized authority on its topic?
    • Is the content mass-produced by or outsourced to a large number of creators, or spread across a large network of sites, so that individual pages or sites don’t get as much attention or care?
    • Was the article edited well, or does it appear sloppy or hastily produced?
    • For a health related query, would you trust information from this site?
    • Would you recognize this site as an authoritative source when mentioned by name?
    • Does this article provide a complete or comprehensive description of the topic?
    • Does this article contain insightful analysis or interesting information that is beyond obvious?
    • Is this the sort of page you’d want to bookmark, share with a friend, or recommend?
    • Does this article have an excessive amount of ads that distract from or interfere with the main content?
    • Would you expect to see this article in a printed magazine, encyclopedia or book?
    • Are the articles short, unsubstantial, or otherwise lacking in helpful specifics?
    • Are the pages produced with great care and attention to detail vs. less attention to detail?
    • Would users complain when they see pages from this site?

La traduction française est disponible sur le site d’abondance à cette adresse.

Pour faire simple il vous suffit de bosser vos pages produits afin d’apporter une valeur ajoutée importante à vos clients et une informations fiable et intéressante, normalement si vous faites du e-commerce vous êtes déjà en train de bosser dans cette direction non ?

Y’a t’il un risque de duplicate content si vous exportez vos produits vers les marketplaces et les comparateurs de prix ?

C’est une des plus grosse question en effet, non pas tellement pour les comparateurs de prix, qui eux se prennent des claques (à cause de leurs pratiques ou bien de l’arrivée de google shopping selon votre point de vue), mais plutôt pour les marketplaces avec des sites ultra-trustés comme Rueducommerce ou Amazon.

source de l'image : shoppingflux

 

La meilleure solution consiste selon moi à proposer deux descriptions, une belle et détaillée pour votre site et une base-line basique pour Amazon&co mais surtout pas la même description sur les deux sites.

Bien sûr cela demande plus de travail mais dans un premier temps vous pouvez construire une description automatique pour les marketplace :

%type-de-produit%-marque%nom-du-produit-%couleur

Ça remplira déjà les cases et permettra de ne pas mélanger les descriptions d’un site à l’autre et de garder votre valeur ajoutée (les belles descriptions) sur votre site.

Vivement qu’il arrive ce panda et qu’il fasse un peu de place dans les résultats pour les e-marchands !
Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

9 Commentaires

9 réponses à “Google Panda et les sites e-commerces”

  1. Peggy dit :

    Tout à fait d’accord. Si les sites de bons de réduction et les comparateurs pouvaient partir des premières pages au profit des e-commerces, ce serait vraiment le top ! A la fois en tant que e-commerçante et en tant que cliente.
    Et c’est vrai que quand on voit les sites qui ont été déclassés, il n’y a pas trop à s’inquiéter. Et finalement cela aura peut-être permis aux e-commerçants de revoir les bonnes pratiques de référencement…

  2. bgaillat dit :

    E n effet pas trop à s’inquiéter à priori, après on verra bien si le panda sait parler français et fait le trie correctement de ce coté de la manche…

  3. fx dit :

    Pour les marketplaces type Amazon ou Rue du commerce, il va falloir travailler ses descriptions multi-canal (avec le risque de générer du duplicate content sur ces sites ?)
    Pour eBay le champ description est contenu dans une Iframe et assez voire très mal référencé par Google. Je ne suis pas sûr que cela ait une grande influence.

    Pour Play.com la baisse est étrange car la plus part des pures marketplaces ont normalement bien profité de l’effet Panda 🙂

  4. bgaillat dit :

    Pour le duplicate entre Amazon et RDC sur tes fiches produits je dirais que c’est pas ton problème mais plutôt à eux de le gérer 😉

    Pour Ebay je n’avais pas fait gaffe mais de toute façon ebay est assez mal référencé depuis sa création je trouve (comparé aux autres marketplaces)
    Pour play.com ce n’est pas une marketplace je crois, ils vendent leurs propre produits. ils ont peut être abusé sur certaines techniques spammy …

  5. François dit :

    Je suis plus nuancé sur l’arrivée de Panda, je pense qu’une bonne proportion des boutiques risque de se prendre une claque aussi… croisons les doigts

  6. Matthias dit :

    Deux petites remarques sur Panda et l’influence sur les e-marchands:
    Selon ce post, il semblerait qu’en terme de référencement dans les SERP, elles ne devraient pas morfler.
    Mais après:
    si les comparateurs de prix baissent dans les résultats de recherche, la plupart des 1ers profiteurs de ce dégazage ne sera composé que de gros sites e-marchands.
    Ex: sur la requête panasonic lumix dmc tz-10, si on enlève les comparateurs, les aggrégateurs de tests, et en considérant qu’une partie des autres résultats passent dans la moulinette, il nous reste comme e-marchands fnac, amazon, cdiscount, grosbill, rueducommerce, topachat, soit que des gros.
    1ère conséquence: les petits et moyens e-commerçants ne profitent pas du « nouveau positionnement »
    Sur « barbecue » c’est pareil avec Castorama, Cdiscount, Darty, Leroy-Merlin, priceminister.. sauf 2 (semble-t-il plus petits) marchands déjà bien placés.
    Tout cela ne sont que deux exemples, mais sur énormément de requêtes, ceux qui suivent sont des gros sites. je ne vois pas comment les plus petits pourraient s’en sortir mieux qu’avant Panda. Sauf en en finançant le référencement naturel et en augmentant le budget d’adwords (pas con google).

    Qu’en pensez-vous?

    Sinon, concernant plus particuliérement les comparateurs, ils seraient plus cools, s’ils arrêtaient de faire des mises en avant payantes que seuls des grands budgets peuvent se permettre, Heureusement que certains encore sont « sympas » et ne listent que par prix. Mais eux devraient y passer aussi.
    En tout cas, je suis persuadé que la soit disant meilleure qualité des résultats de recherche ne comblera le manque à gagner du volume de leads fournit par les comparateurs. (pour ceux qui les utilisent)

  7. bgaillat dit :

    Hello,
    Ton commentaire est très intéressant, je vais essayer de répondre à tout.
    Je ne suis d’accord avec toi sur le point 1. Le rapport de force entre « petits sites / gros sites » n’est pas influencé par panda, donc si des petits s’en sortaient bien avant ça ne changera pas après le passage de panda, si ils étaient mauvais en SEO et bien ils n’en profiteront pas beaucoup en effet.
    Pour les comparateurs leur vrai problème c’est la valeur ajoutée de leurs services, quasi inexistante depuis plusieurs années. Ayant discuté avec 2 ou 3 ils sont assis sur un tas d’or (leur trafic et compétences) qu’ils revendent (cher) aux marchands. c’est du parasitisme primaire d’après moi donc peu viable sur le long terme (mais très rentable ceci dit)

  8. Matthias dit :

    En somme de ce que je voulais dire, je ne suis pas d’accord avec le fait que les petits et moyens commerçants en profiteront. Au contraire, seuls ceux qui amassent déjà une bonne partie du blé en seront les grands vainqueurs.

    Concernant les comparateurs, je suis d’accord en partie. Les gros et vieux comparateurs roulent sur l’or et ont des sites complètement pourris en terme de résultats de recherche (+ les offres sponsorisées), mais d’autres mériteraient plus d’attention car ils te fournissent l’info que tu souhaites, des avis, des tests, des vidéos, et surtout le prix le plus bas, sans avoir besoin de chercher l’erreur.

    En tout cas, je suis très curieux de savoir qui va passer à la trappe. J’ai déjà fait mes pronos.

  9. François dit :

    Et bien, vous n’avez rien compris.
    Vu les résultats dans les recherches qui sont les grands gagnants? Et bien les gros marchands du style pixmania, rdc amazon etc. Les petits vont comme d’habitude souffrir et crever car ils n’ont aucun moyen de lutter en référencement naturel et souvent ne savent même pas ce qu’est le SEO…. Aux moins avec les comparateurs et les sites de bons de réductions ils avaient une chance de remonter et être visible. De plus Google Shopping c’est vraiment de la daube. Sur les rares bons résultats ils utilisent le contenu de site marchands et de sites comparateurs (les avis) alors qu’ils préconisent aux webmasters d’avoir du contenu UNIQUE!!! C’est du foutage de gueule, ils utilisent le contenu des autres!!! Je suis le seul à voir que tout ça n’est qu’un pas de plus vers le monopole GOOGLE qui touche aux revenus mondiaux du e-commerce??? Une bonne chose : les actionnaires qui voulaient se faire des boules en or grâce aux leguide et autres gros comparateurs doivent se les bouffer à l’heure qu’il est!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.