Tag : produits

Les produits sont la base de tout site E-commerce. Sans produits pas de ventes et donc pas de CA. L’offre produit d’un site e-commerce fait toute la différence : produits disponibles, produits épuisés ou produits bientôt de retour en stock.
Offrir un assortiment de produits cohérent et couvrant plusieurs gammes de prix permet de mieux convertir. L’internaute peut en effet choisir ses produits selon ses critères de préférence.
Le prix est souvent un critère de référence mais les options de livraison, de paiement, la qualité de services sont aussi des possibilités pour vendre plus ses produits.


[#eCommerce] Organiser l’Amélioration Continue de ses fiches produit

par Romain Boyer - Il y a 2 ans

184862615Je pense que LE mot clé dans tout business est l’ « Amélioration Continue« . J’en fais mon leitmotiv et à tous les niveaux, on doit se poser la question : « comment dois-je faire pour faire en sorte que ce point s’améliore de façon continue ? »

Sur la question des fiches produit, la question de la qualité du contenu est primordiale pour plusieurs raisons :

  • Qualité perçue du site : s’il manque des informations ou si elles sont erronées, c’est toute la crédibilité du site qui est remise en cause
  • Taux de retours : si les informations ne sont pas suffisamment exhaustives ou claires, ce sont des risques de retours qui sont toujours coûteux
  • SEO : il faut du contenu intégrant les mots clés importants, et le plus de fraîcheur possible (remise à jour de la fiche aussi souvent que possible)

Contre-exemple :

ce genre de fiche produit est l’exemple parfait de ce qu’il ne faut pas faire :

http://www.amazon.fr/Candide-Matelas-%C3%A0-Langer-D%C3%A9houssable/dp/B006JZ6QEE/ref=sr_1_4

Aubert et Allobébé font de même sur leur site avec le même produit donc c’est l’exemple type d’un produit intégré de façon automatisée et non vérifié.

On vous précise que le matelas n’est pas fourni avec des piles, par contre on ne vous donne pas les dimensions…

C’est à la fois inadmissible et contre-productif au possible.

Comment organiser l’amélioration continue de la qualité de mes produits ?

Il n’y a qu’un moyen pour cela : écouter ses consommateurs (tiens, c’est pas la première fois qu’on dit ça ici…) !!

Organisez la remontée du questionnement de vos clients : il manque des informations ? vous avez besoin de précisions ? contactez-nous par chat, téléphone, e-mail, …

Organisez soigneusement l’information ainsi récoltée et surtout… restituez-la !

Il y a très peu de sites qui organisent d’eux-mêmes la mise à jour de leurs fiches produits en fonction des questions. Certains font passer les questions aux chefs de produit mais ceux-ci pensent-ils à mettre à jour la fiche produit ?

Ceci pourrait finalement être une amélioration de la précédente fonctionnalité que j’avais conseillée : la FAQ dynamique. Il ne faut pas grand chose pour créer des entrées de FAQ spécialisées par catégorie de produit ou par produit.

Comme toujours, organiser cette information permet :

  1. de donner une information immédiate au client
  2. d’éviter au client de se tromper dans son choix
  3. d’éviter donc des retours
  4. de donner une meilleure qualité perçue
  5. d’améliorer votre référencement grâce à du contenu ajouté régulièrement

Tout ce que ça demande de votre part :

  1. développer la fonctionnalité
  2. organiser la réponse des chefs de produit non pas par mail, mais via un outil qui (i) envoie la réponse au client et (ii) permet de choisir si on veut afficher la réponse sur la fiche produit ou non

Vous pouvez donc également faire des questions/réponses type par catégorie.

 

Qu’en pensez-vous ? avez-vous déjà vu cela implémenté quelque part ?

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

5 Commentaires

5 réponses à “[#eCommerce] Organiser l’Amélioration Continue de ses fiches produit”

  1. droguerie en ligne dit :

    Belle exemple pour vérifier l’efficacité de ses fiches produits. Il faut savoir trouver le juste milieu et évaluer différents indicateurs pour améliorer son taux de conversion.

  2. madvic dit :

    Euh et bien sur la fiche produit il y a bien les dimensions…

  3. Romain BOYER dit :

    Oui, ce qui ne veut pas dire que c’était le cas au moment de la publication de l’article 😉

  4. madvic dit :

    Ce qui impliquerais qu’il fasse de l’amélioration continue 😉

  5. Romain BOYER dit :

    CQFD 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Apérotech spécial « PIM » (product information management) à la Cartonnerie

par Benoit Gaillat - Il y a 3 ans

Avec les beaux jours qui reviennent c’est l’occasion de sortir de votre bureau et d’aller voir ce qui se passe dans l’eco-système du e-commerce. Si vous voulez en savoir plus le PIM, product information management, autrement dit la gestion des informations produits, alors rendez vous à la Cartonnerie dans le 11eme arrondissement de Paris pour une table ronde sur le sujet le 25 mars 2014.

Le PIM est un sujet assez compliqué à gérer pour les entreprises, l’information produit est en effet généralement dispersée un peu partout dans l’entreprise : au marketing, à la logistique, au e-commerce etc.. et ces systèmes ne sont pas toujours tous connectés sur la partie information produit. C’est tout l’intérêt d’utiliser un PIM.

Avec la multiplication des canaux de consommation : mobile, magasin, web, catalogue papier voir distributeurs c’est un sujet qui devient de plus en plus central pour bon nombre de retailers. Cette table ronde est donc une bonne occasion de faire le tour du sujet.

Présentation de l’apérotech « PIM »

La 7ème session aura lieu le mardi 25 mars prochain à la Cartonnerie qui se situe dans le 11 ème arrondissement de Paris.
Pour chaque session un partenaire est invité pour présenter une technologie et partager son expérience du sujet.

La Cartonnerie   Google Maps

Qu’est-ce que l’apérotech ?

L’apéro-tech rassemble environ 40-70 personnes autour d’un apéro et d’une table ronde afin de partager nos différences expériences sur des challenges techniques et business.
La participation est sélective et rassemble essentiellement des CTO, CEO, Chef de projet, Chef de produit, Responsable Marketing, des Leads Dev autour de sujets web .
Plusieurs participants renommés ont déjà participé comme : Priceminister, 20minutes, Mediapart, L’express, Promovacances, Aufeminin.com, FranceTelevision, Leparisien, M6 web, Gamekult, Relay.com, Hermes, Lanvin, etc …

La particularité de l’apérotech 

L’apérotech est d’abord qualitatif d’un point de vue contenu et s’adresse à une audience avec une forte maturité du web.
Les maîtres mot sont partage et retour d’expérience avant tout et contrairement à d’autres conférences et table ronde il n’a pas vocation de présenter les offres commerciales de chacun.

Comment se déroule de l’apérotech ?

L’Apérotech est ouvert sur inscription uniquement de 18h30 à 22h00 avec le programme suivant :

  • Rappel du concept de l’apérotech (5 min)
  • Présentation du PIM dans son ensemble (30 min)
  • Table ronde avec des retours d’expérience animée par un tiers (1h)
  • Networking : apéritif dînatoire

Les éditions précédentes étaient déjà bien qualitative avec et ont abordées des thèmes toujours spécialisés :

  • Les moteurs d’indexation
  • Le node.js
  • Le responsive Design
  • L’A/B Testing
  • Le caching
  • La performance web

Si vous les avez rater le blog d’Oxalide propose des comptes rendus écrits et des enregistrements des conférences. Les inscriptions sont ouvertes sur invitation en cliquant ici .

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Importance des photos produits en E-commerce

par Benoit Gaillat - Il y a 3 ans

Vous le savez certainement si vous êtes e-commerçant ou même simple e-acheteur, il est relativement difficile d’acheter un produit sur le web si les photos des produits ne sont pas de bonne qualité.

L’image est en effet un des seul élément permettant de « vendre » le produit, il y a certes la description produit mais le visuel « parle » souvent plus aux acheteurs. Avoir de bonnes photos produits est donc indispensable mais la technologique permet aujourd’hui d’aller beaucoup plus loin, des solutions comme ScanCube ou Packshot Creator permettent de prendre des visuels en très haute qualité et sous tous les angles : 360° , vidéos, zoom etc…

Packshot Creator en a profité pour réaliser une étude sur l’impact des photos sur un site e-commerce pour réaliser cette infographie colorée (et en français !) . On parle en effet souvent de conversion sur le blog mais il ne faut pas oublier que sans photo il n’y a quasiment aucune chance de vendre le produit en ligne…

Malheureusement prendre des photos de bonnes qualité peut s’avérer assez consommateur de temps, il faut donc essayer de trouver le bon équilibre entre temps de création de la fiche produit et qualité du rendu final. Ceci dit cette remarque est également valable pour les descriptions produits. Voici donc quelques informations concernant les attentes des e-acheteurs sur les photos des produits sur un site e-commerce.

Infographie sur l’importance des photos en e-commerce

Focus sur les photos e-commerce 2013 pr Packshot Creator

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

5 Commentaires

5 réponses à “Importance des photos produits en E-commerce”

  1. Photos 360 Ecommerce dit :

    En effet les visuels produits ont un réel impact sur l’image de marque, le taux de conversion et donc le chiffre d’affaire de tout e-commerce. xxxpubxxx répond à cette problématique en prenant en charge les prises de vues produits pour ses clients, Le client peut donc sous traiter cette partie récurrente et se concentrer sur son cœur de métier : Le commerce.

  2. CHRISTOPHE dit :

    C’est exactement ça, le visuel permet au client de se faire une première impression et de décider s’il veut en voir plus.
    Je propose moi même un nouveau support de communication qui consiste à créer un diaporama animé pour créer de l’émotion chez le futur client et lui donner une réelle envie de mieux connaître un produit.Ce concept marche très bien pour les biens immobiliers mais aussi pour tout type de bien.Je vous invite à visiter mon site pour avoir un aperçu de mon travail:
    ~~~~pubpubpub~~~~

  3. Télé Achat sur internet dit :

    Je crois que cela résume parfaitement les actions à mener en e-commerce, comme toujours une image résume bien mieux les longues théories ! Pour ceux qui sont à la recherche d’optimisation de leur solution de vente en ligne, il suffit de suivre ces précieux conseils !

  4. Régis Dabo dit :

    Tellement évident mais tellement vrai, le visuel reste un élément primordial dans la transfo du client notamment dans le secteur mode/habillement.

    De ce point de vue, les Marques ayant leur propre site de vente en ligne possèdent un avantage sur les boutiques en ligne multi-marques. Elles peuvent anticiper cette étape « shooting » bien en amont car disposant très souvent des échantillons plusieurs semaines/mois avant la mise en ligne, ce qui permet aussi de proposer quelque chose de différent par rapport aux sites multi marques… Pour finir, chiffres intéressants même si ça me fait tjrs « tiquer » quand je vois que ce genre d’études est réalisé par les premiers concernés (ici packshot creator) par ce business 🙂

  5. Zakaria dit :

    Bonjour,

    J’ajouterai même que l’aspect visuel est négligé un peu partout sur internet (suffit de consulter les annonces de ventes d’appartement). Néanmoins je me demande si l’ajout de trop de médias (vidéos, animations) sur un site ecommerce pourrait affecter sa réactivité. Sinon je suis tout à fait d’accord que les ecommerçant utilisant le système packshot creator vont pouvoir se démarquer de la masse des autres vendeurs, qui ont simplement utilisé la photo du fournisseur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


5 solutions pour gérer ses ruptures produits

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

S’il y a bien une chose qui évolue à chaque instant sur un site ecommerce c’est bien l’inventaire des produits. Avec un peu de chance, et quelques ventes, vous aurez même au bout d’un moment certains produits en rupture de stock. Ce peut parait évident mais c’est souvent un point noir dans la gestion des sites ecommerce : que faire si le produit tombe en rupture de stock ?

Première solution : laisser votre solution ecommerce décider

Autant le dire tout de suite, ce n’est pas la solution préférée car les solutions proposées ne sont pas souvent adaptées au ecommerce et génèrent souvent une rupture trop importante dans le cycle de vente. A ce jour je ne connais pas une seule solution e-commerce qui gère les ruptures produits nativement de façon satisfaisante et c’est de plus un point très souvent oublié des cahiers des charges e-commerce.

Voyons donc les solutions alternatives et, à mon goût, plus efficaces.

Deuxième solution : désactiver vos produits du catalogue

Cette solution n’est pas optimale non plus car selon votre solution ecommerce le comportement peut être problématique pour les clients. Sous magento par exemple désactiver un produit affichera une page 404 à vos clients qui tenteraient d’accéder à l’url de votre produit. Pour faire simple vous allez casser la navigation de vos clients, avoir des pages 404 sur votre site. Ce n’est ni bon pour votre référencement ni pour votre CA. Les clients ne vont en effet pas s’amuser à rechercher une seconde fois votre produit sur votre site et partiront, si possible , chez le concurrent.

Troisième solution : afficher les produits épuisés

Afficher ses produits, si le client tombe sur l’url, même s’ils ne sont plus disponibles sur le site à beaucoup d’avantages. Vous n’avez plus besoin de vous soucier de problème de navigation, vous êtes sûr que les internautes tomberont sur la bonne page, pour peu que vous n’ayez pas modifié son url bien sûr. Il faut par contre indiquer clairement, peut-être à l’aide d’un code couleur, que le produit n’est plus disponible en stock et qu’il ne sera pas livré. Cette gestion des produits épuisés peut poser des problèmes de performance lorsque votre catalogue se renouvelle régulièrement et que vous vous retrouvez avec des milliers de produits épuisés en catalogue.

Il faut bien sûr retirer ces produits épuisés de l’affichage lors d’une recherche ou d’une navigation dans le catalogue pour ne pas noyer vos clients sous les produits épuisés et les obliger à chercher ceux en stock. L’idée est d’afficher le produit uniquement si le client tombe sur le bon lien (depuis un forum, une page indexée dans Google, un article de presse etc…)

Quatrième solution : pouvoir interagir avec les produits épuisés

Voir que vous aviez le produit mais qu’il n’est plus disponible peut être frustrant pour l’internaute, surtout que certains produits peuvent être épuisés temporairement et de nouveau disponibles peu de temps après, il faut donc arriver à gérer cette attente.  L’idéal est donc de pouvoir rester en contact avec les internautes ayant consulté le produit et souhaitant acheter ce produit dès qu’il sera disponible, pour cela vous pouvez développer un petit module d’inscription afin de prévenir les clients dès le retour en stock du produit, de préférence en remplacement du bouton » ajouter au panier ». Cette solution à l’avantage d’offrir un service intéressant à vos clients et à vous permettre de gérer vos approvisionnements en ayant une bonne visibilité sur la demande.

Cinquième solution : Rediriger les internautes vers des produits de remplacement.

 Une autre solution peut être de rediriger vos internautes vers un produit de remplacement, de préférence en indiquant clairement la redirection et que le produit demandé n’est plus en stock. Vous pouvez afficher un pop-up pour les prévenir et leur faire une sélection,pertinente, de produits de remplacement ou bien être un peu plus violent et rediriger directement l’internaute.

Pensez quand même à afficher un message sur le nouveau produit pour expliquer au client pourquoi il a été redirigé sinon votre taux de conversion risque d’en pâtir. Cette solution permet de gérer les moteurs de recherches et donc de transmettre du trafic à de nouveaux produits.

Et vous comment gérez vous vos produits épuisés ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

12 Commentaires

12 réponses à “5 solutions pour gérer ses ruptures produits”

  1. Animalerie 123DONKEY dit :

    pour moi il faut prendre en compte la question référencement aussi

    l’url du produit épuise doit pouvoir rester accessible aux yeux de google. Sinon perte de référencement.

    Donc il faut laisser le produit, le marqué comme épuisé, éventuellement poper au dessus du produit en question un produit de remplacement mais bien prendre en compte l’aspect réf nat.

    Sylvain

  2. Romain BOYER dit :

    De notre côté, on applique les règles suivantes :

    – 15% maximum des produits proposés par catégorie sont épuisés (on désactive le surplus de façon aléatoire), ça évite d’avoir une connotation dans un sens ou dans l’autre, ça montre qu’on vend et que des produits s’épuisent et ça montre qu’on a quand même la majorité de notre catalogue en stock)

    – On laisse parmi ces 15% les produits visibles avec notamment la possibilité de créer une « alerte stock » pour être prévenu par mail. Ceci nous permet de programmer nos réassorts, suggérés quotidiennement aux achats

    – On devrait probablement suggérer d’autres produits plus explicitement, ce que l’on fait cependant sous forme de liens (produits de même cat+marque, produits de même cat, produits de même marque…)

  3. En effet, le problème du référencement cassé est au moins aussi pénalisant que le client insatisfait 🙂 .
    Bref le principal conseil et de prévoir ce cas dans le cahier des charges du départ !

  4. Romain BOYER dit :

    Pour répondre à Sylvain,

    je suis d’accord avec toi, il faut programmer une redirection 301 uniquement (profitable à la catégorie, à la home page ou aux produits de même catégorie + marque) uniquement quand le produit a bien vécu, est inactif et ne sera pas renouvelé.

    Certains préfèrent montrer que le produit a bien existé, n’existe plus mais faire des suggestions fortes à la place du produit, je pense notamment à de belles références comme RueDuCommerce et CDiscount

    A chacun sa stratégie

  5. C’est très malin de n’afficher qu’un certain nombre de produits épuisés 🙂
    Ca fait bien le boulot : montrer un catalogue large + montrer que ça part bien. Je note l’idée pour m’en resservir plus tard 🙂

  6. Julien dit :

    Pour ma part j’ai deux alternatives….
    1 – Le produit est en rupture momentanée : je laisse en ligne et je réapprovisionne rapidement (ou fait partir depuis le fournisseur si il est français).
    2 – Le produit est épuisé : je l’enlève du site.
    Ma solution ne me permet d’avoir un comportement différent selon les produits (comme prestashop par exemple). Du coup, je le gère au cas par cas !

  7. Pilotez votre e-commerce dit :

    Sur Magento, l’idéal pour un produit périmé n’est pas de le désactiver, mais de lui donner une visibilité nulle : Du coup, il n’est plus trouvable dans le catégories ni le moteur de recherche, mais il reste bien présent comme landing page. Donc garde un intéret SEO.

    Et on peut le faire produit par produit, ou par lot, si on veut ‘enlever’ plusieurs produits d’un coup.

    Après, dans les ventes croisées de Magento, il y a 2 niveaux affichables dans les fiches produits : Il suffit d’utiliser le niveau ‘produits de substitution’ pour afficher les produits qui peuvent répondre au même besoin. Comme ça, on garde une landing page sans trop de rebond.

  8. Pour ta solution 1 Julien , informe tu tes clients que le produits n’est plus dispo ?
    Et pour ta solution 2 que se passe t’il si j’accède à l’ancienne url de ton produit ? je tombe sur une page d’erreur ?

  9. weblouis dit :

    @Pilotez votre e-commerce +1 on fait la même chose : pas de 404, et si un client tombe dessus il a le choix entre choisir un produits dans les cross selling ou afficher la page de catégorie du produit épuisé.

  10. Julien dit :

    Benoit,

    Pour la 1 : oui, je l’appelle ou lui fait un mail. 2 solutions : il est OK pour attendre 48 ou 72 de plus si le fournisseur n’est pas français ou bien il préfère changer de produit (mais c’est super rare : 1 ou 2 fois en 3 ans 1/2).

    Pour la 2, oui, malheureusement ! Il tombe sur une page qui lui dit que le produit n’est plus dispo. Sans autre info.

    J’aimerai pouvoir dire que je désactive la possibilité de commander ce produit, mais je ne peux pas !

  11. Tz dit :

    Bonjour, je suis tombé avec intérêt sur cet article.
    J’ai une question pour Pilotez votre e-commerce et weblouis, qui proposent une solution élégante, mais pour moi ça ne fonctionne pas.
    Quand vous dites « donner une visibilité nulle », c’est bien « non visible individuellement » ? Moi ça me retourne une 404. Ai-je bien compris ?
    Voici la solution alternative que j’utilise, mais qui est plus contraignante : mettre en visibilité « catalogue » uniquement et supprimer le produit de toutes les catégories.

  12. Bonjour Tz,

    En effet il faut indiquer visibilité catalogue et le supprimer de toutes les catégories.
    Si tu mets « non visible individuellement » Magento va renvoyer vers la page 404 (comme si tu mets en produits non actifs)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Comment augmenter le nombre de produits par commande ?

par Romain Boyer - Il y a 6 ans

Premier article détaillé dans le dossier Les Indicateurs et Leviers pour votre boutique e-commerce, nous allons ici nous focaliser sur un élément important de détail : le nombre de produits par commande.

Cet indicateur de bas niveau sert de donnée de base pour des indicateurs de plus haut niveau (en cascade) :

  • Montant moyen de panier
    • Marge produit en montant
      • Marge transactionnelle moyenne par commande
        • Marge transactionnelle (but ultime)

Alors, quels sont les moyens à notre disposition pour augmenter ce nombre de produits par commande

Les moyens sont illimités, mais on peut déjà en lister quelques-un (à compléter si vous avez des idées) :

  • cross-selling (vente additionnelle)
  • bundling
  • facilitation de la navigation inter-produits et inter-catégorie
  • en jouant sur les frais de port (Cf premier commentaire par Alban)

Cross-Selling ou Vente Additionnelle

Le cross-selling est le moyen par lequel vous allez conseiller à vos acheteurs des produits complémentaires à ce qu’ils projettent d’acheter.

La complémentarité se fait soit parce que les produits sont directement complémentaires (un téléviseur et sa connectique), soit parce que des personnes ont souvent acheté deux produits en même temps (procédé utilisé par les boutiques comme Amazon ou CDiscount, cela demande beaucoup de commandes). On peut ajouter à cela les offres promotionnelles en cours.

Cross Selling by RueDuCommerce

Plusieurs emplacements propices pour conseiller des produits complémentaires :

  • sur la fiche produit
  • dans le panier
  • après consultation par mail

Sur la fiche produit, il est assez courant de voir cela en dessous de la ligne d’horizon, au dessous ou au dessus de la description du produit. (Amazon a choisi au dessus étant donné la hauteur du bloc comparé à celle de la description).

Dans le panier, il s’agit souvent de bannières en dessous des éléments du panier. Parfois, les offres sont pré-remplies dans le panier (ainsi que ça l’était historiquement dans la VPC sur le petit papier de bon de commande) et il suffit de cocher la case pour que le produit se matérialise réellement dans le panier. Je trouve cette dernière approche bonne si l’on se limite au maximum à deux produits.

Par e-mail, comme le fait beaucoup Amazon, il s’agit de dire que vous avez acheté ou consulté tel produit, et que donc le magasin trouve qu’il serait intéressant pour vous d’acheter tel ou tel produit.

Il est encore assez peu courant de voir cela, il n’est pourtant pas très compliqué de proposer des produits complémentaires. Les plateformes Magento et Prestashop (télécharger le module Cross Selling for Prestashop) le proposent par exemple ainsi que les plateformes Wizishop et PowerBoutique pour ne citer qu’eux.

Ci-contre, on peut voir un exemple de mise en place chez RueDuCommerce qui tente de simplifier l’achat groupé du produit et de l’accessoire, formant ainsi un pack à la demande.

Je ne suis toujours pas convaincu sur la forme proposée par RueDuCommerce dont la forme est à mon avis trop compliqué, ni par les modules de cross-sell proposés par des gens comme Sarenza qui considèrent qu’un produit complémentaire à une chaussure est un sac à dos.

Attention, évitez de proposer trop de produits ! Il est préférable de se limiter à 3 ou 4 produits vraiment bien ciblés pour favoriser le côté « conseil » et éviter l’aspect surabondance qui a tendance à perdre le consommateur.

Voici deux bons exemples d’intégration, que nous irons pêcher au hasard… chez Amazon.

Cross Selling au dessus des caractéristiques techniques

Cross Selling toujours chez Amazon, au dessous des caractéristiques techniques et au dessus de la description longue

Il est évident que proposer à un internaute des produits qui n’ont pas vraiment d’intérêt en complément n’apporte rien et perd un peu votre prospect.

Bundling

Je m’attarderai moins sur le bundling mais il mériterait bien un article complet.

Le bundling, c’est proposer un pack de plusieurs articles, à un prix réduit ou pas, qui vont bien ensemble.

Exemple de pack produit proposé par Amazon

Et effectivement, je peux vous dire que lorsqu’on achète cet ampli, on a souvent besoin d’un câble HDMI et d’un câble optique et ceux-ci ne sont pas chers. On peut constater qu’Amazon ne fait pas de réduction, probablement du fait du besoin et du fait du prix de ces produits.

Si les produits proposés dans le pack avaient un prix plus élevé, on aurait pu imaginer une réduction de prix, de façon à inciter plus fortement le prospect à le commander.

Voilà qui allie l’utile à l’agréable, utile pour le consommateur, et agréable de voir son panier moyen augmenter mécaniquement !

Facilitation de la navigation

Pour cela, je vous invite à lire mon précédent article, Passer d’une fiche produit à une autre

Extrait :

Avez-vous remarqué le nombre d’allers-retours incessants que nous devons faire tous les jours pour passer des fiches produits au résultats de nos recherche ? Il y a quelque chose à faire à ce niveau là, et plusieurs acteurs se sont déjà posé la question.

Je vous propose ici quelques solutions, pas très complexes, qui devraient permettre à vos utilisateurs de se balader plus facilement et plus efficacement, et donc de trouver le produit qui leur convient le mieux, s’il existe.

Lire l’article complet

Conclusion

Cet article fait partie d’un dossier, Les Indicateurs et Leviers pour votre boutique e-commerce, comme vous le verrez dans l’arborescence proposée sur la présentation de ce dossier, ce n’est qu’un infime maillon pour améliorer votre marge transactionnelle, mais rien que ce levier peut apporter beaucoup à une boutique, tant en terme d’image que de service, que d’augmentation du panier moyen et d’écoulement du stock.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

5 Commentaires

5 réponses à “Comment augmenter le nombre de produits par commande ?”

  1. Alban dit :

    Il y a aussi un levier très intéressant à actionner pour augmenter le nombre de produit par commande : Les frais de port.
    L’important c’est de le faire savoir.
    http://www.Archiduchesse.com le fait très bien (et le faisait encore mieux avec sont « encore 5paires et les frais de port sont offert »).
    Autre exemple, j’avais un site ou le produit phare pesait 1.050Kg, les frais de port étaient au réel (donc en gros de kg en kg).
    Sur la fiche produit, j’ai indiqué que pour tout autre produit (hors celui ci) acheté, les frais de port ne bougeaient pas. La proportion de commande contenant des produits additionnels des personne étant passé sur la page produit est passé d’environ 10% à presque 90%.

  2. Romain Boyer dit :

    Merci, très bon exemple en effet, je n’y pensais plus ! je rajoute une note dans l’article 😉

  3. Mickael@Couches lavables dit :

    Je confirme également pour les frais de port.

    Dans notre cas, nous facturons les frais de port de façon forfaitaire : 5,90 €.
    Et nous les offrons dès 69 € d’achat.

    Sur la page panier dès que le montant atteint 60 €, il y a une petite ligne qui apparait en plus pour indiquer :
    « Il ne vous reste plus que 9 euros pour profiter des frais de port offerts ».
    Et ainsi de suite jusqu’à 69 €.

    De quoi faire monter le panier moyen 🙂

  4. Romain Boyer dit :

    bien joué Mickaël ! en même temps, vous, ça sert toujours de commander plus de couches lavables 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


5 bonnes idées à piquer sur le site de Castorama

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

La recherche du site idéal est une activité de longue haleine et demande pas mal de tests et d’analyse.  Pour aller plus vite une des solution est d’étudier les autres sites E-commerce et de s’en inspirer. Aujourd’hui je vous propose de regarder un peu sur le site Castorama.fr afin de trouver 5 idées intéressantes à utiliser sur votre site E-commerce.

1) Un carrousel photo des produits de la même catégorie

J’avoue que le titre n’est pas forcément explicite mais c’est la première fois que je rencontre ce système :

Vous pouvez voir juste entre le fil d’Ariane et le début de la fiche produit un bandeau contenant des images produits. Ces produits appartiennent à la même catégorie que le produit que nous admirons en ce moment, à savoir une lampe/réveil/lumière. Les images sont assez petites pour ne pas gêner la lecture de la fiche produit,mais assez grandes pour être identifiables,  et un léger zoom (à gauche sur l’image) se charge au survol de la souris. Vous remarquerez la flèche sur le coté droit, elle permet de continuer à naviguer dans le catalogue.

2) Le nuage de tags des recherches

Le nuage de tags affiche les mots clefs les plus recherchés sur le site

Il est situé en bas de la homepage ce qui correspond, à mon avis, bien à son objectif : proposer de nouvelles idées aux utilisateurs qui « papillonnent » sur le site. Cela permet également d’avoir du contenu toujours à jour en fonction des tendances des internautes. Pensez juste à inclure un système de filtres vous permettant de retirer certains mots clefs pour éviter de vous faire spammer.

3) L’index des marques et des produits

Avec un index des produits et des marques vous pouvez faire d’une pierre deux coups : aider les internautes habitués à un mode de lecture par index et améliorer votre référencement.

Bien évidement la première ligne, contenant l’alphabet, est cliquable et permet d’accéder à la lettre voulue immédiatement. Une page index permet donc de créer des liens vers toutes vos marques et de favoriser leur indexation et donc de faciliter leur référencement. De plus cela peut réellement aider un client pressé à trouver la marque de son choix même si le contraste de la police est un peu faible sur le site de Castorama.

4) Les fiches pratiques en vidéo

Sur certaines pages catégories et produits on peut accéder à des fiches pratiques qui explique comment installer le produit en vidéo

Les vidéos sont d’ailleurs toutes disponibles sur la page youtube de Castorama  http://www.youtube.com/user/castoramafrance et la page affiche près de 600 000 vues pour les vidéos.

5) Feuilletez les catalogues castorama en ligne

Voici la dernière bonne idée de Castorama, rendre accessible les catalogues distribués dans les magasins sur le site internet. Cela permet d’y accéder a toute heure et génère une bonne impression de cohérence et de synergie entre le site internet et les magasins et améliorer donc l’image de marque de l’entreprise.

Bien sûr il est plus difficile pour les sites 100% online de mettre en place cette fonctionnalités mais dans le cas ou vous publiez un catalogue papier pensez à le rendre disponible sur le net également !

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “5 bonnes idées à piquer sur le site de Castorama”

  1. Dakine dit :

    « Un carrousel photo des produits de la même catégorie »

    C’est la même chose que la fonction « dans la même catégorie » présent sur prestashop ou alors j’ai raté une nuance ?

    un exemple ici : http://www.dormezbien.fr/matelas-en-mousse/10-matelas-mousse-confort.html

  2. ERPrevendeur@Channel-Portal dit :

    Selon moi le meilleur élément est la mise en place des vidéos.

    Il y a une vraie plus value pour le client.

    De plus le référencement via YouTube performe bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


E-commerce : 10 conseils pour mieux vendre en ligne

par Romain Boyer - Il y a 6 ans

Une lecture intéressante sur le WhitSundayTimes (Australie)

Beaucoup de sites e-commerce se lancent chaque année, et beaucoup disparaissent rapidement, soit parce qu’ils ont mal été conçus, soit parce qu’ils sont peu entretenus, soit parce qu’ils n’ont tout simplement pas trouvé la bonne équation produits/prix/fournisseurs.

Les « 10 conseils » est un titre d’article facile ; après, ce n’est jamais mauvais de (re-faire) le point régulièrement et de compléter sa check-list de patron de boutique virtuelle.

Je reprends les titres donnés par l’article australien et vous mets mes avis sur chaque, tout de même 😉

Les 10 meilleurs conseils pour vendre en ligne

1. Est-ce que la vente en ligne présente un intérêt pour votre business ?

Pour certains business, la vente en ligne présente beaucoup de contraintes, il est donc pertinent de se demander si une simple vitrine ne suffirait pas et ne vous permettrait pas de mieux vous concentrer sur votre coeur de métier. Et puis… est-ce que votre coeur de cible vous cherche par Internet ?

2. Prenez soin de vos descriptions produit

Deux niveaux d’attention : les informations souhaitées par le prospect sont-elles présentes (la largeur d’un réfrigérateur est un élément à ne pas oublier) et les mots clés sont-ils présents pour permettre à la fiche produit de se positionner sur ces mots clés ?

3. Intégrez les médias sociaux

Laissez les utilisateurs communiquer sur vos produits, les conseiller, les mettre de côté, les commenter ; et donnez-leur le coup de grâce le moment venu. Soyez sexy.

4. Maintenez une présentation claire, dans l’air du temps

Les clients veulent des interfaces simples, avec des boutons d’action clairs et visibles, avec différents niveaux d’information. Cette hiérarchie est-elle bien respectée chez vous ?

5. Un minimum de clicks = un maximum de ventes

je crois que l’intitulé est explicite, plus on arrive rapidement à son objectif , et plus on est satisfait. Cela veut dire que si l’information n’existe pas, ce n’est pas grave, mais il faut qu’on puisse le savoir (efficacité des moteurs de recherche, clarté des catégorisations)

6. Identifiez les habitudes de vos utilisateurs

Mettez en place des moyens techniques qui vous permettront de mieux comprendre ce que cherchent vos utilisateurs, où ils s’arrêtent, pourquoi ; pourquoi ne vont-ils pas là où vous souhaitez, quelles sont les pages de sortie, quels sont les chemins habituels.

Je rajouterais bien ma petite patte à ce niveau-là : tenez un tableau à jour chaque semaine avec des indicateurs clairs (pourcentage de recherches infructueuses, produits les plus consultés, catégorie la plus prisée,…) et vous comprendrez bien vite et bien mieux votre boutique.

7. Proposez les bons moyens de paiement

Certains ont l’habitude de payer avec Paypal, via eBay, et sont donc rassurés de n’utiliser qu’un seul moyen de paiement et de limiter les risques, d’autres, en France, préfèrent le chèque, qu’ils trouvent plus sécurisé, d’autres préfèrent utiliser Google Checkout, parce que c’est Google, et d’autres la CB, parce que c’est simple.

Chaque client a une façon différente de voir les choses, il faut proposer à chacun ce qu’il faut pour le rassurer et le faire sortir le moins possible de ses habitudes. On est dans un monde d’autistes !

8. Investissez dans le service client

Il est difficile dans l’absolu d’éviter tout impair. Il convient alors de les gérer au mieux ; il s’agit (1) d’écouter le client et de le comprendre (2) de référencer sa requête (3) d’y répondre au plus vite (4) de lui donner envie de retenter l’expérience – code promo ? – (5) de créer des statistiques sur les problèmes et de régler les problèmes les plus courants

9. Catégorisez vos produits clairement

Tiens, on en parlait plus haut. Il est important que les utilisateurs se retrouvent facilement dans les catégories pour arriver rapidement à la liste des produits qu’ils cherchent.

Rien de plus énervant que d’arriver à Auchan et de se rendre compte qu’ils ont encore changé l’ordre des rayons et qu’on n’arrive plus à retrouver les packs de lait.

Sauf que quand on est chez Auchan, on n’est pas en 2 clics chez le concurrent.

10. N’oubliez pas le référencement sur les moteurs de recherche et ne négligez pas la présentation de vos résultats (SEO + SEM)

Assurez-vous d’utiliser les bons mots clés et de pouvoir vous y positionner. Sinon adoptez d’autres stratégies de mots clés.

Regardez et lisez vos résultats de recherche sur Google et demandez-vous s’ils sont parlants et s’ils donnent envie de cliquer.

Avec Instant Preview de Google, assurez-vous que votre page rend bien vue de loin 😉

Conclusion

Il est important, je pense, de se créer une checklist des points d’attention et d’y revenir une fois par semaine, une fois par mois,…

ET VOUS, QUEL EST LE POINT QUI VOUS SEMBLE LE PLUS IMPORTANT ?

Source : Top 10 tips to selling online | Guides | Whitsunday Times.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Menu à gauche ou à droite ? Impact sur l’ajout au panier

par Romain Boyer - Il y a 6 ans

Un post plutôt rapide sur une donnée intéressante. Un test A/B porté sur un site américain montre qu’un même contenu avec un menu plutôt texte à gauche apporte 34% de plus d’actions d’ajout au panier par rapport à un menu visuel à droite.

Une raison principale à cela à mon avis en version courte :

Les visuels dans les menus polluent les visuels produits, il faut laisser la place nette aux visuels produits 😉

La version A a 34% de plus d'ajouts au panier..

Anne Holland’s Which Test Won – A/B Test & Multivariate Testing Education for Marketing Professionals.

Ce qui est amusant, c’est que visiblement, les lecteurs de ce blog ont pour la plupart (près de 60%) cru que la version avec le menu à droite avec le visuel apportait plus.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Envoyer un catalogue papier à ses clients, une bonne idée ?

par Romain Boyer - Il y a 6 ans

Intéressante lecture d’un blog anglais à propos d’une étude de ComScore qui a fait une étude autour d’envois de catalogues.

Résultat : +163% de panier moyen pour les clients qui ont reçu un catalogue et qui ont commandé, et + 28% d’articles dans le panier.

Comme quoi, ancrer un site e-commerce dans la réalité aide à son succès, c’est une solution comme une autre à la déshumanisation du média Web.

Nul besoin d’investir des milliers d’euros dans un mailing (papier) de masse, il suffit d’imprimer des catalogues et de les glisser dans les cartons pour la livraison ?  oui, je sais, ça coûte, mais que ne ferait-on pour fidéliser ses clients et augmenter la fréquence d’achat ?

Petit conseil si vous le faites, dans le catalogue papier, essayez d’introduire des URLs courtes pour accéder à la fiche produit souhaitée : [http://monsite.com/1042]  ou 1042 est l’identifiant numérique du produit et où l’URL redirige (redirection 301) vers la fiche produit semble une bonne façon de faire cela.

Evidemment, le catalogue papier ne convient pas à toutes les activités et demande à être renouvelé.

Certains d’entre vous auraient-ils une expérience de ce type ? Que pensez-vous de cette idée ?

Source : Conversion Tip: Send Customers a Catalog | Practical eCommerce.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

7 Commentaires

7 réponses à “Envoyer un catalogue papier à ses clients, une bonne idée ?”

  1. David Nicolas - SexyFood dit :

    Bonjour,

    Des chiffres intéressants et encourageants.

    Quelques idées pour réduire les coûts avec un résultat semblable :

    Développer ce catalogue sous forme de petit magazine avec un peu de VA pour le net, iPhone, iPad et autres tablettes. Ca évite les coûts d’impression, et permet de faire un peu de pub virale si les articles sont intéressants. Et en liaison directe avec l’achat sur le site ecommerce.

    Glisser dans les commandes des flyer de 2 pages recto verso, soit 4 petites pages : moins cher à imprimer qu’un catalogue, cela permet tout de même une bonne fidélisation, et de mettre en avant 8 produits.

    Offrir un échantillons cadeau dans les commandes, d’un article non acheté, mais qui pourrait intéressé le profil de l’acheteur ( évidemment impossible pour certains produits.. ).

  2. bgaillat dit :

    Très bonne idée le catalogue papier. Un peu dans le même style sur prestashop on peut générer un catalogue pdf en 1 clic depuis le backgammon office.
    Pour les échantillons ce n est malheureusement pas toujours possible , par exemple si l’on vend du vin…

  3. Schuss dit :

    Un peu (beaucoup) plus compliqué à la production, l’intégration de tags dans les URL délivrées dans les magasines et si possible spécifiques par ID utilisateur. Ainsi on aurait un tracking offline et online plus complet. L’idéal serait la génération du catalogue selon la navigation et les commandes du client. C’est ce que propose Prestashop ?

    Je ne sais pas si cette hypothèse est irréaliste, il faudrait en étudier le coût et surtout la complexité technique mais on aurait dans tous les cas plus de visibilité sur les répercutions des opérations offline sur les ventes online, et inversement.

    Sinon, autre idée mais qui est à moitié innovante car déjà mis en place par d’autres marques, ce serait l’intégration de codes barre produits dans le catalogue qui renverraient vers la site compatible mobile ou bien directement sur l’application iPhone du e-commerçant. Par ailleurs l’insertion de tags de trouverait simplifiée.

    Qu’en pensez-vous ?

  4. Romain BOYER dit :

    Bonne idée les tags ! évidemment, pour le moment, le marché n’est pas encore assez éduqué pour les QR codes, qui sont forcément une solution d’avenir effectivement.

    Le tracking off->online m’apparaît assez compliqué, car on demande alors au prospect de taper l’id de tracking, ce qui rend l’URL plus difficile à taper.
    Je pense qu’on peut par contre envisager une url du type j.monsi.te ou J représente la dixième région si on veut au moins savoir quelle région fonctionne. Maintenant, je crois que monsi.te est moins rebutant, et chaque accès est important donc on doit éviter de rebuter les prospects. Aux départements marketing de prendre leurs décisions une fois que les solutions techniques sont précisées 😉

  5. bgaillat dit :

    Autant pour moi je parlai de Rentashop et non pas de Prestashop dans mon commentaire

  6. Schuss dit :

    Bien d’accord pour les URL, j’ai vu plusieurs messages sur le sujet, il parait que leur simplification devient un fort aspect dans la réussite d’une opération commerciale. Comme quoi…

  7. Schuss dit :

    Puisque nous en discutions dans ce post, voici l’arrivée d’un outil permettant le génération de QR Codes pour une impression papier ou tout autre utilisation par la suite : http://www.mycommunitymanager.fr/likifyun-qr-code-pour-aimer-les-pages-facebook/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Passer d’une fiche produit à une autre – 1 jour / 1 idée innovante pour votre e-commerce

par Romain Boyer - Il y a 6 ans

Avez-vous remarqué le nombre d’allers-retours incessants que nous devons faire tous les jours pour passer des fiches produits au résultats de nos recherche ? Il y a quelque chose à faire à ce niveau là, et plusieurs acteurs se sont déjà posé la question.

Je vous propose ici quelques solutions, pas très complexes, qui devraient permettre à vos utilisateurs de se balader plus facilement et plus efficacement, et donc de trouver le produit qui leur convient le mieux, s’il existe.

Un système réellement novateur existe chez Javari

Javari, mon petit chouchou du Web français, dispose à ce stade selon moi des meilleurs atouts pour faciliter la navigation. En deux images ci-dessous

Fiche produit sur Javari : on vous ressert les résultats de votre recherche pour pouvoir passer aux articles suivants.

Je parlais dans mon précédent article consacré à Javari de ce système ; je souhaite néanmoins vraiment appuyer sur cette fonctionnalité dont tout le monde a à gagner.

Vous êtes sur la fiche produit, le produit ne correspond finalement pas à votre recherche. Vous allez donc devoir la plupart du temps cliquer sur le bouton « précédent » (ou faire un « alt+gauche » bien senti pour les plus avertis d’entre nous) ; eh bien comme la plupart du temps dans la plupart des secteurs, c’est le visuel (thème récurrent décidément) qui va nous faire choisir le produit suivant à consulter.

D’où l’intérêt des miniatures en haut de fiche produit proposées par Javari. Elles correspondent à vos résultats de recherche, dans le même ordre, centrés sur le produit que vous consultez actuellement. Vous pouvez les faire défiler sans rechargement de page, très rapidement. Le survol de la souris provoque un grossissement de l’image. Vous cliquez dessus, la page se charge et hop !

Je pense que ce modèle peut s’appliquer à 60% des sites e-commerce. Sont exclus ceux qui ne proposent pas de recherche, et ceux dont les visuels produits n’apportent rien.

CDiscount vous propose de passer à l’article suivant

CDiscount propose discrètement le passage aux résultats précédent et suivant

CDiscount propose une fonctionnalité qui reste dans cette idée-là sur son site Internet, qui doit passer pour beaucoup inaperçu. Des petites encoches « article précédent » et « article suivant » permettent de faire défiler les produits de la catégorie ou des résultats de recherche dont vous venez.

Le chargement de page étant rapide, cela ne pose pas trop de problème, surtout qu’étant donné le type produit, les visuels à la Javari n’apporteraient pas grand chose pour déterminer quel est le produit suivant que l’on veut consulter.

CDiscount gagnerait probablement à adopter la vue rapide de Javari dans ses listings produits par contre, ce qui permettrait de consulter / comparer les détails techniques sans avoir pour cela à changer de page.

Et l’on reparle de la vue rapide de Javari

Vue rapide sur les résultats de recherche, qui évite souvent d'avoir à aller sur la fiche produit

La vue rapide de Javari, innovation sacrée à mes yeux, qui n’apporte finalement pas tant que ça à ce site précis, mais qui a un potentiel impressionnant d’efficacité ajoutée aux interfaces où il se trouverait.

Je pense donc comme je le disais en parlant de CDiscount aux produits techniques, pour lesquels on est souvent contraints d’aller voir dans la fiche produit juste pour savoir s’ils ont bien la caractéristique que l’on recherche.

Mais tout produit a potentiellement à gagner d’un peu plus de détail que tout e-commerçant qui se respecte a voulu caser un jour ou l’autre sur les résultats de recherche ; cette fonctionnalité permet de caser tout le détail que vous voulez et qui peut être utile, insérant ainsi un niveau intermédiaire de détail entre les résultats de recherche et la fiche produit.

Attention toutefois au niveau technique à ne pas vouloir charger tous les visuels des vues rapides dès le premier chargement car cela plomberait totalement les performances perçues de votre site e-commerce.

Conclusion

Beaucoup d’e-commerçants gagneraient à mettre en place ces fonctionnalités qui ne requièrent pas énormément de temps, mais qui en font gagner beaucoup et ajoutent à la qualité perçue de votre site Internet.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

12 Commentaires

12 réponses à “Passer d’une fiche produit à une autre – 1 jour / 1 idée innovante pour votre e-commerce”

  1. bgaillat dit :

    Regarde ce que fait « Monguidesante » pourla navigation dans le catalogue c’est pas mal aussi :
    http://www.monguidesante.com/collier-grand-chien-prID=9335.html
    il y a un petit effet pour t’indiquer quel est le produit que tu vas consulter

  2. Romain Boyer dit :

    Intéressant cet exemple ! je trouve dommage qu’il faille passer dessus pour voir le détail mais le principe est intéressant.

  3. Baptiste Legrand dit :

    Une rapide observation: je ne pense pas qu’on puisse déterminer si un site e-commerce est en perte de vitesse ou non, simplement en regardant les Google Trends sur son nom…

    Cela veut juste dire que la notoriété spontanée est en baisse ET/OU que les fidèles de Cdiscount ont appris à taper l’URL dans la barre d’URL de leur navigateur; plutôt que taper Cdiscount dans Google.

    Et cela peut occulter le fait que le trafic SEO / SEM est en forte hausse…

    Bref; juste une remarque en passant, sur un article malgré tout intéressant 🙂

    Pour de superbes exemples en matière de bonnes pratiques ergonomie E-Commerce, allez voir le site de Lacoste, qui est une ultra tuerie, ou encore, celui de H&M, Zara, …

    De très très beaux exemples de E-Commerce expérientiel.

  4. Romain BOYER dit :

    Bonjour Baptiste, ta remarque est pertinente. Toutefois, plusieurs indicateurs montrent cela, Alexa en comparant avec ses principaux concurrents, les recherches sur trend sur le nom de la marque, et effectivement cet indice de notoriété, même s’il est évident que le SEO et SEM est en hausse pour entretenir un volume de visites constant. Je retire néanmoins cette impression pour ne pas polluer le reste de l’article 😉

    Castorama fait aussi quelque chose dans le genre : http://www.castorama.fr/store/Baignoire-balneo-Alpha-mixte-170-x-75-cm-PRDm586348.html?navAction=jump&categoryId=&sortByValue=&isSearchResult=true

    Prochainement, on fera quelques matches entre e-commerçants, ce sera l’occasion de comparer certains des marchands que tu as cités 😉

    Bonne continuation.

  5. Ilan dit :

    Une question que je me posais c’est que ce genre de navigation rapide ; qui plus est bien mis en évidence ; ne perturbe pas en définitive l’attention du visiteur de la fiche produit.

    Elle amène le visiteur à regarder d’autres produits plutôt que celui consulté ?

  6. bgaillat dit :

    @ilan : Personnellement j’ai toujours remarqué sur mes sites e-commerce que les personnes qui consultent beaucoup de pages vues ont un taux de conversion plus élevé mais je n’ai pas d’étude officielle sur ce point. Le but à mon avis de la page produit est que l’internaute identifie le bouton « acheter » pour comprendre comment est fait le site et ensuite qu’il puisse naviguer à travers les fiches produits pour trouver le bon produit.

  7. Romain BOYER dit :

    Bonjour Ilan,

    Je te remercie pour ta question pertinente.

    Je rejoins Benoît sur sa réponse.

    Bien que peu d’études aient été faites sur le sujet, je pense que si les informations produit sont là et que les boutons d’action principaux sont très visibles, alors le reste n’est qu’aide et permet de continuer son chemin s’il n’a pas encore trouvé le produit que l’on cherchait.

    Ce serait un peu faire une partie de poker que de commencer à retirer les actions possibles à ce niveau-là (ce qu’on a tendance à faire sur le processus de commande) ; il vaut mieux risquer que l’utilisateur aille ailleurs (sur une autre fiche produit), plutôt qu’il quitte le site en cas de manque de temps ou parce qu’il croit que son produit n’existe pas, à mon avis.

  8. ilan dit :

    J’ai commencé à m’interroger en naviguant sur les fiches produits d’Amazon qui ne pousse pas les produits de la rubrique en cours.
    Ils mettent vraiment le paquet sur la fiche produit.

    Cependant, je vous rejoins sur l’aspect pratique de la mise en place d’un tel module.

    Au faite, vous aviez vu le module de recherche d’Amazon sur les fiches produit ?

    Je m’explique lorsqu’on fait une recherche sur internet que se soit google, yahoo, bing, etc. et que l’on tombe dans le listing sur une fiche produit amazon, ils insèrent un module avec les produits correspondant à la recherche sur le moteur (en se basant sur le referer).

    Vraiment bien pensé !

    Très intéressant en tout cas les 1 jour / 1 idée. C’est vraiment bien trouvé.

  9. Romain Boyer dit :

    J’avoue que je n’avais pas vu le « Recherchez des produits associés aux mots-clés » sur la fiche produit Amazon ; cela dit, cela ne semble pas fonctionner très bien, notamment lorsque l’on clique sur les mots clés « populaires ».

    Merci pour le compliment en tout cas, on fait de notre mieux et on a quelques idées de nouvelles rubriques utiles encore.

  10. Mark dit :

    Suivant ces principes on a ajoute un lien pour le « produit suivant » sur les fiches produits avec une image quand le souris est sur le lien. Merci !

  11. Romain BOYER dit :

    Implémentation sympa Mark, quoique discrète, tu nous en donneras des nouvelles 😉

  12. […] Pour cela, je vous invite à lire mon précédent article, Passer d’une fiche produit à une autre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.