Tag : prestashop

Barcamp Prestashop le 19 novembre 2013

par Benoit Gaillat - Il y a 3 ans

prestashopSi comme de nombreux e-commerçants vous êtes un utilisateur de la solution e-commerce open source Prestashop alors vous serez ravi d’apprendre qu’ils organisent le 7ème Barcamp e-commerce Prestashop le 19 novembre 2013 à Paris. L’événement aura lieu plus exactement à l’Espace Tapis Rouge (le même lieu que pour les événements précédents) . Les éditions précédentes avaient accueilli jusqu’à 1200 personnes sur la journée pour échanger autour de la solution et rencontrer tout l’éco-système autour Prestashop.

Barcamp Prestashop le 7 novembre 2013

L’événement est payant, mais vous pouvez gagner 5 places grâce à info-ecommerce (voir ci dessous) , il va regrouper sur la journée des grands noms du web français et international : Amazon, Google, Twitter, Bootstrap, eBay, la Fevad, l’Ecole 42, Facebook, Showroom privé, ou encore Teddy Smith , bref du trés beau monde pour cette 7eme édition.

La journée est décomposée entre des conférences animées par les différents intervenants ci dessus, des ateliers et des présentations. J’aurai le plaisir d’animer une présentation avec Skeelbox, mon agence conseil internet, sur la conversion avec Prestashop. Si vous souhaitez booster votre taux de conversion avec Prestashop n’hésitez à en discuter avec moi ce jour là, on a trois belles réussites d’optimisations expliquées ici pour les plus curieux.

Concours pour gagner 5 places 

La bonne nouvelle c’est que j’ai CINQ places gratuites à vous faire gagner 😉 Pour cela je vous propose un petit concours très simple : il suffit d’indiquer dans les commentaires la fonctionnalité cachée (easter egg) de Prestashop que vous préfériez voir.

C’est quoi un easter egg ? 

Un easter egg n’est pas assimilable à un virus : il n’abîme ni le programme original, ni les autres données, et ne se propage pas ; il est caché et a été inséré volontairement par les développeurs. Il peut s’agir de la liste des auteurs du logiciel, d’un jeu, d’une blague, d’une séquence inédite, de bruitages. (plus d’infos sur ce qu’es un easter egg ici sur wkipédia) .

Voici quelques idées (pour vous échauffer) pour égayer le back office  :

  • Installer un Konami code dans le back office pour lancer un petit jeu pour se détendre en entre deux commandes
  • Installer un Nyan Cat qui navigue dans votre interface en cas d’inactivité sur la page
  • Un thème caché  « Matrix »  pour le back office
  • etc..

Je laisse libre cours à votre imagination, plus c’est rigolo plus vous aurez de chance de récupérer une place pour le Barcamp ! Sinon pour s’inscrire c’est par ici -> barcamp.prestashop.com

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

5 Commentaires

5 réponses à “Barcamp Prestashop le 19 novembre 2013”

  1. HERVE dit :

    Bonjour à l’Equipe!

    Nous chez Caméléon, nous aimerions comme Easter Egg un Konami code Tetris! ^^
    Car on ne se lasse jamais des classiques et que cela peut-être un joli clin d’oeil rétro (et oui, les 90’s, c’est déjà rétro!).

    Bien à vous,

    M. HERVE
    Assistante de Direction BU SHOPPER

  2. E-Works dit :

    Je souhaiterais comme Easter Egg une combinaison façon Playstation 3 pour les journées pourries en terme d’activité de vente e-commerce. Par exemple, en enchaînant « CTRL + ALT + SUPPR + Espace » (pour éviter le reboot sous Windows), le backoffice balancerait le message ci-dessous avec un mini tableau multipliant par 4 les chiffres réels du jour :

    « E-marchand vous avez sollicité le cheat code « Journée pourrie », nous allons donc vous indiquer quel CA / nbre de commandes vous auriez pu faire (critères sélectionnés : temps froid et pluvieux, J-10 avant noël, aucun impôt / taxe d’habitation à payer) ».

  3. saso dit :

    Salut, je pensais moi à un jeu en html5 qui se déclencherait au survol long inninterrompu du curseur de la souris sur le nom de sa boutique en haut à gauche du back office: pouf! une fenêtre qui ouvre une session dans le style des diner dash pour s’encourager en jouant à la marchande en plein rush et satisfaire ses impatients et nombreux clients qui se bousculent à votre enseigne; à vous d’assurer: accueil de la clientèle, prise de commande, préparation du panier, livraison, à un rythme de plus en plus effreiné! perso je pense que ça peut être stimulant les jours de maigres CA, qu’en pensez-vous?

  4. Guillaume dit :

    Pourquoi pas un easter egg Konami Code qui lance un Pac Man mais avec le logo de prestashop à la place du personnage ? Héhé

  5. gotcha dit :

    Et pouyrquoi pas un easter egg ou l’équipe de presta réaliserait un dance facon gagnam style?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Arrivée de Prestashop 1.6, les fonctionnalités et la présentation officielle (avec les captures !)

par Romain Boyer - Il y a 3 ans

prestashop16_prezPrestashop 1.6 est une nouvelle version de Prestashop qui a été annoncée tout en douceur, avec quelques sucreries sympathiques qu’il me tarde d’essayer, fin 2013 a priori (si si, on me l’a assuré, ça ne peut pas arriver en retard, c’est déjà disponible sur Github pour la partie BackOffice pour les plus geeks d’entre vous !)

Au menu du front office, nouveau thème responsive très joli, quelques fonctionnalités telles que le menu riche, le cross selling dans le panier, le one page checkout (solution discutable, à tester, vraiment), une meilleure gestion des facettes et des couleurs (très joliment intégré, à voir au niveau des perfs).

Au menu du back-office, une bien jolie interface, avec un tableau de bord, des KPIs (indicateurs) bien mis en valeur, des sélections multiples, etc.

J’ai hâte de jouer avec tout cela.

En attendant, voici les prézs !

Présentation vidéo de la V1.6 de Prestashop

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

2 Commentaires

2 réponses à “Arrivée de Prestashop 1.6, les fonctionnalités et la présentation officielle (avec les captures !)”

  1. Morgan dit :

    Bonjour,
    J’aurai souhaité avoir plus d’information concernant la partie back-office qui est disponible sur GitHub. J’ai bien checkout la version de GitHub mais ne vois aucun changement au niveau du back-office. Pourriez vous m’indique comment procéder, pour tester ces nouveautés ? Merci. Morgan

  2. Morgan dit :

    J’ai trouvé ma réponse! C’est la branche bootrsrap…. Merci pour l’info en tout les cas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Cadeau Maestro : Interview de Nicolas Graillon, SEO & Community Manager du site

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Bonjour Nicolas, peux-tu nous présenter ton parcours ainsi que le site Cadeau Maestro ?

Bonjour, tout d’abord merci pour cette interview.

Je m’appelle Nicolas Graillon, je m’occupe du SEO et des réseaux sociaux de Cadeau Maestro. Après des études en développement informatique, j’ai travaillé pendant 5 années dans une agence web. Passionné par le SEO,j’ai rejoint la société en octobre 2012.

Cadeau Maestro existe depuis un peu plus de 4 ans.J’aime les produits originaux, autant dire que je n’ai pas réfléchi bien longtemps avant de les rejoindre… La société dispose d’une boutique physique à Saint Etienne en plus du site web. Ce dernier permet aux internautes de trouver des idées cadeaux pour toutes les occasions et pour tous les goûts.

Quelques chiffres sur la société :

  • 7 personnes à temps plein
  •  Plus de 2000 références
  •  1M€ C.A prévisionnel 2013
  •  2 sites e-commerce : Cadeau Maestro et LaPorteAClefs

logo-cadeau-maestro

 

Le secteur du cadeau est très concurrentiel, comment arrivez-vous à vous différencier ?

Contrairement à de nombreux concurrents, nous proposons un large choix d’idées cadeaux dans des thématiques variées : insolite, déco, high tech, mode, bien-être, gourmand, amour, culture et jeux de société.

Nous pratiquons des prix corrects et nous vendons les produits que nous aimons. Si on voit qu’un produit n’est pas fiable à 100%, nous préférons ne pas le proposer. Cela se ressent dans les notes de TrustPilot (actuellement 9.3/10).

Nous avons pris le parti d’avoir un site sobre afin de ne pas tomber dans l’aspect gadgeterie. D’ailleurs le site est en pleine refonte, la nouvelle version devrait être en ligne en septembre prochain.


Quels sont, d’après toi, les principaux freins à l’achat pour un cadeau sur internet et comment avez-vous résolu ces problèmes ?

Lorsque l’on fait un achat sur internet nous avons des craintes : le produit correspondra-t-il à la photo ? Ne sera-t-il pas trop petit ou trop grand ? Est-ce que je le recevrai avant samedi car c’est l’anniversaire de papa ? …

Nous faisons en sorte de prendre nos propres photos de produits. Et nous ajoutons toujours une photo du produit en question tenu dans la main (afin de se faire une idée correcte de sa taille, même si elle est indiquée dans la fiche produit, il est facile de manquer cette information).

antworks-vivarium-a-fourmis

Parfois les fournisseurs embellissent les images et elles ne correspondent pas forcément à la réalité…Des photos « en conditions réelles » permettent de ne pas être déçu lorsque l’on reçoit sa commande.

Nous avons par ailleurs un module sur le site qui affiche la date de livraison, il n’y a donc pas de mauvaises surprises (qui aimerait recevoir son cadeau de Saint Valentin en retard ?).


Penses-tu qu’il soit préférable de tout internaliser ou d’externaliser au maximum ? Pourquoi ?

Dans notre cas il est primordial d’internaliser au maximum. Nous avons plus de 2000 références, il n’est pas facile pour une personne externe de toutes les connaitre.

Nous avons donc fait le choix de tout internaliser : rédaction des fiches produits, prise des photos/vidéos des produits, SEO, préparation des commandes.

Aujourd’hui le site est sous Prestashop, cela a-t-il toujours été le cas ? Quels sont, d’après toi, les avantages et inconvénients de Prestashop ?

logo-virtuemartAu tout début, le site était propulsé par Joomla/Virtuemart. Le passage sous Prestashop fut un bouleversement. Bien que Joomla soit un très bon CMS il est plutôt réservé à des sites vitrines. Prestashop étant une solution e-commerce française et il répond à de nombreuses contraintes que nous avons.

Nous n’avons pas encore atteint les limites de ce CMS (d’ailleurs la prochaine version de Cadeau Maestro tournera sur Prestashop 1.5), nous avons développé quelques modules en interne afin d’optimiser des tâches redondantes et ainsi gagner du temps.


Le mot de la fin : si tu avais trois conseils à donner aux nouveaux e-commerçants, quels seraient-ils ?

1) Croire en son projet

Croire en son projet, c’est aussi se donner les moyens de réussir, et savoir se faire aider. C’est savoir investir, et prendre des risques.

2) Proposer du neuf

Savoir proposer de nouveaux produits vous permettra de vous différencier. Les boutiques physiques ont encore un très large avantage sur le choix des produits ! Contrairement à ce que l’on pense, Internet est loin de proposer l’ensemble des produits existants.

3)Etre spécialiste de son secteur

Maîtriser son secteur est indispensable pour se différencier, et montrer ainsi à nos clients que nous sommes incontournables.

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

1 Commentaire

Une réponse à “Cadeau Maestro : Interview de Nicolas Graillon, SEO & Community Manager du site”

  1. Letno dit :

    Tenir les produits en main pour les photos, c’est bête, mais ça parle tout de suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Prestashop va-t-elle rebondir ?

par Romain Boyer - Il y a 4 ans

Cela fait un moment (comme beaucoup de blogueurs apparemment) que j’ai envie de parler de Prestashop. J’avais déjà évoqué la situation avec Christophe CREMER à l’époque où il dirigeait la firme mais j’aimerais donner mon avis sur celle-ci ici.

Cet article de Fabrice (The Ecommerce Academy), évoque avec force détails les principaux problèmes que rencontre le logiciel Prestashop du fait du mode de gestion par la société éponyme. Je vous invite à le lire car il est très fouillé.

Je vais rester plus en surface pour ma part mais je représente un des sites qui va au plus près des limites de l’outil et c’est en cela que mon point de vue peut vous intéresser.

Vous intéresser, peut-être, mais est-ce qu’il intéressera la société Prestashop ?

C’est mon premier étonnement. Prestashop connaît bien les sites e-commerce édités par le groupe pour lequel je travaille, et sait le nombre d’employés chez nous qui utilisent quotidiennement l’outil.

Prestashop ne s’est jamais vraiment intéressée auprès de nous à ce qui pouvait être amélioré dans l’outil pour en faciliter l’utilisation au quotidien.

Au niveau ressenti, on a continuellement l’impression que l’outil a été développé par des personnes qui ne l’utilisent pas, et c’est très désagréable.

Je terminerai là-dessus ce paragraphe : je ne comprends pas comme une société digne de ce nom peut se passer de rencontrer aussi souvent que possible ses principaux utilisateurs (mon patron a été quelque temps le président du très privé club des utilisateurs Prestashop pourtant…)

Un logiciel prometteur

Prestashop est une vraie source de fraîcheur dans le monde des CMS, il s’y est fait la place car ses fondateurs ont eu la très bonne idée de choisir un parti pris d’évolutivité, de modularité et de simplicité.

Résultat : l’outil est parfait pour toute entreprise se créant, rendant les évolutions du début aisées, par des modules déjà créés ou à créer ; les coûts sont bien moindres qu’avec d’autres CMS.

Une montée en puissance difficile pour les boutiques

Évoluer avec Prestashop est par contre compliqué, dès lors que l’on parle de montée en charge, ou que l’on multiplie les modules et surcharges.

Car il comporte plusieurs bizarreries qui n’auraient pu subsister si longtemps si les utilisateurs avaient été entendus/écoutés.

  • Problèmes de sécurité lors de l’installation de modules (un module mal paramétré et beaucoup de choses peuvent sauter sur la boutique),
  • problèmes d’incohérences d’interface au niveau du back-office,
  • problèmes de cookies rendant impossible la mise en place d’architectures agiles,
  • cookies mal paramétrés posant des soucis avec les sous-domaines,
  • indexes mal pensés au niveau de la base de données, WebServices inopérants (mal pensés et trop lourds)
  • changements de version cauchemardesques pour les boutiques
  • la non-gestion des exceptions (du moins jusqu’à il y a peu..)
  • clés UNIQUE en base de données manquantes
  • 1 million de photos = 1 millions de photos dans le même dossier
  • une gestion comptable à faire pâlir nos amis comptables
  • Pas de mise en mémoire morte des adresses dans les commandes
  • et ça, c’est que ma mémoire défaillante a gardé en front-end..

Que ce soit au niveau du back-office avec des lenteurs incroyables (notamment si l’on cumule croise beaucoup de produits avec beaucoup de catégories/sélections) ou au niveau front-office avec de petites choses qui auraient pu être grandement facilités avec peu de moyens (tests A/B, cache, front-end Edit)

Conclusion

La critique est aisée, on peut facilement parler de bonnes pratiques, c’est bien plus facile que de les mettre en oeuvre, et c’est un technicien qui vous dit ça.

Je me suis attaché à ce logiciel qu’est Prestashop et je regrette simplement qu’avec un si bon fond, un si bon parti pris (en cohérence avec le reste de marché et avec une vraie place à prendre), la direction prise soit régulièrement celle du plagiat (notamment l’ergonomie du back-office versus Magento) et non celle de la réflexion et des besoins utilisateur.

Espérons donc que la nouvelle direction saura remettre de l’harmonie au sein de la société et que les prochaines fonctionnalités sauront ravir les utilisateurs de la solution.

Je vous invite à nouveau à lire l’article de Fabrice (The Ecommerce Academy) : Prestashop en excès de vitesse.

PS : avant que les questions ne se posent, si le féminin est utilisé dans le titre de cet article, c’est que je pense que le mal est bien au niveau de la société, de la direction générale, commerciale et technique. Les allées/venues dans ces trois pôles, plus ou moins (ou pas) médiatisées, sont inquiétantes, la politique interne d’intégration, de suivi, même au plus haut niveau laisse à désirer et c’est une chose que Bruno, le fondateur exilé aux US pour des besoins d’expansion rapide, aurait bien intérêt à suivre de plus près.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

tags :
26 Commentaires

26 réponses à “Prestashop va-t-elle rebondir ?”

  1. olivier dit :

    Avec un peu de chance le buzz lancé par cet article fera bouger un peu les choses. Comme je le disait sur le forum de PS accorder une plus grande importance à la stabilité du code me paraît être une des choses essentielle à mettre en place.

  2. Il faut que Prestashop arrête de courir après Magento Il y a une marge suffisante pour innover si on se concentre sur les besoins des e-commerçants comme l’indique Romain.
    L’écosystème de Prestashop est aussi à revoir en effet, y’a deux bonnes agences en France, le reste … bref …

  3. freelance e-commerce dit :

    Pour avoir commencé à travailler avec Prestashop dès les débuts, j’ai remarqué un jour un changement de cap et de ton quand ils ont lancé la nouvelle version du forum de la communauté…du jour au lendemain on ne trouvait plus d’infos, la priorité d’indexation des contenus se faisait sur l’anglais et toujours à l’heure d’aujourd’hui, n’étant pas bilingue, je passe toujours par google pour effectuer de la recherche sur le forum Prestashop.
    Ce n’est évidemment qu’un détail mais à cette même période Prestashop se lançait à l’international à la conquête de l’Amérique…et depuis rien n’est comme avant.
    Un des bug majeur du CMS est sa gestion du cache et l’optimisation des requêtes (notamment avec certains modules payants) et de plus en plus je rencontre des difficultés avec des hébergements mutualisés de client qui me demande pourquoi leur boutique est si lente avec seulement 50 produits….
    En pleine réflexion en ce moment, je commence à étudier des solutions plus light et peut-être mieux adaptées pour de la petite boutique.

  4. Je ne vais pas rentrer dans le débat étant à l’origine de la solution Thelia. Mes propos seraient probablement mal interprétés.
    J’ai suivi l’ensemble de l’affaire sans me manifester. Je trouve d’ailleurs dommage ce qui arrive à Prestashop. C’est toujours triste d’observer une telle tournure pour un beau projet opensource et encore plus quand il est de chez nous !
    En revanche si je peux donner un conseil à tous ceux qui développent une solution e-commerce opensource c’est tout simplement de la construire en pensant en priorité aux e-commerçants (malheureusement trop souvent oubliés) et à la communauté qui vous aide depuis le début.

    Ensuite, arrêtons avec cette histoire de petites ou grosses boutiques. Ça ne veut pas dire grand chose. Beaucoup y cachent le nombre de produits alors que bien souvent ce n’est franchement pas le critère le plus bloquant.

  5. Moi qui pensait que Prestashop était « la » solution open-source puissante, évolutive (pas usine à gaz façon Magento) avec une belle communauté derrière elle. Je vais certainement y regarder de plus près dans mon choix de la solution cible pour Midi-Vin.

  6. Romain BOYER dit :

    Attention, comme je le dis dans l’article, Prestashop reste une bonne option (fonctionnelle et économique) pour commencer.. il faut juste choisir en connaissance de cause et savoir qu’à partir de 5000 visiteurs jours la solution présente de grosses limites. En bataillant beaucoup, nous avons tout de même reussi à faire tenir 1300 visiteurs simultanés.

  7. Olivier dit :

    Hé bé !
    Bonjour à tous, et merci pour cet article.
    Actuellement je fais le tours des CMS e-commerce, et j’ai sélectionné PS pour ça facilité et prise en main rapide. Je vais y intégrer 7/8 modules pour se que je souhaite faire, en espérant que tout fonctionne bien. J’ai appelé mon hébergeur tout de même, il est rassurant de son côté.
    Mais tout CMS à ses limites, et pense que PS pour débuter ouvre la porte facilement pour toute nouvelle création.
    Après il faut rester à l’écoute de son site et serveur et savoir changer évoluer au bon moment.

  8. Romain BOYER dit :

    Bonjour Olivier et merci pour ta réaction.

    Ton approche est très saine ; une fois qu’on part comme ça et qu’on sait les limites, pas de souci.

    Prestashop convient encore une fois tout à fait à une certaine taille de structure. La critique vient simplement du fait que les directions suivies manquent parfois de logique.

    Bonne continuation

  9. rédaction web dit :

    J’ai lu tout plein d’articles parlant de Prestashop (en bien ou en mal)!
    Pour ma part, tous ce que je peux dire c’est que cet outil a ses avantages à la fois ses inconvénients, comme tous les autres d’ailleurs!

  10. David Niry - Business Tech dit :

    Bonjour Romain,

    Je suis le fondateur de Business Tech, une des agences certifiées PrestaShop.

    Puisque ça reparle de PrestaShop et de l’article de Fabrice, j’en profite pour poster à nouveau ici la réponse que nous lui avions faite sur notre propre blog. Vous le verrez, notre ton n’est pas du tout agressif,n car il s’agit surtout d’un retour d’expérience et de faits à partir du terrain.

    http://www.businesstech.fr/blog/prestashop/reponse-a-prestashop-en-exces-de-vitesse-sur-le-blog-de-la-e-commerce-academy/

    Bien à vous,

  11. Romain BOYER dit :

    Bonjour David,

    Merci pour ton retour ici

    Votre reponse laisse entendre que « ça » (je) ne vient pas du terrain.. c’est pourtant le cas et les boutiques Prestashop dont je m’occupe font plusieurs millions également. L’agence qui travaille pour nous est certifiée et pourtant cela n’empêche pas les problèmes que j’évoque. Si je me permets ces commentaires, c’est que j’ai dû passer quelques nuits à préparer les soldes et à faire en sorte que ça tienne (et ça a tenu) mais ça a été autant d’occasions de maudire Prestashop. J’ai discuté de ces problématiques directement avec des developpeurs historiques de Prestashop et ils m’ont confirmé le fait que ces problèmes soient compliqués à régler. ..

    Tout ca pour confirmer : en l’état, une boutique Prestashop est une limite au développement d’un e commerce à un certain stade.

  12. PHILIP dit :

    Bonjour,

    Je pense que ce n’est pas un scoop de dire que Prestashop ‘est une limite au développement d’un site e-commerce’. C’est une réalité. On parle ici de technique, de bug, d’instabilité, de montée en charge. Mais fondamentalement, l’approche ‘fonctionnelle’ de Prestashop la destine aux ‘petits’ (ce n’est pas péjoratif) business en ligne, pour lesquels les marchands cherchent du simple, de l’intuitif, du packagé. A partir de la, Prestashop à les défauts de ses qualités, et est peu adapté aux business complexes, évolués en terme de marchandising et d’animation promotionnelle. Pour nous, c’est une bonne solution pour le marchand dont l’e-commerce n’est qu’une activité annexe, ou le potentiel faible. Pour le pure player ambitieux, je pense qu’il faut aller vers d’autres solutions. On pourra toujours dire ‘c’est n’importe quoi’ et présenter quelques sites Prestashop qui cartonnent commercialement (toujours les mêmes, d’ailleurs), sur le fond, il faut convenir qu’aujourd’hui, les marchands qui veulent une solution très robuste et évolutive vont vers Magento. Ils en payent le prix, aussi.
    Donc on ne peut pas reprocher à une solution légère et bon marché de ne pas être au niveau d’une solution lourde, complexe et couteuse. Pour moi, c’est plus là qu’il y a un problème avec Prestashop. C’est de ne pas assumer son positionnement sur le marché des solutions opensources, et de toujours vouloir se comparer à Magento. Peut être parce qu’il n’y a pas de business model viable sur ce segment ? Je n’ai ni les infos ni les compétences pour le dire, mais c’est une possibilité…

  13. Romain Boyer dit :

    tout à fait Philip, mais celui qui n’avance pas recule, et Prestashop a tout intérêt à rebondir pour ne pas avoir une vague d’e-commerçants qui doivent changer de solution du fait de leur croissance.
    Surtout que les problèmes ne sont pas insurmontables, il faut juste les connaître et pour cela s’intéresser aux besoins réels des e-commerçants

  14. Raphaël Malié dit :

    Bonjour,
    bien que je ne soutienne plus PrestaShop à cause d’histoires graves, je me permet de dire que certaines informations de votre article sont fausses, ou du moins plus d’actualités.

    En effet les points suivants sont corrigés dans la version 1.5 :

    « 1 million de photos = 1 millions de photos dans le même dossier »
    -> Désormais il y a des sous dossiers dynamiques créés automatiquement

    « la non-gestion des exceptions (du moins jusqu’à il y a peu..) »
    -> Un grand pas à été fait à ce niveau là, les exceptions ont été mises en place à de nombreux endroits

    Je ne fais que corriger ces deux points, il y a énormément à critiquer dans le code de PrestaShop mais on ne peut que saluer les avancées qui ont été faîtes vis à vis de l’architecture avec la version 1.5 😉

    Cordialement

  15. Romain BOYER dit :

    Bonjour Raphaël,

    merci d’apporter de l’eau à mon moulin :
    – pour avoir étudié le code de la 1.5, j’ai pu voir que les exceptions étaient largement sous-utilisées encore, le principe de la méthode n’a pas encore été comprise je pense
    – je n’ai pas eu l’occasion d’étudier la gestion des photos sous la version 1.5, mais le problème était tellement énorme sur la encore toute récente version 1.4 que je ne pouvais pas ne pas le mentionner..
    – le problème des RH est un problème important et dont on entend parler de façon récurrente, dans tous les services de la petite société, et à tous les étages (jusqu’aux plus élevés). Petite anecodte : J’ai moi-même reçu des mails des RH qui étaient sensés arriver à un autre Romain, salarié celui-là,… j’ai trouvé ça magique… Autre anecdote : un mec à un niveau très élevé a quand même pu passer 1 an dans la boîte sans être formé à l’outil.. qu’il n’a jamais vraiment maitrisé du coup, magique aussi

  16. Charles Duwez dit :

    Bonjour,
    Voici mon témoignage.
    Je suis commerçant, et je gère moi-même le site. J’ai démarré en e-commerce fin 2006 sur eBay. En 2009 j’ai lancé une boutique avec leur solution Prestabox, injecté plus de 1000 produits. Pas mal. J’ai rendu visite à Prestashop dans leurs bureaux à Paris pour m’assurer du sérieux. Tout allait bien. Début 2012, plus de statistiques dans la boutique, des bugs en veux-tu en voilà. J’ai réclamé, ils n’ont jamais répondu. Rien. Fin août 2012, le 23 pour être exact, ils ont tout simplement stoppé la boutique sans aucune raison valable, sans m’avertir, plus d’accès pour les internautes, du jour au lendemain. Leurs factures étaient toujours payées en temps et en heure ! Aujourd’hui je ne vends plus rien, normal plus personne n’a plus accès à ma boutique prestabox (ah oui, voici l’adresse : http://www.padl-online.com/).
    La seule chose qui m’intéresse à présent est de récupérer ma base de données clients et la transférer vers Wizishop. En effet, au printemps 2012, sentant les choses mal tourner avec les bugs et les problèmes techniques, j’ai démarré avec wizishop. Jusqu’à présent j’en suis satisfait. Leur solution n’est pas parfaite (que celui qui a une solution parfaite lève le doigt), mais au moins ils ont un vrai SAV, avec des humains qui te répondent sans t’envoyer une facture parce que tu leurs poses une question.
    Voilà, c’était mon témoignage à propos de cette société Prestashop. Nous nous sommes bien entendu fait connaître grâce à eux, mais nous sommes profondément déçu vu le résultat catastrophique et le temps perdu.
    Je ne peux que donner un seul conseil aux candidats e-commerçants qui veulent choisir une solution e-commerce à la performance : si possible, lancez au moins deux boutiques et faites le test pendant 3 à 6 mois, ensuite vous jugerez de la performance des boutiques et choisirez en toute connaissance de cause. Ne mettez pas tous les oeufs dans le même panier.
    OK, maintenant je retourne bosser sur http://www.padlstore.com, qui est notre nouvelle boutique wizishop. Et si vous avez besoin de matos « sports nautiques », appelez-moi.
    Bonne journée à toutes et à tous !
    Charles

  17. Charles Duwez dit :

    Petite correction : quand j’écris « je ne vends plus rien », je parle bien entendu uniquement des ventes prestabox, puisque ce site n’est simplement plus accessible.

  18. Joris dit :

    Bonjour, j’ai lu vos remarques et c’est justement les questions que je me pose avec la solution prestashop 1.5. Si mon e-commerce ce développe est-ce que PS tiendra le coup pour supporter le nombres de visites et de demandent de script (page, commande, compte, mails, etc..) en même temps ?

    J’hésite beaucoup là-dessus entre rester sur PS ou mettre un Magento 2 (quand il sortira) en place ? Mais est-ce que Magento le supporterait lui ?!

    Je ne voudrais pas me retrouver coincé au pieds du mûr au dernier avec la solution. Je pense que plus j’attend et plus la migration sera couteuse (à cause de base de donnée clients, URL référencement, commande, etc..).

    Dans tous les cas, merci pour vos commentaires qui confirme mes doutes… (car prestashop ce dit maintenant adapté aux grands comptes, mais s’il ne supporte pas la charge ça ne va pas…)

    Personnellement j’ai aussi des bug qui apparaissent et disparaissent comme par magie avec PS 1.5.3…

  19. @Pignon_rue dit :

    Salut Christophe,

    C’est un point de vue intéressant pour moi qui pense à faire la pas dans l’autre sens : de Magento vers Presta.
    Force est de constater qu’un Magento demande de trouver des développeurs très bien formés (et disponibles…) et que les évolutions comme le quotidien coûte très cher.
    Je vois par ailleurs combien des choses toutes simples sont très mal gérées par Magento (les factures par exemple). Par comparaison, Presta fait bcp de chose en natif ou de manière simple pour l’utilisateur lambda.

    Mais ton billet a visiblement un autre but : faire réagir Prestashop dans le bon sens, celui de l’écoute de ces clients. J’espère donc que tu seras entendu pour que nous ayons le meilleur réunit de magento et de prestashop dans un même outil (c’est loin d’être incompatible).

  20. Romain Boyer dit :

    j’imagine que ça m’est destiné 😉
    prestashop est un outil intéressant et plein de promesses. Le parti pris au départ était intéressant mais a mal été exploité.
    Mon but était effectivement vraiment de faire réagir, c’est tout ce que je souhaite à un outil pour lequel j’ai par ailleurs beaucoup d’affection.
    Merci pour ton retour intéressant sur magento qui connait quelques limites également mais que je connais moins en profondeur.

  21. @Pignon_rue dit :

    NB : j’ai dit Christophe, mais je voulais dire Romain…

  22. Besquent dit :

    Bonjour, je n’ai encore jamais réalisé de site e-commerce ! Je cherche de l’info et effectivement entre Magento et Prestashop mon coeur balance.
    J’étais partie sur l’idée de réaliser mon 1er site avec un CMS facile à prendre en main, donc Prestashop ! Mais le CMS doit être capable de gérer l’afflux d’internautes et de commandes (on ne sait jamais !) et là à vous lire il faut préférer Magento ! Quitte à passer du temps à apprendre à gérer un nouveau CMS autant le faire qu’une fois et choisir la meilleure solution !
    Ma question : est-ce qu’aujourd’hui vous pouvez dire que Prestashop à tenu compte de vos avis ? a-t-il évolué ? Je lis beaucoup d’articles défavorables à Prestashop, cela ne va-t-il pas les tuer ? Et donc du coup le choix est facile !
    Merci pour vos réponses

  23. Romain Boyer dit :

    Certainement pas ! Prestashop est justement le meilleur moyen pour se lancer car beaucoup plus facile à faire évoluer.

    A moins d’avoir > 30000 visites par jour, il convient tout à fait !

    Par contre, un certain nombre de bonnes pratiques gagneraient à être implémentées, c’est ce que je soulève ici

  24. Malheureusement, la géniale idée de Prestashop d’ouvrir son CMS aux développeurs du monde entier pose effectivement des problèmes de cohérence entre les différents modules.
    C’est d’ailleurs le problème que rencontre Android avec une panoplie d’applications emplies de virus…
    On dénonce souvent la fermeture d’iOS, mais au final, c’est également une source de sécurité pour les utilisateurs.

  25. Philip dit :

    @Sebastien : ça nous fait un peu peur, cette orientation de Prestashop sur Github : C’est en partie ce qui qui a fini par tuer Oscommerce, avoir une communauté qui ‘bidouille’ les sources dans tous les sens. A la fin, c’etait quasi in-maintenable. Sur le court terme, ça permet de revendiquer des évolutions sans avoir à payer les développement, mais sur le long terme…

  26. PAUSE CAFE dit :

    bonjour
    j’ai un client qui a fait faire son site sous prestashop, catastrophe, probleme de doublon pas de clef etc….
    moi je dévellope sous webdev je n’ai pas tous les soucis que vous évoquez!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


PrestaShop recrute un chef de projet e-commerce senior

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Prestashop, une des solutions E-commerce les plus en vue à l’heure actuelle (75 000 boutiques actives!), recherche un chef de projet e-commerce senior (3 ans d’expérience ) pour participer à l’élaboration de la stratégie Marketing de PrestaShop.

Le poste est basé dans le quartier de Opéra / Madeleine (à Paris). Voici la description de poste plus complète ci dessous.

 

Job PrestaShop : Chef de projet e-commerce senior


Leader dans le domaine de l’e-commerce, PrestaShop est un éditeur logiciel Open-Source. Le logiciel PrestaShop est traduit en 45 langues et utilisé par plus de 75 000 boutiques actives dans le monde entier. PrestaShop c’est aussi une équipe jeune qui compte une cinquantaine de passionnés. PrestaShop c’est une croissance forte et continue depuis 3 ans ; la communauté de PrestaShop a été multipliée par 3 en 1 an et compte désormais plus de 250 000 membres.


Vous croyez au développement rapide de l’e-commerce ? Prenez part à l’aventure d’une start-up française qui a l’ambition de devenir le leader mondial des solutions e-commerce !

  • Poste et missions :

Sous la responsabilité du Directeur Marketing, vous participez à l’élaboration de la stratégie Marketing de PrestaShop, vous aurez pour principales missions :

  • Assurer une bonne définition et mise en avant de nos offres annexes au produit : PrestaBox, Support, Formations
  • Élaboration d’une stratégie Marketing avec la Direction et suivi des objectifs, définition des offres
  • Rédaction de contenu pour les sites dédiés
  • Rédaction de newsletters dédiées, ou d’articles s’insérant dans la newsletter
  • Création, rédaction de plaquettes, flyers…
  • Stratégie d’augmentation du chiffre d’affaires (tunnel de commande, cross selling…)

Profil :

  • Études supérieures en Marketing
  • Vous avez au minimum 3 ans d’expérience en qualité de chef de produit web-marketing
  • Très bonnes connaissances du domaine de l’e-commerce
  • Très bonnes connaissances du Pack Office (Word, PowerPoint, Excel)
  • Connaissance HTML appréciée
  • Très bon niveau en anglais, une troisième langue (espagnol par ex) serait un plus.
  • Organisé(e), autonome, rigoureux (se).

Localisation géographique : Paris, 2ème arrondissement (Opéra, Madeleine).

Contact :

Contactez Jennifer Leroux par mail : jennifer.leroux@prestashop.com

Site officiel de prestashop :

http://www.prestashop.com/

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Interview Peggy Andre, Web entrepreneur

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Je vous propose pour commencer cette semaine avec une interview très sympa de Peggy André, qui à l’habitude de répondre à des interviews apparemment 🙂 . Peggy est une serial e-commerçante avec pas mal de projets en tête et un emploi du temps bien chargé, et malgré ça elle à bien voulu m’accorder quelques instants et répondre à mes questions.

Bonjour Peggy, peux tu te présenter et nous raconter un peu ton parcours ?

Bonjour, je suis Peggy, créatrice de l’accro du shopping, un site de papeterie kawaii (en restructuration !), de Cocktail city, un site d’accessoires de bar et ingrédients cocktails pour réaliser ses cocktails maison (bientôt sur le net !) et repreneuse de Bagatelles, un site de cadeaux originaux.

Avant cela j’étais pharmacienne, j’ai eu une pharmacie pendant 6 ans puis je me suis lassée du métier. J’ai ensuite été journaliste dans la presse professionnelle pharmaceutique pendant 2 ans. Mais l’envie d’avoir de nouveau une entreprise à moi s’est fait sentir rapidement. J’ai d’abord failli reprendre une agence de mannequins, mais ça ne s’est pas fait. Je me suis donc tournée vers le web en 2008. L’explosion que le -commerce connaissait à l’époque m’a vraiment tentée bien que j’ y connaissais rien en informatique/web/ecommerce… Je me suis donc lancée dans le bijou fantaisie avec l’accro du shopping. Le site a très bien fonctionné pendant 1 an et demi grâce aux nombreuses parutions presse que le site a eu. Puis l’arrivée en masse de sites et market places dans le domaine de la création de bijoux a fortement ralenti l’activité du site. En parallèle j’avais repris Bagatelles et beaucoup de travail pour développer ce nouveau site !
Tu as racheté le site Bagatelle crée par Mathilde, pourquoi et quelles sont les évolutions prévues ?

C’est un pur hasard. Je lisais occasionnellement le blog de Bagatelles et fin août je suis tombée sur un post de Mathilde qui disait que le site était vendu. Je me suis dis, on ne sait jamais peut-être que ça ne se fera pas et j’ai envoyé un message. La transaction ne s’est pas faite, nous avons discuté pendant quelques jours des modalités de reprise. Et en 1 mois la transaction était faite !

Les débuts furent difficiles, car je ne connaissais pas le site, les produits, les fournisseurs, il y avait beaucoup de commandes pour noel. En gros j’ai failli exploser en vol au bout de 2 mois ! Heureusement cela s’est calmé, j’ai pu tout remettre dans l’ordre plus ou moins facilement entre janvier et juillet : nouveau design, nouvelle version de prestashop, nouveaux cadeaux, amélioration du référencement…

Actuellement nous allons passer à la dernière version de Prestashop et encore un nouveau design beaucoup plus soft et plus en phase avec les tendances du web-design 2011. Tout ceci pour améliorer l’ergonomie du site car nous avons près de 600 références en ligne et les clients ne s’y retrouvent plus ! Le référencement a été considérablement revu grâce aux formations de Blog ecommerce (de Olivier Levy). C’est d’ailleurs eux aussi qui m’ont donné les conseils en ergonomie !

Le site est depuis plusieurs mois sur une bonne croissance de CA, jusqu’à + 80% certains mois, mais ce n’est pas suffisant car je vise de doubler le CA d’ici 2012 par rapport à celui de l’année de reprise !

 

Aujourd’hui tu es aussi en train de créer un groupe d’entrepreneurs, peux-tu nous en dire plus ?


Le groupe des cyberentrepreneurs existe depuis 1an et demi sur Facebook. Nous sommes maintenant plus de 300 et il est devenu urgent de s’organiser en association pour être plus reconnu dans le milieu du web et mettre en place des opérations communes de marketing, communication et autre. L’association sera prête avant l’été.
Le groupe a été créé suite à un post sur le blog de Bagatelles le 30 décembre 2009 où je listais les points négatifs à être e-commerçant : solitude, erreurs répétées, travail intense… Beaucoup se sont reconnus dans le sujet car le e-commerce n’est pas l’eldorado que beaucoup veulent faire croire ! Nos premières rencontres ont eu lieu en février 2010. Il y en a environ 1 à 2 par mois sur Paris (elles débutent en Province, nous cherchons des GO…) avec des intervenants de qualité (toujours des pros du web) et sympas aussi (!) et de temps en temps informelles avec des sujets comme : Avez-vous suivi votre BP initial ? Comment communiquer sur Facebook ? …
J’ai aussi mis en place un chéquier commun de réductions pour noel, j’ai créé un blog cadeau, j’adore les cadeaux qui présente régulièrement les idées cadeaux des cyberentrepreneurs, le Cybermummy (communication et réduction pour la fête des mères sur 21 sites participants)…
Et le grand évènement de l’année 2011 sera l’organisation de la soirée des cyberentrepreneurs en novembre prochain avec des intervenants présentant leur vision du e-commerce pour 2012 + cocktail + bar + music +… Plus d’infos d’ici septembre !

 

Pour toi quel est souvent le point le plus important pour se lancer dans le web ?


Je dirais qu’avant de se lancer à l’aveugle sur le bio parce qu’on est adepte ou sur le cadeau bébé parce qu’on vient d’être maman, c’est de faire une étude de marché en France et à l’étranger. Que manque t’il, qu’est ce qui peut être amélioré, pourquoi cela n’existe pas ?… Beaucoup se lancent suite à un licenciement, une mise au placard ou une grossesse en se disant « c’est cool, je vais travailler chez moi quelques heures par jour et je vais retrouver mon salaire d’avant ». Totalement faux ! Il faut compter 2 à 3 ans pour qu’un site devienne rentable et commencer à se verser un salaire. Et encore ça ne sera pas 3000€ par mois !
Juste pour exemple, je travaille 12h par jour en semaine et 6h par jour le week-end pour arriver à ce niveau de référencement et à cette hausse de CA… Je vous rassure j’adore ça !
Et ensuite les consignes de base : penser en priorité au référencement, à l’ergonomie du site, à la stratégie marketing, s’entourer de prestataire de qualité, échanger avec d’autres entrepreneurs, lire des blogs d’entrepreneurs…

 

Quels sont tes trois sites E-commerce coup de cœur ?


Bizzarement je n’achète quasiment jamais rien sur le net… Mais il y a des sites que j’adore !
En premier mon chouchou, c’est www.bentoandco.com (NDLR: très sympa les bento !). J’aime le design, les photos, l’offre… Le genre de site où on a envie d’acheter un bento bien qu’on n’en ait pas besoin ! C’est ce que j’appelle un bon e-commerçant.


Ensuite www.tilolo.fr, un site que j’ai découvert il y a quelques mois et pour lequel j’ai craqué : le design acidulé, les produits originaux, surtout que j’adore les épices ! Je pense que ce site a de l’avenir sur le web.
Et enfin www.irregularchoice.com Un site anglais pour les filles. J’ai fait une exception pour ce site et déjà pas mal commandé… Le design est bof, mais l’offre exceptionnelle !!

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “Interview Peggy Andre, Web entrepreneur”

  1. Peggy dit :

    Merci pour cette ITW !

  2. bgaillat dit :

    De rien !
    Pour info ton groupe Facebook est en mode « old school » et FB me dit qu’il va bientôt être désactive, penses à le mettre à jour au nouveau format

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.