Tag : paiement

Amazon permet désormais aux marchands d’intégrer le paiement via compte Amazon

par Romain Boyer - Il y a 4 ans
Le bouton "checkout with Amazon" pourrait fleurir un peu partout...

Le bouton « checkout with Amazon » pourrait fleurir un peu partout…

J’ai certes une dent contre Amazon car récemment j’ai eu plusieurs cas de délais de livraison erronés.

Amazon n’en est pas moins le premier eCommerce au monde, un pionnier depuis 1995, avec un fichier de 215 millions de clients « actifs ».

Autant dire que quand Amazon a dit créer l’authentification par Amazon, personne n’était dupe et certainement pas nous chez Info-Ecommerce.fr, on savait que le paiement n’allait pas tarder à suivre. => Relire l’article pour l’implémentation de l’authentification par Amazon

L’annonce de ce jour est majeure puisqu’Amazon est à mon sens avec Paypal et ses 220 millions (!! à peu près idem qu’Amazon donc !!) le plus gros portefeuille de cartes bancaires pré-enregistrées.

Qui dit carte bancaire pré-enregistrée dit transaction plus facile et plus rapide.

D’après Blue Research (2013), 86% des e-consommateurs sont « ennuyés » d’avoir à créer un compte au cours de leur parcours d’achat. Même si d’après ComScore 50% considèrent « important » de créer un compte pour sauvegarder leurs préférences d’achat. Je reviendrai sur ces statistiques a priori contradictoires (mais en fait pas vraiment) dans un prochain article.

amazon-paymentsEt là, le monde du eCommerce pourrait se retrouver tout à fait aussi bouleversé que moi car Amazon vous fournit donc à présent l’authentification by Amazon, le carnet d’adresses et les moyens de paiement, ce qui fait à peu près tout le parcours d’achat. De quoi largement simplifier pour ceux de vos clients qui sont aussi clients d’Amazon (et ils sont nombreux à n’en pas douter) le parcours d’achat, mais aussi rassurer ceux qui doivent créer un compte et font confiance par principe à un site dont ils ont beaucoup entendu parler.

Pour rappel, Zappos a déjà intégré tout cela et déjà 40% des clients utilisent le login by Amazon plutôt que l’inscription on-site.

Parmi les services, le fameux paiement en 1 clic est disponible, l’anti-fraude (très important pour beaucoup de marchands), les annulations, la gestion des remboursements sont prévus au programme.

Au niveau des coûts, la grille tarifaire est ici. Le coût est grosso modo de 2,9% + $0,30 par transaction (l’exemple donne $0,59 pour $10 d’achat), avec du dégressif selon le volume (jusqu’à 1,9% si CA généré > $100.000). La grille tarifaire est différente sur les paiements < $10.

D’un point de vue technique, l’authentification et le paiement sont gérés par le protocole OAuth2, relativement standard et bien apprécié des développeurs. Voici le guide de mise en place. Beaucoup de liens sont encore invalides malheureusement.

Attention, il semblerait que ce service soit dans un premier temps lancé uniquement aux US (merci @VincentHadjedj)
BWIJKCvCYAAWjP7

Une bonne vidéo vaut mieux que mille discours (quoique celle-ci ne soit pas très claire), voici la vidéo officielle de lancement : Sur Youtube

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités.

> Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER
> Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

3 Commentaires

3 réponses à “Amazon permet désormais aux marchands d’intégrer le paiement via compte Amazon”

  1. Valvert dit :

    Et là, tout le monde dit « Ho, c’est cher ! » et aussi « Ho, c’est pratique ! ».
    Un peu comme les autoroutes, hors de prix mais qui diminuent les frais de roulage, la fatigue, l’insécurité… La question qui demeure c’est quelle sera la réaction de Google, d’Apple, etc. car le raz de marée des géants au sein même des boutiques va se produire, c’est inévitable.
    Au fond, les marchands sont-ils prêts à donner les clés de la boutique au géants ? Peuvent-ils refuser ? Vaste questions, on va voir…

  2. Romain Boyer dit :

    en comparaison, Ogone est à environ 15 centimes de la transaction (+1% je crois), ce qui est bien moins cher, certes.

    Par contre, niveau taux de transfo, ça rapporte beaucoup. Un peu comme un magasin qui d’un coup se positionne au rond point à la sortie de l’autoroute 🙂

  3. La vraie question c’est qui va perdre des parts de marché ? Paypal ou les cartes bleues ? Car c’est sur que la « practicité » du paiement par Amazon va inciter les e-commerçants à l’utiliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


SEPAmail : Une petite révolution pour les moyens de paiement dans l’E-commerce – ITW Manfred OLM

par Romain Boyer - Il y a 5 ans

600px-LogoSepamail[1]Manfred OLM a été mon coach pendant plusieurs années, il m’a inculqué les rudiments de la gestion des Systèmes d’Information.

Il dispose d’une expertise reconnue et conseille de grands groupes sur l’exploitation et les flux de données. Un chef dans le monde de la donnée et de la sécurité des informations.

Aujourd’hui, Manfred travaille entre autres sur un projet qui pourrait bien révolutionner (entre autres) les systèmes de paiement en apportant souplesse, sécurité, facilité et logique : SEPAMail est un support plein de promesses, soutenu par de grosses banques, qui devrait voir ses implémentations augmenter considérablement prochainement.

SEPAmail apportera notamment de la sécurité pour éviter la fraude, de la simplicité au niveau des vérifications, et de laisser les banques gérer les flux financiers.

Je vous ai mis en gras les éléments importants pour vous faciliter la lecture en diagonale, je sais que vous aimez ça 😉

Bonjour Manfred, Peux-tu nous décrire ton métier, ta sphère professionnelle et les problématiques sur lesquelles tu travailles au quotidien en quelques mots ?

Je suis consultant en ingénierie de la donnée. Je travaille sur des problématiques de calcul sur les données (agrégation, transcodage, appariement), mais aussi
d’optimisation, de qualité, de transport, d’export indolore pour une chaîne de production.

Je travaille essentiellement pour des entreprises dotées d’usines Web qui cherchent à améliorer l’utilisation de leurs informations.

Certains de mes clients cherchent à se doter d’une plate-forme d’aide à la décision efficace dans sa forme (interface lisible et personnalisable) et son contenu (des indicateurs efficients, significatifs et en nombre limité afin d’être regardés, partagés et utilisés). Je les aide à spécifier leur besoin et à trouver les bons partenaires.

Un de tes projets qui pourrait avoir le plus de retentissements d’ici peu est le projet SEPAmail, qui reste encore très confidentiel, quelle est l’idée générale et quelles sont les différentes applications ?

SEPAmail est une messagerie pour l’échange de documents électroniques qui utilise l’infrastructure des banques (authentification, canaux clients-banques, plan d’adressage des comptes). Elle peut être considérée comme un « virement d’information » européen par similitude avec un virement de fonds. C’est le « mail autour du SEPA » (le paiement européen).

Cette messagerie est :

  • sécurisée: elle repose sur des standards cyrptographiques et web
  • structurée : tous les messages échangés sont des flux xml avec des schémas définis
  • articulée : elle permet d’articuler des opérations le long de la chaîne de traitement (accusé de réception, enclenchement d’un paiement, enrichissement d’un flux, appariement avec d’autres flux)

Plusieurs applications utilisent SEPAmail :

  • RUBIS qui permet de transmettre une demande de règlement avec un justificatif (par exemple une facture, une note de frais, un avis d’échéance, un bon de commande) et de confirmer tout en payant.
  • GEMME qui permet de dématérialiser le mandat de prélèvement
  • JADE qui permet de transmettre un avis de règlement avec un justificatif (par exemple une fiche de salaire, un avis de remboursement assurance maladie, une pension)
  • JASPE qui permet de faire signer numériquement un document avec un parcours de signature simple ou complexe
  • AGATE, un transfert d’information (SMS, courriel) non lisible par les relais et générique.
  • RUBIS et GEMME sont en cours d’expérimentation par cinq grandes banques françaises (Crédit agricole, Société Générale, BNP Paribas, Crédit Mutuel CIC et Banque Populaire Caisse d’épargne BPCE) avec leur clients (grandes entreprises, pme et particuliers).

SEPAmail a fait l’objet d’un standard ouvert publié sous creatives commons. La documentation est accessible sur un wiki sur cet espace http://documentation.sepamail.eu.

Nous nous intéressons ici principalement au e-commerce, comment le SEPA et SEPAmail pourraient-ils changer la donne, qu’amélioreraient-ils au niveau du ecommerce ?

Nous avons fait un démonstrateur de SEPAMAIL/RUBIS sur une boutique Magento pour comprendre l’impact et l’intérêt pour l’eCommerçant.

SpeedInfo (éditeur du logiciel OpenSI) et AriadNext (dématérialisation sécurisée) ont mis en oeuvre ce démonstrateur.

Cela nous a apporté plusieurs enseignements.

Avantages :

  • SEPAmail/RUBIS apporte avec l’application mobile une ergonomie unifiée et sobre, pilotée par l’acheteur ; elle ne freine pas l’achat compulsif.
  • SEPAmail/RUBIS protège les identifiants de paiement.
  • SEPAmail/RUBIS sécurise l’échange avec une authentification mutuelle sous responsabilité des banques. Le paiement n’est pas forcément garanti mais l’achat est acté contractuellement.
  • SEPAmail/RUBIS articule une chaîne de prise de commande et une chaîne de traitement de la commande de façon unifiée quelque soit le moyen de paiement utilisé.
  • SEPAmail/RUBIS peut permettre à certains eCommerçants de ne pas avoir d’espace client puisqu’ils ont mis à disposition l’information de façon sécurisée dans un espace du client.

Inconvénients :

  • Comme pour 3D secure, une partie de l’ergonomie de l’achat échappe au commerçant et l’assistance du client peut être compliquée.
  • Comme SEPAmail/RUBIS est un moyen d’achat et non de paiement et qu’il permet notamment au client de décider du moyen de paiement, la terminologie de l’eCommerçant doit être revisitée.

Les eCommerçants ayant participé au démonstrateur ont trouvé une souplesse leur permettant de bien séparer l’authentification du client, le paiement, l’achat et le traitement d’une commande sans pour autant perdre l’ergonomie chère à leur responsable mercatique.

Notamment, le fait de pouvoir articuler de la même façon un paiement par carte, un virement ou un mandat administratif tout au long du processus les a convaincus qu’il leur fallait SEPAmail rapidement.

Mécanisme SEPAmail - http://sepamail.blogspot.fr/2012_06_01_archive.html

Mécanisme SEPAmail – sepamail.blogspot.fr

A quand les premières applications réelles de SEPAmail ? le déploiement va-t-il pouvoir être progressif ?

Les premières applications réelles sont déjà en production ! Les banques sont dans une expérimentation en « grandeur réelle ». Il est donc temps de discuter avec sa banque de ce service et surtout du coût.

Certaines banques ont déjà anticipé la commercialisation du service prévu au deuxième semestre 2013.

Quels partenaires sont pour le moment associés à ce projet ?

J’ai déjà cité cinq banques (Crédit agricole, Société Générale, BNP Paribas, Crédit Mutuel CIC et Banque Populaire Caisse d’épargne BPCE  ndlr) et deux entreprises, Ariad Next et SpeedInfo.

Il y a aussi la Banque de France, STET, des banques européennes (autrichiennes et allemandes notamment), Lyra Network (systempay et payzen), StreamMind, les cabinets de conseil Atheos, Solago, ASTEQ, Syrtals, Logica-CGI mais aussi Deny All, Athos, IBM…

J’en oublie sûrement et je ne connais certainement pas tous les acteurs.

L’initiative de SEPAmail vient de M. Cyril Vignet, BPCE qui a inventé le concept et coordonne le projet. Il pourrait vous répondre plus précisément sur ce sujet.

Bon, je peux aussi considérer mon entreprise deciBI comme un partenaire de SEPAmail 😉

A quoi un e-commerçant lambda doit-il se préparer dans un proche avenir relativement à ce projet ?

Il me semble qu’il peut d’ores et déjà demander à son banquier ou son PSP d’intégrer une prise SEPAmail dans son tunnel de commande avec les moyens de paiement qu’il désire (CB, virement, mandat administratif).

Cela devrait lui permettre :

  • de réduire son taux de fraude,
  • d’améliorer son ergonomie de fin de tunnel de commande,
  • de rendre confidentiels les échange d’information avec son client
  • d’automatiser l’appariement entre la commande, le paiement et son relevé bancaire.

Au niveau interface, à quoi ressemble une intégration SEPAmail visuellement ?

Il y a plusieurs implémentation de SEPAmail en ce moment.

Pour le e-Commerce, la société speedinfo a fait un module sepamail pour prestashop qui se présente donc comme les autres modules de paiement (mode web-service).

La BPCE a implémenté avec la société AriadNext une interface mobile pour Android (mode client-serveur web-service).

Pour ma part, j’ai implémenté une extension thunderbird pour servir d’implémentation de référence (mode mail) ainsi que des modules de connexion sur les prises eBics des banques (mode mail fichier).

Enfin, la société StreamMind a implémenté un composant nommé SEPAplug qui permet d’interfacer des entreprises et des banques en mode web-service et en mode mail.

Merci Manfred

La carte de visite de Manfred :

Manfred Sherlock OLM – cabinet deciBI (conseil en systèmes décisionnels)
contributeur du standard SEPAmail depuis 2008
auteur du blog sur sepamail : http://sepamail.blogspot.com

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités.

> Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER
> Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Conférence gratuite sur la sécurisation des paiements par carte en Ecommerce

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Un article rapide pour vous informer d’une conférence gratuite organisé à paris le lundi 12 novembre de 14h30 à 18h00 pour parler de la sécurisation des moyens de paiement pour la vente à distance, et donc le ecommerce.

Si vous êtes e-commerçants et que les problématiques de 3D sécure ne vous parle pas trop ou que vous souhaitez en savoir plus sur trois sujets principaux :

  • L’approche par les risques appliquée à la lutte contre la fraude
  • 3D-Secure, retours d’expériences
  • La sécurisation des portefeuilles électroniques

En bref c’est une conférence gratuite indispensable pour s’initier à la sécurisation des paiements, à savoir : comment éviter de perdre de l’argent bêtement et savoir se protéger … L’inscription est ici

La conférence est organisé par la banque de France et l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement et la Fevad et accueillera Fleur Pellerin, la ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif.  Si vous ne faites pas 30 millions d’euros de CA et que vous ne pensez pas être à votre place à cette conférence détrompez vous ! Les organisateurs sont en attentes des retours de TOUS les e-commerçants sur 3D sécure notamment (je cite) :

Nous insistons particulièrement sur votre participation essentielle à ce séminaire.  Il est important que les e-commerçants, grands et petits, expriment leur point de vue et/ou retour d’expérience (positif ou non) sur 3DS [Bertrand Pineau, Fevad]

Une occasion d’en apprendre plus et de faire vos retours sur une des plus grosse problématique actuelle du Ecommerce… ne laissez pas passer l’occasion.

Voici le programme détaillé ci dessous et pour s’inscrire c’est par ici : http://www.cf2p.fr/

14h30 – 14h45 / Introduction
Fleur PELLERIN, Ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Économie numérique

14h45 – 15h00 / Le bilan de la fraude à la carte de paiement au niveau national et européen
Denis BEAU – Banque de France, Directeur général des Opérations

15h00 – 15h45 / L’approche par les risques appliquée à la lutte contre la fraude

  • Geoffroy GOFFINET – Banque de France, Chef du service de la surveillance des moyens de paiement scripturaux
  • Marc LOLIVIER – FEVAD, Délégué général
  • Gilbert ARIRA – BNP PARIBAS, Responsable Customer Banking Solutions
  • Antoine SAUTEREAU – Groupement des Cartes Bancaires “CB”, Responsable du département lutte contre la fraude et systèmes d’information
  • Nicolas BRAND – ATOS, Product Manager

15h45 – 16h15 / Pause

16h15 – 17h00 / 3D-Secure, retours d’expériences

  • Jean-Marc BORNET – Groupement des Cartes Bancaires “CB”, Administrateur
  • Max MOREAU – SNCF, Responsable du CSP Compta – Trésorerie
  • Philippe BRUAND – DELAMAISON, Directeur des systèmes d’information
  • Willy DUBOST – FBF, Directeur des systèmes et moyens de paiement
  • Valérie GERVAIS – AFOC, Secrétaire général

17h00 – 17h45 / La sécurisation des portefeuilles électroniques

  • Mireille CAMPANA – Ministère du Redressement productif, Responsable de la Sous-direction des réseaux et des usages des technologies de l’information et de la communication
  • Pierre ALZON – ACSEL, Président
  • Eric GONTIER – BUYSTER, Directeur général
  • Gimena DIAZ – PAYPAL, Directrice générale France
  • Roland ENTZ – VISA EUROPE FRANCE, Directeur des relations extérieures

17h45 – 18h00 / Conclusion
Christian NOYER – Banque de France, Gouverneur et Président de l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement

 

En résumé la conférence se tient le lundi 12 novembre 2012 de 14h30 à 18 heures à l’Auditorium de la Banque de France, 31, rue Croix-des-Petits-Champs – Paris 1er et l’inscription (gratuite) est obligatoire ici -> http://www.cf2p.fr/

 

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

3 Commentaires

3 réponses à “Conférence gratuite sur la sécurisation des paiements par carte en Ecommerce”

  1. Olivier dit :

    Savez-vous si il va y avoir un podcast ?
    Je ne pourrais venir ce jour, bien que le sujet fort intéressant.

  2. Salut Olivier, Aucune idée, je ne pourrai malheureusement pas assister à la conférence pour ne faire un compte rendu, désolé 🙁

  3. Benjamin MARECHAL dit :

    Bonjour,

    Le colloque ne sera pas retransmis, cependant afin d’être destinataire des communications que nous serions amenés à faire à la suite de cet évènement, je vous invite à nous envoyer un email à l’adresse suivante : 2323-colloqueoscp-ut@banque-france.fr.

    Bien cordialement,
    Benjamin Maréchal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Buyster, le E-paiement mobile

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

C’est décidément la série des articles sur les solutions de paiement pour l’ecommerce sur le blog, après Stripe voici Buyster, une solution de paiement sur mobile développée par Atos, Orange, Bouygues et SFR, de quoi enfin booster le paiement sur mobile ? C’est ce que nous allons avoir avec l’interview de Laurent Bailly, directeur marketing de Buyster.

Bonjour Laurent, peux-tu nous présenter le concept de Buyster ?

Bonjour, Buyster est une solution de paiement en ligne simple et sécurisée grâce au téléphone mobile. Concrètement, l’utilisateur associe sa carte bancaire à son numéro de mobile au cours d’un processus d’inscription en ligne sécurisé durant lequel il choisit également son code confidentiel Buyster (6 chiffres). Dès lors, pour payer un achat en ligne, les coordonnées bancaires ne circulent plus sur internet, seul le mobile et le code confidentiel Buyster suffisent. Pour vérifier que l’utilisateur a son mobile en main, un mot de passe à usage unique est envoyé par SMS, qu’il doit ressaisir pour confirmer le paiement.

Et en mobilité, payer un achat depuis un smartphone (site ou app mobile) est incroyablement simple: grâce à l’authentification par le réseau de l’opérateur, inutile de ressaisir un SMS pour vérifier que vous avez le téléphone en main ! Il suffit de toucher « payer avec Buyster » sur l’écran de confirmation de commande, saisir les 6 chiffres de votre code confidentiel Buyster, et c’est payé !

Dans tous les cas, pour payer avec Buyster, il faut 1) être en possession de son mobile et 2) connaître le code confidentiel. Cette authentification forte confère un niveau de sécurité parmi les plus élevés du marché.

En résumé le mobile protège la carte bancaire sur internet, et la rend plus simple à utiliser sur le mobile.

Quel est le principal avantage pour un e-commerçant à utiliser Buyster ?

Il y a 2 avantages principaux en réalité : la garantie de paiement (contre la répudiation, valable sur internet fixe et mobile) et l’accès facilité au mCommerce grâce à une cinématique de paiement unique sur le marché.

Notre proposition de valeur combine ainsi sans compromis l’ergonomie et la sécurité, à la fois pour les eCommerçants (garantie de paiement sans dégrader le taux de transformation) et les utilisateurs (simplicité et rapidité, sans dégrader la sécurité grâce à une authentification forte). Sur le mCommerce, nous sommes les seuls à proposer une ergonomie mobile aussi adaptée (seule la saisie du Code Confidentiel Buyster à 6 chiffres suffit, le mobile étant authentifié automatiquement par le réseau), permettant ainsi aux eCommerçants d’accéder au marché en forte croissance du mCommerce.

Enfin, la confiance est un facteur clé de succès pour une nouvelle société qui se créé en particulier dans le paiement: avec un agrément d’Etablissement de Paiement délivré par la Banque de France, un actionnariat solide (Atos, Bouygues Telecom, Orange et SFR), des grandes enseignes de l’eCommerce qui acceptent Buyster dès le début, une localisation en France de notre activité et notamment de nos datacenters, nous pensons largement la mériter !

Buyster est-il compatible avec tous les téléphones et les opérateurs ?

Buyster fonctionne avec tous les opérateurs mobiles et MVNO français.

Le paiement mobile, ainsi que l’application mobile selfcare Buyster sont disponibles sur iOS et Androïd. D’autres plateformes mobiles sont à l’étude.

Y’a t’il des fonctions spéciales sur mobiles ou sur tablettes tactiles ?

Il y a bien sûr notre cinématique de paiement mobile, unique sur le marché: une fois son panier validé sur le site ou l’application mobile du marchand, l’acheteur choisit Buyster parmi les solutions de paiement proposées. Buyster identifie alors l’utilisateur automatiquement grâce au réseau mobile de son opérateur. Cela lui évite la saisie fastidieuse de son numéro de téléphone mobile, permet d’être certain que l’utilisateur est en possession de son mobile, et il ne reste plus pour confirmer le paiement qu’à saisir son code confidentiel Buyster à 6 chiffres !

Je citerai également une fonctionnalité clé sur le mobile : l’ouverture facilitée de compte client chez le eCommerçant grâce à l’export sous le contrôle de l’utilisateur de ses informations Buyster (Nom, prénom, adresse mail et postale, …). La création de compte client est une étape critique dans le tunnel de commande sur le web , mais sur le mobile elle est quasiment rédhibitoire …

Combien coûte l’installation et l’utilisation de Buyster ?

Côté internaute,l’inscription à Buyster est gratuite et sans engagement.

Côté eCommerçant, Buyster propose un modèle classique pour l’acception d’un système de paiement : la commission est constituée d’une partie fixe et d’un pourcentage liés aux volumes d’affaire du eCommerçant.

Combien de sites utilisent la solution à présent ?

Après à peine 6 mois d’activité, près de 150 sites marchands ont accordé leur confiance à Buyster.Parmi eux, de grands noms du eCommerce comme Rueducommerce, Spartoo, Kiabi, Boulanger, PMU, Aquarelle, Brandalley. Aujourd’hui, une trentaine de sites sont techniquement raccordés, et chaque semaine, de nouveaux marchands sont mis en production.

Buyster est-il compatible avec toutes les solutions e-commerce ?

Afin que l’intégration de Buyster sur les sites des eCommerçants soit simple et rapide, nous développons des partenariats avec tous les intermédiaires de la chaîne de valeur du paiement sur Internet comprenant les prestataires de services de paiement, les éditeurs et plateformes eCommerce,les agences web et mobile. Buyster compte ainsi déjà parmi ses partenaires les principaux PSP du marché (SIPS, PayBox, PayLine, Mercanet, Sogenactif, Ogone,Lyra) et les solutions eCommerce Prestashop, Magento, Oxatis et PowerBoutique.

Merci Laurent

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Stripe, le paiement CB par API

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Stripe est une solution hyper simple d’API bancaire, vous pouvez voir la définition d’une API sur Wikipédia si vous ne connaissez pas.

Le principe est ultra simple : pas besoin d’ouvrir de passerelle de paiement bancaire, d’installer de module de paiement, pas besoin de compte marchand. Vous vous inscrivez sur Stripe et vous pouvez encaisser des paiements par carte bleu quelques minutes après.

Vous pouvez donc installer un bouton de paiement et accepter les cartes bleus de façon très simple sur n’importe quelle page web, et ce en quelques minutes. La contrepartie c’est qu’il vous faudra apprendre à coder car qui dit API dit échange d’informations entre deux serveurs. La baseline de Stripe est d’ailleurs très claire  : « Payments for developpers ». Https, Json et Token sont donc au menu d’une installation Stripe.

Le coût est de 2.9% +0.30$ par transaction avec un minimum de montant de transaction de 0.5$. l’ensemble des paiements sont transférés vers votre compte une fois par jour mais un seul compte peut être relié à Stripe.

Le seul gros défaut pour le moment d’ailleurs est que si vous voulez utilisez Stripe il vous faudra un compte bancaire aux Etats Unis. Vous pourrez cependant facturer des clients partout dans le monde et l’ouverture à l’international est de toute façon prévue dans la roadmap.

Je n’ai malheureusement pas trouvé de site utilisant Stripe, ils ne présentent pas de cas client sur leur site, mais la startup à quand même levée 18 millions de dollars d’après Techcrunch, de quoi développer sereinement une bonne API de paiement CB.

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

11 Commentaires

11 réponses à “Stripe, le paiement CB par API”

  1. Yop dit :

    Salut !
    Quelle différence avec Moneybooker ?

  2. Moneybookers ressemble plus à un Paypal-like non ?
    Stripe c’est une API de paiement donc y’a pas de « module » à installer, c’est un peu toi qui code tes transactions, tu peux en faire ce que tu veux.

  3. JY dit :

    Le deuxième gros défaut, c’est « 2.9% +0.30$ » non ?

  4. Tatiana dit :

    +1000 pour le commentaire de JY!
    2,9% + 0.30$ c’est IN-DE-CENT!

  5. Tatiana dit :

    J’ajouterai même: « Passez par Stripe, finissez à poil » 😉

  6. Paypal c’est entre 1.4 et 3.4% + 0.25€ et ne propose pas d’API de ce type il me semble.
    Cher oui mais je n’ai pas l’impression que ce soit un concurrent à Paypal, j’y vois plutôt la possibilité d’ouvrir facilement un terminal de paiement électronique.
    Le moins cher restant de négocier un tarif TPE en banque bien sûr…

  7. Harold dit :

    Pour information, la beta est désormais disponible en France. Elle n’est pas forcément mise en avant, mais je viens d’installer Stripe sur ma boutique, et pour l’instant, je dois dire que c’est assez impressionnant. Pô mal du tout, tout ça. Merci pour les informations !

  8. OK je vais tester alors 🙂 Merci Harold

  9. Xavier dit :

    Salut, alors des retours de ceux qui l’ont testé ? Ca me fait de l’oeil, j’ai besoin de retours français. Merci !

  10. Axel dit :

    Salut à tous ! j’utilise Stripe sur ma boutique en ligne , après quelques semaines d’utilisation voici mes retours. C’est une très bonne solution en attendant d’avoir un contrat avec sa banque, mais pour le long terme je le déconseille car effectivement leur commission est assez importante. Pour ma part je trouve que le souci réside dans le délai de transfert du paiement vers votre compte bancaire. Il faut quasiment attendre 1 semaine et demie. Donc pas très pratique pour la trésorerie…

  11. Remi dit :

    Bonjour à tous et merci pour toutes ces infos.

    Peut-on quand même utilisé Stripe même si la version est toujours en beta ? je n’ai pas trouvé comment générer ma clé API pour la configurer sur WordPress si quelqu’un pouvait m’éclaircir ce serait très sympa 🙂 derniere petite question les taux 2.9% = 0.3$ sont toujours identiques ?
    merci d’avance 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.