Tag : outils

Retrouvez des outils web et E-commerce bien pratique pour donner un coup de main à tous les e-commerçants. Des outils pour mieux vous organiser et mieux rentabiliser votre site E-commerce. Si vous utilisez des outils pour votre site E-commerce qui ne sont pas présentés ci dessous n’hésitez pas à nous les signaler en nous contactant.


E-commerce : les indicateurs et les leviers pour votre boutique

par Romain Boyer - Il y a 6 ans

Il est très important quand on est dans le e-commerce de bien différencier ce que sont les indicateurs et ce que sont les leviers.

Nous en discutions récemment avec les directeurs d’eCommera France et Monde, et ils mettent fortement l’accent dans leur outil Intelligent Trader (ceci n’est pas un article sponsorisé) sur cette différence importante, trop de personnes confondent trop souvent les indicateurs avec les leviers.

Votre objectif en tant que responsable de boutique est d’avoir un maximum d’indicateurs qui vous permettent de sentir de la façon la plus objective possible le ressenti des utilisateurs de votre site Internet.

Les indicateurs à votre disposition et à suivre sont les suivants :

je vous propose de reprendre les indicateurs de l’excellent outil eCommera Intelligent Trader, parfaitement hiérarchisés/décomposés :

Paul, augmente-moi ce taux de conversion stp !

avec plaisir chef, tout de suite chef.

Une fois qu’on suit tous ces indicateurs, qui sont utiles à la direction, il faut voir ceux qui sont dans le rouge sur un jour, une semaine ou un mois glissants et voir comment on agit.

Chaque levier mérite un article propre, je vous propose donc ici d’ouvrir un dossier et de vous proposer dans l’ordre donné plus haut les leviers utiles à l’amélioration de chaque indicateur.

Je vous ajouterai les liens dans ce dossier au fur et à mesure de l’apparition des articles.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

10 Commentaires

10 réponses à “E-commerce : les indicateurs et les leviers pour votre boutique”

  1. bgaillat dit :

    Aller bon courage tu as un paquet d’articles sous le coude là 🙂

  2. Romain BOYER dit :

    m’en parle pas !
    si des volontaires veulent participer sur un domaine particulier d’expertise, qu’ils n’hésitent point à se faire connaître !

    tant d’attentions pour la gloire de Rome !.. ‘fin du e-commerce français quoi..

  3. […] article détaillé dans le dossier Les Indicateurs et Leviers pour votre boutique e-commerce, nous allons ici nous focaliser sur un élément important de détail : le nombre de produits par […]

  4. […] dans le dossier E-commerce : les indicateurs et les leviers pour votre boutique, nous allons nous intéresser à une question importante : le prix des […]

  5. […] on continue notre dossier Indicateurs et Leviers E-commerce avec une problématique de tous les jours : Comment augmenter sa marge […]

  6. […] on continue notre dossier Indicateurs et Leviers E-commerce avec une problématique de tous les jours : Quelle marge s’octroyer sur les livraisons […]

  7. Leclercq dit :

    Bonjour,
    j’aimerai savoir si tu sais où je peux trouver le détails des couts de stuctures ( avec un exemple précis) pour des entreprises comme sephora.com, rueducommerce.com, fnac.com etc..
    typiquement si j’achète une tv Sony sur le site de la Fnac comment se décompose les différents couts…

    Merci pour ta réponse

    Benjamin

  8. bgaillat dit :

    Rueducommerce publie son rapport annuel, c’est là ou il y a le plus d’informations financières (et sur le marché)

    http://www.rueducommerce.fr/images/corporate/RDC_DocdeRef_2009_2010_Vdef_100719.pdf

    Grosso modo si c’est un groupe coté il sera simple de trouver des infos, si l’entreprise n’est pas coté cela va être très dur car ce sont des données confidentielles 🙂

  9. […] ceux qui suivent, je compte bien avancer et terminer le dossier commencé sur les considérations à avoir pour améliorer la marge transactionnelle e-commerce (article en cours de rédaction), et j’ai quelques révélations à apporter bientôt sur mon […]

  10. Bonjour. Merci pour cet excellent article. Il est effectivement crucial de correctement « découper » sa performance en KPI opérationnels pour pouvoir agir dessus. Voila un des fondamentaux à ne jamais oublier!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Enfin un vrai Tableau de Bord E-commerce avec Intelligent Trader – eCommera

par Romain Boyer - Il y a 6 ans

A gauche, Andreas, et à droite, Michael

[EDIT IMPORTANT] J’ai dû retirer les images qui m’avaient été fournies par la team eCommera car ils préfèrent finalement les préserver pour un lancement prévu bientôt… Ils m’ont promis que je serais en bonne place pour vous en parler 😉 Croyez-moi quand je vous dit que les visuels sont trèèès ergonomiques ;-)[/EDIT]

J’ai eu la chance de rencontrer Andreas WEIGEND et Michael ROSS il y a peu, de la société eCommera. Andreas étant, excusez du peu, à l’origine du script de recommandation d’Amazon.

Ils tiennent une solution qui est pour moi une vraie révolution, un vrai Tableau de Bord E-commerce tel que devraient en avoir tous les e-commerçants ; une solution qui devrait être incontournable tant elle est claire, simple et efficace.

Michael et Andreas m’ont présenté leur solution avec passion et conviction, parfois un peu à l’américaine tant l’émotion pouvait habiter chaque phrase d’Andreas lorsqu’il parlait de son bébé.

Une solution simple pour gérer son e-commerce au quotidien

Tout responsable e-commerce doit agir sur différents leviers au quotidien et suivre les impacts. Il doit pour cela savoir :

  • que se passe-t-il sur mon site ?
  • où agir en priorité ?
  • quels sont les points positifs et négatifs de mon site e-commerce ? à quel point ?
  • pourquoi mes prospects ne deviennent-ils pas tous clients ?

C’est ce à quoi se propose de répondre Intelligent Trader d’eCommera. Que je vous présente rapidement ici.

Que se passe-t-il actuellement ?

A chaque étape, on compare les données d’une semaine glissante à l’autre. Ainsi, on peut se rendre compte de l’évolution, et d’éventuels problèmes.

Si le PPC diminue de 40%, il est possible qu’il y ait un souci technique, ou qu’un produit important ait disparu, c’est à suivre.

Où agir en priorité ?

Là où Intelligent Trader apporte le plus de valeur ajoutée, c’est probablement dans les conseils qu’il dispense. Selon un algorithme qui restera probablement aussi secret que la recette du Coca-Cola, le programme vous indique les points d’attention en ajoutant un petit coefficient d’importance pour indiquer les gains espérés.

Dans un exemple très visuel fourni par eCommera et que je ne peux diffuser pour le moment, la grande priorité est visiblement de passer un peu de temps sur les Adwords afin de segmenter les mots clés en groupes sémantiques pour faire baisser les coûts, puis de réduire le taux de rebond sur certaines pages avant d’apporter un peu d’attention aux stocks sur certains produits, etc.

Quels sont les points positifs et négatifs de mon site e-commerce ? à quel point ?

Là aussi, l’outil est assez incroyable d’ergonomie et d’efficacité. En rouge là où ça va mal et en vert là où ça va bien.

Vous décomposez le bénéfice transactionnel en un détail hiérarchisé qui vous permet de savoir où se trouvent vos points forts (en vert) et vos points faibles (en rouge).

Ainsi, dans un exemple visuel fourni par eCommera, le bénéfice transactionnel est faible. Ce n’est pas la faute à la profitabilité des produits ou à la quantité de produits par commande, ni même au prix de vente moyen. Les soucis semblent davantage se situer dans les coûts marketing trop importants par commande, un taux de conversion trop bas, non pas du fait d’un nombre d’ajouts au panier insuffisant, mais bien à cause d’un problème dans le processus de commande sur lequel il va falloir se pencher.


Pourquoi mes prospects ne deviennent-ils pas tous clients ?

Encore une fois, c’est par un schéma très explicite qu’Intelligent Trader vous explique vos soucis de conversion et leur évolution.

C’est bien une partie détaillée du schéma plus haut, avec la possibilité de comparer l’évolution d’une semaine à l’autre, vous permettant ainsi de voir les effets de vos actions. La boucle est ainsi bouclée, il ne reste plus qu’à voir si vos efforts sont concluants et le cas échéant vous pouvez passer à une autre priorité.

Conclusion

Conclusion, conclusion,… eCommera fait avec Intelligent Trader une entrée du bon pied dans le monde du e-commerce, apportant un outil qui va révolutionner la façon d’agir des dirigeants qui auront la chance d’avoir cet outil entre leurs mains. Le service rencontre déjà quelques clients anglais et un petit nombre de commerçants français comme Clarins. Gageons que ce type d’outils va se développer très vite dans les mois/années à venir et espérons qu’ils seront tous dans ce souci d’ergonomie et d’efficacité pour nous faire gagner du temps au quotidien, et pour permettre plus de transparence auprès des directions générales sur les actions menées et à mener.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

4 Commentaires

4 réponses à “Enfin un vrai Tableau de Bord E-commerce avec Intelligent Trader – eCommera”

  1. Philip@magento dit :

    Oui, ça manque clairement aux marchand, un vrai dashboard de pilotage de leur activité en ligne.
    Nous sortirons nous même un outil de ce type en fin d’année, en mode Saas, intégrant le tracking marketing, l’interaction avec les comparateurs et Adwords, la gestion de la fid et du Seo, et un autre applicatif qui fera un peu de bruit, je pense 🙂

  2. Romain BOYER dit :

    N’hésite pas à revenir vers nous quand il y aura du bruit à faire 😉

  3. bijoux filigrane dit :

    Dans la même idée, j’ai découvert geckoboard ce week-end, ça a l’air énorme !

  4. Roms dit :

    superbe, vivement le plugin prestashop 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Mettre en place une solution de réponses e-mail semi-automatisées – 1 jour / 1 idée

par Romain Boyer - Il y a 6 ans

Trop d’e-mails dans votre boîte de réception ? Besoin de réduire le délai de réponse ? Besoin de rendre les réponses plus cohérentes les unes par rapport aux autres pour des sujets récurrents ? Trop de fautes d’orthographe dans les réponses ? Besoin de traiter plus d’e-mails en moins de temps ? Pas beaucoup de budget/temps à dépenser,… Je vous propose ici une solution simple à comprendre et à mettre en place, qui peut vous aider dans tous ces domaines.

Akio est assez seul sur ce segment de marché, qu’elle a elle-même nommé « Gestion des Interactions Clients » (GIC) – Je cite quand même un concurrent pour avoir bonne conscience : Eptica -. Pourquoi ne pas garder cette dénomination qui résume assez bien ce dont chaque e-commerçant a bien besoin : être plus efficace dans sa gestion des échanges multicanaux avec ses clients/prospects.

Aperçu du fonctionnement avec la solution sur Akio (Gestion des Interactions Client / Multicanal)

Je ne vous préconiserai pas ici de solution commerciale, Akio se destine à de grands groupes comme la SNCF et compagnie, et coûte cher pour la majorité des e-commerçants ; le ROI n’est de fait pas évident du fait du coût de la solution.

Je me concentrerai sur une fonctionnalité simple qui fait gagner beaucoup de temps. Car, comme dans toutes les solutions, 20% des fonctionnalités représentent 80% de l’utilisation. Et en l’occurence, comme on le voyait dans un précédent article, le principal canal de communication que l’on peut optimiser techniquement est l’e-mail.

On parlait récemment de l’intérêt de la création d’une FAQ dynamique maison, nous verrons ici en quoi le procédé technique décrit peut servir également en back-office.

L’optimisation dont on parle ici consiste en la centralisation des e-mails, et la pré-définition de réponses possibles, puisque 80% des questions concernent 20% des thématiques.

(Faire) créer simplement sa solution de réponses semi-automatisées

Le semi-automatique, c’est quand la machine fait le gros du boulot mais que c’est un humain qui corrige/valide.

L’objectif : avoir une interface facilitant et rendant plus rapides les réponses faites aux internautes.

Etape 1 : créer si ce n’est déjà fait une interface qui lit vos e-mails (stockés sur une boîte e-mail ou dans une Base De Données) et vous les restitue par ordre d’importance (date + pourquoi pas valorisation de l’achat potentiel)

Etape 2 : lorsque l’on veut répondre à un e-mail, les formules standard de politesse sont pré-rentrées, ainsi que la signature du conseiller

Etape 3 : suivant les mots clés trouvés dans le corps du message (même procédé technique que pour la FAQ dynamique), on suggère des réponses regroupées par titre au conseiller qui n’aura plus qu’à piocher dans chaque la partie qui convient. La réponse se construit ainsi un peu manuellement, et beaucoup par copiers-collers qui évitent nombre de fautes d’orthographe, d’oublis, de mauvaises explications, etc.

Attention à ne pas robotiser nos humains, la meilleure réponse est et reste celle construite intelligemment, en fonction du passif et des souhaits exprimés ou non du consommateur.

Petit exemple visuel pour vous montrer la simplicité de la chose au niveau de l’interface (j’avais mis cela en place pour 4000m.com, un service de réservation de saut en parachute, ça avait été très efficace…) :

Exemple

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

1 Commentaire

Une réponse à “Mettre en place une solution de réponses e-mail semi-automatisées – 1 jour / 1 idée”

  1. […] vous vantais les mérites des solutions de réponses e-mail SEMI-automatisées il y a quelques temps, mais comme toujours, l’outil ne doit pas remplacer […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Construire une stratégie de référencement, 3eme étape : le reporting

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Après un délai un peu plus long que prévu voila donc la 3ème partie de la construction d’une stratégie de référencement , après la premier étape disponible ici : Construire une stratégie de référencement : 1ere partie et la deuxième ici : 2ème partie de la construction de votre stratégie de référencement nous allons aborder la construction du reporting, en effet il vous sera très compliqué de suivre votre référencement et de monter dans les positions si vous ne les suivez pas régulièrement.

Comment mettre en place un reporting de référencement ?

Généralement le plus gros problème en référencement est de savoir ou l’on se situe et c’est là qu’intervient le reporting de référencement, en permettant de noter semaine après semaine l’évolution , positive ou négative, les positions occupées cela permet d’analyser des tendances et des changement en se basant sur des faits et non pas sur des impressions de hausse ou de baisse et de différencier le volume de recherche effectuées sur google de votre volume de trafic.

Comme il est, pour le moment, impossible de suivre l’évolution de l’ensemble des mots clefs sur lesquels le site est présent le reporting de référencement sera en fait basé sur la liste des mots clefs que nous avons construit dans les deux étapes précédentes de la construction de la stratégie de référencement, cette liste de 50 mots clefs sera surveillée de façon hebdomadaire afin de construire une base de donnée sous Excel.

Il faut donc planifier de lancer votre outil de référencement, dans mon cas rank checker, toutes les semaines à horaire relativement fixe ( tous les mercredi à 12h00 par exemple) et de construire au fur et à mesure un fichier Excel ou chaque onglet représente une nouvelle semaine. Vous pourrez ainsi concaténer ces données dans un onglet « complet » et clairement suivre au fur et à mesure l’évolution de vos principales positions et créer des courbes pour analyser tout ça.

exemple de données concaténées

Mais à quoi ça sert un reporting de référencement ?

Le principal avantage de faire ce fichier de suivi et de pouvoir s’en servir pour prévoir votre positionnement dans le futur, en effet dans la deuxième partie de votre stratégie de référencement vous avez prévu des positions de mots clefs pour en estimer votre trafic et votre CA.

Travailler sur un fichier de référencement hebdomadaire vous permet de connaitre plus précisément la réaction de google vis à vis de votre site internet et de votre contenu  et donc d’estimer plus facilement si vous pouvez gagner une, deux ou 10 positions en quelques semaines. Plus votre reporting est complet et ancien plus vous comprendrez l’interaction entre google et votre site E-commerce il est donc très intéressant de le commencer dès le lancement de votre site E-commerce.

Ce reporting vous permet également de contrôler le travail de référencement si vous le sous traiter à une agence web (prenez bien la même liste des mots clefs que votre agence web dans ce cas).

Quelques règles à respecter pour votre reporting

La plus importante des règles pour effectuer correctement votre reporting et de ne pas changer de référentiel en cours d’analyse. Vous ne devez pas changer de méthode de mesure au cours de la construction de ce reporting, si vous changer d’outil de mesure précisez-le dans votre reporting et ne tirer pas de conclusions hatives sans avoir analyser l’impact du changement entre les deux outils, De plus cela doit être vraiment exceptionnel !

Si vous n’êtes plus satisfait pas votre outil de collecte des positions vous pouvez tester tous les autres sur le marché bien entendu mais prenez votre temps pour sélectionner celui qui vous correspond tout en sachant qu’en mesurer la fiabilité se révèlera assez difficile , une fois votre choix bien établit vous pourrez l’utiliser toutes les semaines pour votre reporting mais je vous conseil de créer un nouveau fichier de récolte des données et de conserver l’ancien en tant qu’archive afin de ne pas mélanger les recoltes de positions.

Si vous changer profondément la liste de vos 50 mots clefs principaux car votre marché évolue alors créer un nouveau fichier de reporting pour éviter de faire des erreurs lors de l’analyse des variations.

Eviter également de modifier les options de votre outil de mesure, si il en a,afin de garder toujours la même base pour l’analyse , l’interet de ce reporting n’est pas de savoir que vous étés 1er sur une requête mais plutôt de mesurer QUAND vous aurez cette possibilité , il ne faut donc pas chercher à modifier/influencer  les résultats afin de rendre le tableau plus « propre ».

Enfin, un dernier conseil mais pas des moindres : ne stressez pas si vous perdez 100 positions d’une semaine sur l’autre sur un ou plusieurs mots clefs, cela n’a probablement pas grand chose à voir avec votre site alors ne changez pas tout d’un coup votre stratégie par précipitation, collectez les données et analysez les sur la durée et non pas ponctuellement !

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


La gestion des prix dans les CMS E-commerce

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Je viens de lire l’article de François Ziserman sur l’erreur de prix de Zappos avec notaement le paragraphe  suivant :

1/ Tous les e-commerçants doivent être en veille permanente sur leurs étiquettes de prix, et sans cesse valider les prix vus par les clients ; ne pas se contenter de faire confiance aux règles de gestion de leur back-office

Ce passage est bien sur tout à fait exact surtout sur des systèmes comme Magento ou certaines variables (donc le prix) peuvent être différentes d’un niveau hiérarchique à l’autre (Magento c’est « global » -> »site » -> « Vue ») mais la plupart du temps  la gestion du prix est assez calamiteuse dans les back office des CMS E-commerce , il y a souvent un prix d’achat et un prix de vente et en plus un prix « discount » permettant de faire des promotions temporaires, en dernier on trouve la TVA qui s’affiche parfois en récapitulatif. Dans magento les champs ne sont même pas précisés en HT ou en TVA ce qui incite d’autant plus à l’erreur …

Cependant juste avec ces infos il est assez dur de gérer correctement les prix  car il n’est pas rare que les prix d’achats varient en fonction du temps et les prix de ventes aussi ! il serait donc bien de pouvoir intégrer dans les back office un module de gestion de prix plus complet incluant par exemple :

  • Le prix de vente actuel affiché sur le site en TTC
  • Le prix de vente actuel affiché sur le site en HT
  • La TVA
  • Le dernier prix d’achat HT des produit
  • la marge brut
  • L’historique des prix de vente du produit depuis la création de la fiche produit
  • L’historique des prix d’achat du produit depuis la création de la fiche produit
  • Le nom des différents fournisseurs utilisés pour ces prix d’achats
  • La liste bons de réductions actifs attribués sur ce produit ou cette gamme de produit
  • Éventuellement le stock disponible pour chaque prix d’achat

Ça c’est pour la « base » idéale , mais on pourrait aller un peu plus loin et proposer un comparateur de prix intégrer dans le back office des CMS, données qui pourrait être fournies par Kelkoo, Shopzilla ou autre comparateurs de prix qui ont déjà toutes les infos produits de tout un tas de vendeurs et qui pourrait tirer de substantiels revenus …

Immaginer qu’à coté de votre prix de vente dans votre back office vous ayez les infos suivantes :

Avec en plus un historique des prix et un lien direct vers la fiche produit du concurrent cela me semblerai un bon service qui permettrait de dynamiser un peu plus la gestion des prix et de rendre plus réactif votre site.

Ex d’un suivi de prix (fictif) chez Rueducommerce :

Petit bémol toutefois lorsqu’on fait la course au moins cher il faut impérativement surveiller ses marges ET ses coûts , vous ne pouvez pas mettre ne place un tel système si vous ne monitorez pas précisément (presque en temps réel) la marge (net) dégagée par chaque vente afin d’être sur de rester bénéficiaire. Ceci est surtout vrai si vous mettez en place des règles de prix automatique du genre : « prix de mon concurrent » – 1 € tant que prix de vente > prix d’achat + TVA + Coût moyen d’acquisition client.

Exemple de règle de prix automatique

Et vous comment gérez vous vos prix en E-commerce et quels informations votre Back office peut ‘il enregistrer ?
Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “La gestion des prix dans les CMS E-commerce”

  1. Nico dit :

    Wow ça pourrait être bien oui, mais légèrement usine à gaz quand même non ?

  2. bgaillat dit :

    Non ce serait pas forcement une usine a gaz, tout dépend de la façon dont c’est intégré a la fiche produit en back office, dans un onglet « prix » ou « concurrence » par exemple …
    Pour un petit E-commerçant qui à un assortiment spécifique c’est pas forcément utile mais pour un secteur ultra concurrentiel comme le DVD / jeux video (par exemple) cela permettrait d’être au prix le plus juste plus souvent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Avez vous testé la « Roue magique » de Google ?

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Après l’outil de recherche de mots clefs d’adwords, les keywords de google analytics voici une nouvelle façon de trouver des mots clefs grâce à Google : La Roue Magique (ou Magic wheel dans la langue de Shakespeare) .

Comme une image vaut mieux qu’un long discours voici à quoi ressemble cette roue magique :

Cliquez pour agrandir dans un nouvel onglet
recherche google ecommerce

Resultat pour la recherche "Ecommerce"

C’est donc une excellente façon pour naviguer d’un sujet à l’autre avec peu d’inspiration , la roue magique est super fonctionnelle et très ergonomique, je vous conseil d’en abuser afin de calculer le site N°1 de votre secteur :

  1. Tapez votre mot clef principal
  2. Récoltez bien les noms  top 10 (colonne de droite)
  3. Copiez/Coller dans Excel et attribuez une note de 1à 10 en fonction de la position (1= 1 , 2=2 etc …)
  4. Naviguez de sujets en sujets
  5. Répétez ça autant de fois que nécessaire (une dizaine de fois au moins)
  6. A la fin additionnez les résultats

Celui qui à le score le moins élevée, c’est à dire qui est le plus souvent dans les premières positions, gagne sa place de N°1, à vous de l’étudier suffisamment bien  pour lui passer devant !

Avez vous testez la roue magique de google pour votre secteur d’activité ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Quelques outils pour votre site Ecommerce

par Romain Boyer - Il y a 7 ans

Note de bgaillat : Voici le premier billet de Romain qui me fait le plaisir de venir me rejoindre sur le blog en tant que rédacteur, j’espère que vous apprécierez sa prose et qu’il nous fera l’honneur de poster régulièrement des articles 🙂 , bonne lecture.

Tout responsable de boutique e-commerce a pour responsabilité de s’assurer de la continuité du service. Pour cela, il dispose de nombreux outils gratuits un peu partout, le tout étant d’utiliser les bons outils et de les utiliser régulièrement.

Je me propose ici d’en faire une liste et d’en décrire l’utilisation que j’en fais. Si vous le voulez bien, je vous demanderai votre avis et nous ferons évoluer cette liste afin d’avoir une check-list la plus exhaustive possible.

A faire circuler évidemment 😉

Le premier des outils, Google Analytics

Quel meilleur outil de gestion au quotidien que Google Analytics.
Pensez notamment à

Configurer votre tableau de bord. Suivant ce que vous cherchez à optimiser sur le moment, un bouton « ajouter au tableau de bord » apparaît en haut à gauche de chaque rubrique dans le bandeau gris ; cela garde les paramètres en cours ;

Définir vos objectifs
Les objectifs, c’est lorsque vous tirez quelque chose de votre internaute. La plupart des sites marchands définissent les objectifs suivant :

  • formulaire de contact,
  • demande de devis,
  • achat avec paiement à confirmer (chèques, virements,…),
  • achat avec paiement confirmé (CB).

L’entonnoir de conversion est le fait de ramener l’ensemble des internautes qui se trouvent sur l’ensemble des pages (haut de l’entonnoir) vers l’unique page qui vous intéresse pour un entonnoir donné. Un entonnoir = Un objectif. Pensez à prévoir des pages (avec URLs spécifiques après conversion, ex. /contact/merci)

Créer des alertes (non pas via le deuxième lien du menu, mais via l’encart « mes personnalisations ») Il est plutôt intéressant d’être prévenu à la minute où « quelque chose se trame », les alertes (Bêta ;o)) permettent de définir des indicateurs intéressants. Pour ma part, j’ai paramétré des alertes regardant les évolutions d’une semaine sur l’autre pour être averti s’il y a

  • Baisse significative du nombre de visites versus même jour de la semaine précédente (si baisse > 40%)
  • Hausse significative du taux de rebond (si hausse > 20%)
  • Temps moyen passé sur le site baisse (baisse > 30%)

Suivant les habitudes, et suivant si l’on est habitué à plus ou moins de fluctuations, on peut (on doit) évidemment moduler ces pourcentages.

Consulter les alertes automatiques (rubrique Alertes en deuxième position du menu cette fois) qui mettent automatiquement en exergue des moments notables de la vie de votre site.

Google Sitemaps


Fonctionnalités principales de sitemaps (si vous connaissez, relisez quand même cette liste, on redécouvre toujours l’outil)

  • Pages introuvables sur le site
  • Impressions (= affichages de vos liens sur Google) versus nombre de clics
  • Performances du site (rubrique « labos/performances du site » et « diagnostic/statistiques sur l’exploration »
  • permet notamment de voir le temps de téléchargement d’une page sur Google qui est nouvellement devenu un critère de positionnement http://googlewebmestrecentral.blogspot.com/2010/04/using-site-speed-in-web-search-ranking.html)
  • Gestion de vos sites links (liens qui apparaissent sous votre résultat dans Google)
  • Abonnés via Google Reader (« votre site sur le web /statistiques sur les abonnés »)
  • Etat du sitemap. Souvent laissés de côté, les  sitemaps ne sont pas là que pour faire joli, ils montrent notamment à Google le niveau d’importance des différentes pages et leur hiérarchie telle que souhaitée par le webmestre.

Pour mesurer les performances au fil du temps, et être averti des éventuelles baisses de régime, vous pouvez utiliser Woozweb, un outil de Smile qui teste un contenu donné sur une page donné régulièrement, vous fait des graphiques sur les temps d’exécution, vous donne les moyennes, et surtout vous prévient par e-mail lorsque le temps d’exécution dépasse un seuil défini. http://www.woozweb.com/homeview

Google trends / websites

Magnifique outil s’il en est, Google Trends vous permet de comparer deux mots clés et de savoir si c’est « ordinateur » le plus recherché, ou « ordinateurs » (http://www.google.com/trends?q=ordinateur,ordinateurs) ou encore de voir les préoccupations des gens et l’évolution de leurs recherches sur certains mots clés (http://www.google.com/trends?q=attentats) et ce pays par pays, et éventuellement ville par ville. Ces résultats sont exportables sous Excel au format CSV (Cf. lien de bas de page).

Quoi de mieux pour l’étude de la concurrence que Google Trends Websites. Bien que réservé à des sites à fort trafic (à l’exception de Google qui s’est auto-exclu..), qu’un comparateur de sites Internet. Vous pourrez voir l’évolution site Internet par site Internet depuis 2006 (Google le faisait avant, mais mal donc ils ont réduit les possibilités au niveau des dates) et comparer plusieurs sites Internet.

Exemple pour quelques sites E-commerce français :  http://www.google.com/trends?q=rueducommerce.fr,pixmania.fr,discounteo.com,amazon.fr&date=all&geo=fra&ctab=0&sort=0&sa=N

Générateur de mots clés Adwords

Comme son nom l’indique, le générateur de mots clés de Google >Adwords sert à générer des mots clés, vous entrez une thématiques vous cochez « synonymes », et l’outil vous propose un ensemble de mots clés (ciblage « exact », « large » ou « expression ») en indiquant pour chaque le niveau de concurrence qui fait rage sur Google  Adwords et le volume de recherche. Pratique !

Suivre les actualités

Détail qui n’en est pas un : être au courant de ce qui se passe ailleurs, être au courant des tendances pour apprendre à les anticiper ! Le meilleur moyen à mon sens : Google Reader, vous affichez vos flux en liste étendue , et vous défilez l’ensemble des news avec la touche espace. Ça va vite, c’est agréable. Vous avez même l’extension Google Chrome qui vous dit ombien d’éléments sont en attente de lecture, ça vous évite d’y aller pour rien.

Pour suivre les actualités de votre domaine, il y a une fonctionnalité méconnue de Google News : l’export d’un flux de news en RSS. Allez dans Google News, tapez la requête qui va bien en prenant soin d’exclure les éventuels sujets qui ne vous intéressent pas (exemple : « DSI –nintendo » en ce qui me concerne), trouvez le lien « RSS » en pied de page et faites-vous plaisir. Exemple de flux : http://news.google.fr/news/search?pz=1&cf=all&ned=fr&hl=fr&q=DSI+-nintendo

A noter que Google Reader accepte aussi que vous vous abonniez à une page (et donc pas un flux), et il vous montre les différences et nouveautés sur cette page dès que détectées ! (utile quand les sites ne proposent pas de flux ! exemple plus bas avec les extensions)

Suivi du client !

Trop souvent oublié, le client doit être très écouté, en permanence mais surtout les premiers temps. Pour cela, tout est bon :

  • Sondage « que recherchez-vous ? » dans la colonne de droite pour identifier les désirs initiaux de vos visiteurs ;
  • Formulaire de contact toujours disponible aux endroits attendus (pied de page, en haut à droite, près du panier) ;
  • Numéro de téléphone toujours en évidence et les personnes qui répondent qualifient les appels (formulaire construit en deux minutes grâce à Google Docs ? 😉
  • E-mails épluchés et qualifiés ;
  • Retours sur les forums sur le web ;

Extensions des navigateurs

De nouvelles extensions sortent tous les jours et elles apportent leur lot de surprises ! Pour Firefox comme pour Google Chrome, il y en a énormément mais les extensions réellement utiles sont beaucoup moins nombreuses. Je me tiens à Google Chrome car la rapidité de ce navigateur et l’indépendance de ses onglets me plaisent particulièrement (lorsqu’un onglet plante, ce n’est pas tout le navigateur qui plante).

Tout d’abord, ajoutez carrément la page dans Google Reader pour être au courant des nouveautés : https://chrome.google.com/extensions/list/newest?hl=fr

Quelques extensions intéressantes pour vous :

Les scenarios, très important dans la vie d’un site

Lorsque vous faites développer un site ou des fonctionnalités, vous passez votre temps ensuite à tester différentes façons d’aller à vos objectifs définis (voir plus haut) pour vérifier que tout va bien. Il existe une extension firefox dans laquelle vous enregistrez, vous faites vos clics une fois, vous stoppez. Vous lisez et ça refait la séquence pour vous en vous affichant les pages une à une et en suivant les mêmes liens. Pratique, rapide ! http://seleniumhq.org/projects/ide/

Envoyer des SMS via une requête HTTP…

J’en rêvais, Orange l’a fait : une simple requête du type http://orange.fr/?numero=33679241181&message=bonjour&marchand=3958093&cle=9835 (lien simplifié à l’extrême mais c’est l’idée) qui vous permette d’envoyer un SMS ? Si vous ne connaissiez pas, vous entrevoyez déjà un tas d’applications ! Prévenir les clients du départ de leurs colis (leur faire payer pourquoi pas ?), rappeler aux mauvais payeurs que vous attendez de leurs nouvelles, indiquer à un partenaire qui bouge tout le temps qu’un sujet mérite son attention sur son interface,… (Les mailings SMS ne sont pas indiqués par ce biais, des entreprises le font très bien avec gestion des désabonnements, etc.) http://api.orange.com/fr/api/sms-api,3

Vérifier l’ensemble des liens de votre site

Vous vous amusez souvent à cliquer sur tous les liens possibles et imaginables sur votre site qui contient plusieurs centaines de milliers de pages ? Des outils le font pour vous et vous font un rapport sur les pages introuvables (404), et sur quelles pages pointaient vers elles ! (utile lorsque l’on crée un lien avec un espace en plein milieu qui mène vers une 404, j’en sais quelque chose !). Cet outil, c’est Xenu, il est pas tout récent, il est pas très beau, mais il est efficace.  http://www.google.fr/search?sourceid=chrome&ie=UTF-8&q=telecharger+xenu

Chassez le duplicate content !

Comment ça c’est quoi le duplicate content ? Bon, déjà lisez ça : http://www.google.com/support/webmasters/bin/answer.py?hl=fr&answer=66359

Ensuite, allez là : http://www.webconfs.com/similar-page-checker.php

Je vous rappelle que deux pages différentes, c’est deux URLs différentes (URL = partie avant l’ancre, donc avant un dièse – # – éventuel).

D’autres outils utiles dans cette idée sont disponibles ici : http://www.iwebtool.com/tools/

Vérifiez que votre e-mail n’est pas considéré comme spammeur !

Un lien pour cela : http://www.mxtoolbox.com/blacklists.aspx

Prochain article de ma part : vérifier la sécurité du site dont on est responsable

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

4 Commentaires

4 réponses à “Quelques outils pour votre site Ecommerce”

  1. bgaillat dit :

    Merci Romain ! C’ets une belle check-list très axée Google 🙂

  2. romain.boyer dit :

    Ouii, Google est formidable. Si tu trouves un autre éco-système qui propose autant d’outils, préviens-moi 🙂 Je trouve ça génial la restitution de l’information (même si partiellement fausse).

    J’ai oublié une source intéressante : wikio, vous tapez un mot clé, et vous avez des actualités. En bas de la page, vous avez un lien « s’abonner ». Une fois dans Google Reader, cela vous aide à suivre les actus dans votre domaine. Ex : http://www.wikio.fr/high-tech/internet/e-commerce

  3. jonathan dit :

    Merci pour cet article, fort intéressant!
    petite question à propos du paragraphe sur le suivi client :  » les personnes qui répondent qualifient les appels  » : de quelle type de qualification parlez vous (renseignement / perdu sur le site / achat / SAV ?), et dans quel but?

  4. Rom's dit :

    Merci pour votre message 😉

    On va dire type d’appel déjà :
    – avant vente
    – après vente
    – corporate
    – …

    Après on peut qualifier plus précisément :
    – avant vente
    – – déjà client + intention achat
    – – déjà client + renseignement
    – – …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.