Tag : marketplace

Assurer la pérennité de votre eCommerce – Amazon peut-il vous tuer ?

par Romain Boyer - Il y a 2 mois
30844701d453d694adcb8cd92754912e1

On parle beaucoup énormément d’ubérisation en ce moment, on pourrait parler d’amazonisation tant Amazon pénètre tous les marchés et les surclasse.

RueDuCommerce, Pixmania, PriceMinister, Fnac, (beaucoup moins CDiscount), tous ces généralistes ont gravement pâti de la concurrence d’Amazon et de sa captation du marché. Les spécialistes ont pu en pâtir également.

Fnac et CDiscount arrivent à tirer leur épingle du jeu actuellement, il faut se demander pourquoi. Il faut également voir comment un site spécialisé peut s’en sortir à terme face à cette concurrence difficile.

Mais commençons par un point clé :

Quelle est la stratégie globale d’Amazon ?

Amazon, c’est le commerce. De fait, Amazon semble prendre pied dans tout ce qui a trait à la relation entre le client et le produit.

Amazon, c’est notamment :

  • Un catalogue immense
  • Une clientèle captive de plus en plus importante
  • Un réflexe de plus en plus courant pour les personnes désirant faire un achat
  • Une logistique éprouvée qui maille de mieux en mieux le territoire mondial
  • Une gamme de produits Amazon Basics qui se développe

Je ne parle pas d’Amazon WS qui est simplement une logique de rentabilisation d’une infrastructure bien rodée.

En gros, Amazon vend des produits.

Son objectif 1 : connaître les produits qui se vendent ; pour cela, la place de marché est une mine d’or.

Son objectif 2 : les acheter soi-même pour gagner en marge et en qualité de service.

Son objectif 3 : les produire soi-même pour encore plus de rentabilité.

De plus en plus de gammes de produits valident successivement les objectifs 1, 2 puis 3.

Alors, comment tirer son épingle du jeu face à un ogre aussi vorace ? il faut comme pour tout business trouver des facteurs différenciateurs. Et commencer donc par voir ce Qu’Amazon ne fait pas.

Qu’est-ce qu’Amazon ne fait pas ?

Ce qu’Amazon ne fait pas, c’est être un spécialiste de chaque typologie de produit. Il ne prend pas le temps de réorganiser ses rayons à chaque saison, d’éditorialiser son contenu, de créer des relations particulières avec des partenaires qui permettent de créer des produits à valeur ajoutée (personnalisés, avec un mode de livraison particulier, avec une planification particulière, des prix particuliers, des gammes de produits particuliers,…

Les exemples qui s’en sortent ont tous quelque chose qu’Amazon n’a pas.

CDiscount a des prix particulièrement bas du fait de sa politique d’achat en grandes quantités et Vente Privée est un ovni qui joue également sur les prix bas. Ces deux acteurs n’ont d’ailleurs que faire du service.

FNAC joue la proximité grâce à son réseau de magasins et travaille l’expérience utilisateur.

VSC est intouchable sur son secteur.

Leroy Merlin est un ultra-spécialiste, dispose d’un contenu particulièrement intéressant pour répondre à des problématiques en montrant les produits qu’il faut acheter.

Si on prend des sites moins grand public, parmi ceux qui réussissent (non, je ne donnerai pas de définition), comme MotoBlouz, LDLC, GreenWeez, Bébé au naturel, L’éclat de verre, France Chasse, on constate que ces sites ont en commun :

  • d’avoir une thématique forte
  • d’avoir un catalogue aussi complet que possible dans cette thématique
  • pour la plupart la volonté manifeste de l’esprit communautaire
  • pour beaucoup d’avoir la volonté de créer un éditorial autour de l’univers pour les tendances et l’inspirationnel
  • pour certains de proposer une personnalisation

Conclusion (l’évidence et le reste)

En gros, si vous n’êtes qu’une vitrine de vos produits, avec aucun service autour, bien sûr, ça ne fonctionnera pas. Quelle évidence…

Les façons de faire pour sortir du lot sont moins évidentes (et ceux qui savent ne vous le diront pas. Oui, oui, même moi ;-)).

Il faut juste que vous soyez aux yeux de votre visiteur une référence, un spécialiste de votre domaine, à l’instar du vendeur Décathlon dans son rayon (ou celui de la FNAC il y a 15 ans), qui sait ce qu’il vous faut, qui propose du choix.

Et il faut une expérience, une immersion forte, là aussi comme chez Decathlon, avec l’ensemble de services qui vont autour, l’ensemble des informations dont on peut avoir besoin quand on est intéressés par la thématique. Pas besoin d’en dire plus, je pense que le schéma se fait dans votre tête.

Et si vous avez une place de marché, alors il faut être exhaustif. Avoir une vraie qualité de service pour votre client (le partenaire vendeur) et le client final et des services originaux qui font qu’on n’a pas besoin là aussi d’aller chercher ailleurs (je vous laisse creuser le sujet, ça peut aller très loin).

En gros, privilégiez une expérience unique et immersive, et vous devriez pouvoir tirer votre épingle du jeu !

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

3 Commentaires

3 réponses à “Assurer la pérennité de votre eCommerce – Amazon peut-il vous tuer ?”

  1. tout est dit maintenant . Il faut donc reinventer et réenchanter l’expérience consommateur conférence que j anime prochainement avec des expériences.et résultats concrets accompagnés de produits de technologies virtuelles permettant d expérimenté émotionnellement ces nouvelles expériences, le retail peut rebondir s il est intelligemment repensé.

  2. Ahmed dit :

    Sujet intéressant … en tant que commerçant avec un avis assez subjectif sur le sujet, il y a certains points que je reformulerai différemment,
    Amazon, une belle entreprise qui a pris une telle longueur d’avance qu’il sera impossible pour un concurrent de la rattraper, cdiscount l’a fait pendant quelques mois, faut regarder le budget publicitaire qui a été dépensé, ca pique aux yeux, je suis pas sûr que ça lui a permis de sortir un bilan avec un résultat positif.
    La technique d’Amazon: je motive les e-commerçants à vendre leur produit sur Amazon, ça a l’air tellement facile de gagner de l’argent, il suffit simplement de mettre ses produits sur Amazon, au passage la commission de 15%HT c’est assurément 18% du prix total avec frais de port en TTC, petit calcul qui lorsqu’on retire nos frais de livraison qui se doivent offensifs pour attirer les clients sur Amazon voit la commission du produit final bien supérieur à 20%. L’année d’après, vous recevez une belle surprise, un petit nouveau vient de se placer devant vous au niveau de vos mots clés stratégiques sur google et les autres, ce petit nouveau c’est Amazon, petit à petit google vous dégrade dans les serps en vous reprochant le « duplicate content » par contre Amazon continue à se positionner encore mieux.
    A ce moment là même si vous vendez finalement moins sur votre site, le cumul des 2 chiffres d’affaire est encore intéressant. Quelques mois plus tard, vous recevez un joli mail d’amazon, il vous montre quelques produits avec de fortes ventes sur lequel il vous invite à les dénicher et les vendre sur Amazon, très sympathique cet amazon mais pourtant il y a déjà des vendeurs qui commercialisent ce produit, quelques jours plus tard, amazon vous envoie un nouveau mail sympathique, il vous propose une liste de produits sur lequel je pourrai baisser mes marges pour être le moins cher, évidemment amazon est trop cool, il a surement envoyé ce mail qu’à moi car il apprécie mon côté friendly.

    Mais bon il reste toujours cette histoire de frais de livraison qui coûte avec les commissions Amazon. Et là vous recevez le mail du siècle, Amazon vous propose d’utiliser pratiquement « gratuitement » leur logistique pour vendre vos produits avec que des avantages (la boite d’achat, coût de livraison réduit, ouverture de vos produits facile sur l’europe, logistique externalisée réduisant vos dures labeurs de préparations et envois), c’est assurément une superbe idée. Traduction : tant que vous expédiez vos produits vous même, Amazon n’a accès qu’à vos ventes, il ne sait pas du tout si les coûts de conditionnement et préparation du produit sont importants, le jour où ces produits arrivent dans les entrepôts d’Amazon, il sait aisément cibler les produits qui génèrent un maximum de cash avec un minimum de logistique, il ne reste plus qu’à contacter le fournisseur grâce au code EAN qui vous lui avait généreusement offert pour vendre en direct le même produit avec 20 points de marge,
    Et là, vous venez de perdre vos pépites, c’est à dire les produits qui se vendent le mieux avec les meilleures marges, il ne reste plus que les produits à faible marge, vous ne le savez pas mais si vous ne régissait pas très vite pour y trouver une solution, c’est une question de temps pour que disparaissiez de la toile du net car avec des faibles marges, on ne fait pas long feu sur la toile.
    Dans l’article précédent, ce qui fait défaut, c’est qu’on parle de techno, on parle de méthodologie pour y arriver, on parle pas du tout de trésorerie, à croire que tout le monde est doté d’une fontaine à pièces sans limite.
    Me concernant même si j’ai de la trésorerie, c’est un travail de tous les jours pour éviter qu’elle s’évapore sur la toile.
    Car je suis un commerçant à la base, mon objectif c’est de développer du cash et pas de briller grâce à mon nombre de followers, à mon fichier optin, à mon débit de commande mensuel ou encore mon chiffre d’affaire à plusieurs chiffres. Dans le cas contraire, je préférerai plutôt caresser le sable chaud d’une île du pacifique devant un cocktail bien frais …

    Cet article est bourré de sujets intéressants qu’on voudrait développer, comme :
    En 2016, pensez vous que le référencement naturel est suffisant ou est la solution pour vendre sur le net ?
    Entre en expert avec un QI de 150 et un commerçant avec un QI de 100, qui vend le mieux sur le net ?
    (Warren buffet avait écrit un petit article sur un sujet similaire)
    Est ce que je peux encore rêver du e-commerce sans un sou 15 ans après la ruée vers l’or ?

  3. Alain dit :

    Merci pour cet article, je le trouve vraiment intéressant et fondé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Atosho ou le Ecommerce depuis une bannière pub

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Atosho est un nouveau venu dans l’univers du Ecommerce qui se destine à aider les marchands à vendre plus et aux internautes à acheter avec plus de simplicité.  Concrètement il s’agit d’une sorte de  marketplace délocalisée sur des bannières pubs. A priori pas évidente, l’idée est pourtant très séduisante, je m’explique.

La partie Marketplace

C’est le concept classique d’une marketplace : regrouper différents produits de plusieurs vendeurs sûr une même interface, j’imagine que d’ici quelques temps il sera possible d’exporter ses produits sur Atosho à l’aide de Lengow ou des autres solutions d’export de catalogue.

Evidemment Atosho se rémunère en prenant une commission sur chaque vente mais comme c’est du CPA (coût par action) cela devrait permettre aux petits e-commerçants de pouvoir se lancer sur ce réseau sans trop de problème. Du coup cela lui ouvre les portes des 104 000 sites marchands de France, un beau potentiel.

La partie publicitaire

L’autre face d’Atosho est de proposer un système publicitaire complet pour les sites éditoriaux (presse, blogs etc…) mais plutôt que d’annoncer avec des bannières comportant des produits (de type Criteo) Atosho va proposer de pouvoir acheter le produit directement depuis la bannière pub !

Cela risque de raccourcir les étapes nécessaires pour acheter le produit et donc d’augmenter fortement la rentabilité des bannières et le nombre de commandes. Si dans le futur ils couplent ça avec un système de retargeting il y a fort à parier que nous aurons enfin un système publicitaire performant pour acquérir de nouvelles commandes.

Le nom parle bien de ce concept : le « Ecommerce atomisé » ATOmised SHOpping, ou comment pouvoir passer des milliers de petites commandes un peu partout sur le web.

Atosho en vidéo

Pour vous faire une idée plus précise voici une vidéo expliquant en détail le fonctionnement d’Atosho

 Que pensez vous d’Atosho ? Comptez vous l’utiliser dans vos campagnes webmarketing ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

8 Commentaires

8 réponses à “Atosho ou le Ecommerce depuis une bannière pub”

  1. Thomas Barbéra dit :

    Je trouve le concept très intéressant. C’est toujours un moyen supplémentaire d’offrir de la visibilité à ses produits et de générer plus de ventes.

    Après, pour réaliser des ventes tout dépend de la façon dont c’est intégré à mon avis.

    Je vais aller voir d’un peu plus près cette nouvelle solution.

  2. Thomas Barbéra dit :

    J’aimerais le tester en tant que diffuseur mais je ne vois pas où l’on peut s’inscrire au programme.

    ça n’est pas encore possible non ?

  3. J’ai pas trouvé pour le moment non plus, je viens de les contacter sur Twitter ils nous donneront peut être la procédure 🙂

  4. Mickael dit :

    Le concept à l’air intéressant par contre, je ne vois pas sur leur site ni sur leur vidéo un exemple concret d’intégration sur un site.
    Je suis curieux de voir ce que ça donne !

  5. Atosho France dit :

    Bonjour Thomas,

    Merci de votre intérêt et de vos commentaires.

    Il est tout à fait possible de se créer un compte, mais dans l’espace diffuseur du site en anglais, http://www.atosho.com. La fonction sera disponible sur le site français http://www.atosho.fr d’ici la fin de semaine.

    Bien que récemment lancé en France, Atosho n’est pas en version bêta, donc n’hésitez pas à vous inscrire et à commencer de monétiser votre site dès maintenant! Nous sommes en phase de constitution de nos réseaux marchand et diffuseur ; plus vous serez nombreux, plus Atosho sera efficace!

    N’hésitez pas à nous contacter par mail si vous avez d’autres questions.
    Cordialement,

  6. Atosho France dit :

    Cf ma réponse ci-dessus.
    Notre adresse mail : contact-france@atosho.com

    Bien cordialement,

  7. Atosho France dit :

    Bonjour Mickael,

    Merci de votre curiosité enthousiaste!

    Voici de quoi vous faire une idée du format Banner : http://www.cinema-france.com/

    Nous avons aussi des solutions Search, Editorial, Print-to-Mobile… à découvrir bientôt en live!

    Bonne soirée
    Cdt,

  8. Atosho France dit :

    @Benoit_Gaillat Vous pouvez créer un compte marchand (Palais des thés) sur http://tinyurl.com/ckcv6ys et/ou diffuseur (blog) http://tinyurl.com/d5h375s

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Peut-on vendre sans site ecommerce ?

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Créer son propre site E-commerce est une activité qui demande un peu de ressources mais surtout du temps pour faire vous même le projet ou tout simplement pour le surveiller. Certains E-commerçants souhaitent donc pouvoir vendre sans site E-commerce. Cela est-il faisable ? Et si oui comment ?

Le début : Back to basics !

Première règle de toute entreprise : ne jamais oublier les fondamentaux (et deuxième règle : faire attention au cash). Pour le ecommerce l’élément fondamental est que cela reste avant tout du commerce ! Cela vous semble être une évidence mais si votre objectif est de générer du CA alors il n’y a aucune raison de se limiter au web et encore moins à votre site ecommerce personnel.

Que ce soit pour tester un concept ou un segment de marché ou un niveau de prix il y a de multiples façons de vendre sur internet sans site ecommerce.

Vendre sur Ebay

Hey oui, la première solution est une des plus évidente ! Ebay est une exellente solution pour vendre sur Internet sans site E-commerce :

  • Vous avez accès à un marché mondial
  • Les barrières à l’entrée sont extrêmement faibles (quelques centimes d’euros)
  • Aucune compétence technique n’est requise
  • Du trafic, énormément de trafic voir même plus que vous n’en aurez jamais de votre coté !
  • Énormément de concurrence (c’est utile pour mesurer votre avantage concurrentiel rapidement)

Bien sûr vendre sur Ebay n’est pas facile, cela demande une vraie maîtrise de vos produits et/ou des attentes des consommateurs. Avec en plus deux ou trois astuces pour vendre sur Ebay vous êtes au top pour vendre sur Internet sans site E-commerce.
Pour rappel Ebay ce n’est pas que des enchères, il y a aussi des ventes à prix fixe, ceci dit, tester quelques produits en mode enchère afin de mesurer quel est le prix de vente moyen peut également être une bonne stratégie.

Les places de marché

Les places de marché sont une bonne solution pour vendre directement sur Internet sans investir dans un site marchand. La gestion est néanmoins un peu plus complexe que sur Ebay , il vous faudra ouvrir un compte marchand sur chacune d’entre elles et prévoir du temps pour remplir les contrats et formaliser le partenariat.
Certaines sont plus restrictives que d’autres, certaines sont payantes tous les mois et augmentent parfois leurs tarifs sans prévenir suffisamment leurs vendeurs pro, voir Priceminister augmente ses tarifs.
Rien de dramatique cependant mais une attitude plus professionnelle que sur Ebay est attendue sur ces marketplaces. Pensez à soigner votre relation client et à vous considérer comme une vraie entreprise de vente à distance.
Voici quelques marketplaces françaises (il en existe des dizaines d’autres à l’étranger! )

  • Priceminister
  • 2xmoinscher
  • Clemarché (la marketplace de Cdiscount)
  • Rueducommerce
  • Amazon

Il en existe d’autres spécialisées, comme le fût enjoysunglasses (spécialisé sur les lunettes de soleil) en son temps, d’autres dans la mode, dans le « green commerce », le bio, l’équitable etc…

Si vous commencez à vendre pas mal de produits il va devenir nécessaire de gérer néanmoins votre catalogue produits et vos stock mais cela est toujours faisable sans site de E-commerce.

Les petites annonces

Les sites de petites annonces, comme LeBonCoin, sont aussi un moyen de pouvoir écouler des marchandises en dehors de votre site ecommerce, c’est à mon avis même un canal de « ventes tests » sous utilisé, je m’explique.

Si demain vous vendez des ordinateurs entre 1000 et 3000€, comment savoir si le segment 200€ -500€ est intéressant ? Vous n’avez peu etre pas envie de modifier votre image de marque pour un test.
Vendre sur les petites annonces sous un pseudo commercial peut vous permettre de tester le marché sans risque et dans un délai assez court (rappel : vous n’êtes toujours pas obligé d’avoir un site E-commerce pour vendre sur les petites annonces Internet).

Le trafic sur les sites de petites annonces est généralement plus orienté C2C que sur les sites plus classique (plus orienté sur une relation B2C), pensez donc à prendre de paramètre en compte en rédigeant vos annonces. Non pas à vous faire passer pour un particulier mais plutôt à modifier votre discours commercial en conséquence.

Voici donc au moins 3 moyens de vendre sur Internet sans site E-commerce, de quoi se lancer en attendant de créer le votre un jour ou pendant qu’il est en construction !
Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

10 Commentaires

10 réponses à “Peut-on vendre sans site ecommerce ?”

  1. Thomas Barbéra dit :

    Vendre sur les marketplaces est un très bonne stratégie pour étendre la visibilité de ses produits. Je pense cependant que tu as oublié un concept qui se développe de plus en plus actuellement, le f-commerce ! J’ai déjà vu plusieurs e-commerçants qui ne vendait qu’exclusivement sur leur page fan Facebook avec Boosket ou Payvment.

    Sur weezbe, on propose également aux vendeurs de mettre en avant leur produit sur Facebook mais il faut avoir une site de e-commerce. L’avantage c’est qu’on centralise la gestion des produits et des commandes et qu’avec son site de e-commerce, on peut diffuser ses produits sur Facebook mais également vendre sur eBay. Et très prochainement sur les autres marketplaces ? ça devrait arriver rapidement mais je n’en dis pas plus ! 🙂

  2. Je rajoute le Facebook commerce si tu me donnes un exemple de e-commerçant, hors grandes marques, réalisant plus de 1000 € de CA mensuel (je suis pas exigeant 😉 ) réalisé sur sa boutique Facebook (pas avec Facebook )

    Pour le moment je suis loin d’être convaincu sur l’utilité d’ouvrir une boutique sur Facebook

  3. Thomas Barbéra dit :

    Je dois avouer que je ne suis pas encore convaincu de la performance de l’achat directement dans Facebook.

    C’est bien pour ça qu’on a choisi de faire uniquement de la redirection vers la boutique dans l’application qu’on a développé.

    Cependant, ça reste une perspective intéressante à suivre. J’aurais du mal à trouver des données sur le CA réalisé par les grandes entreprises du e-commerce (La redoute etc…) mais j’imagine que l’on doit dépasser les 1000€/mois.

  4. Rom1 dit :

    On pourrait rajouter les PdM pour les « créateurs », telles que dawanda, alittlemarket etc.. Même si on tape dans du niche, elles marchent pas mal ces plateformes.

  5. Ivy2 dit :

    si un cybervendeur doit tout d’abord avoir un site e-commerce pour assurer ses ventes mais qu’il n’en ai pas capable de payer le prix qui change constament exemple le site priceminister. Il choisit donc de ce créer une page facebook afin d’éviter les coûts. Est -ce- que ses transactions sont légale ?

  6. Oui tout à fait, il n’y a aucune obligation légale à avoir un site pour vendre en ligne. Tant que tout est déclaré selon les normes en vigueur 😉

  7. Annuaire Français dit :

    J’ai pris en compte dans la V2 de l’Annuaire Français cette problématique de la vente sans nécessairement être obligé de posséder un site internet pour les petits commerçants. Il suffit d’être une entité déclarée officiellement sur le territoire Français.

    Pour le moment, seule une « vitrine » avec 8 articles (ou services) est autorisée, mais des articles apparaissent directement dans les résultats, et font aussi l’objet d’une page individuelle en supplément par produit ou service.

    Ce service permet aux petits établissement de s’essayer au e-commerce directement dans un outils de recherche , sans devoir sauter le pas d’un coup vers un site marchand.

    C’est aussi un outil d’approche attractif pour les agences web qui désirent aborder de petits clients locaux avec des offres complète a petit prix (7€/mois chez nous toutes les options, dont 50% reversé aux agences).

  8. Francesca dit :

    Bonjour,

    Si vous vous demandez comment trouver des produits qui se vendent bien, que vous recherchez des fournisseurs fiables, et surtout comment exploser vos ventes sur eBay, je vous invite à vous rendre ici : ~~pubpubpub~~

  9. utjesenovic fabien dit :

    bonjour
    tu parle des dizaine de market place etranger , mais je n’en trouve pas, notemment en europe , angleterre , allemagne espagne, pourrai tu men citer qq un
    merci

  10. FABIEN UTJESENOVIC dit :

    donc tu site des faux truc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Ebay offre les frais d’insertions

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Je viens de recevoir la newsletter d’Ebay comprenant une offre assez interressante qui viens encore renforcer la concurrence entre ebay , Priceminister et 2xmoinnscher. En effet après l’augmentation des tarifs de priceminister et la baisse des tarifs de 2xmoinsCher Ebay réplique en supprimant les frais d’insertion pour les 100 prochaines ventes par mois entre le 4 Juin au 31 Juillet 2010.

Vous pouvez trouver toutes les infos sur le site officiel d’ebay à l’adresse suivante : http://pages.ebay.fr/promos/summer10.html

Du coup je voulais en profiter pour mettre à jour mon comparateur de commissions afin de calculer les commissions de Ebay en même temps mais leur tableau et si compliqué que je vais devoir y passer un peu plus de temps donc ça attendra un peu, voici le tableau si vous en avez besoin :

Oui le tableau est simple pour une vente « classique » mais il y a plein de condition autour comme les options d’achat immédiat etc … Je pense que je ferait une première MAJ juste avec les frais classique en début de semaine prochaine.

Sinon je trouve ça bien que Ebay, Priceminister et Pixmania se battent à coup de baisse (ou hausse) de commissions. On peut clairement voir les 3 objectifs différents des sites :

  • Priceminister :  ils viennent de devenir N°1 en audience et cherchent donc à rentabiliser la plateforme (avant une introduction en bourse ?)
  • 2xmoinscher lui à besoin de croitre et profite donc de l’occasion pour monter en puissance en récupérant certains produits et vendeurs sur sa plateforme
  • Ebay lui à besoin de remonter la pente et d’éviter la descente aux enfers qui se programme et teste donc la réaction du marché à une baisse des marges.

Voici pour comparer les courbes de trafic des 3 sites d’après google trends for  website :

Qui va gagner d’après vous ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


2xmoinscher baisse ses tarifs et renforce sa compétitivité

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Je viens de recevoir un mail de la part de 2X moins cher qui répond à l’augmentation des tarifs de priceminister (voir l’article : http://www.info-ecommerce.fr/494/priceminister-augmente-ses-tarifs-pour-les-vendeurs-pro/boutique/ ) et je dois dire que j’adore ce genre de réponse , un peu provocative , c’est la réponse idéale pour se faire de la pub à petit prix 🙂 .

Voici le contenu du communiqué de presse :

2xmoinscher.com revoit sa grille tarifaire et renforce sa compétitivité

Un modèle plus avantageux pour les vendeurs comme pour les acheteurs

9 ans après sa création, 2xmoinscher.com fait évoluer son modèle économique avec la mise en place de nouvelles grilles tarifaires, plus avantageuses aussi bien pour les vendeurs que les acheteurs. Partant du constat que le marché de l’achat/vente est entré dans une phase de maturité, 2xmoinscher.com propose :


–         aux vendeurs la diminution des commissions et des reversements plus rapides

–         aux acheteurs, des frais de port facturés au prix réel, la livraison via Mondial Relay offerte pour les produits culturels et les produits supérieurs à 300 € ainsi que la suppression des frais de gestion.

Des transactions moins chères pour les vendeurs

Dans un marché très concurrentiel, les vendeurs, qu’ils soient particuliers ou professionnels, cherchent à maximiser les gains issus de leurs ventes, et donc à limiter les prélèvements sur leurs transactions. 2xmoinscher.com répond aujourd’hui pleinement à cette demande grâce à :

–    la suppression de la commission sur les frais de port,

–    la diminution des commissions prélevées par 2xmoinscher.com (cf. ci-dessous) sur les tranches de prix les plus basses,

– la simplification du calcul de reversement en appliquant un pourcentage unique sur le prix de vente total au lieu de décomposer celui-ci et d’appliquer un pourcentage sur différentes tranches du prix,

–    des gains reversés aux vendeurs sous 2 semaines au plus tard (4 auparavant).

Des prix réduits pour les acheteurs

Qu’ils soient débutants ou confirmés dans l’achat sur le web, les internautes ont besoin d’une information claire sur la somme réelle qu’ils devront débourser pour leur achat. Face à une impression de nébuleuse des coûts cachés sur les sites d’achat/vente (frais de gestion acheteur, frais de port avancés et remboursés, participation aux frais de gestion, calcul complexe par tranche), 2xmoinscher.com a voulu se distinguer en pratiquant une transparence totale :

–    Frais de port calculés au coût réel afin d’éviter des surfacturations.

–    Suppression des frais de gestion et instauration d’une « garantie sérénité » optionnelle pour permettre aux acheteurs qui veulent un niveau maximal de service d’être rassurés et à ceux qui n’en ont pas besoin de faire des économies.

–    Livraison offerte pour tous les produits culturels (Jeux Vidéo, Livres, DVD, CD) de moins de 65 euros et pour tous les produits de plus de 300 euros via Mondial Relay.

–    Diminution prévisible du prix final sur de nombreux produits du fait de la diminution des frais vendeurs et du changement de la base de calcul des commissions.

Paul Choppin de Janvry, Porte-parole du site : « Le changement de nos grilles tarifaires représente une étape fondamentale pour nous. Pionnier de l’achat/vente sur Internet, nous avons observé la très forte évolution des besoins de nos clients : connaissant mieux le système, ils veulent payer encore moins cher et surtout, choisir en toute transparence le niveau de services pour lequel ils sont prêts à payer. Nous pensons que ce nouveau système peut créer un cercle vertueux, les vendeurs étant incités à répercuter une partie des économies réalisées sur leur prix de ventes ».

Un site tiers de confiance s’adaptant aux besoins des internautes

Si l’acheteur a souscrit à l’option sérénité, une fois la commande traitée il dispose d’un délai de 2 semaines pour signaler à 2xmoinscher.com tout problème la concernant. 2xmoinscher.com se charge de régler directement le problème avec le vendeur. L’option sérénité couvre la livraison, le mode d’envoi, l’état du produit reçu, la conformité du produit reçu par rapport à l’annonce du vendeur, les frais de retour d’une commande en cas de remboursement.

Prix de l’objet acheté avec la Garantie sérénité sans la Garantie sérénité
Entre 0 euros et 24,99 Euros 1 Euro 0 Euro
Entre 25 et 299,9 Euros 2 Euros 0 Euro
Supérieur à 300 Euros 5 Euros 0 Euro

Exemple :

Ainsi, avec le changement de grille tarifaire, pour un jeu vidéo d’une valeur de 14,50€ (prix de vente) et des frais de port de 3€,

avant : (14.50€+3€)*15% (commission variable) + 0.75€ (commission fixe) = 3.37€

après : 14.50*15% (commission variable) = 2.17€

Le vendeur gagne donc 1.20€ de plus.

Cécilia Gheerbrant, Directrice du Service Client précise « Nous continuons d’assumer notre rôle historique de Tiers de confiance, les services de sécurisation « gratuits » de2xmoinscher.com étant déjà très nombreux. Nous assurons ainsi toujours systématiquement la garantie contre la contrefaçon, la gestion des transactions bancaires, les recours possibles en cas de non réception d’un produit livré via Mondial Relay et l’exercice du droit de rétractation, même sans que l’acheteur ait souscrit la garantie optionnelle. Mais avec cette option, nous laissons aux acheteurs le choix de décider s’ils veulent l’aide d’un accompagnement personnalisé de notre part ».

A propos de 2xmoinscher.com

Créé en mars 2001, le site 2xmoinscher.com s’est positionné dès ses origines comme un acteur de l’achat/vente résolument orienté sur les attentes réelles des consommateurs en proposant toujours plus d’innovations pour faciliter et sécuriser le déroulement des transactions commerciales entre internautes. Pionnier dans le secteur du CtoC, 2xmoinscher.com est aujourd’hui un site majeur d’achat/vente de produits neufs et d’occasion et compte plus de 2 millions de membres. 2xmoinscher.com a rejoint le groupe 3 Suisses International en juillet 2006.

C’est donc une réponse direct à l’augmentation des tarifs de Priceminister et de l’instauration d’un prélèvement de 19,99 € par mois . Je trouve ça bizarre que le communiqué de presse n’insiste pas dessus , ils auraient largement pu préciser que leur offre reste sans abonnement chez eux 🙂 .

Ceci dit même si l’occasion était trop belle pour 2X moins cher il n’en reste pas moins que c’est presque une remise àniveau ce changement tarifaire. Par exemple chez PM (Priceminister) les reversements ont lieux déjà tous les 15 jours depuis aussi longtemps que je me souviens.

Voici donc les comparaisons de grilles tarifaires des 2 acteurs :

Nouvelle grille de Priceminister :

Une partie variable calculée par tranches :

– 1% du prix sur la tranche au-delà de 500 euros
– 5% du prix sur la tranche entre 300 et 500 euros
– 10% du prix sur la tranche entre 100 et 300 euros
– 15% du prix sur les 100 premiers euros

Une partie fixe :

– 0,40 euros si le prix est inférieur à 5 euros
– 0,90 euros si le prix est compris entre 5 et 10 euros
– 1,35 euros si le prix est compris entre 10 et 15 euros
– 1,90 euros si le prix est supérieur à 15 euros

+ 19,99 € HT par mois

Voici la grille de 2X moins cher :

Du coup j’ai developpé un petit script pour savoir si c’est Priceminister ou 2X moins cher qui est le plus intéressant :

http://www.info-ecommerce.fr/outils/comparateur.php

N’hésitez pas à le tester et à me dire comment l’améliorer (attention les yeux y’a pas de graphisme hein… )

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “2xmoinscher baisse ses tarifs et renforce sa compétitivité”

  1. Annuaire Ecommerce dit :

    Ils ont TOUT compris. Le prix, y a que ça.

  2. bgaillat dit :

    C’est vrai que pour nous les E-commerçants plus c’est bas mieux c’est 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.