Tag : google

Google est le principal moteur de recherche sur Internet. Google représente en France plus de 90% des recherches effectuées sur le web. Lancé en 1998 par deux étudiants le moteur de recherche Google à bien changer et est désormais une entreprise planétaire avec plusieurs milliers d’employés et des revenues en milliards de dollars. Google à développé toute une série de services, Google Adwords, Google Analytics, Google Maps, Google actualité pour ne citer que les plus connus.


Impact du temps du chargement sur l’indexation des pages par Google

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Une image valant mieux qu’un long discours voici en une image l’impact du temps de chargement des pages sur le crawl du site par Google

temps-de-chargement

 

Les stats sont celles d’info-ecommerce qui a , comme indiqué dans mon edito du 7 février, changé d’hébergement pour être sur son propre serveur chez 772424.com . On peut voir que le temps de chargement des pages a presque été divisé par trois et que cela a boosté le crawl du googlebot par quatre pendant une petite journée pour se stabiliser vers du fois deux sur les jours d’après.

On va voir si la tendance continue mais l’impact entre vitesse de chargement des pages et crawl me semble plus que prouvé avec ce graphique. Profitez en pour simplifier vos pages , les internautes aussi aiment quand le site répond vite 😉

[ EDIT 14/02/13 à 17H48 ]

Un ecommerçant sous prestashop viens de me transmettre cette image pour confirmer la corrélation , il a augmenté la mémoire du serveur et supprimé les stats prestashop :

crawl-prestashop
[/EDIT]
Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

11 Commentaires

11 réponses à “Impact du temps du chargement sur l’indexation des pages par Google”

  1. C’est ce que je constate également. Et, ne pas hésiter à exclure les contenus qui ne servent à rien avec le robot magique 😉

  2. Thomas Demont dit :

    Woo les courbes sont impressionnantes ! Moi qui ai un problème avec le temps de chargement des pages ça va encore me pousser à faire des changements pour améliorer ça !

  3. Livre d'or mariage dit :

    Oh oui c’est impressionnant ! Je vais de ce pas aller voir mon GWT 🙂
    Merci pour l’article !

  4. Tu as vu un impact réel grâce à l’utilisation du robot.txt ?
    PS : tu as de la chance que j’taime bien, ton ancre passe la modération M. jumelles :p

  5. Cobolian dit :

    Tu nous donne les temps avant/aprés ?

    Sinon pour info après un moment ça se tasse, y a Google qui s’affole au début, puis il se calme quand il y a peu de pages qui changent. Par contre sur un gros gros site, c’est miam miam.

  6. On passe de 1,7 seconde à 0,6 secondes (environ). Oui j’imagine que ça va se tasser car les pages du blog ne changent pas tous les jours mais sur un site de news (ou ecommerce) c’est crucial en fin de compte …

  7. Jumelles discount dit :

    Oui, plus tu filtre, plus tu vas axer sur des pages quali et plus Google va revenir. Ce n’est pas forcément proportionnel à ton nombre pages. C’est ce que j’ai remarqué. Tu le garde pour toi évidemment 😉

  8. Jguiss dit :

    Ah oui quand même c’est pas mal ! Après si un site est déjà bien indexé et qu’il n’y a pas beaucoup de nouveautés le crawl ne sert pas à grand chose… ce qui n’est pas le cas de ce site 🙂 Je parle du deuxième point évidemment…

  9. Michel dit :

    Petite donnée supplémentaire à propos du crawl et de la perf : http://tinyurl.com/bk88m8e

    JM Tassetto disait à Toulon que l’expérience user était fondamentale et qu’il fallait à tout prix s’en soucier. Combien de webmasters suivront son excellent conseil surtout quand on voit vos données ?

  10. Mathias dit :

    Bonjour à tous !

    Je constate la même chose pour mon site. Une baisse du temps de chargement depuis la mi-janvier.

    Conséquences :

    – Augmentation du nombre de Kilo-octets téléchargés par jour
    – Augmentation du nombre de Pages explorées par jour
    – Augmentation du trafic réalisé via les moteurs de recherche.

    Par contre, pas de modification apportée avant cette période, je vais creuser pour expliquer cette observation.

  11. stephane dit :

    Je confirme, c’est le genre de courbe qu’on a constaté plusieurs fois chez RueDuCommerce !
    C’est impressionnant mais il faut bien garder à l’esprit que plus de pages crawlées, ce n’est pas automatiquement un meilleur référencement …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Afficher votre logo et vos news lorsqu’on cherche votre marque sur Google

par Romain Boyer - Il y a 5 ans

Daniel Broche, l’éminent patron de Discounteo, a publié début août une news qui mérite d’être vue par tous, je me permets donc de la reprendre et d’insister là-dessus.

Si vous voulez faire apparaître votre logo, une petite description de votre marque, et des news récentes (typiquement vos opérations commerciales en cours), tout ce que vous avez à faire est de créer une page marque sur Google Plus et l’alimenter régulièrement en news.

Si votre dernière news est trop ancienne, cet encart n’apparaît plus et vous en perdez tout le bénéfice.

Google a donc trouvé le moyen de vous obliger à poster des news sur son réseau social car c’est un vrai plus d’avoir cet encart pour informer les gens qui vous cherchent de ce qu’il y a de neuf, avant même qu’ils ne cliquent, en plus d’améliorer encore votre image de marque et rendre plus sexy votre porte d’entrée comme certains le font IRL.

Comme Daniel n’a pas posté de news suffisamment récemment, Discounteo n’a plus l’encart qui s’affiche, c’est pourquoi j’ai repris Spartoo pour l’exemple.

Rappelez-vous de l’impact du SMO (Social Media Optimization) sur le SEO en plus…

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

4 Commentaires

4 réponses à “Afficher votre logo et vos news lorsqu’on cherche votre marque sur Google”

  1. médaille chien dit :

    Excellente information, je m’empresse de faire le nécessaire !

  2. Dominique dit :

    Merci pour l’info, une idée du délai de validation par Google ?

  3. Rédaction Web dit :

    Bonjour, Romain
    Excellent article comme d’habitude, mais cette technique est-elle suffisante pour obtenir un résultat? Est ce que tu pourrais développer un peu plus?
    Alexandra

  4. Romain BOYER dit :

    Bonjour Alexandra,

    Développer plus, c’est compliqué, il faut aller voir les sources que j’ai mises notamment mais on ne peut pas dire grand chose de plus.

    Cette technique a elle seule peut produire des résultats comme on l’a vu dans les tests mais il ne faut surtout pas s’arrêter à ça, c’est le cumul de toutes les méthodes qui donne des résultats.

    A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Résultats de Google, ce qui va changer pour votre e-commerce

par Romain Boyer - Il y a 5 ans

Deux annonces qui me paraissent majeures ces derniers jours.

La première concerne la réduction d’un grand nombre de page à 7 résultats au lieu des 10 habituels sur Google.

La deuxième concerne le brevet de Google qui fait grand bruit, par rapport à l’évolution des positions.

Je pensais que ça pourrait vous intéresser.

Réduction du nombre de résultats par page sur Google

Alors là, je suis pas à l’aise, mais pas du tout. Voici l’objet du crime :

Source des graphiques et de la news : SeoMoz

On constate ici que la grande tendance du moment est de faire qu’une page sur cinq soit une page à 7 résultats seulement. Dans beaucoup de cas, cela se fait pour des pages de marques, où les premiers sites sont considérés comme très pertinents sur le sujet. Exemple pour mon site « 52 Sorties » (auto-promo, désolé..)

Il est clair que Google y a un grand intérêt puisque si vous êtes relégué, vous serez un peu plus obligés de compenser par des Adwords.

Là encore, on se rend bien compte que Google est bien une société à but lucratif et qu’il est dangereux de mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Demain, comme aujourd’hui, je vous conseillerai de diversifier autant que possible vos sources, et d’en profiter pour apparaître de plus en plus où se trouvent vos consommateurs (réseaux sociaux, sites divers et variés, retargeting,…) Rendez-vous le moins dépendant possible à Google.

Entre temps, pour optimiser votre positionnement, vous avez ici 40 conseils pour optimiser le SEO de votre e-commerce.

Le fameux brevet de Google qui fait du bruit

ça ne méritait pas forcément tout un article, mais il est bon de connaître les derniers brevets de Google pour mieux appréhender la façon dont on doit travailler son positionnement.

La grande mode en ce moment pour Google est de faire peur. De dire des choses du genre « si vous travaillez votre référencement, ça pourrait vous coûter cher« . Ce qui est totalement stupide puisque c’est quand même un métier à part entière de bien faire.

Ce qu’ils veulent dire par là est en fait : « respectez les standards, soyez logiques et ne vous préoccupez de rien, tout se fera naturellement« .  Principe de bon sens puisqu’effectivement, on sait que le SEO va bien si votre structure est bonne, que vous avez un bon maillage interne, que vous nommez correctement vos pages (de façon logique et recherchée par les gens), et que vous avez régulièrement de bons et nombreux liens entrants.

Le dernier brevet de Google vient donc avec pour ultime objectif de brouiller les pistes, de faire en sorte que vous ne puissiez déceler si tel impact sur le positionnement vient de telle ou telle action de votre part.

Pour cela, ils ont imaginé une évolution de la position dans le temps pour aller de votre ancienne position à celle que Google veut vous attribuer, avec une éventuelle baisse temporaire, puis une montée, puis une redescente dans le cas d’une évolution positive.

De façon très visuelle, ça donne ça en temps normal :

 

et ça donne ça après

 

Source : http://www.webrankinfo.com/dossiers/r-et-d/brevet-ranking-documents

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

3 Commentaires

3 réponses à “Résultats de Google, ce qui va changer pour votre e-commerce”

  1. médaille chien dit :

    En effet, c’est un élément très important pour nos e-commerce !

    Google fait beaucoup parler de lui depuis Panda déjà, je m’attend au jour où la première page sera dédié UNIQUEMENT aux adwords….. quand on passe beaucoup de temps sur son référencement naturel, y’a de quoi s’énerver.

  2. Rédaction Web dit :

    Excellent billet comme toujours,

    Maintenant rien ne sert de paniquer, le tout est de savoir esquiver;)
    Comme tu le dis toi même dans ton article tout se fera naturellement! Suis-je un peu trop optimiste? Ce n’est pas grave mieux vaut l’être!

    A bientôt

    Alexandra

  3. gilles dit :

    et la prochaine nouveauté chez Google est de rendre payant Google shopping pour faire encore plus de dollars ! bientôt plus rien de naturel dans les résultats de recherche, presque que des résultats payants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Liste des acquisitions de Google dans le monde

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Je suis (re) tombé sur cette infographie reprenant la liste des sociétés achetées par Google il y a pas longtemps et même si elle date de 2011 il y a quelque chose qui m’a choqué en regardant de plus près. Vous allez trouver ? Réponse en dessous de l’infographie.

Vous avez trouvé ? Et oui il n’y a aucune entreprise française parmi les 102 acquisitions de sociétés réalisé par Google ces dernières années. Part de marché : 0 % . La plus grosses boite à rachat de sociétés de ces 10 dernières années n’a jamais payé un centime une boite française.

Quelles conclusions en tirer ? Il n’y a pas d’innovations en France ? On ne dépose pas assez de brevets ? On ne travaille pas assez le secteur de la pub ou de la recherche ? Peut être un peu tout ça à la fois mais avouez que c’est dommage, surtout quand on voit les chiffres de monopole part de marché de google en France : plus de 90% et les sommes dépensées à chaque rachat d’entreprise.

Et si Google devez racheter une boite française qui serait l’heureuse élue ? Je mise sur Criteo pour plusieurs raisons :

  • C’est une entreprise globale
  • Elle agit dans le secteur de la pub
  • La boite à été fondée par des français mais est basée aux US maintenant
  • Elle est intégrée dans l’écosystème du web/startups US et est donc visible par Google.
  • C’est une boite techno qui connait une forte croissance

A part eux je ne vois pas trop qui pourrait se faire racheter par Google, peut être une boite spécialisé dans les webanalytics mais il faudrait un outil au top et cohérent dans l’écosystème Google Analytics.

La liste précises des entreprises déjà rachetées par Google est disponible sur Wikipédia. En ecommerce j’avais déjà fait une liste des entreprises rachetées par Amazon, il y a en a un paquet mais je ne pense pas qu’il y ait de boite française non plus.

Et vous que pensez vous de ces rachats ? Des idées de startups française que Google aurait en vue ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “Liste des acquisitions de Google dans le monde”

  1. herbertwest dit :

    Les seules « grosses » entreprises françaises HIGH-TECH, qui me semblent renconnues et me venant à l’esprit me semblent en effet restreintes.
    – Criteo
    – DailyMotion
    – Viadeo

    J’en oublie peut être 1-2, mais je penses malheureusement qu’il n’y en a guère plus…

    Au niveau logiciel, il y a VLC, reconnu mondialement…

  2. Pour Criteo on est d’accord en effet c’est une belle cible cohérente avec Google. Pour Dailymotion cela me semble difficile vu que Orange va racheter les 50% manquants. Viadeo ne me semble pas être dans la cible de Google et à la limite je pense que Google serait plus intéressé par Linkedin non ?

    VLC est peut être une bonne opportunité mais ça manque de brevets, aucune raison (a priori) de rachat par google (pas de protection, de clientèle particulière) Sauf peut être à transformer VLC avec un écosystème type Itunes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Améliorer ses urls pour un meilleur tracking analytics

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

La semaine dernière je vous ai proposé une petite astuce pour améliorer votre campagne Google Adwords, cette semaine ce sera sur Google Analytics, outil indispensable du e-commerçant. Petit rappel, si Google Analytics ne vous convient pas vous pouvez toujours jeter un coup d’oeil à 5 autres solutions de web analytics.

Aujourd’hui donc nous allons nous concentrer sur l’analyse des pages sur votre site ecommerce et comment, de façon très simple vous allez pouvoir mieux comprendre ce qui se passe entre vos pages catégories, produits, votre homepage et votre tunnel de conversion. Tout se passe au niveau de vos urls, si vous n’avez pas customisées/ adaptées vous devez vous retrouver avec un listing des pages consultées de ce type :

detail des pages sur google analytics

Vous obtenez donc un listing des pages les plus consultées de votre site avec le nombre de consultations, le temps passé, le taux de rebond etc … Cependant il est impossible de filtrer par type de page. Sur un site E-commerce vous avez plusieurs pages différentes :

  • La homepage
  • Les pages catégories
  • Les pages produits
  • Le tunnel de commande
  • Les pages de contenu
  • Les pages « légales » : CGV, livraison etc…

Hors sans customisation il n’est pas possible de trier les pages catégories par taux de rebond par exemple, encore moins d’analyser quelles sont les pages produits les moins performantes sans qu’elle ne soient mélangés avec les autres pages du site.

Il suffit donc de créer un plan de structure d’url, de préférence lors de la création ou de la refonte de votre site e-commerce, en prévoyant de séparer ces urls avec un élément permettant de les identifier instantanément. Pour la homepage ce n’est pas la peine vous n’en avez qu’une, vous pouvez la filtrer directement.

Pour les autres pages nous allons ajouter dans l’url un caractère permettant de les reconnaître :

Type de page indicateur
Les pages catégories /c/
Les pages produits /p/
Le tunnel de commande /t/
Les pages de contenu /a/
Les pages « légales » /i/
Les landing pages /l/

Notre : l’indicateur est libre bien sûr, je le préfère court mais l’important c’est qu’il vous parle et qu’il soit unique pour chaque type de page. L’url d’une de vos pages produit deviendra donc http://www.monsite.com/p/produit-super-interessant.html ce qui vous permettra de les regrouper très facilement dans Google Analytics et donc de pouvoir les comparer et améliorer les gabarits de vos pages par exemple.

Un exemple avec les catégories  sur info-ecommerce :

On peut voir que la consultation des catégories ne représente que 10% des consultations de page du site, après analyse de ces chiffres je peux vous confirmer qu’elles font bien leur boulot à savoir rediriger du trafic vers les différents articles du site. Pour obtenir ce rapport j’ai juste filtrer les pages pour n’afficher que celles contenant le préfixe « category ».

Ce rapport est vraiment très utile pour comprendre le comportement des internautes sur votre site et analyser la performance des différents type de page.

Si vous avez d’autres astuces pour Google Analytics (ou autre) n’hésitez pas à les signaler dans les commentaires !

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

8 Commentaires

8 réponses à “Améliorer ses urls pour un meilleur tracking analytics”

  1. Romain BOYER dit :

    Il faut préciser que ceci se fait des plus simplement au niveau technique :

    vous placez ceci sur une page, quelque soit son URL :
    _gaq.push([‘_trackPageview’, ‘/c/macategorie’]);
    et c’est /c/macategorie qui sera prise en compte et traquée, pas l’url d’origine.

  2. Ca me semble plus simple de faire une structure d’url adaptée dès le départ que de modifier les urls dans le script de Google Analytics non ?

  3. Florian Giudicelli dit :

    Merci Benoît pour cette astuce Google Analytics. C’est toujours plus agréable de travailler avec des noms de pages propres.

    Si la structure de base des URL le permet, on peut aussi utiliser les filtres pour remettre de l’ordre sans toucher au code. Voici pour info un exemple de Peter Oneil avec un site ecommerce anglais : http://www.l3analytics.com/2011/10/31/ga-flash-audit-joy/

  4. Merci pour ce tips !
    En effet, les pages listés de base sont difficilement analysable, j’ai même parfois des id de sessions…
    J’ai recommandé cela à mon équipe technique mais j’ai parfois le retour que modifier le script GA de chaque page d’un site qui en comprend des milliers n’est pas possible, selon les CMS, les arbo … Il y a t-il un moyen d’apporter cette finesse de tracking sans faire une repasse sur toutes les pages?

    V

  5. Tu peux modifier le script en insérant des variables en PHP dedans. Si tu as moyen en PHP de récupérer le type de page tout est ok, dans les CMS c’est généralement possible de détecter le gabarit de page utilisé.

  6. David dit :

    Merci pour l’astuce… 😉

  7. Merci pour cette astuce.
    Idem, merci à Romain BOYER pour cette autre petite astuce qui évite de reprendre l’ensemble des URL en cas de site existant ou si aucune modification ne peut être effectuée sur les URL (surtout si liens sur les pages).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Les plus gros budgets Adwords au monde

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Après avoir écrit mon article de lundi sur une astuce adwords j’ai effectué quelques recherches pour savoir qui était les principaux clients de Google Adwords et qui pouvait être dans le top des plus gros budgets. J’ai eu pas mal de chance puisque je suis tombé sur l’infographie , voir ci dessous, qui détaille de façon assez précise les meilleurs clients de Adwords en fonction de leurs activités.
Malheuresement il est difficile de voir le poids au global des sites E-commerce à cause de l’éclaement des données par secteur. De plus on peut voir que le top des clients dépense aux alentours de 50 millions de $ par an, ce qui n’est pas beaucoup pour un site comme Amazon qui avoisine les 34 milliards de dollars, cela représenterait seulement 0.15% de son CA ?

En continuant mes recherches j’ai trouvé plusieurs sources indiquant que certains budgets Google Adwords sont supérieurs à 175 millions de dollars par an et que celui d’amazon serait de 120 millions par an [Source]. Si vous ne connaissez pas IAC c’est l’entreprise qui possède Ask.com, Match.com, Vimeo etc… le budget est donc crédible.

 

Bref, il est normal de ne pas pouvoir connaitre précisément les budgets Adwords de tout le monde mais au moins cela donne une fourchette budgétaire intéressante.

Et les plus gros budget Adwords pour la France ?

D’après un article de Watussi le plus gros budget français de Adwords serait Orange avec 2.5 millions de dollars par an [update] mois[/update] de dépenses. Pour estimer ces chiffres Jean-Benoît,de Watussi, à analysé les stats de SEMRush c’est très bien trouvé !

  • Google.fr (2M687)
  • Orange.fr (2M566)
  • Prixmoinscher.com (1M782)
  • Booking.com (890k)
  • Esprit.fr (840k)
  • Ebay.fr (629k)
  • Ask.com (357k)
  • Amazon.fr (263k)
  • Groupon.fr (259k)
  • Cdiscount.com (190k)
  • Brandalley.fr (174k)
  • Mediatis.fr (154k)
  • Shopzilla.fr (151k)
  • Meilleurtaux.com (137k)
  • Tripadvisor.fr (137k)
  • Promovacances.com (132k)
  • Laredoute.fr (131k)
  • Lacentrale.fr (124k)
  • Sfr.fr (113k)
  • Lefigaro.fr (106k)
[Update au 5 mars 2012]
Attention ces chiffres sont tous sauf officiel ! Oui ce ne sont surement pas « les bons » par contre ils peuvent donner une idée des plus gros annonceurs et bien sûr si vous avez des infos permettant de les corréler ou de les justifier je suis preneur. Je reste à l’affût de nouvelle source d’informations et je mettrai à jour cette liste dès que possible 🙂
[/update]

Infographie sur les plus gros budgets Adwords au monde

 

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

14 Commentaires

14 réponses à “Les plus gros budgets Adwords au monde”

  1. Samuel dit :

    Merci pour toutes ces infos, il est toujours intéressant de voir les plus gros budgets en matière de SEM!

  2. Daniel dit :

    les montants pour la France sont totalement pipo ou alors c’est des estimations de dépenses par mois et pas par an…

  3. Pour être honnête même pour les montants US je trouve les dépenses assez faibles dans ces chiffres.

  4. MattGaltie dit :

    Ce classement traduirait il les faiblesses de certains sites en matière de SEO ?? ex Esprit qui depense plus de 70 K€ par mois:

  5. JY dit :

    Je confirme pour la France, ce ne sont probablement pas des chiffres annuels.

  6. Phil dit :

    Les chiffres sont peux cohérents ou alors je gère des budgets d’entreprises qui annoncent plus que Le Figaro et autres pour leur activités respectives ???
    J’y crois pas vraiment….

  7. Julien dit :

    Oui les budgets français sont pas du tout cohérent de façon annuelle.
    Pour les US j’ai pas idée mais ça semble plus juste.

    En tout cas c’est impressionnant !!!

  8. David dit :

    je trouve ces chiffres peu concluants…

  9. Olivierb dit :

    Ouarf, je dépense plus par mois que Cdiscount par an ? Je déconne à peine…

  10. François dit :

    Orange 20X+ que SFR ? Bizarre…

  11. Florian dit :

    Ça parle d’AdWords, je suis obligé d’intervenir 😉

    Si l’objectif de l’article est louable, je confirme l’absurdité des chiffres sortis de SEM Rush pour le marché français…

    La Redoute qui ne dépenserait que 131 000 €/an sur AdWords ? Cdiscount à 190 000€/an ? Ces chiffres sont bien entendus sous valorisés de façon extrême, et ne représentent rien… Pour connaître les vrais chiffres de certains cités !

    Bon benoit tu n’es pas à plaindre, c’est Watussi sur le coup… Attention à vérifier ses sources, c’est comme du journalisme ! Voilà comment sa crédibilité peut en prendre un coup 🙂

    Amicalement

    Florian

  12. Florian dit :

    Benoit, je viens de remarquer que dans son article, Watussi parle de budgets Mensuels et non annuels…
    Si tu peux corriger la coquille ! 🙂 Ce qui rend les chiffres, un peu plus réalistes 😉

  13. J’ai mis à jour l’article , merci Florian. Cependant je pense que ces chiffres sont un peu comme Alexa, il faut se méfier de la « valeur absolue » mais cela peut donner une idée du niveau.
    Si je peux coupler ça avec d’autres données de chez Adwords je le ferai mais il faut bien se rendre compte que les chiffres de Google Adwords sont assez confidentiels 😉

  14. labisse dit :

    Voila… je cherchais ces chiffres aujourd’hui c’est toujours instructif et si on compare 2011 – 2012 et les extraits que j’ai pour 2013 cela ne bouge pas beaucoup, GG gagne vraiment un fortune… et nous des clopinettes 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Le guide complet du débutant en web-marketing

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Si vous débutez en marketing online vous devez absolument imprimer cette infographie et en faire la base de votre stratégie d’acquisition client. Cette infographie présente un programme pour développer votre stratégie marketing sur les axes suivants :

  • L’email marketing
  • La génération de leads
  • Le social media marketing
  • Les campagnes CPC (type adwords)
  • La recherche organique (Type Google)
  • Le content marketing (Blog etc…)
  • Le web analytics

Autrement dit, l’essentiel des canaux d’acquisition clients que l’on peut développer au début de son site E-commerce.

Certes les remarques et propositions sont ultra classiques c’est justement le point fort de cette infographie : reprendre les bases du webmarketing pour votre site. Le principal avantage étant que tout est structuré dans un ordre logique, précis et constructif ! Il n’y a plus qu’à dérouler.

C’est un vrai plan marketing de base pour bien démarrer votre activité en ligne, il est bien sûr à adapter pour correspondre correctement à votre business mais le suivi hebdomadaire peut vous être très utile pour savoir si vous avancez à bon rythme ou non.

Créer son plan marketing web est en effet indispensable pour pouvoir acquérir du trafic et développer votre site.

L’infographie est un peu lourde (2.3Méga) mais peut être téléchargée ici même au format PNG.

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Le YouTube commerce arrive bientot

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Google vient de présenter une grosse nouveauté pour YouTube en annonçant la possibilité d’ici quelques semaines d’ouvrir un « corner shop » pour les artistes sur leur page Youtube. Avec 3 milliards de vidéos vues par jours et 800 millions de visiteurs / mois, dont un grand nombre de clips vidéos, de concerts etc… cela pourrait bien transformer radicalement le paysage du e-commerce musical mondial.

Il est certain que YouTube représente un potentiel énorme pour le e-commerce avec son trafic absolument fantastique. Concrètement la fonction « Merch Store » va permettre aux artistes, de vendre des produits dérivés (T-shirt, posters et tout le merchandising classique en musique), du contenu téléchargeable, des places de concerts. Google va évidement prendre une commission en échange pour traiter les flux de commandes.

Les Merch Store YouTube ainsi crées devraient ressembler à ça

La grille des commissions n’ayant pas été encore diffusée il est difficile de savoir si l’opération commerciale est destinée à remplir les caisse de YouTube ou de concurrencer directement Apple et son Itunes Store. A mon avis plus les commission seront basse plus la volonté de google sera de saper Itunes. On peut par contre voir les petits bouton Google+1 un peu partout sur les fiches produits, on n’est jamais aussi bien servi que par soi même 🙂

A quand une chaîne de Télé-Achat ?

C’est encore un pas de plus de Google vers le E-commerce, et ils commencent à être nombreux ces derniers temps, mais cela ne va pas encore assez loin je pense. Il est à mon avis possible de booster très largement la partie e-commerce de Youtube en proposant un système de merchandising produits « in video » ou en créant des chaines de téléachat.

Pouvoir créer une vidéo présentant une collection et comportant des liens (affiliation ou non) vers votre site marchand ou même vers un système de checkout intégré permettrait de transformer YouTube en méga marketplace.

Présenter les produits en vidéo permet souvent d’éliminer un grand nombre de barrières de l’e commerce et permet aux clients de s’approprier le produit le plus facilement, les taux de conversion devrait y être bons 😉

Avez vous des retours sur la présentation de vos produits sur Youtube ? Avez vous déjà réussi à intéresser des acheteurs avec ce canal ?
Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “Le YouTube commerce arrive bientot”

  1. Franck dit :

    T’a oublié de dire que google allait en plus de posters et des t-shirt proposer des boites à savons ! Serais-ce l’ultime « goodies » pour 2012 ? Si c’est la cas j’ai de quoi mettre des trucs dedans 😉

  2. Tu es un vrai visionnaire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Rien à voir l’ergonomie avec le SEO ? Pas si sûr…

par Romain Boyer - Il y a 6 ans

Locita publiait en fin de semaine un article qui m’a fait bondir au premier abord : « ergonomie et référencement naturel font bon ménage ». Hein ? vous voulez dire « accessibilité et réferencement naturel font bon ménage » pensai-je aussitôt, comme puriste que je suis.

Alors, de suite les experts SEO bondissent : « l’ergonomie et le référencement naturel font rarement bon ménage » répond axe-net.fr.

Entre ces deux extrêmes, et en réfléchissant bien aux corrélations, j’aimerais apporter une nuance qui me semble importante, avec beaucoup de retenue car les certitudes ne sont pas là, à ce que je sais.

Réflexion en plusieurs étapes :

  1. Lorsque l’on souhaite acheter et qu’on arrive sur un site qui n’inspire pas confiance, ou sur lequel on ne trouve pas l’information que l’on souhaite (en gros : qui a une mauvaise ergonomie), on repart d’où on vient, souvent à Google donc.
  2. Il est de notoriété courante que Google semble tenir compte du taux de rebond pour le positionnement, en tout cas sur les résultats concurrentiels
    1. Je ne crois pas qu’il y ait eu d’info directe de Google a cet égard mais
    2. Google attire sans cesse l’attention sur ce facteur important (taux de rebond dans Google Analytics, dans ses posts, etc.)
    3. Google traque les allées / venues depuis les résultats de recherche (il suffit de regarder les liens des résultats) et définit probablement ses propres taux de rebond (sans regarder dans les stats Google Analytics évidemment, parce que 1. don’t be evil et surtout 2. ça se trafique facilement, en mettant deux fois le marqueur par exemple)
    4. Des blogs ont constaté ça et et là des corrélations directes amusantes
    5. Google aurait bien tord (oserais-je le « Google serait bien con ») de ne pas tenir compte de cet aspect essentiel : en effet, si vous allez sur un résultat, et que vous en revenez au bout de quelques temps pour aller sur un autre résultat, c’est peut-être que la page ne correspondait pas à votre recherche ?
  3. Donc pour moi, il est possible qu’il y ait une relation presque directe.

Limite au point 2.5 : il est compliqué pour Google de discerner les utilisateurs qui ouvrent plusieurs résultats à la fois de ceux qui ouvrent un résultat, en reviennent puis vont à un autre. Mais Google étant expert sur les comportements d’utilisateurs, il y a fort à parier qu’il en tient compte dans une certaine mesure.

Conclusion

Conclusion, tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien ; je suis preneur de toutes les études faites à ce sujet, n’hésitez pas à en faire mention dans les commentaires. J’aimerais cependant nuancer tout ce qui a été dit jusque là avec cette réflexion qui vaut ce qu’elle vaut, mais qui n’est pas à rejeter car Google est à mon avis tout à fait en capacité de discerner cela.

En gros, pour moi, Google en tien compte et dans tous les cas. Mais de toute façon on s’en fout, si on veut être efficace, il faut une bonne ergonomie et puis c’est tout.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

6 Commentaires

6 réponses à “Rien à voir l’ergonomie avec le SEO ? Pas si sûr…”

  1. J’ai la même conclusion que vous « tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien ». Chaque cas est particulier.

    Certains site ont des taux de rebond énormes et se classent très bien (normal, les gens viennent chercher une fiche technique, la trouvent et repartent 3 secondes après).
    Pour d’autres c’est différent. Sans doute car Google compare les taux de rebonds et les croise à d’autres paramètres.

    En revanche, je confirme que l’ergonomie est une matière très différente du SEO.
    Une personne butée sur le SEO sera rarement bon en ergonomie, et vice et versa. Manier les deux reste possible en ayant avant tout des objectifs de transformation.

    ps : merci de vous être interessé à mon article 🙂

  2. Sylvain dit :

    Un petit complément. Matt Cutts à dit au SMX en 2010 : « To the best of my knowledge, we do not use bounce rate in our web rankings. »
    Soit en français « A ma connaissance, nous n’utilisons pas le taux de rebond dans notre classementt »

  3. Sylvain dit :

    Et la source : http://searchengineland.com/live-blog-matt-cutts-smx-advanced-43906

    Désolé, j’arrête de « pourrir » vos commentaires

  4. Romain Boyer dit :

    J’aurais vraiment du mal à y croire, et le blog en question a montré un certain malaise : « He tiptoed around this question a bit, choosing his words very carefully ».
    Dans tous les cas, il faut soigner son ergonomie ; et si ça peut aider pour le ranking, c’est un bonus !

  5. Morgan dit :

    « En revanche, je confirme que l’ergonomie est une matière très différente du SEO.
    Une personne butée sur le SEO sera rarement bon en ergonomie, et vice et versa. »

    Je complèterais juste ce point en indiquant que, par expérience, on est de plus en plus amenés (et souvent à la demande du client !) à mettre notre nez dans l’ergonomie du site.

    Les années passant, et les milliers de sites visités qu’on visite nous permettent forcément d’acquérir une bonne vision de l’ergonomie, un peu malgré nous… Reste à structurer et contrôler ce savoir !

  6. Florian@Appili dit :

    Un article sur les points qui coincent entre ergonomie et SEO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Google Panda et les sites e-commerces

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

L’arrivée prochaine,et supposée, de Google panda en France fait parler toute la sphère du référencement (les articles intéressants sont ici, et là ), si aux US et en Angleterre on a pu voir certains sites se casser la gueule de belle manière (jusqu’à -90% de trafic quand même) qu’en est il pour les sites E-commerce et quel est le risque à l’heure actuelle pour nous les e-marchands ?

Que s’est t’il passé pour les sites Anglais ?

Google panda a frappé en Angleterre il y a quelques semaines avec les résultats suivants :

domain Visbility (OPI) new Visibility (OPI) old difference loss in % Type de site
reviewcentre.com 68096 648704 -580608 -0,895 Contenu
myvouchercodes.co.uk 289948 661560 -371612 -0,5617 bons de réduction
ciao.co.uk 20723 335697 -314974 -0,9383 comparateur
dooyoo.co.uk 14654 282837 -268183 -0,9482 comparateur
promotionalcodes.org.uk 31992 262717 -230725 -0,8782 bons de réduction
about.com 543243 760583 -217340 -0,2858 Contenu
brothersoft.com 90625 295898 -205273 -0,6937 Download
everydaysale.co.uk 3822 175800 -171978 -0,9783 bons de réduction
answers.com 142129 310111 -167982 -0,5417 Contenu
pocket-lint.com 2128 165956 -163828 -0,9872 Contenu
robtex.com 61832 218644 -156812 -0,7172 Contenu
hubpages.com 26099 182704 -156605 -0,8572 Contenu
netvouchercodes.co.uk 1935 152376 -150441 -0,9873 bons de réduction
mahalo.com 31609 166781 -135172 -0,8105 Contenu
markosweb.com 12844 136590 -123746 -0,906 Contenu
qype.co.uk 5307 126801 -121494 -0,9581 Contenu
biznut.co.uk 3865 118715 -114850 -0,9674 outil web
discountvouchers.co.uk 65751 178428 -112677 -0,6315 bons de réduction
ehow.com 93902 201781 -107879 -0,5346 Contenu
wikio.co.uk 10627 114833 -104206 -0,9075 Contenu
ehow.co.uk 33402 120596 -87194 -0,723 Contenu
airfaresflights.co.uk 4100 89924 -85824 -0,9544 Contenu
ip-adress.com 26274 111986 -85712 -0,7654 comparateur
voucherhub.com 9756 84783 -75027 -0,8849 bons de réduction
wakoopa.com 1334 71525 -70191 -0,9813 presentation d’entreprise
vouchercodes.com 21481 91535 -70054 -0,7653 bons de réduction
techradar.com 49761 116832 -67071 -0,5741 Contenu
reghardware.com 6133 72206 -66073 -0,9151 revue produits
discountshoppinguk.co.uk 491 66270 -65779 -0,9926 bons de réduction
twenga.co.uk 5690 71095 -65405 -0,92 comparateur
wisegeek.com 21680 83584 -61904 -0,7406 Contenu
electricpig.co.uk 1678 60882 -59204 -0,9724 Contenu
whosdatedwho.com 2314 60476 -58162 -0,9617 Contenu
pricedash.com 127 55141 -55014 -0,9977 bons de réduction
cylex-uk.co.uk 2010 56744 -54734 -0,9646 Annuaire
webdevelopersnotes.com 583 54948 -54365 -0,9894 Contenu
voucherseeker.co.uk 9086 62342 -53256 -0,8543 bons de réduction
ezinearticles.com 3577 56704 -53127 -0,9369 Contenu
savoo.co.uk 4047 56118 -52071 -0,9279 bons de réduction
killerstartups.com 869 52717 -51848 -0,9835 Contenu
fairinvestment.co.uk 43728 92214 -48486 -0,5258 Contenu
justtheflight.co.uk 2500 50806 -48306 -0,9508 comparateur
radioandtelly.co.uk 2539 49276 -46737 -0,9485 outil web
shopzilla.co.uk 40470 86937 -46467 -0,5345 comparateur
pcadvisor.co.uk 39730 85628 -45898 -0,536 contenu
aceshowbiz.com 907 46188 -45281 -0,9804 Contenu
techwatch.co.uk 12341 56793 -44452 -0,7827 Contenu
shopping.com 15402 59608 -44206 -0,7416 comparateur
hotfrog.co.uk 1124 44863 -43739 -0,9749 contenu
buyyourcar.co.uk 41542 85021 -43479 -0,5114 petites annonces
comparestoreprices.co.uk 5658 48219 -42561 -0,8827 comparateur
associatedcontent.com 2239 44158 -41919 -0,9493 contenu
worldtravelguide.net 6245 47922 -41677 -0,8697 contenu
wikio.com 1819 43194 -41375 -0,9579 contenu
softonic.com 184838 225647 -40809 -0,1809 contenu
yourdictionary.com 20625 60991 -40366 -0,6618 Contenu
buzzle.com 7113 47319 -40206 -0,8497 contenu
fanpix.net 3340 43163 -39823 -0,9226 contenu
couponsnapshot.co.uk 1845 41463 -39618 -0,9555 bons de réduction
zath.co.uk 161 39768 -39607 -0,996 contenu
moneypage.com 25 39231 -39206 -0,9994 NA
computing.net 11689 50721 -39032 -0,7695 Contenu
just-food.com 293 39282 -38989 -0,9925 contenu
freedownloadscenter.com 6349 45040 -38691 -0,859 Download
voucherstar.co.uk 126 38748 -38622 -0,9967 bons de réduction
idealo.co.uk 5846 44100 -38254 -0,8674 comparateur
techeye.net 1879 38828 -36949 -0,9516 Contenu
flightmapping.com 13086 47787 -34701 -0,7262 NA
suite101.com 1658 35957 -34299 -0,9539 contenu
visit4info.com 2092 36365 -34273 -0,9425 Contenu
mobileshop.com 35495 69436 -33941 -0,4888 comparateur
computerweekly.com 1733 35299 -33566 -0,9509 Contenu
techworld.com 1400 34923 -33523 -0,9599 contenu
themecraft.net 1163 34070 -32907 -0,9659 Annuaire / contenu
phonesreview.co.uk 864 33418 -32554 -0,9741 contenu
articlesbase.com 4139 36568 -32429 -0,8868 contenu
yourcounty.co.uk 5094 37145 -32051 -0,8629 contenu
broadbandgenie.co.uk 11156 43181 -32025 -0,7416 contenu
trustpilot.co.uk 3868 35230 -31362 -0,8902 contenu
shopsafe.co.uk 1064 32359 -31295 -0,9671 annuaire /bons de reduction
itproportal.com 1245 32533 -31288 -0,9617 contenu
londontown.com 10315 41456 -31141 -0,7512 contenu
njobs.org.uk 92 30693 -30601 -0,997 job board
aboutbritain.com 2877 33327 -30450 -0,9137 contenu
kgbanswers.co.uk 1009 31427 -30418 -0,9679 contenu
play.com 305883 336067 -30184 -0,0898 E-commerce
shoppingvouchers.co.uk 134 30056 -29922 -0,9955 bons de réduction
xomba.com 4050 33916 -29866 -0,8806 contenu
squidoo.com 52450 81811 -29361 -0,3589 contenu
autopartstrader.co.uk 1162 30282 -29120 -0,9616 Comparateur
mydeco.com 34252 63063 -28811 -0,4569 Coparateur
pcwb.co.uk 3447 31890 -28443 -0,8919 E-commerce
hunkymalestars.com 1638 29970 -28332 -0,9453 contenu
soft82.com 8747 37062 -28315 -0,764 Download
passport.net 94318 122568 -28250 -0,2305 NA
money.co.uk 25726 53588 -27862 -0,5199 comparateur
reevoo.com 38253 65519 -27266 -0,4162 contenu
soccerlens.com 2216 29481 -27265 -0,9248 contenu
screenrush.co.uk 1093 27930 -26837 -0,9609 contenu
osoyou.com 96 26668 -26572 -0,9964 comparateur

 

[Source ici, j’ai juste rajouté le type de site dans la colonne de droite ]

On peut voir que dans le top 100 des sites frappés par Google Panda seuls 2 sites E-commerce sont présents : Play.com (un des dix plus gros site européen pourtant) et pcwb.co.uk. Le reste est plutot bon signe pour l’ecommerce :

  • moins de comparateurs de prix dans les résultats de google
  • moins de sites de bons de réductions (enfin !)
  • moins de sites aux contenus douteux (les « farm content »)

Bref ça devrait libérer un peu de place dans les résultats de recherche , au moins dans les premiers temps.

Comment faire pour profiter du coup de l’arrivée de Panda ?

Très simple : RTFM = read the fucking manual (Fr : Lis le foutu manuel) , Amit Singhal a publié un article sur le blog officiel de googlewebmastercentral en listant les questions suivantes :

    • Would you trust the information presented in this article?
    • Is this article written by an expert or enthusiast who knows the topic well, or is it more shallow in nature?
    • Does the site have duplicate, overlapping, or redundant articles on the same or similar topics with slightly different keyword variations?
    • Would you be comfortable giving your credit card information to this site?
    • Does this article have spelling, stylistic, or factual errors?
    • Are the topics driven by genuine interests of readers of the site, or does the site generate content by attempting to guess what might rank well in search engines?
    • Does the article provide original content or information, original reporting, original research, or original analysis?
    • Does the page provide substantial value when compared to other pages in search results?
    • How much quality control is done on content?
    • Does the article describe both sides of a story?
    • Is the site a recognized authority on its topic?
    • Is the content mass-produced by or outsourced to a large number of creators, or spread across a large network of sites, so that individual pages or sites don’t get as much attention or care?
    • Was the article edited well, or does it appear sloppy or hastily produced?
    • For a health related query, would you trust information from this site?
    • Would you recognize this site as an authoritative source when mentioned by name?
    • Does this article provide a complete or comprehensive description of the topic?
    • Does this article contain insightful analysis or interesting information that is beyond obvious?
    • Is this the sort of page you’d want to bookmark, share with a friend, or recommend?
    • Does this article have an excessive amount of ads that distract from or interfere with the main content?
    • Would you expect to see this article in a printed magazine, encyclopedia or book?
    • Are the articles short, unsubstantial, or otherwise lacking in helpful specifics?
    • Are the pages produced with great care and attention to detail vs. less attention to detail?
    • Would users complain when they see pages from this site?

La traduction française est disponible sur le site d’abondance à cette adresse.

Pour faire simple il vous suffit de bosser vos pages produits afin d’apporter une valeur ajoutée importante à vos clients et une informations fiable et intéressante, normalement si vous faites du e-commerce vous êtes déjà en train de bosser dans cette direction non ?

Y’a t’il un risque de duplicate content si vous exportez vos produits vers les marketplaces et les comparateurs de prix ?

C’est une des plus grosse question en effet, non pas tellement pour les comparateurs de prix, qui eux se prennent des claques (à cause de leurs pratiques ou bien de l’arrivée de google shopping selon votre point de vue), mais plutôt pour les marketplaces avec des sites ultra-trustés comme Rueducommerce ou Amazon.

source de l'image : shoppingflux

 

La meilleure solution consiste selon moi à proposer deux descriptions, une belle et détaillée pour votre site et une base-line basique pour Amazon&co mais surtout pas la même description sur les deux sites.

Bien sûr cela demande plus de travail mais dans un premier temps vous pouvez construire une description automatique pour les marketplace :

%type-de-produit%-marque%nom-du-produit-%couleur

Ça remplira déjà les cases et permettra de ne pas mélanger les descriptions d’un site à l’autre et de garder votre valeur ajoutée (les belles descriptions) sur votre site.

Vivement qu’il arrive ce panda et qu’il fasse un peu de place dans les résultats pour les e-marchands !
Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

9 Commentaires

9 réponses à “Google Panda et les sites e-commerces”

  1. Peggy dit :

    Tout à fait d’accord. Si les sites de bons de réduction et les comparateurs pouvaient partir des premières pages au profit des e-commerces, ce serait vraiment le top ! A la fois en tant que e-commerçante et en tant que cliente.
    Et c’est vrai que quand on voit les sites qui ont été déclassés, il n’y a pas trop à s’inquiéter. Et finalement cela aura peut-être permis aux e-commerçants de revoir les bonnes pratiques de référencement…

  2. bgaillat dit :

    E n effet pas trop à s’inquiéter à priori, après on verra bien si le panda sait parler français et fait le trie correctement de ce coté de la manche…

  3. fx dit :

    Pour les marketplaces type Amazon ou Rue du commerce, il va falloir travailler ses descriptions multi-canal (avec le risque de générer du duplicate content sur ces sites ?)
    Pour eBay le champ description est contenu dans une Iframe et assez voire très mal référencé par Google. Je ne suis pas sûr que cela ait une grande influence.

    Pour Play.com la baisse est étrange car la plus part des pures marketplaces ont normalement bien profité de l’effet Panda 🙂

  4. bgaillat dit :

    Pour le duplicate entre Amazon et RDC sur tes fiches produits je dirais que c’est pas ton problème mais plutôt à eux de le gérer 😉

    Pour Ebay je n’avais pas fait gaffe mais de toute façon ebay est assez mal référencé depuis sa création je trouve (comparé aux autres marketplaces)
    Pour play.com ce n’est pas une marketplace je crois, ils vendent leurs propre produits. ils ont peut être abusé sur certaines techniques spammy …

  5. François dit :

    Je suis plus nuancé sur l’arrivée de Panda, je pense qu’une bonne proportion des boutiques risque de se prendre une claque aussi… croisons les doigts

  6. Matthias dit :

    Deux petites remarques sur Panda et l’influence sur les e-marchands:
    Selon ce post, il semblerait qu’en terme de référencement dans les SERP, elles ne devraient pas morfler.
    Mais après:
    si les comparateurs de prix baissent dans les résultats de recherche, la plupart des 1ers profiteurs de ce dégazage ne sera composé que de gros sites e-marchands.
    Ex: sur la requête panasonic lumix dmc tz-10, si on enlève les comparateurs, les aggrégateurs de tests, et en considérant qu’une partie des autres résultats passent dans la moulinette, il nous reste comme e-marchands fnac, amazon, cdiscount, grosbill, rueducommerce, topachat, soit que des gros.
    1ère conséquence: les petits et moyens e-commerçants ne profitent pas du « nouveau positionnement »
    Sur « barbecue » c’est pareil avec Castorama, Cdiscount, Darty, Leroy-Merlin, priceminister.. sauf 2 (semble-t-il plus petits) marchands déjà bien placés.
    Tout cela ne sont que deux exemples, mais sur énormément de requêtes, ceux qui suivent sont des gros sites. je ne vois pas comment les plus petits pourraient s’en sortir mieux qu’avant Panda. Sauf en en finançant le référencement naturel et en augmentant le budget d’adwords (pas con google).

    Qu’en pensez-vous?

    Sinon, concernant plus particuliérement les comparateurs, ils seraient plus cools, s’ils arrêtaient de faire des mises en avant payantes que seuls des grands budgets peuvent se permettre, Heureusement que certains encore sont « sympas » et ne listent que par prix. Mais eux devraient y passer aussi.
    En tout cas, je suis persuadé que la soit disant meilleure qualité des résultats de recherche ne comblera le manque à gagner du volume de leads fournit par les comparateurs. (pour ceux qui les utilisent)

  7. bgaillat dit :

    Hello,
    Ton commentaire est très intéressant, je vais essayer de répondre à tout.
    Je ne suis d’accord avec toi sur le point 1. Le rapport de force entre « petits sites / gros sites » n’est pas influencé par panda, donc si des petits s’en sortaient bien avant ça ne changera pas après le passage de panda, si ils étaient mauvais en SEO et bien ils n’en profiteront pas beaucoup en effet.
    Pour les comparateurs leur vrai problème c’est la valeur ajoutée de leurs services, quasi inexistante depuis plusieurs années. Ayant discuté avec 2 ou 3 ils sont assis sur un tas d’or (leur trafic et compétences) qu’ils revendent (cher) aux marchands. c’est du parasitisme primaire d’après moi donc peu viable sur le long terme (mais très rentable ceci dit)

  8. Matthias dit :

    En somme de ce que je voulais dire, je ne suis pas d’accord avec le fait que les petits et moyens commerçants en profiteront. Au contraire, seuls ceux qui amassent déjà une bonne partie du blé en seront les grands vainqueurs.

    Concernant les comparateurs, je suis d’accord en partie. Les gros et vieux comparateurs roulent sur l’or et ont des sites complètement pourris en terme de résultats de recherche (+ les offres sponsorisées), mais d’autres mériteraient plus d’attention car ils te fournissent l’info que tu souhaites, des avis, des tests, des vidéos, et surtout le prix le plus bas, sans avoir besoin de chercher l’erreur.

    En tout cas, je suis très curieux de savoir qui va passer à la trappe. J’ai déjà fait mes pronos.

  9. François dit :

    Et bien, vous n’avez rien compris.
    Vu les résultats dans les recherches qui sont les grands gagnants? Et bien les gros marchands du style pixmania, rdc amazon etc. Les petits vont comme d’habitude souffrir et crever car ils n’ont aucun moyen de lutter en référencement naturel et souvent ne savent même pas ce qu’est le SEO…. Aux moins avec les comparateurs et les sites de bons de réductions ils avaient une chance de remonter et être visible. De plus Google Shopping c’est vraiment de la daube. Sur les rares bons résultats ils utilisent le contenu de site marchands et de sites comparateurs (les avis) alors qu’ils préconisent aux webmasters d’avoir du contenu UNIQUE!!! C’est du foutage de gueule, ils utilisent le contenu des autres!!! Je suis le seul à voir que tout ça n’est qu’un pas de plus vers le monopole GOOGLE qui touche aux revenus mondiaux du e-commerce??? Une bonne chose : les actionnaires qui voulaient se faire des boules en or grâce aux leguide et autres gros comparateurs doivent se les bouffer à l’heure qu’il est!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.