Tag : futur

Retrouvez les articles traitant du futur du E-commerce, tout ne se passera pas comme prévu mais pourquoi se refuser à imaginer l’avenir et le futur de notre secteur favori ?
L’innovation étant constante dans le ecommerce son futur peut changer très rapidement. Il est très difficile de prévoir le futur du ecommerce avec certitude mais avec un peu de pragmatisme et en se concentrant sur l’essentiel il est possible de détecter les futures tendances du E-commerce.
Le futur du E-commerce n’est pas écrit mais chaque entrepreneur qui arrive avec ses nouvelles idées permet de le dynamiser un peu plus et de lui ouvrir des portes.


Internet en 2020 [Infographie]

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Internet tel que nous le connaissons n’existait pas il y a 15 ans, il s’en est passé des choses depuis ce temps : l’apparition de Google, d’Amazon, Facebook , la mort du minitel (oui bon ça tout le monde s’en fout en fait ) .

Je vous avais déjà publié une infographie retraçant l’histoire du e-commerce en image, il est temps de se préoccuper du futur du E-commerce et d’internet avec cette infographie nous montrant l’évolution d’internet pour les 10 prochaines années.

Internet en 2020 c’est :

  • 5 milliards d’utilisateurs
  • Un passage généralisé au cloud computing
  • Une connectivité améliorée
  • Un internet majoritairement orienté mobile & objets

Infographie Internet en 2020

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


3 vidéos sur les exosquelettes

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Les exosquelettes vous connaissez ? Ce sont des sortes de vêtements en métal  (d’ou des sortes de squelettes externes) destinés à assister les muscles du corps humain pour leur permettre d’accomplir des taches jusque là impossible. Dit comme cela on à l’impression d’entendre de la science fiction, ce n’est pas tout à fait faux puisque les exosquelettes ont été imaginés par les écrivains de science fiction.

Sauf que depuis quelques années les progrès de la technique les ont rendus réels, voici 3 exemples en vidéo d’exosquelttes

HAL (Hybrid Assistive Limb) de Cyberdine

J’avais déjà parler de Cyberdine lors du forum netexplorateur de l’unesco mais voici enfin une démo vidéo  (japonais sous titré anglais):

Note : la qualité de la vidéo est meilleure que la miniature générée par Youtube

Si vous êtes pressé allez à 3’50 pour voir le prototype en action.

L’exosquelette militaire de SARCOS


Là on rentre dans la catégorie un peu flippante des exosquelettes militaires, je vous laisse admirer le « potentiel »

il y a encre pas mal de travail pour le rendre indépendant mais un prototype fonctionne apparemment avec un moteur thermique et quelques heures d’autonomie

ReWalk un exosquelette pour les paraplégiques

A l’inverse du robot militaire voici un prototype d’exosquelette permettant aux paraplégiques de pouvoir remarcher de façon indépendante

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

1 Commentaire

Une réponse à “3 vidéos sur les exosquelettes”

  1. […] oui vous ne rêvez pas, après les 3 vidéos sur les exosquelettes voici 3 vidéos sur des concerts avec des hologrammes, on nage en plein futur sur Info-ecommerce […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


3 vidéos sur réalité augmentée

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Pendant que Romain nous prépare sa nouvelle série d’articles sur les indicateurs de mesure, je vous propose de continuer notre série de trois vidéos du vendredi. Après les différentes visions du futur (Microsoft, Nokia, NTT DoCoMo) et trois vidéos de grands e-commerçants français nous allons pouvoir admirer aujourd’hui le potentiel de la réalité augmentée à travers trois secteurs : le livre, l’ecommerce et la vie réelle.

La réalité augmentée a été un des sujets phare de 2010 et même si le soufflé est un peu retombé à l’heure actuelle je suis persuadé que le mix en le virtuel et la réalité ne peut que progresser , toujours dans le but de servir ou divertir les clients.

Le livre augmenté

Vidéo très courte qui montre les principes du livre augmenté vu par Total Immersion

Le e-commerce augmenté


L’essayage de lunettes de soleil en réalité augmenté vu par la société Fittingbox

Informations en réalité augmentée

Une application iphone, Layar, d’amélioration de la vie réelle par rajout de couches d’informations (Tweets / wikipédia etc..), assez bluffant si l’on immagine la même chose avec des données sociales (Facebook, lInkedin etc..) par exemple : identification du visage, récolte des infos publiques, sur-affichage du Nom/prénom de chaque personne dans la rue

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

1 Commentaire

Une réponse à “3 vidéos sur réalité augmentée”

  1. Mickael@Couches lavables dit :

    Ces vidéos sont vraiment bluffantes…
    L’essayage de lunettes est vraiment bien fait.
    Avec ça on peut se demander mais jusqu’au on va pouvoir aller d’ici quelques années !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Le futur vous le voyez comment ?

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Internet est un des secteurs qui a le plus révolutionné notre société depuis ces 15 dernières années, et ce n’est peut être rien comparé aux 15 prochaines !

Si vous aimez les nouvelles technologies voici 3 visions du futur par tois des plus grands acteurs du hi-tech du monde, peut être y trouverez vous un peu d’inspiration pour une nouvelle start-up ?

Le futur selon microsoft

Les nanotechnologies vues par Nokia


Le futur vu par NTT docomo

Attention il y a vraiment des trucs de fous dans les vidéos, je pense qu’il va falloir attendre un peu mais bon, le futur c’est cool 🙂

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

1 Commentaire

Une réponse à “Le futur vous le voyez comment ?”

  1. Wahle@Camera endoscopique dit :

    Celle que je préfère c’est celle de Nokia sans aucun doute. C’est à mon sens la plus intéressante avec des idées fraiches. Microsoft avec son gros budget, nous donne à voir du déjà vu (même si la forme est là) : j’avais l’impression de regarder minority report (sorti en 2002…). Sinon la fiction japonaise doublée en américain tout plein de bon sentiments j’ai un peu moins accroché, mais merci pour ces vidéos 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Info-Ecommerce.fr a 1 an …

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Eh Oui déjà 1 an que le blog est lancé , plus exactement le 1er article date du 12 novembre 2009 et s’intitule « Peut-on gagner de l’argent facilement avec son site E-commerce ? » . C’est l’occasion de faire une petite retrospective rapide et de vous donner des news pour le futur.

Info-Ecommerce c’est au bout d’un an :

126 Articles publiés , soit 1 tous les 3 jours en moyenne .



    évolution du rythme de publication

C’est aussi 327 commentaires ce qui fait une moyenne de 2,6 commentaires par article mais cache en réalités de grandes disparités, les articles étant généralement très commentés (comme celui sur Priceminister) ou très peu.
Il y a environ 50 inscrits aux flux RSS (49 précisément) et plus d’une trentaine inscrits à la newsletter ce qui n’est pas beaucoup.
Il y a eu 19 274 visites et environ 32 000 pages vues pour cette première année réparties de la façon suivante :

Pour finir avec les stats voici la répartition du pourcentage d’articles entre Romain et moi-même :

En dehors des stats ce qui fait plaisir c’est le nombre croissant de mails et de questions que nous recevons pour nous remercier ou nous encourager à continuer, ne vous inquiétez pas on va le faire !

Et le futur alors ?

Et bien il va y avoir pas mal de changements 🙂 . Je suis en effet en train de monter un nouveau projet E-commerce suite à mon départ d’Enjoysunglasses et je compte bien vous en parler 😉 il y aura donc sûrement pas mal d’articles sur les problématiques que je rencontrerai avec ce nouveau projet, toujours très concrets et en essayant de proposer des solutions « faisables » qui ne demandent pas des millions d’euros. Pragmatique et efficace, comme nous essayons de le faire.

Une grande nouveauté est mon acquisition d’un Iphone qui permettra d’avoir des tests d’applications E-commerce ainsi que des versions mobiles de sites E-commerce. Le mobile est un segment à ne pas louper pour les E-commerçants mais on en reparlera.

Des nouveautés devraient apparaître sur le site comme un hypothétique annuaire mais le manque de compétences en développement wordpress me ralentisse pas mal , le concept est bien prêt mais la technique pas tellement. Etant donné qu’il n’y a pas de pub sur Info-ecommerce il n’y a pas de budget également 🙂 donc ça avance lentement.

Je vais essayer d’améliorer les pages outils et agenda qui sont correctes pour le moment mais qui pourraient être beaucoup mieux. La partie Outils étant un peu vide, n’hesitez pas à proposer les vôtres dans les commentaires de la page.

Votre point de vue compte !

Ce blog étant destiné aux E-commerçants, vous ne devez pas hésiter à proposer des questions ou à exposer votre problématique (contactez nous) nous recevons souvent des mails intéressants qui nous permettent d’écrire des articles profitant à tous les E-commerçants.

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

5 Commentaires

5 réponses à “Info-Ecommerce.fr a 1 an …”

  1. Loïc dit :

    Bon anniversaire.
    Pour l’annuaire pourquoi de pas utiliser un script php existant genre Freeglobes?

  2. Nicolas dit :

    Bon anniversaire, Bravo pour le rythme (je ne peu atteindre que 1 par semaine sur la même période)
    Bonne continuation

  3. bgaillat dit :

    @Loïc : parce que ce script ne correspond pas à mes besoins 🙂
    @Nicolas : on est deux à écrire donc c’est plus facile de garder le rythme

  4. Happy BlogBirthday les gars !
    Continuez comme ça, ce blog se bonifie de mois en mois.
    A+

  5. bgaillat dit :

    Merci Ludovic ! Bon courage à toi aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Ma vision du marché E-commerce de demain

par Romain Boyer - Il y a 7 ans

Le Commerce Electronique n’est selon moi pas encore arrivé à maturité. Il y a encore énormément de « petits » acteurs qui tiennent la chandelle aux leaders de marché (je parle marché global et non marché Internet uniquement), ce qui a été rendu possible par les moteurs de recherche.

Le Commerce Electronique ne peut qu’évoluer naturellement vers un modèle (Web + Applications) où les acteurs les plus importants deviendront incontournables, comme l’a fait Amazon dans le secteur du livre, comme l’a fait Darty dans l’électroménager.

Les tendances aux places de marché ne peuvent que se confirmer.

Les places de marché sont au Commerce Electronique ce que les galeries commerciales sont à la vie hors Web (vous remarquerez que je n’ai pas dit « sont à la vie réelle »).

Les galeries commerciales sont la possibilité pour les mastodontes du marché (Auchan, E.Leclerc, IKEA,…) de rentabiliser un peu plus les masses de populations qu’ils arrivent à faire venir à eux. IKEA par exemple, lorsqu’elle s’implante, achète un grand lot de terrain et loue des parcelles autour à des commerçants dont les activités sont complémentaires.

Eh bien, sur le Web, on arrive progressivement au même mode de fonctionnement, avec de petites boutiques qui s’agglutinent virtuellement aux grosses boutiques : vous allez sur un site comme RueDuCommerce, vous recherchez un canapé, et vous repartez avec le canapé proposé par Le Mag Déco. Le mode de fonctionnement est quelque peu différent, mais l’idée de base est la même.

Les petits vendeurs chercheront toujours de la visibilité, en tout cas pour leurs produits, et essaieront donc toujours d’ouvrir de nouveaux comptoirs près des sites de e-commerce à succès.

L’hégémonie des grands acteurs Web ne veut pas dire que les petites boutiques sont mortes !

Nous le savons, Amazon est au web ce que la FNAC est à la vie non-virtuelle pour les bouquins. Les bouquinistes sont en train de disparaître et c’est bien dommage, ils ont une vraie importance : celle de faire découvrir des bouquins dont nous n’aurions jamais pensé à lire la 4e de couverture. Par ailleurs, il y a nombre de spécialistes qui font un travail complémentaire à celui des mastodontes généralistes.

Ces vendeurs ont une vraie expertise, une vraie valeur ajoutée qui est recherchée, et qui manque malheureusement de visibilité. Je pense que l’avenir leur apportera des comptoirs visibles, comme les bouquinistes des bords de Seine.

Et les grands acteurs Web ont également du souci à se faire : les acteurs traditionnels ont une marge de progression énorme en ligne

Les acteurs traditionnels comme Darty, Fnac, ont maintenant pignon sur web, mais ils ont une marge de progression énorme, quand on sait qu’ils sont quasiment invisibles sur les comparateurs de prix (un exemple où Darty devrait être présent : http://www.leguide.com/micro_ondes.htm), quand on voit qu’il n’ont quasiment aucun investissement dans le SEO ou le SEM (exemple avec des annonces inefficaces et invisibles), et quand on voit qu’ils n’utilisent pas vraiment leur capacité de pression sur les fournisseurs pour étoffer leur catalogue web. C’est d’autant plus regrettable que leur logistique est très souvent d’excellente qualité.

Le jour où ces acteurs prennent conscience de cela, il est probable qu’il feront rapidement beaucoup d’ombres aux acteurs plus anciens sur le web, ils en ont les moyens financiers, logistiques, et surtout en terme de politique de prix et capacité de marge.

Votre avis ?

Amis blogueurs, Amis lecteurs, quelle est votre vision du e-commerce de demain ?

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités.

> Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER
> Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

12 Commentaires

12 réponses à “Ma vision du marché E-commerce de demain”

  1. Philippe dit :

    Je partage l’analyse sur l’organisation des petits sites autour des grandes plateformes comme Amazon ou RueDuCommerce,

    En ce qui concerne Darty et FNAC, si leur marge de progression semble énorme, cela ne fait pas du tout partie de leur stratégie que de se positionner comme acteur discount sur le web.

    Quand le eCommerce a pris sa place il y a plus de 10 ans, on pensait tous que Darty et FNAC seraient obligés de s’aligner, ce n’est toujours pas le cas, et il semble que cela risque de durer encore longtemps.

    L’autre question à se poser, combien d’acteurs du eCommerce auront l’ambition d’aller concurrencer Darty et FNAC sur leur propre terrain, en ville.

    P.

  2. Romain Boyer dit :

    Bonsoir Philippe,

    merci pour ton avis.

    Le fait est que Darty, FNAC et RueDuCommerce partagent pour certains produit un même marché. Marché qui se retrouve être partagé de l’ordre de 10% pour le web et 90% hors web en terme de ventes.

    Il est donc normal que FNAC et Darty se concentrent là où il y a le plus de ventes et construisent leur vitrine Web. Il leur reste de l’ordre de 5% du marché à conquérir, et je pense qu’ils le feront, mais il est clair que c’est moins une priorité que pour un acteur Web.

    Les mêmes 5% qui représentent 50% du travail pour un acteur pure player comme RueDuCommerce qui a à présent 10 personnes à plein temps sur le SEO/SEM 😉

    Pour les acteurs Pure Player, il est compliqué d’aller ouvrir de grands magasins à même de concurrencer les Darty et compagnie. Pixmania a ouvert quelques comptoirs, Discounteo quelques magasins, mais on est encore loin des 200 unités des grandes chaînes !

    Ils sont très inégaux en terme de cash et de capacité d’action.

    Je pense que certains acteurs comme Discounteo ont bien raison de se risquer au marché traditionnel, pour sécuriser leur chiffre d’affaires et gagner en notoriété/confiance.

  3. Loïc dit :

    J’avoue que je suis assez sceptique.
    Beaucoup de personnes se lancent dans le e-commerce afin d’être réellement indépendants et se lancer dans une aventure personnelle. Le tout est de pouvoir trouver une niche de marché peu rentable pour une grosse société mais intéressante pour une petite structure comme la notre. Vendre mes produits plus ou moins par le biais de grosses sociétés ne m’enthousiasme pas vraiment et je pense que beaucoup de gens pensent la même chose que moi. D’autant plus que nous avons en tête d’être toujours proches de nos clients ce qui veut dire gérer notre communication même si c’est loin d’être facile !

  4. Romain Boyer dit :

    Bonjour Loïc,

    se lancer dans un marché de niche comme tu le décris revient à s’installer en bord de départementale loin des zones commerciales à mon avis. Ainsi, tu glanes de ci de là quelques automobilistes curieux mais tu restes loin des zones d’activités où se trouvent un potentiel plus important.

    Une politique commerciale doit voir l’ensemble du marché. Déjà que le marché Web est limité, il convient de ne pas se marginaliser plus et de créer de la visibilité pour ses produits, via les comparateurs de prix, via Google, et via les places de marché (dépôt/vente ou achat/vente).

    Maintenant, pour certains acteurs qui ne veulent vendre qu’à un certain public averti, et par le biais du bouche à oreille, ce peut être une stratégie. Vente Privée est passée par là… 😉

  5. bgaillat dit :

    Moi je suis plus d’accord avec Loïc que Romain 🙂
    Une boutique de niche très rentable plutôt que les gros e-commerçant pas rentable 😉
    il y a des boutiques de niches qui font plusieurs millions de CA et qui sont parfaitement rentable

  6. Romain Boyer dit :

    J’ai moi-même travaillé sur des marchés de niche, ce qui est très intéressant, très confortable sur le moment.

    Mais ce n’est pas une fin en soi et c’est risqué car on est souvent dépendants de quelque chose, que ce soit d’un secteur qui peut à tout moment s’effondrer, d’un fournisseur principal qui peut à tout moment décider de s’arrêter de travailler avec nous, …

    J’aimerais toutefois avoir des exemples qui font plusieurs millions de CA car en général, à ce niveau, ce ne sont plus des marchés de niche et des concurrents se lancent ou de gros acteurs arrivent sur le marché 🙂

  7. Loïc Pietrzak dit :

    Comme je le disais précédemment la plupart des gens qui se lancent dans le e-commerce le font par esprit d’indépendance. Le but n’est pas de faire plusieurs millions d’euros par an mais simplement d’avoir un mode de vie différent et surtout plus confortable. Ne pas devoir aller au boulot tous les matins avec la boule au ventre, le fait de travailler depuis chez soi est un confort est un vrai bonheur. Le plus dur est de ne pas passer tout son temps à travailler car il est difficile de décrocher. Il y a pas mal de gens qui vivent trés confortablement de leurs boutiques, habituellement ces personnes se situent sur un marché peu rentable pour de grosses structures mais très intéressant pour elles. Pour le moment nous démarrons juste donc pour les millions d’euros je crois qu’on va attendre encore un peu 😉

  8. Romain Boyer dit :

    J’entends bien tes arguments Loïc, mais je pense que pour l’avoir vécu et je pense que c’est généralement le cas sur les marchés de niche, tu gardes la boule au ventre de perdre un fournisseur très important ou un client très important et de perdre une grosse part de tes revenus 😉

    Pour le reste, je suis d’accord avec Benoît et toi.

    Bonne continuation pour ton pet’e-commerce !

  9. bgaillat dit :

    « Marché de niche » et « dépendance d’un fournisseur » c’est deux choses différentes romain 🙂 .
    On peut être sur une niche et avoir un rapport de force très favorable envers ses fournisseurs (l’inverse également).
    On peut être un généraliste et avoir un gros client ou fournisseur également 😉 CF la relation entre Rueducommerce et IngramMicro

  10. Romain Boyer dit :

    On est bien d’accord Benoît ; comme je disais : « on est SOUVENT dépendants de quelque chose », par définition, du fait de la forte spécialisation et de la nature « précise » du marché.

    Dans l’exemple de 4000metres.com, pour ce que je connais mieux, nous avions à l’époque où j’y travaillais 30 fournisseurs, mais d’un seul secteur. Le risque était qu’ils se connaissaient donc tous au sein de la fédération et se réunissaient régulièrement. Ils se montaient alors la tête et disaient régulièrement qu’il fallait arrêter de travailler avec nous, ce qu’ils n’ont jamais fait. Pour plus de sécurité, nous avons gardé le concept d’un côté, et en avons créé un plus grand public mais avec moins de marge à côté.

  11. Sébastien dit :

    L’e-commerce de demain ira vers plus de proximité et d’interaction via les réseaux sociaux, ce qui accentue la qualité du service client. Je pense également que les marchés de niche sont particulièrement adapté au web qui peut y combiner une ergonomie et un design.
    Reste à savoir comment les passionnés qui tiennent ce genre de boutique se feront connaître d’un public suffisamment large pour vivre de leur art …

    Les services possèdent également une grande marge de manoeuvre avec notamment les usages en mobilité et l’augmentation de la connectivité entre vie privée et vie numérique.

    Enfin, … il s’agit plus d’une vision idéale que d’une prévision scientifique 🙂

  12. Rom's dit :

    Bonjour Sébastien,

    merci pour ton commentaire.

    je partage ta vision, bien que je ne suis pas sûr que les réseaux sociaux apportent beaucoup au E-Commerce même si une intégration rapprochée peut servir un peu. On est typiquement dans le domaine des 80% de travail qui font 20% du business.

    Rien de scientifique ici effectivement, des intuitions tout au plus 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.