Tag : free

Grandeurs et misères des stars du net

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Grandeurs et misères des stars du net est un livre publié chez Grasset qui nous propose de retracer le parcours de six grands entrepreneurs Français : Denys Chalumeau (SeLoger), Pierre Kosciusko-Morizet (Priceminister), Marc Simoncini (Meetic), Fabrice Grinda (OLX) Jacques-Antoine Granjon (Vente-privée) et Xavier Niel (Free).

Contrairement à ce que l’on pourrait croire leurs parcours ne sont pas de long fleuves tranquilles mais sont ponctués de déceptions, erreur, voir quasi faillites pour certains . Ces « échecs » sont d’ailleurs le fil rouge du livre qui tente de démystifier ces réussites, bien sûr le tout est à mon avis un peu romancé mais il est clair que ces six là  ont des parcours hors du commun et digne des montagnes russes. C’est absolument passionnant d’en apprendre plus sur ces icônes et d’obtenir des infos sur les coulisses de ces réussites.

Le livre se divise donc en 6 chapitres, chaque chapitre retraçant le parcours d’un des entrepreneurs plus un septième chapitre sur la place des femmes dans ce livre, en effet le manque de femmes dans le livre est expliqué et trouve une « raison » ( aucune n’a voulu répondre pour faire simple …) . Petite anecdote sur 1500 dossiers reçus par Jaïna (le fond de Marc Simoncini) seul 5% sont des dossiers « d’entrepreneuses ». Il y a donc encore du chemin pour arriver à une présence plus importante des femmes dans les web-entreprises.

Bref, pour revenir aux parcours de nos six entrepreneurs je vous conseille la lecture de ce livre, surtout évidement si vous êtes web entrepreneur, cela vous donnera peut être un peu de courage pour affronter les prochaines tempête de votre secteur  ou vous aidera à garder la tête froide quand pleuvront les millions !

Grandeurs et misères des stars du net Pour trouver Grandeurs et misères des stars du net

Sur Amazon : Grandeurs et misères des stars du net

Sur la Fnac : Grandeurs et misères des stars du net

Chez l’éditeur , GrassetGrandeurs et misères des stars du net

Synopsis de Grandeurs et misères des stars du net

Qu’ont en commun Denys Chalumeau, Marc Simoncini, Fabrice Grinda, Pierre Kosciusko-Morizet, Jacques-Antoine Granjon et Xavier Niel ? A l’évidence, leur réussite en France et à l’étranger. Ces grands entrepreneurs du web, respectivement fondateurs de SeLoger, Meetic, OLX, PriceMinister, Vente Privée et Free, connaissent aujourd’hui le succès et la fortune. Mais tous partagent également un passé moins glorieux. Des chutes retentissantes comme celle de Denys Chalumeau avec Promovacances, aux placements risqués, comme ceux qui conduisirent le patron de Free en prison ou le créateur de Meetic à la ruine, leurs confessions nous emportent dans l’univers tumultueux de l’industrie du web, où tout peut toujours basculer. Ces six portraits retracent six parcours hors du commun et nous font passer de l’autre côté de la toile pour nous montrer comment ces maitres d’internet ont su se servir de leurs échecs pour bâtir leur empire. Erreurs de jeunesse, crises imprévisibles, précipitations, appétit démesuré …

Pour la première fois, six entrepreneurs dont les sites sont mondialement connus se retrouvent pour parler de leurs échecs. Six portraits des plus grandes réussites du web menés et orchestrés par l’une d’elles, Marc Simoncini, créateur de Meetic

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

3 Commentaires

3 réponses à “Grandeurs et misères des stars du net”

  1. Geof dit :

    Afficher les logos des entreprises (et non leur nom) sous les portraits de ces dirigeants est assez révélateur… Sans cela, les aurait-on reconnu? Je parle du grand public naturellement, et non des professionnels du secteur. Certes, l’image du e-commerce a évolué, il y a 5 ans, on me regardait avec des gros yeux quand je disais que je souhaitais prendre le virage internet. Aujourd’hui, c’est moins le cas…. Mais difficile de pavoiser encore ;-)! Il n’empêche que je pense me procurer ce bouquin…

  2. Nasro@e-commerce dit :

    Très bonne approche. l’innovation dans le monde de l’e-commerce consiste à sortir de l’ordinaire. Et je penses que se baser sur ses échecs peut être une très bonne stratégie de fidélisation

  3. Sabrina Niddam dit :

    Ce livre est génial et se lit très facilement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


HETIC VS EEMI

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Avez vous déjà entendu parler de L’HETIC ? Et de L’EEMI ? Pas plus ? voici une petite session de rattrapage et un « mini-comparatif » entre les deux écoles du web.

L’HETIC c’est les Hautes Etudes des Technologies de l’Information et de la Communication, et se décrit comme :

HETIC est un établissement d’enseignement supérieur privé, membre du groupe ECE.

Sa vocation est de former des experts en ingénierie et management de la communication numérique réellement opérationnels et aptes à s’insérer rapidement dans des entreprises majeures à des postes clés. (Source)

C’est donc une école Bac+5 qui recrute à la sortie du bac et forme des étudiants sur la pluricompétence internet, autrement appelé  « savoir être bon dans un grand nombre de domaines de compétences d’internet ».

L’EEMI, quand à elle, est l’Ecole Européenne des Métiers de l’Internet et sera lancé officiellement à la rentrée 2011 par trois ténors du web : Xavier Niel, Marc Simoncini et Jacques-Antoine Granjon, excusez du peu … je recadre pour la forme :

  • Xavier Niel : Le boss de Free, le seul qui ait tout compris (Niel hein pas Free 😉 )
  • Marc Simoncini : Fondateur de Meetic
  • Jacques-Antoine Granjon : Le fondateur de Vente-privée

Donc depuis l’annonce dans les journaux et notamment sur Techcrunch il y a une sorte de petit débat pour savoir pourquoi ces 3 acteurs refondent la même école qui existe déjà par ailleurs, voyons donc les avantages / inconvénients de chaque école.

EEMI VS HETIC ?

HETIC

Les avantages d’HETIC Les points faibles d’HETIC
  • Déjà 5 promotions diplômées
  • L’équipe pédagogique et le programme sont en place
  • Un réseau de 350 entreprises
  • Un Master (Bac +5 ) reconnut par l’état
  • La volonté d’amélioration année après année des cours et des méthodes
  • Peu de créations d’entreprises à la sortie de l’école malgré l’année d’entreprenariat [1]
  • Un réseau inter-promotions embryonnaire
  • Trop de profils en agence qui stéréotype un peu le profil de sortie
  • Le besoin de trouver de nouveaux locaux

EEMI

Les avantages de L’EEMI Les points faibles de L’EEMI
  • Un trio de choc pour fondateurs
  • Le réseau des fondateurs qui va permettre de trouver des débouchés
  • Des compétences entrepreneuriales indiscutables
  • Ecole avec une ambition européenne
  • Un bac +3 seulement , soit une licence
  • 250 étudiants de prévus au départ
  • Un programme pédagogique à construire
  • Une équipe pédagogique à construire

A mon avis l’arrivée de l’EEMI valorise encore plus les profils de l’HETIC car cela valide la stratégie et le besoin de compétences spécifiques au web. Ces deux écoles ont tout pour créer un climat d’amélioration dans un secteur ultra-dynamique.

[1] Je compte d’ailleurs faire un petit billet pour vous les présenter
PS : pour information j’ai étudié 2 ans à l’Hetic

Update du logo de l’EEMI depuis la news de Techcrunch et la notification par Cédric, Merci 🙂

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

30 Commentaires

30 réponses à “HETIC VS EEMI”

  1. Cédric dit :

    Pour info, le logo a été mis à jour sur TCFR pour l’EEMI.

  2. bgaillat dit :

    Merci Cédric pour l’info, je me suis permis de le reprendre. Il y a donc une réelle polémique sur l’ancien logo ?

  3. Jean-Philippe dit :

    A qui appartient l’HETIC ?

  4. bgaillat dit :

    Elle appartient, au moins en partie, à l’ECE, l’école centrale d’électronique je crois.

  5. Jean-Philippe dit :

    Ah ok. Intéressant. L’ECE fait partie du groupe Laureate International qui regroupe des institutions dans le monde entier. Est ce que ce réseau est accessible aux étudiants de l’HETIC ? Car ça pourrait être un avantage important qu’une nouvelle école pourrait avoir du mal à égaler rapidement.

  6. bgaillat dit :

    Moi je n’ai pas trop vu d’interactions entre l’ECE et l’HETIC lors de ma formation, à part des professeurs commun. Je pense que c’est une opportunité mais pas un avantage, en tout cas pour le moment.

  7. David Nicolas - SexyFood dit :

    Je ne connaissais, à ce jour, même pas ces deux écoles.

    De ton expérience personnel, que peux tu conclure de l’importance d’un tel enseignement ? N’est-il pas superflue en vue de l’évolution constante du web, et d’une grande possibilité d’apprentissage autodidacte ?

    D’autre part, comment sont côtés ces diplômes ? En France et à l’étrangers ? Quels sont les débouchés ? Y a-t-il des chiffres sur les emplois trouvés à la sortie ? Et une fourchette de salaire ?

    Merci pour ces informations complémentaires,
    David.

  8. Jean-Philippe dit :

    Dommage, en tout cas en ce qui concerne les interactions avec des partenaires internationaux (plutot qu’avec l’ECE elle-même).

  9. bgaillat dit :

    Salut David,
    L’enseignement est vraiment top et m’a permis de beaucoup progresser, en partie sur mes connaissances de bases, celles amenées à évoluer en effet, mais surtout sur la philosophie générale du web, la culture spécifique, les modes de travail, les interconnections etc … qui elles ne changent pas tant que ça. Pour moi ces 12 000 € auront été le meilleur investissement de ma vie (jusqu’à présent) . J’ai clairement l’impression d’avoir franchit un niveau (level up, level up 🙂 )
    Pour tes autres questions y’a des infos précises ici -> http://www.hetic.net/postes-et-embauches-31.html

  10. HETIC n’est pas seule école qui propose ce genre de formation. Il ne faut par exemple pas oublier Ingémedia (http://www.ingemedia.net/) qui existait avant HETIC.

  11. Julien Coquet dit :

    Ne vous écharpez pas les gars, la concurrence, c’est sain 😉

  12. bgaillat dit :

    @Antoine : en effet Hetic n’est déjà pas toute seul sur le segment mais je ne connaissais pas Ingémedia 😛
    @Julien : Bien d’accord ! mon propos et de signaler que cela ne fait que renforcer l’intérêt des deux écoles, tant qu’il y des gars bien formé qui sortent c’est un bon pas en avant

  13. Jean-Philippe dit :

    L’offre française, c’est bien et vive la concurrence ! Mais quid de l’offre similaire dans les autres pays européens, Uk et Allemagne par exemple ?

  14. Melissandre L. dit :

    enfin une vraie étude comparative!

  15. David Nicolas - SexyFood dit :

    Merci pour ta réponse. Ceci dit, au niveau des débouchés, il n’y a « que » la création de sa propre société, ou bien c’est un diplôme qui permet également de décrocher des postes majeurs au seins de société ecommerce déjà bien implantée. En effet, une éventuelle reprise des études m’intéresse principalement dans une optique de « parachute » au cas où mes projets et activités se casseraient la gueule.

  16. David Nicolas - SexyFood dit :

    Pardon, j’ai répondu avant de lire le lien. Merci 😉

  17. bgaillat dit :

    Pour répondre à ta question , pour ceux qui ont la flemme de lire le lien;) , le principal débouché reste des postes en agence web / com / design . Un peu chez l’annonceur et très peu de création de startup.

  18. Alexis dit :

    Oui Ingémédia a une très bonne réputation. De nombreuses agences françaises comptent parmi leurs employés des anciens d’ingémédia. Il y a pas mal de création d’entreprise à la fin du cursus il me semble. Et contrairement à des écoles comme hetic c’est public et gratuit. Par contre l’inconvénient d’après ce que j’ai entendu c’est que les places sont limitées et c’est pas évident pour y rentrer.

  19. J.C R dit :

    Effectivement, j’ai des collègues d’Ingémédia et ça me semble être une très bonne école… plein de bon échos.

    HETIC, de mon point de vue, c’est une école pour les fils à papa qui n’ont pas été acceptés autre part… et EEMI je ne connais pas du tout mais ça ne m’étonnerais pas que ce soit dans le même style. Tjrs se méfier des écoles privées à 5000e l’année ou plus, c’est loin d’être un gage de qualité.. à part quelques rares exceptions.

    Sinon, j’ai récemment entendu parler d’une école publique (gratuite) d’ingénieur (certifiée cti) vers marne la vallée, qui propose une formation orientée vers le web, la com, l’audiovisuel. C’est l’IMAC je crois. Par contre pas bcp de visibilité ou de retours donc si quelqu’un en sait un peu plus ça m’intéresse.

  20. bgaillat dit :

    La confusion public&gratuit = qualité et payant&privé = mauvais ne me plait pas du tout… les deux n’ont aucun rapport a priori.
    On peut faire du bon privé et du mauvais public, il suffit de regarder les meilleurs classement du monde ce sont toutes des écoles « privées », les meilleurs école de commerce françaises sont également privées.

  21. bgaillat dit :

    Pour avoir fait plusieurs années à l’hetic je peux vous certifier que ce n’est pas une école de « fils a papa » 🙂 .
    Par contre je ne comprend pas du tout pourquoi le fait de payer rend l’école mauvaise ? Considérer que former son cerveau convenablement doit se faire gratuitement est pour moi incompréhensible…
    Surtout dans un domaine comme internet ou les entrepreneurs sont amenés a raisonner en cash et création de valeur ($investis VS $gagnés)

  22. bgaillat dit :

    Aucune idée Jean Philippe … je vais me renseigner

  23. Jean-Philippe dit :

    L’avis de la CTI sur l’IMAC est public et est disponible à http://www.cti-commission.fr/IMG/pdf/Avis_2010_06-05_Marne_la_Vallee.pdf . Clairement, le choix d’une habilitation CTI leur impose d’être très technique.

    En ce qui concerne l’HETIC, le parcours conduit a une certification professionnelle (inscrite au RNCP : http://www.cncp.gouv.fr/grand-public/visualisationFiche?format=fr&fiche=6088).

    Pour l’EEMI, je ne sais pas.

  24. J.C R dit :

    J’ai peut-être trop d’a priori sur les écoles privées ayant obtenu un diplôme d' »ingénieur » dans une école privée d’informatique dont nous voyons régulièrement les publicités un peu partout (c’est pas epitech). J’ai été profondément déçu par ce cursus qui coûte cher et dont le niveau est au final plus que douteux…

    En ce qui concerne HETIC c’est peut-être une très bonne école mais ça me parait-être très similaire à ingémédia mais en payant !?
    Je connais ingémédia depuis plusieurs années d’abord par des amis puis par des collègues et il me semble que c’est quand même la formation pionnière en france dans le domaine du web et surtout e-buiseness, notamment avec les projets de réalisations collectives débouchant régulièrement sur des créations d’entreprises. (depuis une quinzaine d’années il me semble). La question que je me pause est donc pourquoi payer alors qu’il existe la même chose en gratuit?

    En ce qui concerne IMAC ça me semble un peu différent du coup mais ça m’intéresse pour recruter un stagiaire 🙂 J’ai regardé un peu le programme, ça ressemble à une école d’ingé info classique (dc bon niveau technique, etc) mais avec une sensibilité et une ouverture au graphisme, à la vidéo et à la com. ça présage des profils intéressants

  25. […] les temps qui courent et même si pas mal d’écoles du web sont en train de voir le jour (Hetic et EEMI par exemple) il manque toujours des développeurs. C’est pourquoi je donne un petit coup de […]

  26. Mar' dit :

    Le diplôme de l’EEMI est reconnu par l’Etat?

  27. Pour le moment,et à ma connaissance, le diplôme de l’EEMI n’est pas reconnu par l’état

  28. Mar' dit :

    D’accord, et celui d’HETIC? (je crois que oui mais je veux être sur..)
    Et je voulais aussi savoir si vous pouviez me donner vos impressions sur HETIC après y avoir étudié.

  29. Oui celui de l’hetic est reconnu depuis un ou deux ans mais ce n’est pas le même niveau 😉
    Hetic c’est Bac+5 , EEMi c’est Bac+3

    Pour mes impressions sur Hetic ça mériterai un article entier mais en synthèse : C’est à l’heure actuelle le meilleur investissement de toute ma vie, rien que ça 😉

  30. Mar' dit :

    Oui ce qui est mieux, en effet. 🙂
    Rien que ça! c’est encore plus motivant! 😀

    J’ai cependant encore une petite question.. Connaissez vous d’autre écoles s’approchant d’HETIC? (Au cas ou je ne serait pas admise..)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


La vraie révolution de la Freebox V6

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Il y a deux jours Xavier Niel, le patron du fournisseur d’accès à Internet free, à, lors d’une grande messe digne d’Apple, annoncé le lancement de la Freebox V6 qui a pour nom la Freebox révolution.

Accueilli comme le messie par toute la presse (voir google actualités) peu de monde à détecter la réelle révolution de la Freebox : la hausse de 20 % du prix de l’abonnement pour les clients de Free en dégroupage total !

la Freebox V6

Pendant que tous les concurrents réfléchissaient à trouver des solutions pour financer le déploiement de la fibre optique et à sortir du model de forfait à 29.99 €, instauré par free, Free propose une nouvelle box en se basant sur les codes de communication, marketing et produits établis par Apple pour faire passer une augmentation immédiate de 20% du prix.

L’abonnement reste à 29.99 € mais Free facture 5.99 supplémentaire pour « dégroupage total », il faudra ajouter à ça la hausse de la TVA prévue d’ici deux ou trois mois et on se retrouve avec un forfait au alentour de 39.99 €.

De quoi largement booster le revenu par utilisateur (ARPU), d’environ 36 € en 2009 (Source ), au détriment de tous les concurrents qui augmenteront également leur tarifs mais sans présenter l’image d’innovateur de Free.

La Freebox révolution est donc un très beau projet de la part de Free pas seulement par le coté technique du produit mais surtout par le coté marketing et communication qui permet cette révolution de modèle tarifaire en libérant Free de son propre carcans établi en 2002.

Pour moi Xavier Niel est immanquablement le Steve jobs Français …

Steve Jobs, patron d'Apple

Xavier Niel, patron de Free

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

9 Commentaires

9 réponses à “La vraie révolution de la Freebox V6”

  1. Olivier dit :

    amusant 🙂

    mais l’honnêteté journalistique imposerait de dire que pour cette augmentation colossale de 6 € par mois (NB, le prix n’a pas bougé depuis des années), Free offre JUSTE l’illimité vers les portables

    A vous de voir combien cela vaut…

  2. Romulus dit :

    Olivier juste l’illimité vers les portables…. Mais vous plaisantez j’espère. Vous faites fi des incroyables évolutions technologiques de cette nouvelle freebox V6. Regardez avant de dire d’écrire n’importe quoi . Un peu de sérieux quand même

  3. Edouard dit :

    @ Romulus : je pense qu’Olivier faisait de l’humour ! 😉
    @ Olivier @ Benoît : Effectivement, moi je note surtout que pendant que tous les FAI s’arrachaient les cheveux pour savoir comment garder un pack à 30€ innovant, Free a su prendre le contrepied en proposant un pack plus cher, mais avec tellement d’innovations et de services que la hausse des prix passe en douceur. Au regard des évolutions présentes sur cette Révolution, au premier rang desquelles l’illimité tous opérateurs mobiles (autour de 100€ chez n’importe quel opérateur), la hausse des prix n’a pas l’air de gêner grand monde…. 2 millions de Révolutions commandées en 24h… 😉

  4. bgaillat dit :

    @Olivier et @Romulus : oui tu as raison , heureusement qu’il y a des services « en échange ». Ce que je veux souligner c’est surtout la rupture du model économique de Free de ces 8 dernières années.
    Avant = on empile les services dans un pack a 29.99 € et tous les concurrents s’alignent
    Aujourd’hui = Free n’hésite pas à faire payer l’amélioration des services (intéressants certes mais ce n’est pas le point de mon article).
    C’est en rupture complète avec leur système, ils l’annoncent en fanfare et tout le monde est content je trouve ça très très fort 🙂

  5. francki dit :

    Pour moi le calcul est vite fait: ayant un forfait sur mon fixe de 240mn sur portables à 17 € mois.A partir de janvier il n’existera plus, donc vu que je suis en dégrouper, je réalise une économie de 17 € et bien sur n’ oubliant pas son évolutions ….

  6. ToMa dit :

    Ça prouve bien que les gens sont prêt à dépenser un peu plus si on ne les prends pas pour des vaches à lait.
    Au final Free et les freenautes donnent une bonne leçon à la concurrence.

  7. gudes dit :

    J’ai 2 garcon de 24 et 27ans qui telephonent tous les jours à leurs copains et surtout leurs petites copines sur portable, résultat de la facture de free le mois dernier >90 € soit 60 € de plus.Rien que pour cela le calcul est vite fait.36€ mois plutot que 90 plus 2 abonnements portable .En plus ,pour que les concurents s’alignent sur les nouveautés de la v6 , cela coutera beaucoup plus que 36 € par mois…Voila ,malgré cette augmentation,Free reste devant ces concurents.

  8. Eric dit :

    En faite le coût total si on n’est pas dégroupé c’est 29,99, plus l’abonnement au téléphone à FT. Donc les 6€ c’est peu en comparaison. Surtout si on détaille bien tous les plus offert dans la V6. Et cerise sur le gâteau, chez Free cela fonctionne bien et la Hot Line est efficace. Je suis un client Free de la première heure qui ne perd pas de temps ni d’argent avec son FAI. Bravo Free, continuez

  9. Sebastien dit :

    Effectivement, cette nouvelle stratégie de Free est vraiment très bien pensée.

    D’autant que l’argument commercial « illimité vers les portable » permet aussi à Free de préparer son entrée sur le monde des abonnements mobiles (2012 ?).

    Je me permettrai une petite remarque: quid des boxs actuelles des abonnés ? Seront elles remplacées uniquement sur demande ?

    En conclusion, je suis d’accord avec Benoît, Niel n’a rien à envier à Jobs… Toujours un coup d’avance sur la concurrence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.