Tag : facebook

Facebook est une des entreprise les plus connue au monde grace à son site Internet : Facebook. Au départ simple outil de mise en relation entre étudiants de la même université Facebook est rapidement devenu une entreprise mondiale avec plus de 500 millions d’utilisateurs et une présence globale.
Facebook est également l’inventeur de l’open graph, système d’identification des « objets web » pour établir les préférences et les goûts des utilisateurs, le tout relié à leur profil Facebook. Les pages fan Facebook sont également devenues très rapidement un élément incontournable de la stratégie web de toutes les entreprises.


La recherche sociale Facebook, un futur relais de croissance pour le ecommerce ?

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Facebook a annoncé le 16 janvier le lancement prochain de son moteur de recherche sociale, il n’est disponible pour tous qu’au travers une recherche « test », mais avec des résultats personnalisés (vous pouvez essayer ici) . On peut également s’inscrire à la « béta » sur la même page.

J’ai eu le plaisir d’avoir accès au moteur pour tester de vraies requêtes  je vous propose donc quelques essais pour voir l’impact que cela pourrait avoir sur le ecommerce avec évidement cette interrogation : Facebook social search va t’il supplanter Google dans nos stats de trafic ?

Présentation de la recherche sociale de Facebook

D’un point de vue ergonomie le moteur de recherche occupe désormais une place beaucoup plus importante mais fait, paradoxalement  « moins moteur de recherche » avec le fondu du champ de saisie, bref c’est tout bleu et ça donne ça :

Facebook-search-engine

(cliquez pour agrandir l’image dans un nouvel onglet)

Le logo « F » reste toujours cliquable pour retourner sur la homepage et le moteur de recherche, toute la barre bleue en fait, « reste collé » en haut de page lors du scroll.

La première grosse nouveauté est l’affichage des pré-résultats de recherche et des suggestions de recherche en pratique :

moteur-recherche-facebook

Exemples de suggestions de recherches

propositions-recherches-facebook

Exemples de résultats pré-recherche

Pour rappel voici le moteur actuel :

facebook-recherche

J’ai testé un peu la pertinence des résultats et il est clair qu’il y a un énorme bond en avant sur la qualité des résultats. Il faut dire que le moteur de recherche de Facebook était une vraie honte en n’utilisant aucune des informations personnalisées disponibles de sa base de données. Là, les résultats sont pertinents et en plus permettent de découvrir pas mal de choses à l’aide de ce système de pré-suggestion de recherche que l’on peut affiner avec la touche TAB.

C’est donc en plus ultra pratique à utiliser. Je ne suis vraiment pas un fan de Facebook en général (manque de professionnalisme général du système, changements unilatéral constants, bref rien n’a changé ou presque depuis cet article ) mais je dois bien reconnaître que ce moteur est un réel plus et représente une réelle avancée dans le monde de la recherche et dans l’aspect social du web.

Attention, j’ai testé toutes mes requêtes en anglais vu que mon Facebook est configuré en anglais, il faudra voir si le moteur tient ses promesses en Français également. Après les présentations, attaquons maintenant à la grande question : Qu’apporte ce moteur de recherche social au Ecommerce ?

L’impact de la recherche sociale sur le Ecommerce

Le moteur de recherche de Facebook risque d’avoir plusieurs impacts pour le Ecommerce, au moins à moyen terme. Le premier, du à l’amélioration de la qualité des résultats va être une augmentation significative du volume des recherches, et donc plus de trafic vers les pages ou des informations jusqu’à présent peu exploitées.

Le moteur fonctionnant sur la base de l’open graph le changement le plus évident va être l’augmentation du nombre de pages web taggés et compatibles open graph. Si vos internautes likent vos produits sans open graph cela ne vous servira pas a grand chose dans le moteur de recherche Facebook. La compatibilité open graph va donc devenir primordiale , et offrir donc un bon business à toutes les agences facebook 😉

Si l’on parle de « trafic pur » renvoyé vers votre site il ne faut pas se voiler la face cela ne va pas changer grand chose. Je doute fort que Facebook vous apporte plus de trafic puisque toutes les recherches sont, dans l’idéal, redirigés vers des pages Facebook (par page j’entends page au sens html et non pas page fan) . Par contre dans l’open graph il y a des choses intéressantes qui peuvent laisser présager de bonnes nouvelles pour les e-commerçants. Il est en effet possible de créer ses propres objets (comme des produits) et ses propres actions : achat, consultation, ajout panier etc … Aujourd’hui ce n’est pas, a ma connaissance, standardisé par Facebook mais en respectant l’open graph on doit faire remonter les bonnes informations dans le moteur de recherche.

Un exemple avec les livres (le livre est un objet standardisé dans l’open graph)

Books my friends read facebook search

 

 

Maintenant imaginez la même chose avec des chaussures, de la Hi-Fi etc… et vous avez un vrai moteur de shopping par affinité avec une des plus grosses base de données du monde.  Attention, on redirige vers la page Facebook du magasin/objet et non pas vers votre site/produit, il va donc falloir encore mieux s’occuper de ses pages Facebook, peut être un jour auront nous un Facebook analytics digne de ce nom pour comprendre le trafic et les interactions sur notre page (source de trafic, mots clefs tapés, taux de conversion en fan etc …) .

Un des gros potentiel va aussi se situer dans le ecommerce cross canal, avec des requêtes de ce type par exemple :

shopping-places

 

Si vous possédez un réseau de vente il va devenir indispensable de renseigner toutes vos boutiques dans Facebook et d’inciter vos visiteurs à se géo-localiser dans vos magasins.

On voit bien qu’il va être nécessaire d’apporter un service de qualité et que la réputation va devenir une arme pour les commerçants. La viralité des informations va s’en retrouver multiplié, attention au bad buzz …

Conclusions

Facebook a ouvert un véritable boulevard (c’est même une autoroute 2* 15 voies) pour l’utilisation des données open graph au sein même de son site. C’est donc pour moi un nouveau pan de possibilités pour se positionner et gagner en visibilité. Cela va également obliger les marchands à développer une vraie marque pour renforcer leur position. C’est d’ailleurs le principalement changement par rapport à Google Adwords. Sur Adwords on annonce pour de la longue traîne (recherche produits, requêtes longues etc…) alors que sur Facebook il va falloir centraliser tout ça autour d’une marque forte qui sera représenté par votre page Facebook.

Le chiffre de la fin sera pour  une citation de Mark Zuckerberg :

Facebook is getting ‘a billion search queries a day’

Je le traduis tellement c’est important : Facebook reçoit environ 1 milliard de recherches par jour. Pour information Google fait environ 3 milliards de recherches par jour [Source Google zeitgeist] .

Imaginez le potentiel de croissance avec le nouveau moteur de recherche de Facebook …

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

5 Commentaires

5 réponses à “La recherche sociale Facebook, un futur relais de croissance pour le ecommerce ?”

  1. Thomas dit :

    J’ai hâte de tester ce nouveau moteur de recherche parce que le moteur actuelle est très difficile à prendre en main à mon sens.

    L’accès aux pages fan en sera-t-il facilité. Bonne question. Qu’en est-il de la place des résultats sponsorisés vs. résultats naturels. Quelle sera la place de chacun dans le moteur Facebook.
    Seront-ils mélangés avec une mise en avant des sponsorisés ou à la Google avec des résultats sponsorisés à droite ?
    Peut-être un nouveau standard d’ergonomie.

  2. Il y a fort à parier que Facebook nous sorte un « Facebook Adwords » pour apparaître en premier dans les résultats/suggestions de recherches. Ce serait un gros point pour leur rentabilité, peut être un peu moins pour la rentabilité des e-commerçants 😉

  3. Sébastien dit :

    J’attends avec impatience les accès pour analyser et voir les bénéfices de cette nouveauté dans une logique e-commerce.

    Concernant le chiffre du nombre de recherche entre Facebook et Google, faut-il encore voir les types de recherches. Le chiffre intéressant serait le volume de recherche sur des produits / marques 🙂

  4. oui j’imagine qu’un grand nombre de requêtes sont peu utiles pour des marchands , mais après tout sur google aussi 😉

    Voyons ça aussi dans le sens inverse, un marchand qui cherche des gens qui aiment des produits similaires pour essayer de les « contacter » pour parler gentiment.
    Avec un peu de scrapping c’est une grosse porte ouverte au spam 🙂

  5. Damien Mayoussier dit :

    J’aimerais avoir votre avis, ce nouveau moteur annoncerait-elle la renaissance du F-commerce?

    Si les résultats de recherche ne renvoient que sur des pages Facebook, l’e-commerçant n’aurait il pas enfin une réelle bonne raison d’exporter son catalogue sur Facebook?

    Si Facebook utilise l’ancienneté comme critère de pertinence des pages à proposer dans le moteur (comme sur google), l’e-commerçant n’aurait-il pas intérêt à se jeter avant ses petits camarades dans l’optimisation de son catalogue produit sur Facebook?

    Pour moi cette nouvelle (pas tellement commentée sur le net pour le moment), me semble annoncer un potentiel bouleversement du commerce électronique, un pas en avant de la réduction de la dépendance envers google et vers une nouvelle dépense envers facebook?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Boosket et le social commerce multicanal

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Vous connaissez peut être déjà Boosket, la solution ayant fait pas mal de bruit lors de son rachat par Patrick Robin et son agence 24H00.fr l’an dernier.

Si vous ne connaissez pas encore ce n’est pas bien grave, on va y remédier. Boosket est à l’origine une application de F-commerce développé par Josué Solis, le concept étant à la base de pouvoir proposer vos produits sur Facebook.

Le concept de F-boutique à été pas mal décrié, y compris ici, principalement à cause des attentes irréalistes  concernant tout ce qui touche à Facebook et de la pensée dominante estimant que c’était un nouveau canal de vente pour l’ecommerce du même type que Google Adwords. On en est loin…

Passé ce moment un peu chaotique certaines marques/communautés ont commencé à se poser la question autrement : Comment intégrer un aspect social et viral au Ecommerce. Cela à donné lieu à pas mal de tests et de choses sortant un peu de l’ordinaire et retravaillant l’expérience client pour l’adapter aux contraintes de Facebook.

Le nouveau Boosket est donc le résultat de cette réflexion, opérer une sorte de fusion entre les outils de social média et le Ecommerce pour offrir une expérience multicanal. Boosket est donc une solution ecommerce, dans le sens ou vous pouvez y créer/ajouter vos produits directement ou par flux, une F-boutique, une version mobile (et tablettes) de votre site et un flux d’export vers Google Shopping.

La partie mobile, et tablettes, est branchée avec Paypal par défaut et permet donc d’encaisser les paiements mais il me semble que Buyster est également à l’étude. C’est donc une sorte de pack prêt à l’emploi pour démarrer sur un, ou plusieurs, des canaux ci dessus en quelques minutes, le tout compatible avec l’open graph de Facebook.

 

La version actuelle est encore en béta et offre 1 mois d’essai gratuit, profitez en. http://www.boosket.com

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Findizer : Interview de Jerome KELOGHLANIAN

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Aujourd’hui une petite interview du co-fondateur de Findizer : Jérôme Keloghlanian qui me fait le plaisir de répondre à mes questions sur Findizer, un nouveau service de « shopping entre amis » (oui oui ça s’appel aussi du social shopping ) qu’il a crée avec Christophe Calice (ex co-fondateur de mister-auto.com). Enfin une bonne utilisation de Facebook et du Ecommerce ? On va voir ça avec Jérôme.

Salut Jérôme, peux tu nous décrire ton parcours et votre projet ? 

Bonjour, Je suis dans le web depuis plus de 10 ans. Ma dernière expérience a été la création et le développement du site marchand decathlon.fr. J’ai lancé ce site en 2006 et piloté son développement ainsi que sa dupplication à l’international. Auparavant, j’ai travaillé dans diverses fonctions au sein du groupe Oxylane, donc le magasin. Cette double expérience magasin/e-commerce a fait de moi un passionné du client 😉

Mon projet avec findizer est de prendre une place de leader en France puis à l’étranger dans ce que l’on appelle largement le « social shopping », même si je n’aime pas trop ce terme. Nous connaissons en effet tous les chiffres concernant l’importance que les e-consommateurs accordent aux avis sur internet. Mais cela va plus loin : 67% des consommateurs dépensent plus sur Internet à la suite d’une recommandation. En parallèle, 73% des sites marchands en France sont spécialisés et font moins de 100 commandes par mois. Ceux qui font le plus d’efforts donc pour construire une offre originale, sont les moins récompensés. Il m’a donc paru évident qu’il y a vait quelque chose à faire en croisant une offre originale et un moteur de suggestions personnalisées.

Je suis convaincu qu’il y aura, dans chaque pays, un leader dans ce domaine. Il n’y a par contre pas vraiment de place pour deux. Il s’agit donc d’être ce leader donc 😉
Ma page perso Findizer

Concrètement à Quoi sert Findizer pour les internautes et pour les e-marchands ? 

Pour l’internaute, findizer répond à un besoin latent : trouver de bonne idées de shopping. Nous souhaitons en effet devenir la source d’inspiration shopping quotidienne et personnelle du plus grand nombre. Pour cela, non seulement nous travaillons avec plus de 1700 boutiques en ligne ave cune offre originale, mais nous avons développé un algorithme puissant nous permettant de « deviner » quels produits peuvent correspondre à chaque membre. Cet algorithme apprend seul. C’est à dire que plus nous avons de membres qui utilisent le service et plus nos « prédictions » s’affinent. De même, plus un membre utilise le service et fournit à findizer des informations sur ses gouts et plus cette sélection de produit sera pertinente. C’est un projet à la fois complexe et passionnant…

Pour le marchand, cela me parait simple : chaque marchand est en recherche de trafic pour augmenter son chiffre d’affaires. findizer est une source de trafic supplémentaire mais bien plus qualifiée que la plupart ds autre sources de trafic. En effet, chaque visite en provenance de findizer est chargée de recommandations sociales dont on sait qu’elle a plus de chance de transformer.

En tant que marchand comment cela se passe pour être présent sur Findizer, et combien ça coûte ?

C’est très simple en fait. Cela se fait en 3 étapes :

1. le responsable du site doit se créer un compte personnel sur findizer
2. il doit ensuite indiquer qu’il possède un site marchand (et passer une procédure de validation qui nous permet de vérifier qu’il est bien le propriétaire du site)
3. il choisit alors la manière dont il souhaite nous envoyer ses produits. A ce jour, 3 solutions sont possibles : pour les sites prestashop, nous avons un module gratuit. Nous pouvons également intégrer les flux de lengow et de netaffiliation. D’autres mode d’intégration sont en cours dont un dédié à wizishop.
Pour l’instant, l’intégration des produits sur findizer est gratuite. Notre modèle économique ne sera valide qu’avec un fort trafic qui lui même sera la conséquence de la qualité de service. Nous sommes donc pour l’instant concentrés sur le service à 200%.

Peux tu nous donner les premiers chiffres après le lancement officiel ?

Délicat comme question 😉 En fait, nous ne communiquons pas sur les chiffres. Nous recrutons depuis notre lancement plusieurs centaines de membres par jour. Ce que je peux te dire, c’est que plus de 50% d’entre eux sont actifs dès leur première visite et cela est pour nous un ratio important. Par actif, nous voulons dire que ces finderz se créent des listes d’envies, likent des produits, et visitent des boutiques partenaires. Nous travaillons sur cet indicateur clé quasiment au quotidien.

Autre chiffre que je peux te donner : Cette semaine, plus de 30 boutiques ont ajouté leurs produits à findizer 😉

J’imagine que vous avez plein d’idées à développer pour la suite du projet, tu peux nous en donner quelque unes ? 

Le problème avec findizer, c’est que le périmètre est très large. Le site peut paraitre simple comme cela mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. La techno est en fait très complexe. Et fonctionnellement, nous avons des tonnes d’idées. Outre la création de nouvelles méthodes pour les marchands pour nous envoyer leur catalogue, je peux te citer :
– le lancement d’une version mobile,
– l’amélioration continue de notre algorithme,
– la création d’un nouveau mode d’inscription qui permet à chaque finderz, s’il le souhaite, de mieux se décrire afin de profiter de plus de pertinence dans les suggestions que findizer lui fait,
– Nous réfléchissons à la manière de permettre aux finderz eux-même d’ajouter des produits, comme sur la plupart des sites de curation, tout en gardant en contenu qualitatif et dédié au e-commerce,
– et tant d’autres …. d’ailleurs, une nouvelle fonctionnalité surprise sera lancée dès cette semaine 😉
Nous sommes d’ailleurs en train de recruter encore pour pouvoir augmenter notre capacité de production. Nous cherchons un stagiaire en informatique (développement php) pour une mission super passionnante débouchant sur un CDI.

C’est quoi les produits les plus sympa que tu as pu découvrir en ouvrant Findizer ?

Plein, mais je suis loin d’avoir découvert les presque 600.000 produits déjà présents sur le site ! Je les enregistre sur mon profil au fur et à mesure de ma navigation. Lorsque je découvre ces produits, que je ne connaissais pas pour la plupart, je me dis qu’il y a vraiment quelque chose à faire au croisement du « social shopping » et des boutiques spécialisées. C’est ça findizer !!!
Pour comprendre facilement le concept de Findizer voici une petite vidéo :
Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

3 Commentaires

3 réponses à “Findizer : Interview de Jerome KELOGHLANIAN”

  1. Julia@coaching minceur dit :

    Je pense que Findizer va avoir beaucoup de succès, en tout cas je leur souhaite! Je trouve que c’est une excellente idée et que tout le monde peut y gagner, les clients comme les sites marchands.

  2. Je suis bien d’accord avec toi Julia ! Tout viendra de la communauté autour mais le concept est sympa !

  3. Guillaume dit :

    En tout cas le site utilise des méthodes assez sales pour forcer l’installation de son plugin « Findizer ». Il suffit de taper « prefecture bordeaux » sur google pour s’en rendre compte. Il s’affiche une pub adwords et un site « vos-demarches.com ». Le site indique que pour avoir accès au contenu il faut entrer son email et autoriser l’installation du plugin Findizer qui n’est autre qu’une toolbar « code promo ». Très malin et surement rentable mais assez filou !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


WiziShop lance tilyx, un chat Facebook pour dynamiser son site marchand

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Wizishop vient de lancer un nouveau service: Tilyx, enfin une bonne idée dans le social commerce et non ne fuyez pas on ne va pas parler de boutique Facebook.

Concrètement que fait Tilyx ? C’est une application facebook intégrée sur les sites ecommerce qui permet aux visiteurs de votre site de pouvoir discuter avec leurs amis Facebook, ils peuvent ainsi très facilement partager des liens de vos pages et demander l’avis d’un de leur amis sur vos produits.

Pour le moment il est également possible de partager un bon de réduction histoire de conclure la vente mais de nombreuses autres fonctions sont prévues par Wizishop dans les prochains mois (dont l’intégration avec d’autres systèmes de chat type Gtalk/MSN etc..). Voici une démo du fonctionnement :

En quoi Tilyx est une bonne idée ?

Tilyx est d’après moi enfin une bonne utilisation des possibilités de Facebook, non pas en rêvant de pouvoir vendre aux 900 millions d’utilisateurs de Facebook mais en se utilisant l’aspect communautaire de Facebook pour l’intégrer sur son site Ecommerce.

On peut imaginer demain discuter a plusieurs sur un même produit/page, voir à créer des sortes de cabines d’essayages et reproduire ainsi les modèles de shopping en magasin entre copines/copains. La recommandation ainsi crée va permettre d’augmenter la confiance sur l’achat et peut être de booster les taux de conversion. Qui est le plus crédible, un ami qui vous recommande ce produit ou un avis d’utilisateur inconnu ? Vous avez la réponse je pense 😉

Pour tester Tilyx vous pouvez aller sur http://www.acheter-lunettes.com/ ou http://www.feeriecake.fr/ ou sur le site officiel : http://www.tilyx.com/ . J’ai testé avec Fabrice de E-Komerco et le résultat est pas mal du tout , très transparent et naturel pour l’internaute qui est sur Facebook, cela peut être un excellent levier de viralité.

Le seul problème c’est qu’il n’est pas possible de récupérer coté marchand les infos des internautes ayant utilisé le tchat, il faudra penser à mettre en place une stratégie pour générer des likes et/ou des abonnements à la newsletter  pour garder contact. Cette limite est du aux CGV de Facebook malheureusement et il y a peu de chance qu’elles changent pour autoriser ça…

Tylix est pour le moment réservé,gratuitement, aux wizishoppiens mais sera bientôt dispo pour tous alors n’hésitez pas à le tester !

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Le Facebook retail pour bientôt ?

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Facebook, malgré son introduction plus ou moins ratée en bourse (avec 68 milliards de market cap à ce jour quand même… ), est un des changements majeur de cette décennie et même si son impact/relation avec le ecommerce n’est pas encore tout à fait clair, voir nos articles sur le facebook commerce l’interaction entre les deux ne peut que se renforcer.

L’impact de Facebook sur le retail classique ( la distribution en magasins) est donc encore plus hypothétique à priori et pourtant ! La marque de vêtements C&A à lancé au Brésil une opération plutôt surprenante, mais très intelligente, d’interaction entre Facebook et le magasin de la marque.

La problématique ?

Lorsque vous déambulez dans le magasin il est difficile de reconnaître les modèles à la mode et ceux qui plaisent le plus aux autres clients, or sur le net les 900 millions d’utilisateurs de Facebook likent tous les jours des milliers de produits sur votre site (un peu partout sur le web également).

Pourquoi ne pas associer les deux et informer les clients en magasin à l’aide de cintres affichant le nombre de likes des internautes ? C’est tellement simple que c’en est génial. En un clin d’oeil vous pouvez voir les produits les plus populaires directement en magasin.

Vous pouvez voir une démo vidéo ci dessous pour avoir plus d’explications :

C’est d’après moi la première vraie passerelle entre un magasin physique et Facebook et la première utilisation sérieuse de l’opengraph.

Vous avez d’autres exemple de l’utilisation multi-canal de Facebook ou d’autres sites sociaux ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

4 Commentaires

4 réponses à “Le Facebook retail pour bientôt ?”

  1. Videopole dit :

    Pas mal du tout le principe, je vois déjà les chefs de produits liker leurs invendus pour stimuler les ventes ^^

  2. Hey je n’avais pas pensé à ça 😉 c’est pas bête non plus comme principe !

  3. Mick dit :

    Faudrait pas que le prix des cintres fasse grimper le prix de vente des fringues !
    🙂

    Sinon l’idée est vraiment intéressante !

  4. Sébastien dit :

    Cela pourrait également avoir l’effet inverse sur les consommateurs ! 😉
    Le consommateur cherche de plus en plus des produits uniques. Finit le temps de l’uniformisation. Du coup, de savoir que X personnes aiment ce produit et donc l’ont potentiellement acheté, cela pourrait en refroidir plus d’un (ou d’une, surtout lorsqu’on parle de mode ! :D)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


le social commerce en images

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Le social commerce est certainement le sujet de discussion le plus à la mode en ce moment dans l’ecommerce : Facebook, Twitter et maintenant Pinterest, personne ne peut y échapper.

Il y a a beaucoup de monde qui en parle, certains sont pour, d’autres contre mais les prévisions de croissance sont là, 30 milliards d’euros de prévus en 2016 et les millions de membres des réseaux sociaux font plus que saliver les e-commerçants et marketeurs.

Bien sûr le social commerce ce n’est pas, pour le moment,la boutique sur Facebook, voir l’avis sur le F-commerce de Mickael : Le f-commerce est utile et nécessaire, mais ce n’est pas l’avenir du e-commerce, pour moi l’avenir court terme c’est plutôt l’open graph. Pour un vrai démarrage du Fcommerce il faudrait déjà améliorer la plateforme de base, voir Facebook va-t-il se professionnaliser ?

Pour l’open graph par contre voici deux exemples d’intégration des tags Facebook, un à mon niveau et un deuxième avec Dailymotion.

Impact sur les likes d’info-ecommerce avec l’intégration « minimale » d’open graph :

Impact de Facebook sur le trafic de info-ecommerce

On voit clairement la hausse après le 20 décembre des likes, et pourtant les articles ne sont pas plus nombreux. Résultat on ne peut plus clair sur le trafic :

Impact de l open graph sur le trafic

On peut constater un doublement du trafic en provenance de Facebook, donc même pour un « petit site » ça fonctionne et sans trop d’investissements. Maintenant si vous avez les moyens pour bien développer une application qui remonte dans le système de « ticket » de facebook (les infos sur le coté) vous pouvez obtenir ça :

Ce sont les statistiques de Dailymotion avant et après l’intégration, poussée, de l’open graph Facebook. MAU doit être l’abréviation pour Monthly active user, et DAU pour Daily active user, le détail sur le calcul des « actives users » est ici

Le Social Commerce est donc bien une source d’interactions et de trafic pour le moment, à vous de savoir en tirer parti !

Infographie sur le Social Commerce :

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Interview de Céline Galliano, créatrice de Madame Choup

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Ce matin c’est une interview de Céline Galliano, la créatrice du site MadameChoup, que j’ai eu le plaisir de vous présenter. MadameChoup  est un site ecommerce qui propose des créations uniques de tabliers de cuisine. C’est une petite niche mais le projet à été couronné par un Prestashop Awards lors du dernier barcamp prestashop.

Bonjour Céline, peux tu présenter ton site MadameChoup et nous raconter un peu ton parcours ?

Madame Choup est un site de vente en ligne spécialisé dans le commerce de tabliers de cuisine féminins et glamour, dont la coupe est largement inspiré des créations américaines de années 50.
La forme reconnaissable des tabliers Madame Choup leur valent une dénomination particulière : un peu plus que de simples tabliers de cuisine, ce sont des « cooking dresses ».
Pour ce qui est de mon parcours, je vient de l’univers de la publicité et plus particulièrement de l’univers du web dans lequel j’ai pu, au fil des années et des expériences dans diverses agences, enrichir mon expertise.
Lasse de ce métier qui ne me donnait plus grande satisfaction côté agence, j’ai décidé d’aller voir du côté annonceur. L’Atelier des Chefs avait l’avantage de toucher à un univers qui me passionne, la bonne cuisine.
J’ai rejoins leurs équipes et j’ai appris à leur contact que les mécanismes et les réflexes étaient très différents lorsqu’on est du côté de l’annonceur.
Rapidement, l’idée de monter mon propre projet entrepreneurial a germé… et après quelques temps j’ai lancé le site www.madamechoup.com

Comment as tu eu l’idée de créer un site de tabliers de cuisine ?

Lorsque j’ai commencé à réfléchir à mon projet d’entreprise, je me suis dit qu’idéalement, il fallait qu’il combine mon expertise du web, mon goût pour la cuisine et un domaine qui m’a toujours fait envie sans pouvoir y toucher : la mode.
L’enjeu était de taille et trouver la bonne idée a tout de même pris un certain temps.

Tu avais déjà une bonne expérience des sites internet, quel à était l’aspect le plus compliqué du projet ?

C’est vrai, mon expertise du web était un atout majeur lorsque j’ai décidé de me lancer dans l’aventure. Mais il y a d’autres domaines dans lesquels je n’avais encore absolument aucune expérience, comme la couture par exemple ! Je dessine moi-même tous les modèles et j’en fabrique les prototypes. Avant de me lancer dans une telle entreprise, j’ai donc du me former aux diverses techniques pour pouvoir diriger efficacement les équipes des ateliers de couture français avec lesquels je travaille.

As tu fais une opération de communication spéciale pour le lancement de ton site ?

Non, mais j’ai lancé la page facebook quelques mois auparavant, j’ai posté des photos des prototypes et essayé de créer l’envie. Une phase de teasing en quelque sorte 🙂 J’ai aussi bénéficié du trafic lié aux internautes qui suivaient mon blog de couture.
J’ai continué à avoir une stratégie très orientée vers les réseaux sociaux.

Tu as pas mal utilisé les réseaux sociaux avec ton opération « j’en parle à 10 amis en échange d’une réduction », peux tu nous en dire plus sur l’origine de cette idée et sur son impact ?

Je cherchais un moyen de créer du trafic qualifié vers mon site, je voulais que ça fonctionne un peu sur le principe du bouche à oreille, un peu comme quand on est invitée par une copine dans une réunion Tupperware.
Avec le bouton d’achat malin Madame Choup on achète le produit et on bénéficie d’une réduction sitôt qu’on partage avec une dizaine d’ami(e)s. En général on est content de son achat, alors on joue le jeu et on invite des personnes susceptibles d’êtres intéressées. Cette idée de réduction d’achat, qui est toujours active sur le site, m’a notamment value une récompense cette année lors de la remis de prix des Prestashop Awards pour son caractère innovant.

Comment as tu sélectionné ton fournisseur , le Made in France était il important pour toi ? Y’a t’il un surcoût ?

Oui, je tenais à créer une entreprise dont les produits seraient fabriqués sur le sol français. C’était une question d’éthique. Très vite je me suis rendue compte qu’il n’était pas aisé de trouver un fabricant français tant l’ensemble de l’industrie textile a été délocalisée. Je ne me suis pas découragée et j’ai finalement réussi à trouver chaussure à mon pied. Je travaille avec deux ateliers, l’un se charge des gros volumes et l’autre assure un peu plus de souplesse pour les commandes spéciales et les situations d’urgence. Le surcoût est très important, je me suis longtemps demandée si mon entreprise allait pouvoir être viable en affichant des prix qui prennent en compte ce paramètre. Maintenant je crois avoir fait le bon choix, les acheteurs sont de plus en plus sensibles à la fabrication française et veulent acheter « responsable ».

Tu as gagné un prestashop awards il y a peu de temps, pourquoi avoir choisi prestashop et quels conseils donnerais tu à ceux recherchant une solution e-commerce ?

Prestashop est une plateforme très souple et idéale pour débuter petit et se développer progressivement, c’est un des meilleurs outils (à mon sens) pour gérer un petit/moyen catalogue de produits. D’abord elle est gratuite, et surtout, il n’est pas nécéssaire d’avoir de grandes connaissances pour maitriser sa boutique au quotidien. J’avais besoin de pouvoir gérer ma boutique seule, sans avoir à me retourner vers le développeur à chaque instants.
Si je devais donner un conseil à quelqu’un qui se lance sur un e-commerce : choisissez Prestashop et entourez-vous d’un très bon développeur !


Quelles sont les nouveautés à venir sur MadameChoup pour 2012 ?

Je pense développer de nouveaux modèles, nouvelles coupes et renouveler la collection. Je réfléchis également à la créations de divers accessoires pour enrichir la gamme des produits. Pour ce qui est de la communication, on ne va pas s’arrêter sur une si belle lancée, je vous réserve de nouveaux petits trucs à la manière du bouton d’achat malin mais…. chut 😉

Es tu à la recherche de compétences ou d’opportunités ? (investisseur, recrutement, opérations marketing ?)

Pour ce qui est des opportunités, cette année le site a été suffisamment exposé pour intéresser différents partenaires et médias. Mais, comme on ne peut pas toujours compter que sur sa bonne étoile, une nouvelle personne vient me rejoindre pour m’accompagner sur le développement et la communication à compter de ce mois de janvier. Pour le reste, Madame Choup est ouverte à toutes les opportunités 😉

Pour finir qu’est ce qui est le plus difficile d’après toi dans le lancement de son site E-commerce ?

Je pense que c’est l’exposition : il faut communiquer intelligemment, utiliser les outils qui sont encore peu exploités comme les réseaux sociaux, et agir vite si on veut atteindre un premier seuil de rentabilité sans se ruiner. Aujourd’hui, je ne crois pas qu’on puisse lancer un site e-commerce en dilettante si on veut pouvoir en vivre. C’est un travail à temps plein. En tout cas pour moi ;D

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

4 Commentaires

4 réponses à “Interview de Céline Galliano, créatrice de Madame Choup”

  1. Mickael dit :

    Je trouve que le graphisme du site est vraiment réussi et en parfaite adéquation avec le thème.
    Bravo !

  2. Benoit dit :

    Une copine vient de recevoir sa commande et je dois admettre que c’est super ! Le produit est bien protégé et emballé, le tissu et de super qualité et le style fait vraiment très année 50 avec un petit coté « Brie » de desperate housewife 🙂
    Elle adore !

  3. Miss Lingerie Sexy dit :

    Très beau site, félicitations !

  4. Erwan o dit :

    je découvre juste la boutique et cette interview très sympa. J’adore la boutique, très jolie et l’achat malin m’inspire beaucoup.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Ou en est le Social Commerce ?

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

On parle beaucoup du F-commerce depuis quelques mois, est-ce une nouvelle révolution de l’ampleur du passage du minitel à Internet ? Est-ce la fin du règne de Google ? C’est à mon avis un peu exagéré et surtout limité car la vraie évolution, et non pas révolution, ce n’est pas tant le F-commerce que l’apparition du « social commerce« , un concept un peu plus global.

Le social commerce ce n’est pas que Facebook, même si il est énormément impliqué, mais c’est une nouvelle approche du partage des envies et du shopping avec le coté dématérialisé propre à Internet. Ce n’est donc pas une révolution ni la fin du commerce plus classique mais juste une approche incluant le partage d’informations avec son réseau web.

Chaque site peut donc faire du social commerce, sans forcément axer toute sa politique sur l’ouverture d’une boutique Facebook, même si cela peu être un premier pas c’est souvent insuffisant (voir Le f-commerce est utile et nécessaire, mais ce n’est pas l’avenir du e-commerce ).

Aujourd’hui interagir avec sa communauté, c’est à dire des gens ayant le même centre d’intérêt que vous, permet de se faire connaitre plus rapidement et représente un réel canal d’acquisition de commandes à moyen terme. Avec 600 millions d’inscrits sur Facebook il ya forcements certains de vos futurs clients.

Attention, le secteur du social commerce est encore en phase de maturation, n’espérait pas doubler votre CA en ouvrant une boutique Facebook. Comme tous les canaux d’acquisition il faut mettre en place une série de modifications et d’optimisations tout au long de la vie de ce canal. A ce titre implémenter les tags open graph peut vous aider à mieux interagir avec Facebook.

Etre compatible Open Graph c’est comme avoir une structure de page optimisé SEO, c’est en commençant tôt que vous serez le meilleur !

Voici pour vous guider quelques chiffres sur l’avancé du social commerce aujourd’hui :

Et vous comment travaillez vous l’approche sociale de votre site E-commerce ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Rétrospective des articles les plus consultés sur 2011

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

ET voila nous sommes,déjà,  l’avant dernier jour de 2011, c’est l’heure de faire un petit bilan des articles vous ayant le plus intéressé sur info-ecommerce tout au long de cette année 2011 riche en changements !

En effet le blog a subi pas mal de changements, plusieurs techniques d’autres ergonomiques. Nous avons changé l’intégralité des urls des articles pour rendre leur structure plus simple et plus flexible, j’avais un peu fait n’importe quoi au lancement du blog il y a deux ans. Les catégories ont été revues également avec une structure que j’espère plus logique et permettant de trouver une information plus rapidement.

La charte graphique a également changé, le vert de l’ancienne version ne me convenait plus, place à un gris un peu plus sobre et à une mise en page plus simple. J’en ai profité pour virer plein de plugins inutiles et améliorer les performances de chargement du site.

La partie technique a pas mal changé également, on est passé d’un hébergement perso OVH à une tentative, ratée, d’hébergement chez Amazon et un retour en catastrophe chez OVH, avec quelques jours d’indisponibilité pour le site.

Aujourd’hui la partie SQL est chez OVH en serveur privé SQL (ça dépote) avec un hébergement de fichier chez OVH également et un peu de cache. Je vais planifier la configuration du CDN chez Amazon S3  pour booster encore un peu plus le chargement du site mais un espèce de caractère spécial non identifié retarde ce projet (un ]]&;d  qui traîne dans le header si je fais appel aux fichiers chez Amazon… ). Donc une année mouvementée niveau technique, j’espère pouvoir me concentrer sur de la création (textes et services) en 2012 plutôt que sur la correction de bugs.

Et au niveau contenu ça a donné quoi ? Et bien je remercie très chaleureusement les 115 000 visiteurs qui sont venus sur Info-ecommerce en 2011 et qui ont lu en moyenne deux articles (un tout petit peu moins en fait) cela fait donc environ 200 000 lectures d’articles en 2011 pour les 322 articles publiés à ce jour,171 en 2011, 145 en 2010 et 6 en 2009.

Le trafic a été multiplié par 4 entre 2010 et 2011, si l’on reste sur la même tendance pour 2012 on pourrait atteindre 500 000 visiteurs, c’est un bel objectif tout à fait réalisable 😉

Bien sûr la nomination en tant que meilleur blog e-commerce 2011 par la Fevad n’est pas pour rien dans ce boost de trafic, encore une fois merci à toute l’équipe et au jury de la Fevad pour ce prix qui motive à écrire des articles encore plus intéressants et utiles pour les e-commerçants.

Après tout ce blabla voici donc la liste des articles les plus lus sur info-ecommerce en 2011 :

En top position on retrouve Groupon, certainement l’entreprise E-commerce de l’année 2011 (en bien et en mal) avec deux articles :

Groupon, attention aux fausses réductions ! et Groupon, un modèle à 6 milliards qui a ses limites ?

Avec la croissance phénoménale de la société il n’est pas étonnant que beaucoup de gens s’interrogent sur le succès et les méthodes de ce géant du E-commerce.

En troisième position on trouve un débat assez intéressant entre L’HETIC et L’EEMI : HETIC VS EEMI qui a généré pas mal de commentaires et de questions de la part d’étudiants ou de futurs étudiants.

En quatrième place c’est un article de Romain sur l’organisation de la période « pré-lancement » de votre site E-commerce : Lancement d’un site e-commerce : organiser son teasing

En cinquième position du top 2011 c’est un article que j’ai adoré et c’est surtout un article de Mickaël, co-fondateur de Lengow et invité permanent sur le blog avec un sujet on ne peut plus d’actualité : le F-commerce : Le f-commerce est utile et nécessaire, mais ce n’est pas l’avenir du e-commerce

Voila 2011 c’est fini, place à 2012 et à son lot de surprises 🙂 Passez un bon réveillon et à l’année prochaine !

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

3 Commentaires

3 réponses à “Rétrospective des articles les plus consultés sur 2011”

  1. Axel Bouaziz dit :

    Félicitations Benoît pour cette année et ouch ton nombre de visiteurs 😉

  2. Merci Axel mais j’espère que ce n’est que le début 🙂

  3. Audran dit :

    Merci pour cette rétro et un grand bravo pour les performances du blog en 2011! C’est on ne peut plus mérité.
    En ce qui concerne la charte graphique, je préfère celle là à l’ancienne. Beaucoup plus classe et lisible.

    @+ et bon réveillon!

    Audran

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


L’histoire du Facebook-commerce

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Personne ne sait vraiment à quoi ressemblera le E-commerce d’ici quelques année mais une chose est sûre, le social commerce, et avec lui Facebook, devrait avoir sa place dans l’écosystème d’acquisition de clients.

Pour l’instant le F-commerce n’est pas la panacée niveau ventes, et ce n’est peut être pas son but, mais avec 500 millions d’utilisateurs cela vaut le coup de réfléchir aux différentes interactions entre Facebook, votre site et vos clients.

L’histoire entre le E-commerce et Facebook ressemble plus à « Je t’aime moi non plus »  :  Une plateforme pas forcément optimisée, des temps de chargement assez long, peu de confiance etc…

Bien sûr tout ne peut pas être fait du jour au lendemain, les éléments du social commerce se mettent en place petit à petit.

Voici donc un récapitulatif très complet sous forme d’infographie pour retracer la, petite, histoire du F-commerce.

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.