Tag : comparateurs

Google Shopping devient payant : que faut-il savoir ?

par Mickael FROGER - Il y a 5 ans

Google Shopping, le comparateur de prix gratuit de Google est sur le point d’évoluer et de devenir un service payant à partir du 13 février 2013 dans plusieurs pays incluant la France, le Royaume-Uni, le Japon, l’Italie, l’Espagne, les Pays-Bas, le Brésil, l’Australie et la Suisse.

google shopping

Déjà en place aux Etats-Unis depuis octobre dernier, le nouveau modèle commercial de Google Shopping entrainera quelques changements pour les e-commerçants français.

Cette transition débutera mercredi prochain et sera complètement effective à la fin du 2ème trimestre 2013.
Même si elle est progressive, il est essentiel de se préparer en amont afin d’être opérationnel le jour J pour offrir aux consommateurs la meilleure expérience e-commerce possible.

Structure de fichiers

Comme chaque comparateur, Google demande une structure particulière pour intégrer les produits des marchands dans son moteur. Il est important de bien suivre les spécifications techniques demandées afin d’avoir un catalogue produits répondant aux attentes exigées par Google, vous trouverez sur cette page un bon nombre d’informations vous permettant de structurer vos flux correctement.

Passage d’un modèle gratuit à un service payant

Le modèle gratuit prendra bientôt fin et Google Shopping devient donc un service payant.
Basé sur un modèle de CPC à l’enchère, les marchands pourront gérer le CPC de leurs campagnes produit par produit. Le CPC sera directement contrôlé depuis le compte marchand Google Adwords. Ce CPC déterminera le positionnement des offres des marchands, il est donc nécessaire de créer efficacement ses campagnes et bien positionner ses enchères.

Changement de l’interface de gestion

C’est la seconde grosse nouveauté de Google Shopping, il n’était auparavant pas obligatoire de posséder un compte Google Adwords pour diffuser son catalogue produits sur Google Shopping, cela se faisait via un compte Google Merchant Center.

Désormais il faudra posséder les deux (Google Merchant Center + Google Adwords) afin de les relier ensemble.
D’un côté, la gestion des campagnes et des CPC s’effectuera depuis le compte marchand Google Adwords, tout comme les campagnes SEM. De l’autre, le catalogue produits sera quant à lui indexé via le compte Google Merchant Center.

Cela pose un soucis pour les marchands qui ne possèdent pas de compte Google Adwords et qui surtout n’ont aucune compétence sur cette plateforme, ils vont devoir se mettre à Adwords rapidement.
De notre coté, chez Lengow, nous allons tout mettre en place pour aider au mieux les marchands et ainsi tout piloter au sein de la solution pour éviter de gérer tout cela au sein de son compte Google Adwords.

Une nouvelle présentation des produits

La volonté de Google est de clarifier les résultats de recherche produits au sein de son moteur. Le nouveau modèle commercial de Google Shopping sera donc dorénavant basé sur Product Listing Ads (PLA).

plads

Avec cette nouvelle visualisation de produits, les marchands rémunèreront Google Shopping sur une base de CPC. Cela signifie que les e-commerçants seront imputés seulement si un internaute clique sur leur annonce et est redirigé vers leur site web : ils ne payent que lorsque Google dirige un client vers leur boutique.

Un suivi approfondi des campagnes sera nécessaire

Google fait évoluer son service de recherche produits vers un modèle au CPC géré depuis un compte Google Adwords. Le moteur de recherche a démontré sa capacité à générer beaucoup de trafic pour les marchands. Il sera donc désormais nécessaire de bien contrôler la diffusion de produits et des campagnes pour éviter des coûts élevés au final.

Le contenu même des catalogues sera déterminant.
Auparavant, et du fait de sa gratuité, beaucoup de marchands avaient tendance à négliger les informations de leurs produits au sein de Google Shopping. Désormais, du fait de son modèle payant, il faudra vérifier que toutes les informations soient présentes et bien à jour au sein de son catalogue, c’est ce que souhaitait Google : améliorer la qualité des données affichées.

Les conséquences d’un tel changement seront naturellement une charge de travail supplémentaire pour les marchands qui vont devoir optimiser finement leurs catalogues produits. Ils doivent s’assurer que leurs flux soient bien optimisés et mis à jour chaque jour; En effet, les Product Listing Ads nécessitent l’information produit la plus complète et adéquat possible !

Mickael FROGER

Co-Fondateur – Lengow

7 Commentaires

7 réponses à “Google Shopping devient payant : que faut-il savoir ?”

  1. Renaud dit :

    Le soucis avec Shopping c’est que l’affichage PLA est géré par Google en fonction du flux produit (possibilités de filtrage par l’annonceur). A votre avis que va optimiser Google, le ROI du marchand ou le CA de sa régie ?

  2. eCom-Store dit :

    Àprès avoir tué les autres comparateurs et favorisé son propre service, Google monétise Shopping… Bravo!

  3. Google ne pense qu’aux webmasters bien sûr, rappel toi : « Don’t be evil »
    Oui je sais ça fait longtemps 😉

  4. Denis Fages dit :

    Je me permet une petite pub pour mon livre destnée à aider les e-commerçants à dépenser le moins possible et à obtenir le maximum de Google Adwords. Il s’agit donc du Guide d’optimisation de Google Adwords. C’est un e-book dont la version 2 vient de sortir (la 3 est en préparation).

    Sachez également que pour toute ouverture de compte Adwords, je peux vous offrir un code qui vous donne 75€ de crédit pour 25€ acheté. 🙂

  5. Creatine dit :

    On nous l’avait annoncé pour le 12 février si ma mémoire est bonne et maintenant c’est pour mars…. ahh GOOGLE

  6. vianney@coque samsung galaxy s4 dit :

    bonjour
    je réagis a denis fages ton livre est il en vidéo en DVD as tu une formation DVD a proposer pour les google adwords
    cdtl vianney

  7. Penichon dit :

    Bonjour,
    Comment vendre des piecesdemonnaie sur Google shopping? Est ce possible ou vais je perdre de l’argent? Comment fonctionne la rémunération pour Google?
    Je ne saisi pas?
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Atelier E-commerçant à Lille par Lengow

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Un news rapide pour vous informer que mes amis de chez Lengow viennent d’annoncer qu’un nouvel atelier E-commerce aller voir le jour à Lille le jeudi 1er septembre (entre 9h00 et 18h00).

C’est gratuit pour les e-commerçants (et 25€ pour les agences) et concernant l’optimisation de la rentabilité sur les comparateurs de prix et les marketplaces. le programme précis est le suivant :

    • Etat des lieux du marché e-commerce
    • Pourquoi diffuser sur les comparateurs de prix ?

  • Pourquoi diffuser sur les places de marché ?
  • Pourquoi mettre en place une campagne de retargeting ?
  • Pourquoi et comment vendre vos produits sur Facebook ?
  • L’importance de l’optimisation des catalogues produits
  • Les mesures de rentabilité sur les différents canaux de diffusion
Vu qu’il y a pas mal de E-commerçants dans le Nord je vous conseille de vous inscrire rapidement ici même pour ne pas louper cet atelier. Sinon c’est ici : 31 rue INKERMANN59000 LilleFrance


View Larger Map

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

1 Commentaire

Une réponse à “Atelier E-commerçant à Lille par Lengow”

  1. Traiteur lille dit :

    J’y serai, au plaisir de boire un verre avec les lecteurs de ce killer blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Lengow : retour sur 1 mois d’utilisation

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Voila déjà un mois que j’ai la chance de tester Lengow, une solution d’export de catalogues, sur Meilleursvinsbio, il est donc temps de faire un petit bilan pour partager un peu mon expérience.

Tout d’abord qu’est ce que Lengow ?

Lengow est un service web qui permet de gérer les exports de catalogue. Lorsque vous voulez vendre vos produits sur une marketplace, ou les exporter sur un comparateur de prix il faut pouvoir envoyer vos informations dans un format compréhensible par le comparateur de prix ou la place de marché. Bien évidement tous les comparateurs utilisent leur propre système de rubriquage, de nommage et de répartition du contenu ce qui rend l’opération complexe.

Avant Lengow chaque nouveau comparateur me demandait donc du travail pour exporter le flux au bon format, même si avec rentashop l’opération était très facile pour certains comparateurs.

Aujourd’hui j’ai juste à sélectionner le nouveau comparateur et hop mon flux, 100% compatible avec le comparateur, est activé par Lengow.

Quelques résultats.

Avant Lengow  j’utilisais 3 comparateurs de prix (Google shopping, Eco-sapiens et Shopping.com) et j’en avais deux autres « bloqués » car mon flux ne correspondait pas à leurs spécifications. Le problème a été réglée en 48 heures après le passage sur Lengow et j’ai désormais accès à d’autres comparateurs (Shopzilla, Achetez Facile et Twenga ) avec des fonctions sympa qui ont améliorés mon positionnement et la catégorisation de mes produits.

J’ai pu ajouter ces comparateurs sans passer plus de temps à la gestion des catégories et des branchements et je consacre le même laps de temps chaque jour à optimiser mon catalogue mais il est diffusé plus largement, c’est une bonne opération 🙂

J’ai également pu créer une boutique Facebook très facilement car il n’y a eu aucune configuration de mon coté (je ferais un comparatif bookset/lengow /Payvment un de ces jours)

J’ai voulu commencer une boutique Ebay mais comme je ne sais pas bien vendre sur Ebay je ne suis pas aller très loin …  Je re-testerai plus tard.

Ca ressemble à quoi Lengow ?

Pour vous montrer un peu le back office voici deux captures de mes données (pixelisées hein quand même ^_^).

Voici le back office de Lengow avec la liste des comparateurs sur lesquels vous êtes inscrits. Si vous en voulez un nouveau cliquez sur le bouton vert et choisissez le nouveau comparateur. Lengow fera le branchement et vous l’activera rapidement (mais vous devez créer un contact commercial chez le comparateur avant bien sûr …)

Pour la partie « gestion de l’offre » on peut modifier les catégories et les produits pour chaque comparateur pour en tirer le meilleur parti.

Petite synthèse

Alors Lengow est-ce utile ? Pour moi qui ai seulement une soixantaine de produits cela m’a permis de multiplier les sources d’acquisition de trafic sans partir dans des considérations techniques qui aurait pu me ralentir. Il me reste encore à tester les marketplace comme Rueducommerce, Amazon et Fnac si elles acceptent les sites de vins.

Le branchement avec Adwords est aussi possible et permet de gagner du temps dans la campagne de SEM mais il est indispensable de repasser sur les annonces pour bien gérer votre campagne de mots clefs, le tout automatique ne donnant pas des résultats intéressants.

Je suis donc très satisfait de ce premier mois avec Lengow. Mon objectif pour le mois numéro deux étant d’améliorer mon catalogue produit pour acquerir plus de visibilité sur les comparateurs.

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

29 Commentaires

29 réponses à “Lengow : retour sur 1 mois d’utilisation”

  1. Pierre dit :

    Slt,

    Pourrais tu nous indiquer, l’impact sur % de vente supplémentaire avant et après).

    Cela serait super, pour illustrer le ROI

    Moi j’hésite aussi avec Beezup (gratuit pour peu de produits) ou Shopping flux (qui semble aller tres loin et tjs pro actif)

    Merci

  2. bgaillat dit :

    Salut Pierre
    J’avais prévu de le mettre dans l’article mais ce n’est pas pertinent in-fine car durant cette période nous sommes passé en V2 sur Meilleursvinsbio et c’est cela qui draine la hausse du taux de conversion.
    Par contre je publierai dans quelques mois la tendance du trafic en provenance des comparateurs.
    Le ROI est facile par contre, Lengow c’est 100€ par mois soit 2 ou 3 heures de travail, est ce que tu gagnes deux / heures de travail par mois avec Lengow ? Oui clairement.
    Je n’ai pas encore testé Beezup et Shopping-flux par contre …

  3. Ludovic dit :

    Bonjour,

    Est-il possible d’envoyer son flux sur les places de marché et quid du flux retour commande ?

    Merci

  4. bgaillat dit :

    Oui c’est possible pour les marketplaces mais je n’ai pas encore testé, il me semble que les commandes remontent toutes dans le back office Lengow.

  5. Ludovic dit :

    Ok. Merci du retour.
    En cas d’un nombre important de commandes, on risque de se trouver avec pas mal de saisies manuelles.

    Sinon, félicitations pour ton blog !

  6. Georges@Bitbol dit :

    Merci pour ce billet.
    Si tu as des ajouts dans quelques mois, je suis preneur.

  7. PHILAS dit :

    C’est à toi de fournir d’url de ton flux aux comparateurs, ou Lengow s’en occupe ?
    Au niveau du paiement des CPC, tout est généré via Lengow, ou là aussi tu dois te rendre dans ton compte marchand pour chaque comparateur ?
    Merci.

  8. PHILAS dit :

    J’ai oublié de dire « Bonjour » 😉
    Donc Salut Bgaillat, et merci pour ton article.

  9. Mickael dit :

    @PHILAS,

    Bonjour,
    Je me permet de répondre à la place de Benoit 🙂
    Vous pouvez envoyer directement les flux via notre interface ou bien leur communiquer directement par email, on peut également se charger d’envoyer par email vos flux.

    Concernant la facturation, c’est à vous d’aller gérer les aspects facturation effectivement, nous ne le faisons pas pour les marchands pour les inciter à s’occuper de leur compte.

    @Pierre
    Bonjour, je serais ravi de vous faire une démo afin de vous démontrer que nous allons extrêmement loin dans notre métier.

    N’hésitez pas si vous avez des questions supplémentaires.

  10. Mickael dit :

    @Ludovic
    Bonjour, Nous gérons l’intégratlité des Marketplaces effectivement.
    Un dashboard centralisé (voir l’article sur notre blog) permet de visualiser l’ensemble des commandes que vous réalisez sur chaque support.
    Vous pouvez ensuite piloter ces commandes pour les valider/supprimer/accepter/refuser au sein même de la solution.

    Une API XML est même disponible afin de venir récupérer ces commandes et ainsi les importer dans votre boutique.

  11. mshop dit :

    Salut,

    L’utilisant chaque jour depuis quelques semaines : je dirais globalement c’est un bon outil 🙂
    C’est pas toujours intuitif, parfois agaçant : mais je suis un chiant sur cette notion 😉 espérons que cela s’arrange avec le temps

  12. Ahmed dit :

    Bonjour,
    je suis ecommercant avec un site internet qui effectue 5000 commandes par an, j’ai été contacté par beezup il y a 6 mois pour me proposer leur interface, beezup ou lengow, c’est 2 concurrents avec plus ou moins le même business, ce qu’il faut retenir, un exemple shopping.com c’est 0.20 euros le clic, la facture peut être vite salée, j’en ai fait les frais, les taux de conversions sont chers, je vous invite à lire les commentaires sur les mecs de terrain qui tous les jours passent par ces comparateurs, vous allez vite déchanter, de plus, les comparateurs avec un trafic énorme se positionnent sur les mêmes mots clés devant votre site dans les recherches google, je m’explique, imaginons vous étiez N°1 sur le mot clé « casserole incassable », les comparateurs vont se positionner sur le même mot clé devant votre site et vous voler la vedette en quelques jours sur google, au final, les clients désertent votre site sur ce mot clé au bénéfice des clics de votre comparateur, finalité, le client a acheté chez vous via le comparateur mais ca vous a couté + cher en clics,
    il y a aussi d’autres paramètres importants qui au final ne sont pas si bénéfiques pour le référencement de votre propre site internet, par exemple la multiplicité des comparateurs fait que chaque jour, la part du gâteau diminue au détriment des nouveaux comparateurs qui naissent, la aussi au final c’est votre taux de conversion qui en prend les frais.
    Conclusion :
    va falloir se tourner les méninges avant de penser qu’une solution toute simple va faire tourner votre business de ecommerce.

  13. Mickael dit :

    Une très grosse surprise arrive bientôt 😉

  14. Mickael dit :

    Bonjour Ahmed,

    Effectivement la gestion des campagnes sur les comparateurs de prix peut vite devenir difficile et chronophage, en plus de coûter beaucoup d’argent.

    Malgré notre expérience du marché, nous nous positionnons justement pas comme une solution toute simple qui va faire avancer votre business sans rien faire.

    Des campagnes sur les comparateurs se préparent, s’optimisent, se pilotent.
    Lengow est justement la pour vous aider à faire tout cela, c’est une solution vous permettant d’aller plus loin et plus rapidement dans ces optimisations mais en aucun cas tout gérer à la place du marchand, certains se positionnent comme cela, pas nous.

  15. Pierre dit :

    Bonjour,

    Remarques très pertinente Ahmed et bon Warning à ceux qui pense que le e-commerce c’est facile et pas cher.

    Je pense qu’on rêve tous d’un Eldorado type, je suis chez moi tranquille, j’investis pas beaucoup et je gagne plein d’argent…

    Quand on lit le feed-back très transparent de Patrice (un des Dieu du e-commerce qui en 1 an à + de 8000 fan facebook et un sacré Ca : http://www.archiduchesse.com/blog/2011/5412/bilan-decembre-2010/)

    Quand on lit les très bons articles :

    http://www.ludovicpassamonti.com/archive/2011/01/23/creer-une-boutique-en-ligne.html
    http://www.blog-ecommerce.com/de-lhypocrisie-des-agences-seo

    Je pense que comme le statut d’auto-entrepreneur, le e-commerce peut faire croire que c’est facile, pas chère et rapporter gros. Oui pour certain (très peu) cela est / sera le cas mais beaucoup d’entre nous la réalité et plus dure au quotidien

    On dit que la communication sur le web via Blog et Facebook force les gens a donner une image très positive (un effet de loupe).

    Difficile de faire un blog en disant : j’ai un site de e-commerce, j’y ai laissé un bras et le deuxième et entrain de suivre le même chemin . Pas très vendeur en effet par rapport : Super les ventes augmente et je gagne plein d’argent installé dans ma maison avec ma famille…

    Un peu comme l’un des premiers sketch de Dany Boon (« je vais bien tous vas bien »), Il ne faut pas oublier qu’il y a un faussé avec la réalité.

    Ce n’est pas du pessimiste, mais je sais que plein de gens souffre de se décalage entre ce qu’il connaisse au quotidien après 1 an de e-commerce (où les espoirs du début se sont émoussés) et ceux qu’ils lisent sur internet et dans la presse (que des success story).

    Sinon je trouve quand même que Lengow utilise trop son blog comme acte de promo et je trouve cela vraiment pas cool/Fairplay de leur part.

    Moi j’apprécie pas du tout leur démarche (C’est pas un publi-reportage ou sinon tu doit mettre billet sponsorisé et encaissé des €).

    Je dis ça, je dirais rien !

    Slt

  16. Ahmed dit :

    je suis d’accord sur le fait que les campagnes se préparent, donc il faut du temps pour cibler les mots clés sur lequels vous n’êtes pas positionnés et trier les nombreuses références de votre site pour ne mettre que celles qui ne se vendent pas mais qui ont du potentiel de vente et peu de concurrence, car sur un comparateur, on a nos produits mais aussi les produits de tous ses concurrents, va falloir être compétitif, accepter de gagner pas grand chose sur les marges pour passer mieux que ses concurrents, après tout ce temps que vous allez passer à travailler vos produits sur les comparateurs, il va falloir le quantifier en argent, je m’explique, le jour où vous arrêtez vos campagnes sur les comparateurs, le trafic de votre site chute de 50%, pas simple …

  17. Solenne dit :

    Bonjour,

    J’utilise Lengow depuis un peu plus d’un an pour la gestion du catalogue produit instruments de musique de la boutique en ligne pour laquelle je travaille. Occupant un poste dans le marketing, Lengow me fait gagner un temps non négligeable puisque pour chaque nouveau comparateur, market place ou régie d’affiliation que je souhaite ajouter, plus besoin de faire la demande des spécifications techniques au partenaire ni de faire l’intermédiaire entre mon développeur et le partenaire en question pour créer, envoyer, valider les flux. Une simple demande par mail et en quelques minutes le nouveau flux est créé!
    De plus, la centralisation des stats sur une seule page permet en un coup de d’œil de suivre ses campagnes et de les optimiser.
    En deux mots: Bravo Lengow!

  18. Ahmed dit :

    Bonjour,
    vous avez des stock options chez Lengow ? lol
    Je ne peux remettre en cause le fait que ces outils sont performants dans leur architectures de simplification des tâches, la question importante de tout chef d’entreprise est de connaître vos coûts de conversion,
    maintenant il est sans doute plus apprécié d’accepter des taux de conversions à 50 euros quand votre panier moyen se chiffre à 500 euros, cela n’est malheureusement pas le cas pour une grande majorité de ecommerçant, mon panier moyen 2010 doit être à 45 euros, donc forcément …

  19. Mathieu dit :

    Bonjour à tous,

    Est- ce quelqu’un tourne avec Magento et a eu quelques soucis avec les produits configurables?

    Je vous remercie d’avance,

    Bonne soirée,

    Mathieu

  20. J’ai utilisé Lengow avec des produits configurables sans soucis. Faut juste penser qu’ils facturent plus de produits : 1 par déclinaison+1 pour le produit configurable (si tu veux tout exporter )

  21. Maurice Largeron dit :

    Bonjour,

    Je ne suis utilisateur, seulement conseilleur…Quelle est l’intégration possible ou l’association possible avec google analytics ? Cas présent où l’e-commercant souhaite avoir ces données centralisées dans GA, et pas dans Lengow ? Un plugins Lengow permet -il une association Lengow-GA ? Merci..

  22. On peut modifier les urls pour les tracker avec utm_source et autre.
    Donc aucun souci pour tout centraliser dans Google Analytics 🙂

  23. Maurice Largeron dit :

    Merci Benoit,

    Ma demande allait au delà d’un simple paramétrage de liens sortants en terme de trafic, mais plus sur la possibilité d’avoir du reporting sur « ce que me rapporte » la plateforme lengow (CA, conversions..) dans GA .
    Je pense avoir une réponse à ce sujet directement avec Lengow sur cette problématique sur le reporting de flux, si j’ai l’info. je la communiquerai.

    Merci !

  24. Michel dit :

    Bonjour,
    Je fais juste un petit commentaire concernant Lengow. Client depuis 1 an nous avons décidé d’arrêter complètement notre association avec Lengow pour un concurrent bien plus professionnel (que nous testons aussi depuis 1 an). Je ne remet pas en cause les possibilités de Lengow (et encore), mais plutôt leur support et leur recette commerciale. N’attendez pas à ce qu’ils vous écoutent et remettent en cause leur produit car ça n’arrivera pas, si il y a un bug c’est votre faute (même si vous leur prouver le contraire), leurs fiches explicatives sont régulièrement fausses (souvent sur des détails techniques et non remises à jour). Enfin bref, à éviter si vous souhaitez développer votre commerce l’esprit tranquille. Je précise nous sommes un site avec 40000 envois par an environ et 5000 références.

  25. Pierre dit :

    Je fait le même constat que Michel,Lengow est une vrai usine a gaz et au moindre problème cela devient le parcours du combattant avec leurs équipes pour faire avancer les choses et trouver une solution commerciale amiable en dédommagement!
    Suite à un problème de mise en ligne automatique de produits plus en stock ebay nous à banni a vie de la plateforme.
    Merci Lengow

  26. David dit :

    Bonjour, est il possible de paramétrer la majoration des prix pour chaque produit en fonction des places de marché ?

    Bien cordialement,

    David

  27. @David : oui tu peux créer des regles pour chaque flux et faire des hausses / baisses de prix selon tes besoins

  28. Helouis dit :

    curieux comme article un peu élogieux par rapport l expérience que j’ai eu, et surtout un support proche du néant. Apres 6 mois d’utilisation il n était toujours pas capable de gérer un article avec une déclinaison sur Amazon.

  29. Pas de soucis Heloui, vous pouvez aussi partager votre avis ici 🙂
    Vous voyez quand même que ça a l’air assez rare chez Lengow. Après évidement toute entreprise qui grandit à ses défauts. De plus l’article sur Lengow date de plus de 6 ans désormais 🙂
    L’entreprise à bien changée car ils ont désormais plus de 150 personnes à bord. Bref, n’hésitez pas à les contacter en direct pour essayer de résoudre ce probleme avec eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Google shopping arrive en France

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

C’est la grande nouvelle d’hier , « google product », « google achats » « google shopping » arrive en France pour se tailler une part de marché sur le secteur très concurrentiel des comparateurs de prix. A mon avis ça doit être un peu la panique chez Shoppzilla, Kelkoo, leGuide & Co … Voir arriver un acteur de cette taille et avec autant de cash (33.4 milliards d’euros) dans les poches sur leur marché, ça doit impressionner.  En tout cas moi j’aurais au moins eu un petit frisson de peur, voyons ensemble pourquoi .

Première question, quel est le business model d’un comparateur de prix  ?

Un comparateur de prix peut avoir 2 business model (en dehors de google shopping) : une rémunération au clic, c’est à dire au nombre de visiteurs envoyés vers votre site marchand ou, petite variation, un business model qui rémunère le comparateur sur le CA généré plutôt que sur le trafic. Le deuxième est un peu plus lourd à mettre en place mais idéalement plus efficace pour le marchand qui ne paye que lorsque qu’il encaisse réellement de l’argent.

Vous comprenez aisément que plus les comparateurs envoient de trafic plus ils gagnent d’argent, ce sont donc devenus des experts du SEO et de l’aquisition de trafic en général, ils exploitent ainsi la plupart des leviers de communication disponibles (voir : où trouver du trafic pour son site ).

Quel est le business model de Google shopping ?

menu google shopping

En regardant un peu dans le back office marchand de google shopping on peut trouver plusieurs indices sur le business model de google shopping.

Premièrement, il n’y a pas d’onglet « créditer votre compte » dans le menu de google shopping, donc à première vue l’insertion du catalogue et les clics envoyés vers le marchand ne sont pas payants.

Deuxièmement, l’onglet Google Adwords nous indique que l’on va pouvoir je cite « Intégrez votre contenu dans vos campagnes Adwords. » Bon je crois qu’on le tient le business model, vendre du adwords aux E-marchands, c’est pas comme si on s’en doutait pas un petit peu 🙂 .

Bien sûr, on peut également s’attendre à une intégration parfaite entre Adwords, Google Shopping et Google Analytics, une solution toute intégrée prête à être déployée facilement pour apporter du business à un marchand.

Il ne manque rien, enfin presque rien, peut être juste un moyen de paiement pour avoir la maîtrise de la partie web de la chaîne de la valeur du e-commerce. Par le plus grand des hasards il se trouve qu’il y a un onglet « Google checkout » pour configurer son ID Google checkout (toujours pas sorti en France il me semble).

Donc nous avons : un outil de gestion de catalogue (Google shopping) + de la publicité (Google adwords) + un moyen de paiement (Google checkout) + un outil de reporting (Google analytics)…

Bizarrement, je ne pense plus tellement à une concurrence avec les moteurs de comparaison de prix mais plutôt à des briques pour aller concurrencer toutes les marketplaces (Ebay, Amazon, Priceminister etc …).

Les comparateurs et marketplaces sont-ils morts ?

Paradoxalement, même si Google attaque de front leur business model et leurs sources de trafic, je pense qu’ils sont loin d’être morts pour plusieurs raisons :

La première est que cela ne s’est pas passé aux Etats Unis et en Angleterre où Google Shopping n’a pas réussi à convaincre les internautes de passer par ce service (NB : je cherche des chiffres fiables là dessus). Malgré les réserves de cash, Google n’a pas réussi à fournir un produit indispensable pour les utilisateurs finaux. Peut-être que cela changera avec le temps ou peut-être que cela sera différent pour le marché français mais bon c’est un signe « rassurant » pour eux pour le moment.

La deuxième c’est que Google n’est plus seul, on peut considérer que entre 1999 et 2009 Google a représenté la porte d’entrée sur le net d’une majorité d’internautes. Aujourd’hui le trafic d’entrée se répartit entre Google, Facebook et surtout les webphones avec les applications. Ce qui peut permettre aux plateformes de shopping d’aller chercher des clients hors de la galaxie google, chose impensable il y a 5 ans où le duo SEO+Adwords régnait en maître.

La troisième raison est la paranoïa méfiance des internautes vis à vis de Google, les notions de vie privée et de contrôle global de la planète par Google rendent inquiets certains internautes qui ne sont plus prêt à confier leurs données à Google. Je ne connais pas ce pourcentage mais il était encore inexistant il y a quelques années et ne fait que s’accroître lorsque google sort un nouveau service.

Les marchands doivent t’ils s’inquiéter ou se réjouir ?

C’est bizarrement eux qui à mon avis ont beaucoup à perdre, les comparateurs et marketplaces surveillant déjà tous Google shopping et trouveront des parades (ou pas s’ils sont mauvais). Les e-marchands peuvent se réjouir car cela va faire baisser les coûts d’acquisition client dans un premier temps (moins de frais au clic, trafic plus ciblé etc …) mais ce canal demandera finalement peut être la même expertise dans 2 ou 3 ans que le SEO à ses débuts. Il y a ceux qui le prendront en compte et ceux qui se laisseront distancer et comme on peut rarement être bon partout cela va être une nouvelle opportunité pour de nouveaux concurrents pour se lancer.

En abaissant les barrières à l’entrée du E-commerce cela accroît la concurrence et réduit les marges… Attention au nouveaux entrants.

Vous en pensez quoi de Google shopping vous ?

PS : je viens de voir qu’après un an sans post sur ikom.fr Jérôme a publié un article hier sur l’avenir des comparateurs de prix 🙂 heureux hasard.

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

12 Commentaires

12 réponses à “Google shopping arrive en France”

  1. Marc Chouteau dit :

    Une hypothèse très probable est que Google Search descende en flèche les comparateurs sur les premières pages de résultats (ce qui serait bien pour tout le monde). Puis place son propre service de shopping avec une meilleure mise en avant comme ils l’ont déjà fait avec Maps ou les vidéos.
    Je n’ai pas encore mis en place ce service, mais ce qui semble très intéressant est de pouvoir annoncer via AdWords sur chaque produit (galère a faire avec la version actuelle d’AdWords, possible avec leur API mais payant).

  2. pilouto dit :

    Le modèle de Google Shopping est pour le moment gratuit mais il va par la suite passer en payant avec un modèle style Adwords. Pour être 1er il faudra payer…

    Google a les moyens et l’audience pour rendre ce service incontournable. Cela va prendre du temps avant que les internautes aient le reflex. Mais la mise en place progressive d’un nouveau bloc « Google Shopping » directement dans la page search va tendre à le démocratiser.

    Le problème des comparateurs de prix c’est leur ultra-dépendance à Google. Ça ne me surprendrait pas s’ils baissent en positionnement SEO dans les mois qui viennent…

  3. bgaillat dit :

    @Marc Si google pénalise les comparateurs il y a de grandes chances que les marchands en pâtissent aussi malheureusement…
    @pilouto : personne n’est obliger d’utiliser adwords sur le moteur classique, à mon avis ce sera pareil dans google shopping.
    Pour le service incontournable ce n’est pas ce qui s’est passé aux UK et aux USA alors pas sûr que ça réussisse en France.

  4. Romain Boyer dit :

    Google a toujours un succès plus fort en France et en Europe qu’aux USA, Cf le taux d’utilisation de Google > 90% en France et 66% aux US (http://www.generation-nt.com/moteur-recherche-usa-comscore-bing-facebook-actualite-1100331.html)

    Une chose extrêmement intéressante est que Google a interdit aux robots d’indexer ses propres pages products : http://www.google.com/robots.txt
    Ceci explique peut-être le fait que Google Shopping ne perce pas plus que cela.

    Pas de SEO ou d’adaptation de l’algorithme de Google donc (d’ailleurs, 19 résultats sur les pizzas seulement sur site:google.com/products !)

    Je trouve l’idée de Benoît très intéressante sur les briques conçues pour aller vers une market place, et j’ai également la même sensation.

    Je pense que Google Shopping fera payer des mises en avant comme le pense @pilouto

  5. Romain Boyer dit :

    Extraits du robots.txt au fait au cas où ça change :

    Disallow: /m/products?
    Disallow: /m/products/
    (…)
    Disallow: /froogle?
    Disallow: /products?
    Disallow: /products/
    Disallow: /froogle_
    Disallow: /product_
    Disallow: /products_

  6. Clement dit :

    Super article, très pertinent!.
    Je pense en effet que les comparateurs vont baisser en SEO mais ils trouveront bien la parade. Cela étant la valeur ajoutée pour les utilisateurs est faible car les avis publiés sont peu crédibles (par rapport aux services réels de feed-back client). Google s’enlève le problème des avis et ne garde que le plus pertinent pour l’utilisateurs (Photo + Prix +Descriptino courte + nom du marchand).
    Cela étant je suis étonné du faible succès relatif que tu commentes aux US et UK car bizarrement je pense que l’on fait plus facilement confiance à Google pour donner ses données perso que à Facebook….
    Tu mentionnes les app webphone, et là aussi Google a bien préparé le terrain avec Android et Chrome OS (ou vice-versa) sur Phone mais surtout sur Tablets et sur TV…..
    Faciliter le shopping depuis le canapé sera un jeu d’enfant pour Google.

  7. bgaillat dit :

    Merci Clément !
    Pour le succès UK et USA j’ai discuté avec un comparateur cet aprem qui m’affirme que google a 70% du marché aux US des comparateurs, il faut que je trouve des sources fiable pour en être sûr.
    Facebook à moins de confiance que google peut être mais les deux sont en passe de devenir les « nouveaux méchants » du web, Microsoft doit être content de ne plus être la bête noire 🙂
    Pour les apps et la TV oui et non, google va maîtriser l’OS mais pas ce que tu installes dessus, donc il va lui manquer une étape dans la chaîne de la valeur.

  8. Loïc dit :

    Votre théorie est flippante mais très probable.
    Sinon j’ai lu sur le Monde que Google installe une ligne internet ultrarapide à Berckley avant d’équiper une ville entière… Google est vraiment devenu incontounarable pour tous les acteurs du web et il profite donc de sa situation de quasi-monopole. Bref c’est pas forcément rassurant tous ces nouveaux services et domaines d’activité !

    Ps: ce serait bien une option pour être prévenu quand un nouveau commentaire arrive !

  9. bgaillat dit :

    Oui j’ai lu aussi pour le haut débit, ils savent que c’est dans leur intérêt.
    Pour le quasi monopole est ce réellement un problème ? c’est un monopole par l’innovation et l’amélioration constante, le tout généralement gratuit.

    Pour les commentaires je vais essayer de trouver comment améliorer tout ça, je ne m’y était pas vraiment penché jusqu’à présent …

  10. pilouto dit :

    « Pour le succès UK et USA j’ai discuté avec un comparateur cet aprem qui m’affirme que google a 70% du marché aux US des comparateurs, il faut que je trouve des sources fiable pour en être sûr »

    70% ?? C’est énorme ! Si tu as des stats sur l’utilisation de GG Shopping aux USA ou au UK je suis preneur. Merci.

  11. bgaillat dit :

    Voila quelques stats pour le UK qui proviennent d’une étude de Comscore : http://tinyurl.com/2adpq8h

  12. […] les comparateurs de prix, qui eux se prennent des claques (à cause de leurs pratiques ou bien de l’arrivée de google shopping selon votre point de vue), mais plutôt pour les marketplaces avec des sites ultra-trustés comme […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


18 comparateurs de prix à tester

par Benoit Gaillat - Il y a 8 ans

Voici une liste de 10 comparateurs de prix, autrement appelés Shopbots, qui peuvent vous permettre de proposer vos produits à un plus grand nombre d’internautes et récolter ainsi plus de ventes.

Chacun d’entre eux étant plus ou moins intéressant pour chaque secteur je vous conseille de les tester et de mesurer le taux de conversion (avec au moins une centaine / 200 clics vers votre site). Si c’est trop bas alors stoppez le comparateur, si c’est limite et/ou rentable alors optimisez !

Attention le classement a été fait aléatoirement, il n’y a pas d’ordre de préférence dans cette liste
Les généralistes :

La mode :

L’informatique :

Evidemment chaque comparateur va vous dire que ses internautes sont les mieux qualifiés et les plus beaux du Web, avec bien sur tout un tas de beau graphiques. il n’y a qu’une seule chose qui compte réellement :

Le taux de conversion final du comparateur !

Quelques explications, voici le schéma de process d’un internaute provenant d’un moteur de recherche :

Vous devez mesurer les 3 éléments finaux (trafic entrant, taux de clic sur le bouton « ajout panier » et nombre de commandes) La plupart des comparateurs vous garantissent un maximum d’internautes à l’étape N°2 (arrivée sur la fiche produit)  mais pensez à différencier le taux de conversion final de chaque source pour pouvoir élminier ceux qui vous couteront trop chers !

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

3 Commentaires

3 réponses à “18 comparateurs de prix à tester”

  1. Nico dit :

    Super ! Tu pense que tu pourrais aider à compléter un peu ici : http://www.forum-e-commerce.com/index.php?topic=4050.0 ?? 🙂

  2. bgaillat dit :

    Yep, je connaissais pas ce topic sur le forum E-commerce , je vais voir pour le compléter !

  3. Paul Tron dit :

    Il en manque qd même certains, dont idealo.fr qui me semble plus fort que pas mal dans ta liste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.