Tag : chine

L’e-Commerce en Chine – Un monde à part

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Aujourd’hui je vous propose une petite nouveauté sur info-ecommerce, un avis d’expert ecommerce sur un sujet particulier, en l’occurrence le e-commerce en Chine. C’est un sujet en plein boom mais difficile à appréhender si l’on est pas sur place, c’est pourquoi afin de varier un peu les points de vue et les expertises je vous propose ce dossier écrits par Cyril Drouin et ses équipes de Bysoft China. Merci à eux d’avoir bien voulu participer à cette première et j’espère que cela motivera quelques e-commerçants français à se lancer en Chine et à exporter nos beaux produits !

Si vous aussi vous avez un sujet de prédilection (dans l’e-commerce) et que vous souhaitez le partager n’hésitez pas à nous envoyer un mail ou à utiliser le formulaire de contact.

Introduction

On entend chaque jour un peu plus parler de la Chine mais très peu en termes de révolution digitale. Le Boston Consulting Group caractérise également la Chine comme superpuissance mondiale du commerce électronique. La révolution e-commerce en Chine a pourtant pris son envol au cours des dix dernières années. Maintenant, avec «seulement» une pénétration d’Internet de 38%, la Chine compte plus de 564 millions d’internautes, dont 242 sont des acheteurs en ligne (chiffres fin 2012) contre 167 millions aux USA.

Au total, les Chinois représentent 1/5e de la population mondiale en ligne, autant dire que les 45 millions d’internautes français font pâle figure. Qui plus est, fin 2012 la somme totale des ventes effectuées en ligne a dépassé les 1000 milliards de dollar (soit 760 milliards d’euros) soit près de trois fois le montant total des ventes e-commerce de l’Europe entière ![1] Pour comprendre à quelle vitesse l’e-commerce chinois s’accroît, il suffit de se dire qu’il y a à peine 10 ans, en 2004, les sales s’élevaient à 750 millions de dollars, soit une croissance de plus de 99% en termes de chiffre d’affaires !

chiffres-chine-ecommerce

Une des particularités du marché chinois est principalement qu’on ne retrouve aucun des géants occidentaux tels que Google, Facebook, Twitter, Youtube etc etc.. Tout ce que vous connaissez en termes de moteur de recherche, de réseaux sociaux, de moyens de paiement ou de logistique a son équivalent made in China.

 

Portrait rapide des e-consommateurs

Les internautes et mobinautes chinois sont très différents de par leur culture, leurs habitudes et leurs désirs. Près d’1/4 des produits achetés online en Chine sont des produits que les consommateurs de peuvent pas trouver dans les magasins brick & mortar, ce qui est purement propre au pays du fait de l’immensité du pays et de la limite de couverture des revendeurs. Les jeunes consommateurs en particulier ont, de fait, un premier contact avec une marque via Internet, ce qui explique cette propension à l’achat online.

portait consommateur chinois

 

Les réseaux sociaux ont une importance capitale dans la décision d’achat, beaucoup plus qu’en Europe du fait notamment de la jeunesse déjà évoquée ci-dessus des e-consommateurs. Une autre particularité des acheteurs est le montant global du panier moyen certes moins élevé qu’aux Etats Unis en termes de chiffres, mais bien plus conséquent en comparaison avec les salaires moyens et le pouvoir d’achat local.

 

Les moteurs de Recherche

baiduOn retrouvera ici Baidu avec plus de 78%[2] de part de marché, puis 360安全浏览器 (Security Explorer)avec une croissance effrénée[3], Sogou et ensuite Google avec 5% de PDM. Chaque minute, il y a 3.47 millions de requêtes faites sur Baidu selon la dernière étude d’Intel.

 

Les navigateurs

internet explorerPrès de 23% des internautes surfent encore sur Internet Explorer 6 qui a maintenant 10ans, ce qui demande des développements supplémentaires, une adaptation de chaque plateforme spécifiquement pour ce navigateur….

Pour le reste, ce sont en grande majorité des navigateurs made in China : 360 Security Explorer, Sogou Explorer et Maxthon sont dans le top5 des navigateurs Internet.

Concernant les « browsers » mobiles, on retrouve encore et toujours les géants locaux : QQ Browser (40% de PDM), UCWeb Browser (33%), Oupeng (8%) Baidu (6%), 360 (4%) et Haitung (2.6%).[4] Par ailleurs, le g éant UCWeb, installé par défaut sur plus de la moitié des smartphones chinois entend bien étendre son leadership au sein des BRICS et a annoncé en mai dernier lancer son navigateur mobile «Rmb3bn » en Inde, Russie, Brésil, Indonésie ainsi qu’au Vietnam.[5]

Les Marketplaces

 

Les Places de Marché dominent le monde de l’e-commerce avec en tête Taobao (plate-forme C2C) et Tmall  (la partie B2C de Taobao) et JingDong (anciennement 360buy.com). Le top 10 des marketplaces concentre plus de 65% des ventes en ligne chinoises. S’intégrer à ces places de marchéou construire son site indépendant, quelle est la meilleure solution ? Tout dépend de votre stratégie dans l’Empire du Milieu…

Tmall.com 39.90%
360Buy.com 14.70%
Suning.com 2.40%
Amazon.cn 2.20%
Dangdang.com 1.60%
Vancl.com 1.50%
51Buy.com 1.10%
Coo8.com 1%
NewEgg.com.cn 0.70%
Yihaodian 0.70%

 

Livraison

Le plus défis est d’être capable de livrer dans le plus grand nombre de ville possible avec une qualité de service irréprochable. L’industrie logistique n’est encore qu’à ses prémisses : les entreprises chinoises couvrent principalement les villes les plus peuplées.

 livraison en chine

Ici encore les acteurs locaux sont maîtres, les trois plus gros acteurs sont : Shunfeng (SF EXPRESS), EMS et STO Shentong Express.

logo-transporteurs-chinois

On retrouve ici quelques acteurs occidentaux connus tels que FedEx et TNT mais qui  ont des réseaux plus restreints que les acteurs nationaux et se concentrent principalement sur les régions non urbaines.

Les Moyens de paiement

 

logo-alipay

Pas de Paypal en Chine puisque le Renminbi ne sort pas du pays. Encore une fois des géants sont là pour vous ! Il n’existe pas de plate-forme e-commerce sans Alipay (47% de PDM) ou Tencent (21%). Alipay compte 700 millions d’utilisateurs et une étude récente d’Intel montre qu’en une minute, on enregistre 73 000 paiements via Alipay. Par ailleurs, un des grands avantages d’Alipay par rapport à Paypal est qu’il est nativement compatible mobile ce qui facilite le déploiement du m-commerce rouge.

Le mobile : un boom incroyable

mobile-en-chineEn Chine, ils sont plus d’un milliard à posséder un téléphone, soit plus de 85% de la population et on comptait en 2012 plus de 999.7 millions de connections à internet via des Smartphones et la vente de tablette a progressé de 62%.  La Chine est en passe de devenir le premier m-commerce mondial en sachant que d’ores et déjà 40% des e-consommateurs sont des m-consommateurs. Au total, c’est 7.6% des transactions e-commerce qui sont effectué via un mobile soit près de 76 milliards de dollars, ce qui dépasse largement les chiffres 2012 de l’e-commerce français (45 milliards de dollar).[6][7] Et parmi ces achats, plus de75% concernent Taobao en ce premier trimestre de 2013.

 

On retrouve Apple, Samsung et Xiaomi (propriétaire de Nokia) en tête des marques de Smartphones et iOs/Android comme système. Bien qu’il existe de nombreuses variantes locales d’Android, aucune n’a pour l’instant fait de percée remarquante même Baidu avec sa plateforme Baidu Yi ou Lenovo avec son « LePhone » ni  China Mobile’ avec OPHONE.

mobile-en-chine2

Les réseaux sociaux

Les  consommateurs chinois ont peu confiance en la publicité ou les médias d’information, les recommandations des « Key Opinion leaders » ou de leurs amis sur les réseaux sociaux sont devenus une source d’information intarissable.

reseaux-sociaux-en-chine

Les chinois sont plus « sociaux » que les occidentaux, ce n’est que le prolongement de ce qu’on appelle ici le « Guanxi » (réseau relationnel d’une personne, très ancré dans la culture).85%  des urbains utilisant régulièrement Internet sont inscrits sur au moins un réseau social[8]. Ils sont particulièrement actifs : 91% des sondés ont visité un réseau social au cours des six mois  et ils passent en moyenne 46 minutes par jour sur ces sites. Par ailleurs, plus de 40% des acheteurs en ligne en Chine poste des critiques de produits en ligne.

Une fois n’est pas coutume, aucun géant américain n’est présent en Chine, oubliez Facebook, Twitter, Pinterest… chaque réseau social occidental a son équivalent chinois.

En tête le number one du miccroblogging, Sina Weibo (équivalent de notre Twitter) , viennent ensuite QQ (messagerie instantanée), RenRen (= Facebook), Weixin (nom anglais Wechat) désormais 6e réseau social mondial avec ses 50 millions d’utilisateurs hors de Chine… On peut également citer Kaixin, Huaban (= Pinterest), Youku (= Youtube) et bien d’autres encore !

Qui sommes-nous ?

Logo-bysoft-chinaBysoftChina est aujourd’hui devenu un acteur majeur de l’E-commerce en Chine avec 20 ans d’expérience dans le e-commerce dont 10 ans dans l’Empire du Milieu. Nous offrons une gamme complète de services destinés aux marchands, marques et détaillants allant du conseil en stratégie à la mise en place de la plate-forme (site en propre ou intégré aux principales places de marchés en Chine) en passant par le marketing digital (SEO, SEM, Réseaux Sociaux) et la gestion des opérationnelle du site.

Au fil des années et des nombreux succès de nos clients, notre agence et notre équipe ont développé une approche globale afin d’accompagner les e-commerçants dans l’obtention de résultats, tant pour les start-up en devenir que pour les marques ou distributeurs existants en quête d’une meilleure rentabilité.

www.bysoftchina.com

 


[1] Source Fevad – 23 mai 2013- European Ecommerce to reach $312 billion in 2012, 19% growth http://www.fevad.com/espace-presse/european-e-commerce-to-reach-312-billion-in-2012-19-growth

[2] China Internet Watch 2012

[3] http://www.chinainternetwatch.com/2192/search-engine-market-share-2013q1/

[4] Source : China Mobile web Browser Market Overview in 2012 : http://www.chinainternetwatch.com/2091/mobile-browser-market-2012/

[5] http://www.ft.com/intl/cms/s/0/e7df2bdc-b726-11e2-a249-00144feabdc0.html#axzz2VToBHkbl

[6] Source Fevadhttp://www.fevad.com/espace-presse/european-e-commerce-to-reach-312-billion-in-2012-19-growth

[7] Source : China Interwatch http://www.chinainternetwatch.com/2475/mobile-internet-shopping-market-q1-2013/

[8] Etude McKinsey 2012 et 2013 (avril) http://www.mckinseychina.com/2012/04/25/chinas-social-media-boom/

 

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

4 Commentaires

4 réponses à “L’e-Commerce en Chine – Un monde à part”

  1. Sebastien dit :

    Malgré les chiffres hallucinant, ça fait toujours peur de partir en Chine. Rien qu’à voir les problèmes de logistique ou les soucis concernant la censure ect, ça donne pas forcément envie d’y aller.

    Par contre, le fait d’avoir une entreprise comme bysoft peut être sympa, à voir comment cela se passe avec eux et la gérance qu’il offrent.

  2. Charles - PressMyWeb dit :

    la chine en elle même est un monde à par, l’ecommerce egalement, les 2 réunions ca fait de belles innovations 😉

  3. Kaven dit :

    C’est fou la participation des visiteurs sur les sites e-commerce chinois… Je clique sur une veste au hasard sur Tmall.com et le produit a plus de 500 commentaires.

    Sur Amazon les seuls produits avec autant de commentaires c’est des livres populaires! Même sur la version américaine…

  4. Arnaud dit :

    @Kaven oui il faut bien comprendre que les chinois apportent leurs commentaires car la decision final se prendra sur le rendu des commentaires fait precedement. De plus Tmall etc …. font un maximum pour te demander ton point de vue sur le produit, le vendeur, etc …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Mobile Commerce : Chine VS Etats-Unis

par Benoit Gaillat - Il y a 5 ans

Le e-commerce est toujours en forte progression un peu partout dans le monde, y compris en Chine et aux Etats-Unis, mais le M-commerce (ou mobile commerce ) commence à s’imposer petit à petit depuis l’arrivée de l’Iphone.

Dans certains pays, les lignes de téléphone fixe  sont mêmes moins développées que les abonnements mobiles, c’est le cas notamment en chine et le m-commerce à donc tendance à s’imposer grâce aux connections 3G /4G . C’est exactement ce qu’illustre l’infographie ci dessous en comparant les secteurs du M-commerce des Etats-Unis et de la Chine depuis 2010 . Il y a par exemple plus d’un milliard d’utilisateurs de téléphone mobile en chine !

Si vous êtes amateurs de chiffres et de « data visualisation » voici donc l’infographie sur le M-commerce Chine VS USA 

Attention ,l’infographie à été publiée à l’origine par Taobao, le plus gros site e-commerce chinois, et sous estime peut certains points du M-commerce américain.

Infographie Mobile Commerce : Chine VS Etats-Unis 

china-ecommerce-usa

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

tags : , ,
3 Commentaires

3 réponses à “Mobile Commerce : Chine VS Etats-Unis”

  1. Sébastien BLERIOT dit :

    Merci Benoit pour cette infographie.

    La chine avec son milliard et demie d’habitant est bien sur la superpuissance de demain.

    Attention cependant à ne pas oublier l’Afrique où le paiement par mobile est en progression constante.

  2. Nicolas dit :

    Ce qui m’interpelle, c’est que le montant est déjà plus important que celui des Etats-Unis alors que la croissance de plus de 200 % continue (peut être moins a l’heure actuelle, mais toujours supérieure à celle des USA je suppose). Merci pour ces chiffres en tous cas, l’ensemble est impressionant

  3. Fefe dit :

    La Chine ne cesse de se développer dans plusieurs secteurs d’activité. Félicitation pour ce résultat, on y vois bien un meilleur avenir pour ce Pays. Merci pour cette petite enquête!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Interview de Dominique Vitali, fondateur de Doluvia

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Aujourd’hui je vous propose une interview d’un nouveau site E-commerce qui vous permettra d’habiller votre intérieur et d’impressionner vos amis lors de vos soirée mondaines. En effet Doluvia propose des reproductions de tableaux de grands maitre, de quoi enfin avoir un van Gogh à la maison 😉  . Même si le site est perfectible, l’aventure de nouveaux entrepreneurs est toujours passionnante et assez bien rendu sur leur blog que je vous conseille de lire, mais après l’interview bien sûr !

Bonjour Dominique, peux tu présenter ton site e-commerce ainsi que ton parcours ?

Bonjour Benoit, je suis le co-fondateur de la boutique en ligne Doluvia.com. Nous proposons des reproductions peintes à la main de tableaux impressionnistes et modernes. Notre catalogue comporte les principales œuvres des plus grands maîtres de la peinture : Monet, Caillebotte, Klimt, Klee, Modigliani… Tout ceci pour un prix très abordable, un Van Gogh pour moins de 100€ par exemple.

J’ai créé l’entreprise juste après avoir obtenu mon diplôme d’ingénieur de Centrale Paris. Dans le cadre de mes études, j’ai suivi la filière Entrepreneurs de l’école ce qui m’a permis d’acquérir de solides bases de gestion d’entreprise et de confirmer mon envie d’entreprendre ! J’ai également une formation en Génie Industriel, c’est donc moi qui ai la charge de toute la chaîne logistique et de la recherche de partenariats professionnels. Je suis accompagné dans cette aventure par Mathieu, un camarade de promo. C’est lui le « geek » de la bande, en charge du site et des améliorations techniques.

Comment as tu eu l’idée de vendre des reproductions de tableaux ?

En 2009, dans le cadre de mes études, j’ai fait un stage de plusieurs mois à Shenzhen (Sud de la Chine, juste au dessus d’Hong-Kong). Là-bas, j’ai rencontré des artistes peintres spécialisés dans la reproduction de tableaux célèbres. J’ai acheté trois toiles de Van Gogh qui me plaisaient beaucoup et je les ai ramenées avec moi en rentrant en France quelques mois plus tard. Mes amis me demandaient toujours comment j’avais eu ces tableaux et comment ils pouvaient faire pour s’en procurer eux aussi.

Dès lors, l’idée de promouvoir le travail de ces artistes et de commercialiser leurs tableaux a commencé à trotter dans ma tête. Début 2011, j’en ai parlé à Mathieu, qui, comme moi, venait tout juste d’être diplômé. Il a tout de suite été séduit par le concept et nous avons décidé de nous associer pour monter ce projet. Après quelques mois de réflexion pour peaufiner notre positionnement et notre offre, nous nous mettions au travail et en septembre 2011, Doluvia.com voyait le jour !

Comment est fait le sourcing ? C’est toi qui peint les tableaux à chaque commande 🙂 ?

Il vaut mieux pour nos clients que ce ne soit pas moi qui peigne les tableaux ! 😉
Plus sérieusement, pendant la phase de préparation de notre projet d’entreprise, nous avons recontacté les artistes que je connaissais afin d’effectuer une commande de test. Ceux-ci sont regroupés au sein d’un petit atelier familial situé dans un village en périphérie de Shenzhen. Même si tous les peintres sont issus des écoles des Beaux Arts et sont donc des artistes confirmés et talentueux, nous souhaitions régler tous les détails de notre chaîne logistique.

Passage d’une commande, suivi de la réalisation d’une toile, contrôle qualité, sécurité de l’emballage, transport jusqu’en France, conditionnement et expédition jusqu’à nos clients finaux, tous les points ont été finement analysés et optimisés. Nous nous comprenons facilement en anglais (je me lève tous les matins très tôt pour leur parler, décalage horaire oblige !), la qualité de leurs tableaux est excellente, ils respectent les délais et chaque fois que nous nous rendons sur place, leur accueil est très chaleureux !
Après réception des toiles, nous les tendons nous-mêmes sur des châssis en bois à clés que nous achetons en France. Ensuite, nous les emballons soigneusement et nous les déposons à la Poste pour un envoi en Colissimo. Nous réalisons toutes ces étapes nous-mêmes avec soin et amour ! 🙂

Comment se passe le démarrage de l’activité ? Avez vous rencontré des problèmes ?

Nous sommes globalement satisfaits du démarrage. Nous avons dépassé nos prévisions pour la période de Noël,vous pouvez lire à ce sujet le bilan des trois premiers mois d’activité sur notre blog : on fait le bilan calmement . Cependant, la période actuelle, « post-fêtes », est un peu plus calme. Cela veut donc dire moins de commandes et plus de doutes, mais nous en profitons pour multiplier les pistes de développement de l’activité.

Notre principal problème est que nous ne sommes pour l’instant que deux. Nous réalisons tout nous-mêmes depuis le début (le design, le site, le conditionnement et l’expédition des commandes…). Cela nous demande donc beaucoup de temps, et le temps est un bien précieux pour l’entrepreneur. Un de nos objectifs pour 2012 est de signer des premiers contrats avec des entreprises (hôtels et restaurants notamment). Cela nous permettra de dégager la trésorerie nécessaire pour prendre des locaux et embaucher un responsable communication et si possible un commercial.

Quelles sont les principales techniques que vous utilisez pour vous faire connaitre ?

Se faire connaître est un enjeu crucial pour une entreprise qui débute. La communication est donc l’une de nos principales priorités et c’est une activité qui demande du temps et de l’argent ! Nous avons décidé d’être auto-financés, et nous utilisons donc, dans la mesure du possible, des moyens de communication peu chers ou gratuits.
Au lancement de la boutique, nous avons commencé par une opération d’e-mailing auprès de nos amis et de nos proches. Cela nous a permis d’amorcer le bouche à oreille et d’avoir des premières commandes dès le mois d’octobre.

Nous avons mis en place un blog et une page Facebook pour communiquer auprès de notre petite (pour l’instant) communauté.
Pour une boutique en ligne, le référencement est le nerf de la guerre. Et pour une jeune boutique, difficile d’être positionné sur la première page des moteurs de recherche pour des mots clés généraux. Afin d’apparaître aux yeux des internautes pour des recherches comme « Reproduction tableaux » par exemple, nous avons mis en place une campagne Adwords. Celle-ci s’avère assez efficace puisque nous arrivons à être rentable.

Nous travaillons également notre référencement naturel par une combinaison d’opérations : netlinking, enrichissement du contenu du site, optimisation interne de nos pages… Mais nous savons que cela prend du temps et que nous devons être patients.
Les relations avec la presse et les blogs spécialisés (en décoration, entrepreneuriat, e-commerce) sont également très importantes. Nous envoyons donc régulièrement des communiqués aux journalistes et aux blogueurs afin qu’ils parlent de nous et nous fassent connaître de manière plus massive.

Nos tableaux ont été récemment présentés dans une émission régionale de France 3. Pour une jeune boutique en ligne comme la nôtre c’est une chance énorme et nous sommes évidemment à la recherche d’autres opportunités comme celles-ci. Notre prochain défi : passer dans une émission matinale qui présente un nouveau site Web chaque jour !

Après ces débuts d’entrepreneur as tu des conseils pour ceux qui hésitent à se lancer dans le e-commerce ?

Le fait d’hésiter est tout à fait compréhensible et c’est même souvent bénéfique. Il nous est arrivé de rencontrer des gens qui pensaient lancer un site e-commerce et dégager au bout de quelques semaines des bénéfices importants. « Le e-commerce c’est simple, il n’y a pas besoin de gros moyens pour débuter et l’on peut rapidement faire fortune. » Ces clichés ont la peau dure et démarrer un projet e-commerce n’est pas si facile et nécessite une bonne préparation !
En parler autour de soi, récolter les avis, monter une équipe (seul c’est beaucoup plus difficile je trouve), s’organiser, bien étudier son marché avant de se lancer, avoir un positionnement clair et marqué, se lancer, persévérer, ne pas avoir peur de l’échec (qui est trop souvent vu de manière négative en France), essayer de se démarquer des autres, rendre son site agréable et simple à utiliser, faire preuve de bon sens en permanence, savoir s’entourer, multiplier les pistes de développement, utiliser son temps et son argent de manière efficace et mesurée… La liste de conseils est longue !
Afin de voir comment nous mettons tout ceci en pratique, je vous donne rendez-vous sur Doluvia.com !

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

1 Commentaire

Une réponse à “Interview de Dominique Vitali, fondateur de Doluvia”

  1. Anfossi dit :

    Bienvenue à ce nouveau concurrent de repro-tableaux Bonne chance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Le E-commerce en Chine

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Drapeau chinoisLe Ecommerce se développe dans tous les pays et la chine avec ses 500 millions d’internautes n’échappe pas à la règle. Après avoir parlé du E-commerce au Canada et du E-commerce en Inde voici donc une infographie sur le E-commerce chinois.

Les 500 millions d’internautes chinois dépensent 750 milliards de renminbi, soit 95 milliards d’euros environs sur 200 000 sites E-commerce (2 fois plus qu’en France !). Vu la structure du pays, les infrastructure et la différence de niveau de vie entre les villes et les campagnes il est normal que la majorité du E-commerce se fasse en milieu urbain. La situation évoluera surement dans le futur en faveur des zones moins urbanisées.

Au niveau des sites E-commerce Taobao aurait à lui seul plus de 370 millions de clients, pour comparaison c’est dix fois plus que Zappos (site leader des chaussures aux US). Si le marché chinois vous intéresse vous trouverez ici un fichier pdf réalisé par HEC sur l’ecommerce chinois

 Infographie sur le E-commerce en Chine

infographie sur le ecommerce chinois

Le E-commerce en Chine

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

3 Commentaires

3 réponses à “Le E-commerce en Chine”

  1. Nico@parapluie dit :

    Je rêve où dans l’infographie c’est 200 MILLIONS de sites marchands d’indiqué ?

  2. Benoit dit :

    Non, 200 millions de site chinois ca ferait presque 1 pour 3 internautes 🙂 .

    Il y a indiqué que 200 millions de chinois ont fait des achats sur le web. les 200 000 sites e-commerce c’est une autre source (que je n’ai pas mentionnée, pas bien)

  3. Nico@parapluie dit :

    Ah oui, « shopped online » et non pas « online shops »…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Evolution du taux de pénétration d’internet en Europe depuis 1990

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Le taux de pénétration d’Internet est un élément très important pour comprendre et mesurer l’évolution des usages des différents pays. Cela peut permettre de trouver de nouveaux marchés pour les e-commerçants, d’étudier les pays les plus en pointe sur le web et de détecter de futurs concurrents.

Dans le cadre de notre mois spécial « augmenter vos revenus » ces données sont très importantes car l’internationalisation peut être une bonne solution pour développer son chiffre d’affaires. Il va y avoir 2 milliards d’internautes à la fin de cette année[Source] avec un exemple presque caricatural : la Chine avec 400 millions d’internautes, imaginez le potentiel de développement par rapport à votre marché actuel.

Pour faire plus simple et se développer en Europe voici le taux de pénétration d’internet à travers quelques pays européens. Les données proviennent de la banque mondiale et ont étés mises en forme grâce à Google. Plus le pays a un pourcentage élevé, plus Internet fait partie de la vie de tous les jours, et moins vous aurez de barrières à l’utilisation du e-commerce.

Attention, plus le pays est connecté à Internet, plus son écosystème est en place et plus les nouveaux entrants rencontreront de barrières ! Étudiez donc bien la concurrence sur place pour vous faire une idée précise de ce qui vous attend.

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “Evolution du taux de pénétration d’internet en Europe depuis 1990”

  1. Romain Boyer dit :

    Intéressant cet article, on voit le potentiel du e-commerce qui pour le moment ne représente que 10% volume du commerce global en France, et 5% en valeur.

    Michel de Guilhermier disait quelque chose de très intéressant dans sa formation : vendre ses produits à l’étranger, ce n’est pas étendre son marché, c’est se diversifier.
    Les problématiques de vente sont totalement différentes en fonction des pays. Les pays anglo-saxons diffèrent notamment beaucoup au niveau des techniques de vente par rapport aux latins.

    Le pays le plus proche de la France au niveau de la perception e-commerce est la Belgique, viennent ensuite l’Italie et l’Espagne selon moi.

  2. legall dit :

    Bonjour
    France pays « latin » ?
    personnellement je suis Breton et ne me sens absolument pas latin..je suis pourtant Français!
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


159 milliards de dollars …

par Benoit Gaillat - Il y a 7 ans

Non 159 milliards de dollars ce n’est pas encore le montant de mon salaire ni de ma retraite ni des agios qu’il me reste à payer mais c’est en fait deux chiffres publiés la même journée.

Internet en Angleterre vaut 159 milliards de dollars

Eh oui, le premier 159 milliards vient du UK ou une étude du Boston Consulting Group nous apprend qu’Internet réalise 7.2% du PIB du Royaume Uni et représente donc un pourcentage supérieur au secteur de la construction, du transport ou des « utilities » (les services publics il me semble). Le E-commerce représente la moitié de ce chiffre  et plus précisément 79 milliards de dollars ce qui est plutôt pas mal pour 20 millions de foyer connectés. Un petit calcul rapide nous indique que les anglais dépensent donc en moyenne 3950$ / an sur Internet. L’étude a été commandée par Google UK mais effectuée par BGC de façon indépendante. Vous voulez deux bonnes nouvelles ? Le UK c’est la porte à coté et ils aiment bien les produits français.

Source de ces chiffres [en] : http://www.webpronews.com/

Le E-commerce Chinois vaudra 159 milliards de dollars dans 5 ans

Avec 1 324 655 000 habitants (données de la banque mondiale) il est normal que le E-commerce chinois devienne un acteur majeur du système commercial mondial. Actuellement le E-commerce chinois pèserait 49 milliards de dollars, soit déjà plus que le E-commerce français qui ne pèse ‘que’ 42 milliards de dollars (estimation 2010 par le JDN). Le principal avantage du marché chinois est qu’il est, d’après l’article d’Internet Retailer, assez concentré sur les principales villes chinoises. A mon avis ça vaut le coup d’essayer de lancer un petit site avec un peu de stock à Shangaï ou Pekin pour analyser le marché et essayer de voir comment en profiter vu la taille du marché et la marge de progression possible ! Je vais essayer de trouver des informations pour rédiger un billet « se lancer en chine ».

Source : http://www.internetretailer.com

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

5 Commentaires

5 réponses à “159 milliards de dollars …”

  1. oscim dit :

    159 milliards c’est bien, toutefois, les chiffre sont d’apres moi quelques peu tronqué compte tenu de la législation liée au domaine co.uk.

    Beaucoup de grande enseigne, de jeu , etc sont la bas et font leur CA avec la france ou l’europe .

    cf : 20 millions de foyer connectés.

  2. bgaillat dit :

    Si les entreprises e-commerce au UK exportent plus qu’en France on ne peux pas leur en vouloir …
    L’idéal serait d’avoir une législation plus uniforme sur l’ensemble de l’Europe mais je crois qu’on peut toujours rêver …

  3. oscim dit :

    cf : Si les entreprises e-commerce au UK exportent plus qu’en France on ne peux pas leur en vouloir …

    du tout , je soulignais juste que le rapport entre les 20 millions de foyer et le CA généré n’etait pas tout a fait cohérent d’apres moi .

    Mais effectivement l’export a lieux compte tenu du dumping fiscal et social.
    J’ai un client qui vient d’exporter ces 3 site de jeu (enchere inversé) juste pour des pbs de législation.

  4. bgaillat dit :

    Oui surtout qu’en fait ces chiffres intègrent aussi le B2B , cela n’est pas juste du B2C et du C2C… Mon calcul était surement un peu rapide 🙂

  5. […] Parmi ces internautes ils seraient 40 % à vouloir dépenser plus que l’année dernière, ce qui va certainement faire monter le volume global du E-commerce Anglais estimé à 79 milliards de dollars. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.