Catégorie : Web Analytics

Le Web Analytics est le domaine d’expertise des données sur Internet. Internet permet en effet de récolter toutes les actions des internautes sur un site Internet. Certains logiciels, les solutions de web analytique, récoltent ces informations et les agrèges sous forme de tableau et de reporting pour étudier la fréquentation et les interactions avec les sites , y compris les sites ecommerce.
Google Analytics à fortement démocratisé l’accès aux web analytique mais il est loin d’etre le seul dans sa catégorie, il faut avouer que son prix, gratuit, est le principal argument en sa faveur.
Le web analytique est un domaine complexe demandant une grande rigueur, il est facile d’utiliser les chiffres d’une solution de web analytique pour conforter ses hypothèses plutôt que que de bâtir des hypothèses à partir des chiffres.


Comparer les taux de conversion et les taux de rebond est un non-sens

par Romain Boyer - Il y a 1 an

Beaucoup parmi vous sont des décideurs et c’est à ce titre que j’aimerais vous sensibiliser sur un point clé : cela n’a pas de sens de comparer entre sites des indicateurs, quand bien même vous seriez sur le même marché.

Qu’est-ce qu’un taux de rebond ou un taux de conversion ? c’est en fonction de votre nombre de visites globales l’atteinte d’un objectif.

Et ce qui pêche dans cette formule, c’est bien le nombre de visites au global.

Car il peut inclure plus ou moins de choses, et vous aurez des différences importantes dès lors :

  • que vous avez un blog qui comptabiliser les visites ou non (taux de rebond plus élevé, taux de conversion moins élevé)
  • que vous avez un site mobile à part ou une appli ou un site responsive (si le mobile est inclus dans vos stats, votre taux de conversion sera moins élevé)
  • que vous avez un mix leviers d’acquisition différent, ça dépendra alors de la répartition que vous aurez choisie parmi les SEA/Remarketing/comparateurs/etc. (proportion + élevée de SEA = meilleur taux de rebond mais moins de renta, etc.)
  • et toute autre typologie de page qui est comptabilisée différemment, et ça peut faire toute la différence..

certains sites ne font que du SEO, ont 40 visites par jour et 7% de taux de conversion. D’autres des millions et beaucoup moins de taux de conversion et pour autant, le revenu n’est pas le même.

En gros, ça n’a pas de sens de regarder ça par rapport à vos concurrents. Pourquoi pas pour votre propre tableau de bord à périmètre égal.

Ce que vous pouvez comparer, c’est à engagement comparable un taux de conversion, c’est à dire typiquement

  • un taux de complétion du tunnel d’achat.
  • Ou un taux de rebond par type de page d’entrée + source.

Ces données-là font sens car peu importe si vous ajoutez un blog, un site mobile, que vous l’enlevez finalement du périmètre, que vous ajoutez d’autres rubriques, faites + ou – de mailing, etc.  les chiffres ne varieront pas de ce fait.

Mais qui suit ces chiffres-là ? (si vous le faites comme moi, je veux bien que vous vous manifestiez, je me sentirai moins seul !)

Allez, je vous lâche une info qui me coûte beaucoup, la liste des colonnes de mon rapport préféré :

  • Type de page
  • Source
  • Visites période 1
  • Contribution période 1
  • Visites période 2
  • Contribution période 2
  • Perte de contribution visite
  • métrique au choix période 1
  • Contribution période 1
  • métrique au choix période 2
  • Contribution période 2
  • Perte de contribution métrique au choix 

Et vous, quel est votre rapport préféré ? (eh oui, c’est un échange…)

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


MasterClass « conversion ecommerce » lors du Prestashop day 2015

par Benoit Gaillat - Il y a 2 ans

Oui je sais , le rythme des articles a pas mal baissé sur info-ecommerce depuis un moment mais cela ne veut pas dire que nous restons inactifs ! Je ferai un petit bilan sur le développement de Skeelbox et mon aventure entrepreneurial (spoiler : tout va bien mais ça occupe énormément !) et les projets dans les cartons.

Bref, du coup pas beaucoup d’articles sur info-ecommerce mais vous pouvez toujours en lire sur le blog ecommerce de Skeelbox ou assister aux conférences organisées régulièrement comme avec Target2sell en mai ou avec Prestashop en juin lors du Prestashop Day.

J’ai par exemple eu le plaisir de faire une conférence avec l’amie Mathilde Le Rouzic (CEO de uncadeau.com notamment)  sur la conversion E-commerce. Nous avons reçu beaucoup de propositions de sites (plus de 50) et nous avons du en choisir 4 seulement. Ce n’est pas beaucoup mais comme nous sommes très bavard avec Mathilde il nous a fallu une heure pour arriver à caser tout ce que nous voulions dire .

Même si la conférence était pleine tout le monde n’a pas pu se déplacer à Paris pour assister aux conférences. La mise en place d’une livestream et d’une traduction simultanée par Prestashop prouve bien l’importance de l’événement mais cerise sur le gâteau, les conférences sont disponibles sur Youtube.

Si vous voulez tout savoir sur la conversion c’est le moment de regarder cette vidéo

Sur l’image je suis à gauche, Mathilde à droite. Au cas ou…

Je ne peux pas m’en empêcher mais un conseil tout de même : faites tester votre site par un membre éloigné de votre famille : un grand père, une grand mère, un cousin etc … et remboursez lui la commande (il faut absolument qu’il paye pour vérifier que tout va bien) et qu’en échange il vous fasse un rapport précis de son expérience client.

La grande majorité des erreurs que nous avons trouvées sont tout à fait identifiables pour peu que l’on prenne un peu de recul. Il faut tester , tester et tester encore et toujours mais il vaut mieux faire tester par des personnes extérieures au projet.

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “MasterClass « conversion ecommerce » lors du Prestashop day 2015”

  1. Arnaud dit :

    Bonjour,
    Un conseil (et celui ci je ne peux m’en empêcher :-)) : faites relire vos articles, parce que pour un consultant ça pique les yeux et ça fait désordre…votre article est truffé de fautes.
    De la 1ere phrase  » à (a) as mal baissé » « nous restons inactif(S) » à la dernière phrase
    La grande majorité des erreurs que nous avons trouvé(E)s sont tout à fait identifiable(S) pour peu que l’on prenne un peu de recul. Il faut tester , tester et tester encore et toujours mais il faut (VAUT) mieux faire tester par des personnes extérieur(ES) au projet.

    Merci pour vos articles 🙂
    Arnaud

  2. Merci Arnaud pour votre vigilance, le stagiaire non payé en charge de la relecture des articles à été puni en conséquence à regarder 200 vidéos de chatons aujourd’hui même. La prochaine erreur qu’il laissera passer c’est l’intégrale des clips d’Ophélie Winter qu’il devra subir. C’est sévère mais juste. Des solutions beaucoup moins drôles comme un correcteur d’orthographe ainsi qu’un dictionnaire sont aussi des solutions envisagées par la rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Taux de conversion : participez à l’étude de Capitaine Commerce

par Benoit Gaillat - Il y a 3 ans

Vous l’avez peut être déjà vu passer mais comme l’étude commence à recevoir pas mal de participants et que le taux de conversion est un des sujets les plus important pour les e-commerçants j’avais envie de la mettre en avant sur info-ecommerce aussi.

Pour ceux qui n’ont pas vu l’étude lancée par capitaine commerce  il s’agit tout simplement d’un grand sondage, les données sont donc déclaratives, qui à pour but d‘étudier le taux de conversion réel, secteur par secteur, des e-commerçants en France.

L’étude prend seulement deux petites minutes et les données sont strictement confidentielles bien entendu. Aujourd’hui le Capitaine, alias Olivier Sauvage, à déjà récolté plusieurs centaines de réponses, il ne manque donc que la votre 😉

Vous pouvez répondre à l’étude sur le site de capitaine commerce via ce lien ou directement dans le formulaire dessous, les données seront décryptées durant l’été pour faire l’objet de nombreux articles et d’analyses publiées bien sûr sur capitaine commerce.

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


E-commerce et SEM : Mesurer efficacement ses performances

par Benoit Gaillat - Il y a 3 ans

J’ai eu le plaisir de faire une conférence avec G4 interactive ,les créateurs de SEMvisu et Myposeo, sur le e-commerce et SEM  lors du salon e-commerce de Paris en septembre. Nous attendions la vidéo pour pouvoir vous poster la conférence pour ceux qui n’aurait pas eu la chance de pouvoir accéder à la salle (c’était plein) ou au salon (c’était à Paris).

Bref, normalement le salon a filmé notre intervention mais comme nous n’avons pas de nouvelles je vous propose au moins les slides de la conférence ou vous trouverez déjà pas mal d’informations. Si jamais nous recevons la vidéo je l’ajouterai à l’article 🙂

La conférence a abordé la thématique de la mesure du SEM, en commençant par son intérêt et son utilité pour les e-commerçants. Le SEM, pour rappel, c’est association du SEO (référencement naturel) et le SEA (la publicité) et si comme de nombreux référenceurs le « not provided » vous préoccupe je vous conseille de regarder les slides ci -dessous, il y a des solutions.


Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

tags :
2 Commentaires

2 réponses à “E-commerce et SEM : Mesurer efficacement ses performances”

  1. Thomas dit :

    Merci de nous avoir partagé les slides ! Nous attendons la vidéo promis maintenant 🙂

  2. imena dit :

    merci pour e partage (y)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Target2sell : la solution de cross selling de François Ziserman

par Benoit Gaillat - Il y a 3 ans

françois-zisermanAujourd’hui je reçois François Ziserman, blogueur e-commerce bien connu et Ex Consultant e-business qui se lance dans le monde des startups web avec Target2sell, startup évidement dédiée aux e-commerçants 😉 et qui attaque le marché de e-merchandising, un segment très intéressant mais trop peu exploité à mon avis par les e-commerçants et les startups.

Bonjour François, peux tu te présenter et nous raconter un peu ton parcours ?

Bonjour Benoit

J’ai commencé par la technique, et ça reste comme une « colonne vertébrale »
Après avoir bossé à la R&D d’Orange, j’ai créé plusieurs boites, plutôt dans le soft (Wokup, Medience,) et dernièrement dans le conseil (Araok). J’ai fait du conseil en e-commerce pendant 6 ans. ça me donne une expérience terrain e-commerce clé pour la suite

Aujourd’hui tu lances Target2sell, peux tu nous expliquer à quoi cela sert ?

Target2Sell est une solution qui permet d’adapter dynamiquement le site e-commerce en fonction de chaque visiteur.
Il s’agit donc d’une solution de recommandations personnalisées, qui propose « le bon produit au bon moment à la bonne personne ». Amazon fait ça depuis 98… et ça représente une grosse partie de ses ventes !

En gros les sites e-commerce actuels ne sont pas assez optimisés ?

logo-Target2SellExactement : la recommandation personnalisée permet d’améliorer la performance commerciale des sites : taux de conversion bien sûr, mais aussi montant du panier moyen, fidélisation, …
Hors, dans la situation actuelle, améliorer la performance du site est complètement vital, vu l’explosion des coûts d’acquisition et l’augmentation de la pression concurrentielle.

Que penses tu du marché du e-commerce, les investissements vont’ils aller dans la création de nouveaux site, l’acquisition ou la conversion ?

Tout cela en même temps : on est encore dans un margé en progression, il y a encore beaucoup de sites qui vont se créer, et les sites existant vont travailler pour améliorer leurs performances… ou mourir. ça fait un peu mélo dramatique mais c’est la réalité : le marché est très actif, mais dans les deux sens, création – mort.
C’est un univers très concurrentiel ou seul les meilleurs s’en sortent.
Dans un tel contexte, une solution qui permet d’améliorer la performance commerciale est complètement indispensable, et peu de sites le font. C’est notre objectif : démocratiser ce type de solutions

Comment Target2sell va t’il sur mon site e-commerce et en combien de temps ? Y’a t’il des paramétrages possibles/nécessaires ?

Alors justement, comme on sait bien que les e-marchands n’ont pas beaucoup de temps, ni beaucoup d’argent à investir, on a tout fait pour simplifier les choses :
La solution s’installe rapidement.
Pour fonctionner, la solution a besoin de 3 choses :

  • Un export catalogue
  • Un tag équivalent à celui de Google Analytics
  • Un tag javascript qui appelle notre solution pour afficher les recommandations

Sur les solutions e-commerce du marché, tout cela est fait automatiquement (Magento, Prestashop, …)
Sinon, on est partenaires de solutions comme Lengow pour le catalogue et le tag.
Bref, l’intégration se fait en un jour dans les cas simples, et peu prendre 4 à 5 jours dans les cas un peu plus complexes.
C’est donc plutôt du tout petit projet, plutôt rapide.
C’est ce qu’on vise : des quick win 🙂

Combien de sites ont ils testé le moteur et quel est le gain constaté ?

t2s_home1Plus de 20 aujourd’hui, dont Tous ergo, Orange marine, Goeland, Devernois, France Loisir (pour des sites internationaux).
Bon, on a aussi de très grandes marques mais ils ne souhaitent pas qu’on communique aujourd’hui
En ce moment, on signe plusieurs clients par jour…

Target2sell s’adresse t’il à des petits sites e-commerce, des gros sites ? Peux tu nous indiquer des ordres de prix ?

Le prix dépend du nombre de visites annuelles.
La solution est accessible à partir de 99 € par mois pour moins de 200 000 visites
Pour te donner un autre exemple, la solution coûte 349 € pour moins de 1 million de visites

Notre retour, c’est que très rapidement après la mise en place, la solution est performante, et donc rentable en moins de 2 mois !

 Merci François !

Pour tester Target2sell ou demander une démo c’est direction le site officiel -> http://target2sell.fr/

 

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Et si on supprimait la pagination sur les sites e-commerce ?

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Si il y a bien un truc que je n’ai jamais compris en e-commerce c’est bien d’avoir une pagination (et je ne suis pas le seul) , sur les pages catégories par exemple. Pour rappel la pagination ce n’est pas le fait de passer d’une page catégorie a une autre mais le fait de passer de la page 1 à la page 2 de la catégorie « chaussures femmes » par exemple.

Il faut bien comprendre pourquoi la pagination existe à l’origine sur le web, principalement pour deux raisons : diviser un contenu pour générer plus de pages vues (technique de pub inside) et/ou couper une page en plusieurs morceaux pour générer la page plus vite.

En effet, en 1999 et en 56Kbps sur IE 3 ou 4 , la différence entre 20 kilo octets et 100 kilo octets par page est importante. Les serveurs sont moins puissants, les langages web encore balbutiants et les connexions pas très rapides. Aujourd’hui , même si les performances des serveurs, des langages et des connexions se sont améliorés la performance reste un axe de travail indispensable en e-commerce ( voir La performance des sites e-commerce n’est plus une option ) .

La pagination limite cependant le surf de l’utilisateur en nécessitant une action de sa part, il est donc nécessaire si l’on veut favoriser la recherche dans le catalogue de permettre une navigation aisée d’une page à l’autre. Hors, ce n’est presque jamais le cas en e-commerce…

Quelques exemples de pagination en image

Pagination Rueducommerce

pagination rueducommerce

Pagination Cdiscount

pagination cdiscount

Pagination Fnac

pagination fnac

Pagination La  Redoute

pagination La Redoute

On peut continuer longtemps comme ça mais aujourd’hui il n’y a presque aucun site, y compris chez les pure players, qui à réfléchit à cette pratique.  Soyons clair :

Si l’on ne peut pas facilement passer d’une page à l’autre il est impossible de voir les produits, si l’on ne voit pas le produit il n’y a aucune chance de l’acheter !

L’occupation principale de l’internaute est souvent de feuilleter le catalogue produit, si c’est simple il va « consommer » plus de pages, si c’est compliqué il ne va même pas se donner la peine de naviguer dans le catalogue. Les moyens de passer à la page suivantes sont bien souvent trop petits, peu visibles et/ou mal conçus ..

Quelles alternatives à la pagination ?

Râler c’est bien mais proposer c’est mieux 😉 Voyons en 2013 quelles sont les alternatives à la pagination (imposée par défaut par de nombreux CMS e-commerce type Prestashop et Magento ).

Déjà pourquoi paginer ?  Ne pouvez vous tout simplement pas afficher 100% des produits de votre catégorie sur une page ? Cette alternative à beau paraître simpliste elle est plus qu’efficace dans de nombreux cas.  Si vous avez en moyenne moins de 100 produits par catégorie il n’y a à priori aucune raison de séparer vos pages catalogues et vous y gagnerez surement en seo (moins de contenu dupliqué et de pages canonical à gérer) . Attention cependant à la charge serveur car cela va générer plus de requêtes pour afficher la page, à vous de trouvez le bon dosage.

Si vous voulez séparer votre catalogue en plusieurs morceaux, si vous avez de nombreux produits par exemple, vous pouvez utiliser le scroll infini (qui porte mal son nom) qui va vous permettre de charger les produits suivants dans la même page sans pour autant demander au client de changer de page, on gagne donc en vitesse de surf et la navigation catalogue devient ultra fluide.  Si vous voulez tester vous pouvez aller sur la page des coques iphone5 de everything4mobile , surfez jusqu’en bas de la page et les produits suivants vont apparaitrent automatiquement .

paginationSi malgré tout vous êtes obligé de paginer votre site vous pouvez tout simplement afficher un gros bouton d’action pour passer à la page suivante et non pas des numéro hauts d’une dizaine de pixels …

Comment mesurer si vos changements sont les bons ?

Une meilleure organisation du contenu de vos pages catégorie devrait faire baisser le taux de rebond , augmenter la durée des visites et le nombre de pages vues.

Si les trois indicateurs, qui sont corrélés bien sûr, sont en hausse alors vos optimisations représentent un vrai plus pour vos internautes. Evidemment si votre taux d’ajout au panier et votre taux de conversion augmentent également c’est aussi bon signe 🙂

C’est exactement ce qui s’est passé sur info-ecommerce suite à la refonte du blog, l’ergonomie tranche nettement avec les habitudes mais se révèle finalement plus accessible, voici les statistiques Google Analytics :

Présentation de l audience   Google Analytics

On voit bien sur le graphique une hausse des pages vues par visites, une diminution du taux de rebond et une durée moyenne par visite plus importante.

Et vous, avez vous prévu de supprimer la pagination sur votre site e-commerce ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

tags :
19 Commentaires

19 réponses à “Et si on supprimait la pagination sur les sites e-commerce ?”

  1. Marie dit :

    Je suis partisane du « scroll infini » d’un point de vue ergonomique mais quid du référencement ?

  2. Jérémie - E-obseques.fr dit :

    Je le fais depuis le début sur ma boutique, même les catégories avec le plus d’articles ( comme http://www.e-obseques.fr/articles-funeraires,Plaques.html )
    Etant donné que la plupart du temps, on classe les articles par ordre de prix, ça permet de ne pas mettre les plus chers à plusieurs clics de la page d’entée.

  3. Il me paraît évident que le scroll infini deviendra une norme, notamment en e-commerce. Ce qui était auparavant une nécessité technologique a de moins en moins de sens aujourd’hui. C’est le fonctionnement dès son lancement (il me semble) de Pinterest où on se prend au jeu du scroll « sans » fin à voir de plus en plus d’images. En exemple de boutique qui fonctionne sans pagination, je pense à Timefy.com
    Je ne connais pas Magento mais il ne doit pas y avoir de raison qu’il n’existe pas d’addon comme pour Prestashop pour proposer cette option. Je ne l’ai pas testé mais j’avais lu que les développeurs avaient intégrés l’aspect SEO (pour le scroll des pages par les bots) avec fonctionnement classique de la pagination si le js n’était pas activé.

  4. Bonjour, nous nous sommes aperçu que depuis que nous sommes passés sur le scroll infini nous avons augmenté le temps de navigation du client de 15%. En effet le faite de scroller le client regarde tout les produits de la catégorie et nous vendons bien plus de produit en fin de catégorie qu’avant. Concernant le référencement pas de changement pour nous pas de perte de position ou de gain. Il faut par contre que le scroll infini soit très rapide sinon le client s’impatiente et change de page ou part du site.

  5. JD DOS SANTOS dit :

    A l’inverse de la plupart de vous tous, je suis contre le scroll infini… Pourquoi ?

    A l’ouverture de TheTops (www.thetops.fr) sous Magento, nous avons mis en place le scroll infini en ce disant : « Trop bien les clients verront plein de produits sans aucun effort ! ». Le constat était différent après plusieurs mois d’utilisation …

    – La première raison est qu’il faut un système rapide (= bouffe de la ressource)
    – Le client se perd rapidement et oublie ce qu’il souhaitait chercher au bout d’un moment à force de descendre
    – Le client perd rapidement de la motivation si les produits ne lui plaisent pas
    – Si on a un pied de page… inaccessible !
    – Ce n’est pas un atout pour le référencement mais pas une contrainte

    La solution a été de mettre de la pagination ce qui nous a permis de gagner en visibilité de produit donc en conversion.

    Je pense que les problématiques sont différentes en fonction du secteur d’activité mais aussi de la cible.

  6. Virgile - Everything4mobile.fr dit :

    Je confirme pour les ressources, on a changé de serveur pour que ça aille plus vite !

  7. @JD DOS SANTOS , merci de ton retour, pour la consommation serveur il faut peut être revoir les paramètres technique mais c’est « bon signe » si les internautes navigue dans le catalogue je pense. le serveur après tout est là pour y répondre …
    Je suis par contre bien plus d’accord avec toi sur le sentiment de « perte de l’internaute » même si j’ai bien quelques idées pour y remédier 😉
    Le pied de page est aussi une hérésie d’après moi mais ça fera l’objet d’un autre article
    Pour ton point « Le client perd rapidement de la motivation si les produits ne lui plaisent pas » c’est clair en effet mais dans ce cas c’est de « la faute du site » . EN tout cas on peut aussi mesurer son « dynamisme » et le faire réagir si l’on sent une baisse de motivation (via des solutions Devatics par exemple)
    On est par contre bien d’accord, le scroll infini ce n’est pas forcément la panacée, le tout c’est de réfléchir à des moyens d’optimiser son site , y compris sur des « petits » blocages qui peuvent paraître insignifiant.

  8. cobolian dit :

    Ca ne sert a RIEN de faire des catégories avec 500 produits. Personne n’ira voir les derniers produits, scroll infini ou pas. En plus ça limite la capacité de choix.

  9. Sylvain dit :

    Côté e-merchandising, je rejoins cobolian. Seuls les produits en zone ultra chaude en haut de page ont de réelles chances d’être vendus. J’ai déjà partagé sur le sujet avec des e-commerçants qui l’ont testé en AB et ils sont resté sur une pagination standard.

    Côté expérience utilisateur, le scroll infini peut être ressenti comme un « bug » du site. Je préfère le bouton d’action unique qui permet de « voir les xx produits suivants » et où l’internaute est réellement acteur de sa navigation.

    Côté interface, je pense que sur les écrans tactiles et mobiles, c’est intéressant car c’est plus facile de scroller (le terme est « swiper » de mémoire) que de toucher une zone précise de l’écran pour voir les produits suivants.

  10. Prestarocket dit :

    Bonjour,
    Un article intéressant sur des tests A/B sur l’infinite scroll : http://danwin.com/2013/01/infinite-scroll-fail-etsy/ et sa prez (slide 26 : http://fr.slideshare.net/danmckinley/design-for-continuous-experimentation). Pour l’auteur de cet article, l’infinite scroll ne donne pas forcément les résultats attendus. bref, il faut tester…
    Pour le SEO, on peut facilement éviter les contraintes avec un peu de dév. Enfin, il y a une solution intermédiaire avec un bouton du type : charger les 50 produits suivants

  11. Régis CHOURAQUI - BlackChili.fr dit :

    Bonjour,

    Je ne suis pas d’accord avec @cobolian et @Sylvain, je pense qu’il ne faut pas confondre ergonomie et bonne idée. Tout avoir sur une page est essentiel, de toute façon le la pagination de ne sert pas l’achat elle est juste le reflet d’une erreur d’ergonomie lié à un problème technique (un peu comme le clavier « azerty »).

    Je pense donc que le scroll infini est LA solution, mais pas comme il est proposé actuellement, il faut le repenser pour le rendre plus ergonomique et plus orienté vers l’achat et la découverte du catalogue.

    L’idée me parait intéressante à développer, je vais faire un petit billet sur mon blog à ce sujet, rendez-vous d’ici une petite quinzaine.

  12. makeonlineshop dit :

    Bon article, merci !

  13. Daniel Roch dit :

    Même remarque que Marie. Autant je peux comprendre l’intérêt pour l’utilisateur d’avoir une seule page avec tous les produits (que l’on peut éventuellement filtrer en Ajax), mais cela peut fortement nuire au référencement si l’on charge les autres produits lors du scroll de l’utilisateur.

  14. @Daniel et @Marie : c’est vous les spécialistes SEO dans le coin mais n’est ‘il pas plus facile de positionner 1 page ultra thématique (même avec 60 produits) que 6 pages contenant 10 produits ?

  15. @Daniel Roche Pourquoi penses-tu que cela peut nuire fortement au référencement ? Si tous les produits sont chargés dans la page et que tu charges les images façon lazy loading, tous les prérequis sont là.

  16. JD DOS SANTOS dit :

    @Benoit Le seul prérequis sur de la pagination est de bien utiliser l’attribut rel= » » comme l’indique Google : http://googlewebmastercentral.blogspot.fr/2011/09/pagination-with-relnext-and-relprev.html pour ne pas « (dé)performer » vos pages.

  17. Votre analyse est pertinente, pour les sites Ecommerce n’ayant pas trop de produit dans une catégorie, il est intéressant de ne pas mettre de pagination ( cela peut en plus conduire à des problème de duplication de contenu ( descriptif etc). Mais principalement pour les gros sites internet, il est nécessaire d’ajouter une pagination pour une question de chargement. Par conte l’ajout de filtre en Ajax est primordial pour garder une certaine ergonomie

  18. blog magento dit :

    Sur magento ce n’est pas imposé par défaut, on peut le supprimer en changeant un paramètre. Par contre, mettre trop de produits peut ralentir le site, surtout si les produits contiennent beaucoup d’attribut. Le lazy loading ou scroll infinie est une solution, mais loin d’être natif et demande de la programmation, donc un coût. Balancer – de 100 produits on va dire 99 🙂 99 * 10 ko le poids moyen d’une photo de catégorie on frole le Mo. Sans parler des requêtes http et autre… multiplié par le nombre de connexions.
    C’est vitre dramatique sur des petits serveurs ou sans lazy loading.

    Donc sans lazy loading non avec why not ( si celui est bien implémenté ).

  19. Pab dit :

    En passant… Le lazy loading a un vice caché : le bouton back du navigateur ! La navigation classique liste => produit (back) => liste / produit (back) => etc. est très utilisée par l’internaute moyen. Mais avec le lazy loading, le back du navigateur renvoie généralement en début de liste et oblige à reloader tout ou partie de la page de liste. C’est souvent plus ou moins bien géré en javascript et cela finit par perdre les internautes dans des listes interminables. Préférez à mon avis l’option d’affichage d’un nb de produits par page.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Page panier e-commerce : 7 mauvaises pratiques à éviter

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

La page panier est un élément crucial pour un site e-commerce, c’est là ou l’internaute va se décider à passer commande, modifier son panier, voir combien va lui coûter sa commande et se rassurer sur la bonne livraison de sa commande.

La page panier est la première étape du tunnel de commande et pourtant elle est bien souvent assez peu travaillé, voir même mal construite. Voici donc un article analysant 7 mauvaises pratiques très répandues sur les pages panier sur les sites e-commerce français.

Supprimer (trop facilement) les produits du panier

Le « classique du classique ». De nombreux e-commerçants se basent sur des solutions e-commerce pré pacagées (CMS e-commerce) de type Magento ou Prestashop, résultat la partie technique de base est souvent mixée avec un design, plus ou moins réussi, en fonction des agences. Hors la plupart du temps ces solutions n’ont pas poussées très loin l’analyse du comportement client et propose donc des modèles mal conçus.

Sur la plupart des pages paniers il est possible de supprimer une ligne produit relativement facilement  :

suppression-produit-panier

 

C’est un peu dommage de proposer cette fonction, ça me fait penser aux boutons « reset » des formulaires dans les années 2000, on rempli tous les champs et on clique malheureusement sur le bouton « reset » et tout est à refaire.  Attention, cela ne veut pas dire qu’il faut supprimer la fonctionnalité, il faut peut être juste la rendre moins « risquée » .

Par exemple avoir une bouton/texte « modifier mon panier » qui change le mode du panier de « lecture » à « modification » et active ces options peut être une bonne idée pour limiter le nombre de suppressions involontaires. 

Si cela vous semble trop compliqué vous pouvez au moins prévoir une fonction pour annuler une suppression d’un article. C’est bête comme choux mais presque aussi site ne le propose, en cas d’erreur le client doit retrouver le produit de lui même pour le rajouter à son panier. Dommage …

Arrêter de renvoyer vers la fiche produit

Lorsque l’on a plusieurs produits au panier, comme dans la commande ci dessous  :

lien-panier-vers-produits

Si vous cliquez sur l’image ou le nom du produit vous allez être redirigé vers la fiche produit, c’est un comportement quasi systématique sur l’ensemble des sites e-commerce. Hors un des objectifs de la page panier est de faire avancer le client dans le tunnel de commande, pas de le renvoyer vers la fiche produit.

Il est donc plus judicieux d’afficher les informations produits ici sur la page panier. On peut imaginer deux cas :

  • L’internaute survol la photo produit avec sa souris : On affiche un zoom produit HD qui permet de vérifier que le produit sélectionné est bien le bon (voir permet de consulter les autres vues du produits)
  • L’internaute clique sur le nom du produit : On affiche la liste des caractéristiques techniques du produit + un lien pour retourner à la fiche produit.

On garde donc les mêmes fonctions mais en évitant de perdre le client sur la fiche produit, et oui après l’avoir envoyé sur la fiche produit il faudra trouver comment le renvoyer vers la page panier, c’est l’objet du prochain paragraphe.

Ne pas mettre en évidence le panier si des produits y ont été ajoutés

Si votre typologie de produits s’y prête, c’est à dire si vous avez en moyenne des lignes de commande multi-produits  vous allez avoir un nombre de panier abandonnés relativement élevé et pas mal d’aller/retour entre votre catalogue et la page panier.

petit-panier

Pour éviter que les utilisateurs de votre site e-commerce « oublient » les produits présent dans leur panier il faut absolument leur rappeler qu’ils  ont mis de coté des produits sur les pages catalogue, quitte à prendre de la place sur quelques composants de votre site e-commerce.

Si un produit est au panier votre priorité doit être de rendre ce panier visible au maximum ! Contrasté, pas comme dans l’exemple ci contre, qui prend de la place,  et surtout qui incite à retourner sur la page panier, avec un petit push/argumentaire par exemple.

Ne pas permettre de sauvegarder le panier

Cette fonctionnalité est encore trop peu implémenté dans sites e-commerce français alors qu’elle à deux avantages majeurs :

  • Enregistrer le panier du client pour qu’il le retrouve un clic
  • Obtenir l’email du client (!!!)

Rien que pour le 2eme point cela vaut le coup de mettre cette technique en place. L’idée est toute simple : insérer une fonction avec une icone bien identifiable, de type « disquette » ou « sauvegarde » qui va tout simplement enregistré le panier et l’envoyer par email.

 panier-sauvegarde

Bon dans l’exemple ci dessus la traduction est « aléatoire »  mais la fonction est belle est bien présente.

Une fois le panier enregistré vous pouvez envoyer le contenu du panier par mail avec un mot de passe éventuel pour le retrouver, ou encore mieux, un lien « crypté » unique de type : « monsite.com/panier/jhksdfksdjdiqmaezew »  pour qu’il puisse le transférer d’un ordinateur à l’autre sans contrainte (ou finir sa commande sur sa tablette).

Indiquez que vous livrez dans le pays de l’internaute

Si votre clientèle est internationale vous pouvez indiquer que vous livrez bien le pays ou se situe l’utilisateur. C’est d’ailleurs une bonne pratique à mettre en place même si vous ne livrez qu’en France : ajouter une petite ligne en dessous des produits : livraison en France pour XXX € . Ça rassure toujours d’identifier ou se situe l’utilisateur et de voir que le site est « actif » pour organiser une livraison avec le meilleur service. L’objectif est toujours le même : supprimer les, nombreux, doutes qui peuvent surgir dans la tête de l’internaute sur la page panier.

livraison-internationale

Pour savoir comment identifier le pays de l’internaute vous pouvez vous référez à l’article  Comment remplir automatiquement le champ « Ville » dans un formulaire .

Ne pas indiquez les frais de livraisons par pays

frais-de-livraisonsSi vous livrez dans plusieurs pays il faut l’indiquer et le préciser au maximum, comme ci dessus par exemple, mais si cela n’est pas possible pour vous il faut au moins préciser rapidement quels seront les frais de port  à payer par l’utilisateur.

Dans l’exemple à droite, bien que le choix du pays ne soit pas très facile, l’indication des frais de port est des plus explicite ! Aucun doute sur le prix. En ajoutant le délai moyen de livraison à coté du prix on aurait eu en un clin d’œil toutes les informations nécessaires pour passer commande.

Si vous ne livrez qu’en France vous pouvez faire la même chose avec les transporteurs que vous proposer : UPS, Colissimo, Kiala, Chronopost etc …

 

Regrouper les boutons d’actions

Cette mauvaise pratique est encore assez répandue sur les sites e-commerce mais heureusement en forte baisse.  Un jour peut être nous arriverons à l’éradiquer. Si votre internaute à passer du temps à remplir son panier et qu’il le « perd » car il n’a pas cliqué sur le bon bouton d’action c’est vraiment un élément qui peut arrêter une vente. On sous estime grandement la frustration dans l’abandon des paniers.

Surtout qu’il est extrêmement simple d’espacer ses boutons d’actions et d’améliorer son ergonomie e-commerce

boutons-paniers-colles

 

Sur l’exemple ci dessus on peut voir que le site a utilisé des couleurs et formes différentes pour chaque action, c’est déjà bien, mais qu’un clic malencontreux peut rajouter une ou plusieurs étapes pour passer sa commande. Quand on peut éviter ça avec un peu d’organisation pourquoi se priver ?

Si vous ne voyez pas l’intérêt et la quantité de mauvais clics qui peuvent se faire sur un site e-commerce alors imaginez les cas suivants : interface tactile, touchepad de pc portable, souris peu efficace, personne âgée etc … Si vous imaginez encore votre internaute comme un homme de 35 ans qui surfe depuis son pc desktop avec du matériel haut de gamme sur une connexion haut débit alors vous avez loupé l’évolution du web depuis 2008 … Les occasions, involontaires, de ne pas cliquer au bon endroit sont donc légion !

Conclusions

Améliorer sa page panier n’est pas très compliqué à partir du moment ou l’on se place du coté de l’utilisateur, ou devrait-je dire des utilisateurs. Vous pouvez ainsi définir plusieurs cas clients, des « personae » et tester votre parcours d’achat dans ces conditions. Après il « suffit » de supprimer tous les points bloquants 🙂

Plus simple à dire qu’a faire mais améliorer son site est un des plaisirs de tous les e-commerçants. Et vous vous avez mis quoi en place pour améliorer votre panier  ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

9 Commentaires

9 réponses à “Page panier e-commerce : 7 mauvaises pratiques à éviter”

  1. Quentin dit :

    Merci pour ces idées, effectivement, ce n’est pas forcément la page qui est la plus soignée (chez les autres comme chez moi).
    Va falloir que je réfléchisse à tout ça ^^

  2. Simon Tripnaux dit :

    L’idée du tunnel de progression au stade du panier est en effet fondamentale !

  3. eCom-Store dit :

    De très bonnes idées, pas toujours faciles à implémenter sur les cms du marché mais qui pourraient faire la différence par rapport aux concurrents!

  4. Sebastien dit :

    Merci Benoit pour ces conseils.

    J’ajoute qu’il est préférable d’enlever le header et le footer du site dès la première page du panier pour éviter aux internautes d’avoir des possibilités de fuites.
    Une fois que l’internaute est dans le panier, il faut qu’il y reste !! ^^

    Par ailleurs, rien qu’en réalisant un test MVT sur le panier du site Telecharger.com, nous avons pu augmenter le taux de transformation de 98%. Ce qui prouve que le panier a un rôle crucial dans l’efficacité d’un site e-commerce.

  5. Medicaments dit :

    Très bon article pour optimiser son e-commerce. Pas toujours possible cependant et à voir au cas par cas !

  6. JD DOS SANTOS dit :

    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec :

    —–
    J’ajoute qu’il est préférable d’enlever le header et le footer du site dès la première page du panier pour éviter aux internautes d’avoir des possibilités de fuites.
    —–

    J’ai plus peur que ça un avis négatif car la personne va changer d’environnement qui était peut être plus rassurant vu qu’elle a effectué un panier. Qu’en penses-tu ?

  7. Alex Chauvin dit :

    Bonsoir,
    Ne pas afficher la date de livraison en fonction du contenu du panier + pays/zone de livraison + méthode de livraison serait peut-être à ajouter à cette liste, par ailleurs très intéressante.
    Alex.

  8. Salut Benoit, je tombe sur ce vieux billet mais toujours d’actualité. Je te rejoins sur l’astuce qui consiste à proposer la sauvegarde du panier. Si on a pas les moyens/le temps de faire un développement comme celui de ton exemple, on peut être malin en proposant juste un bouton SAUVEGARDER MON PANIER. Ce bouton mène juste sur le formulaire de création de compte, donc c’est vraiment pas compliqué à faire. Pour ne pas surcharger en boutons le panier, on peut n’afficher ce bouton que si le visiteur n’est pas connecté.

  9. Merci Alain, c’est une bonne idée aussi ! Tu l’as testé sur un site ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Quels sont les facteurs qui influencent un achat en ligne ?

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Lorsque l’on parle d’améliorer son taux de conversion on pense souvent à l’ergonomie et au facteur prix mais beaucoup moins à la psychologie d’un achat. On à déjà écrit, il y a longtemps, que l’argumentaire de vente est une étape essentielle pour bien convertir, voir l’argumentaire produit, une autoroute vers la conversion mais voici une infographie détaillant le top des facteurs impactant un achat en ligne. Cela peut être utile pour inclure des éléments d’informations dans vos fiches produits 😉 .

On peut voir que l’ergonomie du tunnel d’achat n’est pas dans les priorités des e-acheteurs au contraire des prix compétitifs et d’informations sur les produits. On peut voir également que 90% des acheteurs américains de produits Hi-Tech ont consultés une vidéo sur le produit avant l’achat. La vidéo est en effet un média encore très peu utilisé pour la vente, même si youtube s’essaye au e-commerce de temps en temps.

Évidement tous ces critères sont plus ou moins importants en fonction de votre secteur d’activité, par exemple l’aspect « nouveauté » est un facteur très important pour tous les produits dans la mode.

Infographie quels sont les facteurs qui influencent un achat en ligne ?

influence un achat en ligne
Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

8 Commentaires

8 réponses à “Quels sont les facteurs qui influencent un achat en ligne ?”

  1. Sophia Soulé dit :

    C’est exactement cela, et c’est pourquoi il est bien plus intéressant de savoir analyser en temps réel le comportement du visiteur plutôt que d’imaginer ce qu’il pourrait acheter. Notre solution Retiin (par E-topia) répond à la problématique du taux de conversion. Vous aussi, proposez le bon produit, au bon moment et à la bonne personne.

  2. Nicolas dit :

    Beaucoup de choses qui me paraissent logique dans ces résultats (qualité du produit, prix, informations, réductions, réseaux sociaux…), maintenant, c’est toujours bon d’avoir des chiffres concrets pour ces informations, merci pour cette infographie 😉

  3. Simon Tripnaux dit :

    La qualité du produit amène souvent tout le nécessaire pour construire une présence digitale de qualité : des témoignages clients, des backlinks faciles, une e-reputation solide … c’est bien le critère primordial !

  4. Vanessa dit :

    Salut, comme nicolas a cité, rapport qualité-prix, réductions …etc mais, il faut bien vérifier les marchandises, car j’ai acheté plusieurs produits qui, après la livraison, j’ai trouvé qu’ils sont de mauvaise qualité … il faut choisir alors un site trusted c tt

  5. The Sister Theory dit :

    Merci pour cette infographie. Elle confirme bien mes pensées!

  6. Kiro dit :

    Bonjour,

    Cette infographie est totalement erronée pour la simple et bonne raison qu’elle se base sur ce que les gens ont répondu, mais entre ce que les gens disent et ce qu’ils font vraiment il y a une grande différence.

    Bien sûr qu’une majorité de gens vous diront qu’ils ont acheté ce produit parce que c’est de la qualité (déjà pour ne pas passer pour des pigeons) et qu’au contraire une minorité avouera avoir acheté après avoir été manipulé influencé par la superbe promotion flash qui a créé un sentiment d’urgence irrésistible.

    J’ai écris un article pour contredire cette infographie, je vous invite à le lire et à donner votre avis éventuellement :

    http://www.astuce-ecommerce.com/2013/05/07/pourquoi-vous-ne-devriez-pas-ecouter-ce-que-vous-disent-vos-clients-et-tout-ce-que-vous-lisez-sur-internet/

  7. Salut,
    J’ai lu ton article mais à part dire que tu n’est pas d’accord il est un peu creux …
    L’infographie est évidement un point de vue à un instant T d’une partie de la population américaine.
    Comme toutes les informations, y compris les articles de ce blog, il est à recouper avec d’autres sources et avec la propre expérience du e-commerçant.

  8. bretagne vente Ballons thermodynamiques dit :

    c’est vrais que la présentation vidéo influence l’acte d’achat des internautes
    malheureusement en France son utilisation est assez minoritaire
    il-faut plus de développement de ce secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Les sites E-commerce sont (trop) lents !

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Dans la continuité de mon petit article sur les performances entre le temps de réponse et l’indexation des pages , j’ai trouvé sur GetElastic cette infographie sur l’obésité (oui oui) des pages e-commerce.

Elle présente en détail le fait que les pages des sites e-commerce, le détail homepage /page produit / page catégorie n’est pas précisé, à tendance à systématiquement augmenter depuis plus de deux ans. Le principal problème vient du fait que le temps de chargement en 2011 était déjà supérieur à la « norme acceptable pour les consommateurs ». Donc Bref ça ne s’arrange pas…

Pensez donc à virer l’inutile sur vos pages pour alleger le temps de chargement de votre e-commerce, voici quelques statistiques pour vous en convaincre :

  • Les sites e-commerce sont 22% plus lent cette année qu’en 2011.
  • les requêtes pour générer les pages ont augmentées de 10 % .
  • 75 % des sites n’utilisent pas de CDN.
  • Firefox est le « brower le plus rapide » en moyenne pour charger une page.

Infographie sur la performance des sites e-commerce

 

 

vitesse-des-sites-ecommerce

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

9 Commentaires

9 réponses à “Les sites E-commerce sont (trop) lents !”

  1. Quentin @abri de jardin dit :

    7 secondes, ça me parait plutôt énorme… Tout en sachant que c’est une moyenne, je n’ose pas imaginer les pires… On avait pas évolué avec l’adsl ? Maintenant c’est plus l’internet de l’internaute qui est lente mais les sites web qui ralentissent le tout ^^

  2. Garry dit :

    On imagine mal commander en 3G avec son smartphone avec des sites e-commerce pareils.

  3. Nico dit :

    Ce serait bien d’avoir le meme genre d’infos mais sur l’e-commerce français… car là, ce sont certainement des sites US, sur des connexions US, avec des CDN US…. meme si le message reste important : allegez vos sites ecommerce, ca ne fera que du bien a tous le monde.

  4. L’étude de GetElastic porte sur les 2000 plus gros sites US, comme souvent les petits e-commerçants sont plus vertueux que les « gros » 🙂

  5. Daniel Roch dit :

    Le temps de chargement doit toujours être pris en compte, que l’on soit sur un site ecommerce ou non d’ailleurs (cf. cet article). On doit toujours chercher à l’améliorer pour améliorer l’expérience utilisateur.

    Je suis assez surpris de voir Firefox plus rapide que Chrome dans l’infographie.

    Par contre, le CDN n’a pas grand chose à voir avec la vitesse. Il y a bien d’autres éléments qui auront plus d’impact que la mise en place d’une telle technique (comme les sprites, la fusion des javascript, l’asynchrone, l’ajax, …).

  6. Ed dit :

    Plus que le CDN, c’est surtout le caching des fronts qui me semble plus pertinent comme mesure, il existe « 2 type d’usage » de caching :

    – International avec les CDN – relativement coûteux
    – Local avec un serveur de cache (Varnish, Squid, ..) dans son infrastructure – relativement bon marché

  7. Quentin dit :

    Plus vertueux, tout dépend desquels, mais eux sont obligés s’ils veulent avoir des visiteurs 🙂

  8. Le CDN permet certainement une décentralisation du temps de chargement au plus prés des utilisateurs, pour le top 2000 de l’ecommerce US j’imagine que cela compte.

  9. Régis dit :

    Cette solution: xxxpubxxx permet de répondre aux problématiques de scalabilité et de disponibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Les expressions régulieres Google Analytics

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Vous utilisez peut être Google Analytics pour suivre votre trafic et vos stats de ventes de votre site Ecommerce, si d’ailleurs vous pensez ne pas vraiment en tirer profit vous pouvez vous inscrire à ma web conférence sur Ecommerce live  consacré à la création du plan de taggage d’un site ecommerce. Autrement dit à mesurer un peu plus de choses que les codes par défauts de la majorité des solutions ecommerce.

J’en profite pour vous mettre en garde contre la mauvaise connaissance de Google Analytics de pas mal d’agences web, j’ai entendu plus d’une fois : « Non mais Google Analytics, on pose le tag par défaut et ça fait tout tout seul » et sa variante « non mais on a installé un plugin c’est bon » . Heureusement les mentalités progressent ça change assez vite dans le bon sens mais n’hésitez pas a vérifier tous les points configurés par votre agence sur la Check liste Google Analytics.

Si votre installation de tags et au top alors bonne nouvelle, il y a moyen de profiter encore un peu plus de Google Analytics à l’aide des expressions régulières (les RegEx pour les intimes), les expressions régulières ce sont tout simplement des choses de ce type : ^/subfolder2/index\.html  . Ca peut paraître barbare en première approche mais lorsque l’on veut fouiller dans les données Google Analytics cela s’avère indispensable, par exemple pour sélectionner rapidement toutes les pages correspondant à certains critères.

Le meilleur moyen pour s’y mettre c’est encore un petit doc crée par LunaMetrics , une grosse agence de conseil en web analytics et de pratiquer dans votre interface google analytics. Le doc est en anglais mais les expressions régulières y sont pourtant abordés de façon très explicites et accessibles aux débutants. Pour les habitués des expressions régulières cela fait un bon récap à garder sous la main !

N’hésitez vraiment pas a pratiquer, c’est comme ça que ça rentre les expressions régulières 😉

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “Les expressions régulieres Google Analytics”

  1. novia santé dit :

    il faut navrant de faire ce constat. Que des professionnels ne soient pas aiguisé sur le sujet, fait perdre des euros à leurs clients. Merci pour l’info

  2. Annonciaweb dit :

    Bonjour,

    C’est surprenant que les regex ne soient pas plus exploités tant par les agences que les sites e-commerce qui gèrent cela en interne.

    Analytics est un super outil, autant profiter de tout son potentiel!

    Merci pour cet article,
    cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.