Catégorie : Solutions E-commerce

Choisir une solution E-commerce est un enjeux des plus importants pour tous les e-commerçants. La mauvaise solution e-commerce peut retarder le développement de votre site ou vous priver de ventes. Faut’il choisir une solution ecommerce open source ou une solution e-commerce propriétaire ? Les solutions de ecommerce open sources peuvent être installées par vos soins ou par une web agencie, mais comment savoir quelle est la solution la plus efficace pour votre site marchand ? Retrouvez ici tous nos articles sur les plateformes e-commerce et apprenez à choisir la bonne pour votre business !


Barcamp Prestashop le 19 novembre 2013

par Benoit Gaillat - Il y a 3 ans

prestashopSi comme de nombreux e-commerçants vous êtes un utilisateur de la solution e-commerce open source Prestashop alors vous serez ravi d’apprendre qu’ils organisent le 7ème Barcamp e-commerce Prestashop le 19 novembre 2013 à Paris. L’événement aura lieu plus exactement à l’Espace Tapis Rouge (le même lieu que pour les événements précédents) . Les éditions précédentes avaient accueilli jusqu’à 1200 personnes sur la journée pour échanger autour de la solution et rencontrer tout l’éco-système autour Prestashop.

Barcamp Prestashop le 7 novembre 2013

L’événement est payant, mais vous pouvez gagner 5 places grâce à info-ecommerce (voir ci dessous) , il va regrouper sur la journée des grands noms du web français et international : Amazon, Google, Twitter, Bootstrap, eBay, la Fevad, l’Ecole 42, Facebook, Showroom privé, ou encore Teddy Smith , bref du trés beau monde pour cette 7eme édition.

La journée est décomposée entre des conférences animées par les différents intervenants ci dessus, des ateliers et des présentations. J’aurai le plaisir d’animer une présentation avec Skeelbox, mon agence conseil internet, sur la conversion avec Prestashop. Si vous souhaitez booster votre taux de conversion avec Prestashop n’hésitez à en discuter avec moi ce jour là, on a trois belles réussites d’optimisations expliquées ici pour les plus curieux.

Concours pour gagner 5 places 

La bonne nouvelle c’est que j’ai CINQ places gratuites à vous faire gagner 😉 Pour cela je vous propose un petit concours très simple : il suffit d’indiquer dans les commentaires la fonctionnalité cachée (easter egg) de Prestashop que vous préfériez voir.

C’est quoi un easter egg ? 

Un easter egg n’est pas assimilable à un virus : il n’abîme ni le programme original, ni les autres données, et ne se propage pas ; il est caché et a été inséré volontairement par les développeurs. Il peut s’agir de la liste des auteurs du logiciel, d’un jeu, d’une blague, d’une séquence inédite, de bruitages. (plus d’infos sur ce qu’es un easter egg ici sur wkipédia) .

Voici quelques idées (pour vous échauffer) pour égayer le back office  :

  • Installer un Konami code dans le back office pour lancer un petit jeu pour se détendre en entre deux commandes
  • Installer un Nyan Cat qui navigue dans votre interface en cas d’inactivité sur la page
  • Un thème caché  « Matrix »  pour le back office
  • etc..

Je laisse libre cours à votre imagination, plus c’est rigolo plus vous aurez de chance de récupérer une place pour le Barcamp ! Sinon pour s’inscrire c’est par ici -> barcamp.prestashop.com

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

5 Commentaires

5 réponses à “Barcamp Prestashop le 19 novembre 2013”

  1. HERVE dit :

    Bonjour à l’Equipe!

    Nous chez Caméléon, nous aimerions comme Easter Egg un Konami code Tetris! ^^
    Car on ne se lasse jamais des classiques et que cela peut-être un joli clin d’oeil rétro (et oui, les 90’s, c’est déjà rétro!).

    Bien à vous,

    M. HERVE
    Assistante de Direction BU SHOPPER

  2. E-Works dit :

    Je souhaiterais comme Easter Egg une combinaison façon Playstation 3 pour les journées pourries en terme d’activité de vente e-commerce. Par exemple, en enchaînant « CTRL + ALT + SUPPR + Espace » (pour éviter le reboot sous Windows), le backoffice balancerait le message ci-dessous avec un mini tableau multipliant par 4 les chiffres réels du jour :

    « E-marchand vous avez sollicité le cheat code « Journée pourrie », nous allons donc vous indiquer quel CA / nbre de commandes vous auriez pu faire (critères sélectionnés : temps froid et pluvieux, J-10 avant noël, aucun impôt / taxe d’habitation à payer) ».

  3. saso dit :

    Salut, je pensais moi à un jeu en html5 qui se déclencherait au survol long inninterrompu du curseur de la souris sur le nom de sa boutique en haut à gauche du back office: pouf! une fenêtre qui ouvre une session dans le style des diner dash pour s’encourager en jouant à la marchande en plein rush et satisfaire ses impatients et nombreux clients qui se bousculent à votre enseigne; à vous d’assurer: accueil de la clientèle, prise de commande, préparation du panier, livraison, à un rythme de plus en plus effreiné! perso je pense que ça peut être stimulant les jours de maigres CA, qu’en pensez-vous?

  4. Guillaume dit :

    Pourquoi pas un easter egg Konami Code qui lance un Pac Man mais avec le logo de prestashop à la place du personnage ? Héhé

  5. gotcha dit :

    Et pouyrquoi pas un easter egg ou l’équipe de presta réaliserait un dance facon gagnam style?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Target2sell : la solution de cross selling de François Ziserman

par Benoit Gaillat - Il y a 3 ans

françois-zisermanAujourd’hui je reçois François Ziserman, blogueur e-commerce bien connu et Ex Consultant e-business qui se lance dans le monde des startups web avec Target2sell, startup évidement dédiée aux e-commerçants 😉 et qui attaque le marché de e-merchandising, un segment très intéressant mais trop peu exploité à mon avis par les e-commerçants et les startups.

Bonjour François, peux tu te présenter et nous raconter un peu ton parcours ?

Bonjour Benoit

J’ai commencé par la technique, et ça reste comme une « colonne vertébrale »
Après avoir bossé à la R&D d’Orange, j’ai créé plusieurs boites, plutôt dans le soft (Wokup, Medience,) et dernièrement dans le conseil (Araok). J’ai fait du conseil en e-commerce pendant 6 ans. ça me donne une expérience terrain e-commerce clé pour la suite

Aujourd’hui tu lances Target2sell, peux tu nous expliquer à quoi cela sert ?

Target2Sell est une solution qui permet d’adapter dynamiquement le site e-commerce en fonction de chaque visiteur.
Il s’agit donc d’une solution de recommandations personnalisées, qui propose « le bon produit au bon moment à la bonne personne ». Amazon fait ça depuis 98… et ça représente une grosse partie de ses ventes !

En gros les sites e-commerce actuels ne sont pas assez optimisés ?

logo-Target2SellExactement : la recommandation personnalisée permet d’améliorer la performance commerciale des sites : taux de conversion bien sûr, mais aussi montant du panier moyen, fidélisation, …
Hors, dans la situation actuelle, améliorer la performance du site est complètement vital, vu l’explosion des coûts d’acquisition et l’augmentation de la pression concurrentielle.

Que penses tu du marché du e-commerce, les investissements vont’ils aller dans la création de nouveaux site, l’acquisition ou la conversion ?

Tout cela en même temps : on est encore dans un margé en progression, il y a encore beaucoup de sites qui vont se créer, et les sites existant vont travailler pour améliorer leurs performances… ou mourir. ça fait un peu mélo dramatique mais c’est la réalité : le marché est très actif, mais dans les deux sens, création – mort.
C’est un univers très concurrentiel ou seul les meilleurs s’en sortent.
Dans un tel contexte, une solution qui permet d’améliorer la performance commerciale est complètement indispensable, et peu de sites le font. C’est notre objectif : démocratiser ce type de solutions

Comment Target2sell va t’il sur mon site e-commerce et en combien de temps ? Y’a t’il des paramétrages possibles/nécessaires ?

Alors justement, comme on sait bien que les e-marchands n’ont pas beaucoup de temps, ni beaucoup d’argent à investir, on a tout fait pour simplifier les choses :
La solution s’installe rapidement.
Pour fonctionner, la solution a besoin de 3 choses :

  • Un export catalogue
  • Un tag équivalent à celui de Google Analytics
  • Un tag javascript qui appelle notre solution pour afficher les recommandations

Sur les solutions e-commerce du marché, tout cela est fait automatiquement (Magento, Prestashop, …)
Sinon, on est partenaires de solutions comme Lengow pour le catalogue et le tag.
Bref, l’intégration se fait en un jour dans les cas simples, et peu prendre 4 à 5 jours dans les cas un peu plus complexes.
C’est donc plutôt du tout petit projet, plutôt rapide.
C’est ce qu’on vise : des quick win 🙂

Combien de sites ont ils testé le moteur et quel est le gain constaté ?

t2s_home1Plus de 20 aujourd’hui, dont Tous ergo, Orange marine, Goeland, Devernois, France Loisir (pour des sites internationaux).
Bon, on a aussi de très grandes marques mais ils ne souhaitent pas qu’on communique aujourd’hui
En ce moment, on signe plusieurs clients par jour…

Target2sell s’adresse t’il à des petits sites e-commerce, des gros sites ? Peux tu nous indiquer des ordres de prix ?

Le prix dépend du nombre de visites annuelles.
La solution est accessible à partir de 99 € par mois pour moins de 200 000 visites
Pour te donner un autre exemple, la solution coûte 349 € pour moins de 1 million de visites

Notre retour, c’est que très rapidement après la mise en place, la solution est performante, et donc rentable en moins de 2 mois !

 Merci François !

Pour tester Target2sell ou demander une démo c’est direction le site officiel -> http://target2sell.fr/

 

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Arrivée de Prestashop 1.6, les fonctionnalités et la présentation officielle (avec les captures !)

par Romain Boyer - Il y a 3 ans

prestashop16_prezPrestashop 1.6 est une nouvelle version de Prestashop qui a été annoncée tout en douceur, avec quelques sucreries sympathiques qu’il me tarde d’essayer, fin 2013 a priori (si si, on me l’a assuré, ça ne peut pas arriver en retard, c’est déjà disponible sur Github pour la partie BackOffice pour les plus geeks d’entre vous !)

Au menu du front office, nouveau thème responsive très joli, quelques fonctionnalités telles que le menu riche, le cross selling dans le panier, le one page checkout (solution discutable, à tester, vraiment), une meilleure gestion des facettes et des couleurs (très joliment intégré, à voir au niveau des perfs).

Au menu du back-office, une bien jolie interface, avec un tableau de bord, des KPIs (indicateurs) bien mis en valeur, des sélections multiples, etc.

J’ai hâte de jouer avec tout cela.

En attendant, voici les prézs !

Présentation vidéo de la V1.6 de Prestashop

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

2 Commentaires

2 réponses à “Arrivée de Prestashop 1.6, les fonctionnalités et la présentation officielle (avec les captures !)”

  1. Morgan dit :

    Bonjour,
    J’aurai souhaité avoir plus d’information concernant la partie back-office qui est disponible sur GitHub. J’ai bien checkout la version de GitHub mais ne vois aucun changement au niveau du back-office. Pourriez vous m’indique comment procéder, pour tester ces nouveautés ? Merci. Morgan

  2. Morgan dit :

    J’ai trouvé ma réponse! C’est la branche bootrsrap…. Merci pour l’info en tout les cas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Top 24 des solutions e-commerce

par Benoit Gaillat - Il y a 3 ans

Il y a quelques mois de cela je vous avais proposé une très longue liste de solutions e-commerce, assez complète avec plus de 210 solutions listées mais qui en contrepartie ne proposait pas de comparatif fonctionnel.

Voici donc pour corriger ça un comparatif,rapide, des principales fonctionnalités des 24 solutions e-commerce les plus utilisées de part le monde avec également la grille des prix pour vous faire une idée.

On retrouve notre petit frenchy Prestashop dans le lot ainsi que pas mal de solutions e-commerce américaines, comme Magento, qui nous montre bien le dynamisme de se secteur aux US. Pendant ce temps en France on sort doucement du « Prestashop ou Magento ?  » avec l’arrivée de nouvelles solutions comme RBS change qui vont surement modifier la donne dans les prochains mois.

Bref, la solution parfaite n’existe pas car tout le monde n’a pas les mêmes besoins mais a solution qui vous convient le mieux à de grande chance d’exister elle  😉

Infographie sur le top 24 des solutions e-commerce

top des solutions ecommerce

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

4 Commentaires

4 réponses à “Top 24 des solutions e-commerce”

  1. Webbax dit :

    Hello,

    A mon avis la question Prestashop ou Magento est pas prête à s’arrêter… Actuellement je vois mal RBS change prendre le relai… avec l’outil tout en un c’est à mon sens assez compliqué de viser un niveau d’excellence…

    Il faut dire que déjà avec un outil dédié à a chaque besoin… c’est déjà difficile, mais l’avenir nous en dira plus.

    A bientôt

  2. Perrine dit :

    Bonjour, merci pour cette infographie ! Sinon, comme solution e-commerce « Made in France » il y a aussi http://www.boosket.com, qui permet de faire du multicanal à des prix abordables. Bonne journée !

  3. Logiciel Centre d'appel dit :

    24 c’est déjà beaucoup mieux que 210 mais avec un comparatif des fonctionnalités, c’est encore mieux. Il n’y a pas de solution parfaite: sur ce point je vous rejoint à 100%, tout dépend des besoins de chaque commerçant, de sa situation, de ses objectifs….mais avec autant d’offres il est certain que chacun peut trouver chaussure à son pied

  4. Adrien Legoff dit :

    Bonjour,

    Article très intéressant, merci. Afin de faire bénéficier aux internautes d’un complément d’information, je vous propose de partager une autre source que nous venons de publier, une sélection des logiciels de création de sites E-commerce les plus performants, réalisé en prenant en compte de nombreux critères

    Encore merci et à bientôt,

    Adrien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


De quoi devrait disposer la parfaite solution e-commerce ?

par Romain Boyer - Il y a 3 ans

Crédit : Getty LDFrançois Ziserman s’est prêté à un exercice intéressant (lire : Peut-on (encore) lancer une solution e-commerce) et utile sur ce que devrait contenir la solution e-commerce idéale.

Pour faire avancer la réflexion, je me propose de donner ma version issue de ma propre expérience. François et moi avons des avis complémentaires du fait de nos sensibilités respectives, à prendre en compte comme tels. Certains de nos avis se recoupent évidemment.

Pour moi, la parfaite solution e-commerce

  • Devrait être centrée sur les outils aidant à la vente, et notamment les tests multivariés (sur des blocs de templates) et le merchandising dynamique (centré sur un objet Opération permettant d’adresser des opérations particulières en fonction de dates, de typologies de clients, de canaux d’entrée,…) ;
  • Devrait proposer plusieurs possibilités de tunnels de conversion (one page checkout, guest checkout, etc.), testables en test A/B, que le commerçant peut choisir/tester en fonction de son activité ;
  • Devrait être connectée : les EDI doivent permettre simplement d’y connecter un ERP notamment, et un datamart pour le suivi du visiteur et le e-merchandising comportemental ;
  • Devrait  avoir un système de cache intégré performant, pourquoi pas pré-connecté avec Varnish avec un mode de purge du cache bien implémenté. Un monitoring du cache permettrait notamment de connaître le niveau de cache par template comme le permet DemandWare par exemple ;
  • Devrait  avoir un système modulaire simple. Celui de Prestashop lui a assuré son succès ;
  • Devrait gérer idéalement les transactions, une tentative de transaction = un identifiant unique ;
  • Devrait avoir un moteur de recherche prédictif permettant d’amener les visiteurs vers les rubriques principales ou les fiches produit du site plutôt que sur des résultats de recherche généralement non optimisés

Je trouve que c’est un exercice intéressant pour les blogueurs e-commerce pour faire avancer les réflexions et les solutions.

Et pour répondre à la question posée dans le titre de l’article de François, mon avis est que, oui, on peut encore lancer des solutions, robustes et basées sur des frameworks tels que Symfony2 (français !), et proposant notamment les caractéristiques plus haut citées. Prestashop a été lancée en 2007 et Magento en 2008, c’est encore (relativement) récent !

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

3 Commentaires

3 réponses à “De quoi devrait disposer la parfaite solution e-commerce ?”

  1. eCom-Store dit :

    Des mises à jour transparentes pour les e-commerçants car leur coût est élevé.

  2. La solution e-commerce idéale doit surtout etre pensée par des e-commerçants et non pas par des techos 😉
    Pour moi elle aurait ces fonctionnalités :
    Te permet de savoir ce qui s’est passé sur ton site la veille, je ne parle pas de « que » de stats mais bien de comprendre pourquoi la journée a été bonne ou pas.
    Des fonctions de gestion de catalogue en back office, un vrai « PIM » adapté à un travail quotidien.
    Te calcul des prévisions de réassort correct (qui prend donc en compte l’exposition/visibilité du produit)
    Qui gère les sessions via url sécurisées plutôt que par couple login/password (voir l’autologin de Vente-privées)
    Qui a surtout des vraies fonctions d’animation commerciale. genre des widgets auto en fonction de l’historique du client) (François va pas aimer ça 😉 )

    Bref des trucs orientés client final et e-commerçants avant tout.

  3. Philip dit :

    @Romain : Je suis d’accord sur le fond, mais franchement, dans les 120 000 marchands français, combien sont capables de gérer un test AB ? voire combien ont un trafic suffisant pour avoir les grandeurs statistiques nécessaires à une bonne analyse ?
    Idem pour les ERP. Ca semble pourtant le BA-Ba, mais ç’est très loin des préoccupations du marchand ‘de base’. Le problème de fond, c’est que proposer des fonctionnalités évoluées impliquent de créer un moteur hyper souple, capable de s’adapter à toutes sortes de business et de reflexion marketing. Et quand on voit déja l’appréhension des marchands à monter sur un outil comme Magento (Houlala, c’est compliqué !!!) pourtant très accessible, j’ai des doutes sur la capacité d’un outil évolué à répondre à leur besoin basic.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Marketplaces, mode d’emploi, le Livre Blanc

par Benoit Gaillat - Il y a 3 ans

C’est bientôt la période estivale, bon ok avant il y a les soldes, l’occasion de penser à prendre un peu de recul et à lancer les projets de la rentrée. C’est donc le moment de se pencher sur l’utilisation des marketplaces dans le cadre de votre stratégie e-commerce, le sujet des marketplaces est en effet en plein boom et peux représenter plusieurs dizaines de pour-cent dans le CA global d’un site e-commerce.

Cela tombe bien car un nouveau livre blanc sur les marketplaces vient d’être publié par Iziflux en collaboration avec Brioude, Solusquare et un petit passage made in SkeelBox, l’agence de conseils e-commerce que j’ai co-fondée.

Le livre blanc, mais haut en couleurs, de 90 pages tout de même, fait le tour de la question des marketplaces avec des conseils, des guides, des questions et même un panorama des marketpaces existantes.  Pour les impatients voici le sommaire du livre (cliquez sur l’image pour agrandir dans un nouvel onglet)

sommaire-marketplaces

Avec ce livre blanc, téléchargeable ici même -> http://blog.iziflux.com/marketplaces-mode-demploi  vous aurez toutes les informations pour vous lancer et préparer votre projet ou tout simplement pour améliorer votre présence sur les marketplaces.

Un grand merci à Guilhem de CibleWeb et à Audrey pour avoir organisé ce livre blanc et m’avoir proposé de participer, j’espère qu’il va être utile à un maximum des e-commerçants. Les marketplaces sont en effet un des secteurs les plus « tendances » à l’heure actuelle mais comme chaque projet web il est nécessaire de préparer correctement son projet pour en profiter au maximum.

Si vous voulez en savoir plus sur les marketplaces vous pouvez lire l’interview de  Pierre Bardot, de la société Vidéopole, qui a commencé sur les marketplaces avant même d’avoir un site e-commerce à lui. Ci dessous le livre blanc en HD à lire dans le player de Scribd.

Livre blanc Marketplaces, mode d’emploi.

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

5 Commentaires

5 réponses à “Marketplaces, mode d’emploi, le Livre Blanc”

  1. Mayoussier dit :

    Merci pour ce livre blanc très intéressant.
    Par contre Benoît une question :
    Dans votre « Piège n°2 : Exporter tout son catalogue produit », vous dites qu’exporter tout son catalogue est risqué car la Market Place risque de vous passer devant dans les SERP.
    J’ai déjà entendu cet argument de la part d’un consultant.
    Mais j’ai un gros doute car si l’on crée une fiche produit en premier sur son site e-commerce avant de l’exporter sur la place de marché, alors on sera dans un cas de « contenu dupliqué ».
    Si google fait bien son travail, il ne considérera pas ce nouveau contenu comme aussi pertinent que le 1er et le fera moins remonter dans les SERP.
    Je me trompe?

  2. yannick simon dit :

    @Mayoussier

    et non, malheureusement, Google attribue énormément de poids aux sites de référence et privilégie les markets place, meme s’ils ne sont pas les auteurs du contenu.

  3. Damien Mayoussier dit :

    Merci, une source pourrait-elle appuyer l’argument ? Ou c’est empirique ?

  4. Bonjour Damien,
    Yannick Simon est une « source » fiable sur le seo 🙂 , tu peux voir son interview ici -> http://www.info-ecommerce.fr/7454/yannick-simon-ex-rueducommerce-lance-un-outil-seo-pour-mieux-se-positionner-sur-la-longue-traine .
    Sinon de mon coté j’ai constaté les mêmes choses, Rueducommerce et Amazon sont très fort pour passer devant les marchands sur leurs propres produits. Leur « notoriété google » étant souvent trés trés forte.
    En cas de duplicate content pas sûr que tu gagnes…

  5. Paige Hurley dit :

    Pour le vérifier, il vous suffit de réaliser une petite enquête auprès de vos clients existants et déterminer ainsi ce qui les a conduits à acheter chez vous. Les informations obtenues vous aideront à améliorer votre marketing et vos campagnes publicitaires pour mieux cibler votre marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Bargento 2013 le 4 juin à Paris

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Comme tous les ans depuis la sortie de Magento, la célèbre solution e-commerce open source made in USA, les petits frenchies organisent le Bargento à Paris, le 4 juin 2013 à l’espace Champerret, 6 rue Jean Oestreicher.

Bargento  le salon dédié à Magento   tout savoir sur Magento et bien plus     La plus grande réunion Magento au mondeC’est l’occasion de retrouver les deux fondateurs de Magento Roy Rubin et Yoav Kutner qui viendront depuis les Etats-unis pour présenter la conférence plénière d’ouverture. Yoav Kutner présentera également Oro CRM, son nouveau projet suite à son départ de Magento, qui devrait évidement s’intégrer parfaitement avec Magento et apporter une brique CRM (customer relationship management) plus que bienvenue !

Le reste de la journée sera également bien chargé avec la présentation de Akeneo par Frederic de Gombert, un ancien de chez Smile, qui nous prépare un PIM (product information management) pour Magento (en open source il parait). NBS comme à son habitude va nous parler de performance de site Magento (vaste sujet …) en collaboration avec DND , ils ont déjà sévis ensemble avec le plugin  Nitrogento.

Il va également y avoir une conférence de Guido Jansen, que je ne connaissais pas, mais qui s’intéresse à un domaine que j’affectionne : la persuasion e-commerce, convertir plus grâce à la rédaction à et la persuasion.

Comme à chaque fois un espace partenaires est accessible pour échanger avec des prestataires spécialisés sur Magento et cette année le CUMEF (Club des Utilisateurs de Magento Enterprise France) y tiendra une réunion. Bargento c’est également l’occasion d’en apprendre un peu plus sur la solution et un espace de 90m² de démonstrations est prévu par Magento pour renseigner tous les curieux.

espace-champerret-paris-1352647641Mon associé, Ludovic Passamonti, aura le plaisir d’animer en collaboration avec Olivier Sauvage (Wexperience) et Olivier Lévy (Blog E-commerce) un atelier de « docteurs e-commerce » pour vous aider à optimiser la conversion de votre site, c’est gratuit mais les files d’attentes sont souvent assez longues 🙂

Le Bargento 2013 se tiendra à l’espace Champerret, 6 rue Jean Oestreicher le 4 juin 2013. Pour les inscriptions c’est par ici : http://www.bargento.fr/inscriptions/ , le prix est de  35 € mais je vous propose un petit jeu concours pour gagner votre place gratuite !

Il suffit d’indiquer dans les commentaires une bonne idée pour améliorer Magento,  les 15 idées les plus sympa recevrons une place gratuite pour le Bargento, indiquez bien votre adresse email dans le champ Email, c’est grâce à sa que je vais pouvoir vous contacter …

La sélection se fera mercredi soir et sera annoncé jeudi matin, vous avez le droit de proposer plusieurs idées mais je ne donnerai qu’une seule place par personne pour que cela reste fair-play . Que les meilleures idées gagnent !

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

tags : ,
15 Commentaires

15 réponses à “Bargento 2013 le 4 juin à Paris”

  1. Sebastien bleriot dit :

    Est-ce pro-français que de dire que j’arrive vraiment pas à accrocher avec l’interface de Magento vs Prestashop ? ^^

    Donc mon idée serait simplement de moderniser l’ergonomie du back office pour la rendre un peu plus sexy. ^^

    Simple mais indispensable pour conquérir de nouveaux clients vs Prestashop 😉

  2. Nicolas dit :

    C’est peut être moins sexy (beaucoup plus de choses), mais pour avoir travaillé sur les deux… j’ai une préférence pour Magento moi ;). Je le trouve plus complet et plus logique, certes beaucoup d’informations d’un coup mais il y a moins de cliques ect je trouve (du moins, de mes souvenirs datant de deux ans).

    Mais je t’avouerais que j’ai eu du mal a passer sur presta…

  3. Antoine dit :

    Pour ma part , la petite idée se trouve au niveau du tunnel d’achat de magento.
    En effet le natif est très basic et peux personnnalisable hormis la typo et les couleurs.
    Je pense qu’il est temps de rendre celui-ci un peu plus funky et plus modulable que ces rectangles en cascade !

  4. Jérémy dit :

    Une meilleure implémentation des règles pour le SEO, les versions actuelles sont très limitées de ce coté là, il est impératif de coder pour des choses pourtant basiques.

  5. RIOU Nicolas dit :

    Les e-stores sont souvent confrontés au fait que pour faire du merchandising depuis le BO dans les catégories il faut setter les positions des produits avec des nombres. Cela devient vite laborieux…
    Une simple interface avec du Drag&Drop avec la photo des produits permettrait de gagner beaucoup de temps et d’assortir rapidement les produits.

  6. Princesita dit :

    Un vrai moteur de recherche dans la version de base qui remonterait des résultats pertinents. Un must have aujourd’hui qui répondrait réellement à la demande des clients 🙂

  7. Salon de jardin dit :

    Pour moi, c’est plus du côté statistiques qu’il faudrait améliorer.
    De pouvoir générer facilement les reportings, + possibilité de personnaliser son tableau de bord

  8. Saïd dit :

    Bonjour,

    Je pense que Magento devrait se pencher sur le problème des nouveaux e-commerçants qui se lancent.
    En effet, les coûts de lancement sur Magento sont beaucoup plus importants que sur Prestashop.

    Et je pense que beaucoup de nouveaux e-commerçants font finalement le choix de Prestashop au vue des coûts générés par les ressources Magento.

    Pour résumé, Magento qui historiquement s’interesse aux projets « moyen-gros », devrait aussi se pencher vers la problématique des projets dits “petit-moyen“.

    1ère proposition : Pourquoi pas faire une version Magento Light, qui demanderait des ressources identiques à Prestashop, dédiée aux nouveaux e-commerçants. Et qui serait upgradable en version Magento « standard » par la suite ?

    2ème proposition : Mettre en place des modes Expert ou Débutant dans le back-office.

  9. Jérémy dit :

    Je met mon e-mail oublié dans ma proposition il y a quelques jours.

    En vous remerciant par avance (idée SEO)

  10. Julie dit :

    Pour moi le problème se trouve vraiment au niveau de la récupération des stats.
    Il faudrait pouvoir visualiser dès la page « commande » le contenu ligne à ligne des commandes pour pouvoir les exporter et les traiter … Meilleures ventes, poids de chacun des produits dans le CA du site …
    Franchement du e-commerce où il est difficile d’obtenir ses données de vente en temps réel pour les « triturer » dans tous les sens, c’est dommage

    Et puis, si des modules up-selling / cross-selling pouvaient être développés dans la version de base, ça serait top.

    Bonne journée

  11. Matthieu dit :

    3 idées simples :

    – l’interface des stats : tout est dans la base de données, mais coté BO, c’est quasiment inutilisables. Il faut tout exporter pour retravailler les données si on veut vraiment faire les chose bien

    – le CMS : c’est basique de chez basique. Dès qu’on veut faire une approche e-commerce + éditorial, il faut faire du spécifique.

    – Gestion des documents : Au delà des visuels de photos produit, là encore c’est le désert.

    Pour tous ces éléments, on est vite limité par les fonctionnalités natives de Magento. En même temps, c’est tout l’intérêt de faire appel à des agences comme nous. 🙂
    Ainsi nous construisons nos propres extensions (stables et performantes – au passage méfiez vous des extensions sur la marketplace Magento, beaucoup de déchets qui peuvent plomber les performances de votre site)
    qui apportent une valeur ajoutée au package initlal.

    Matthieu

  12. Alex dit :

    Bonjour,

    Même s’il existe des modules pour ça, une gestion native plus fine des rapports sur les paniers abandonnés et les produits dans des paniers serait bienvenue.
    Avec par exemple la possibilité de générer un email de « relance » depuis la page des rapports…

  13. Hop, j’ai envoyé un petit mail à tous les participants pour leur donner une place 🙂

    Merci de votre participation !

  14. Salon de jardin dit :

    Merci beaucoup Benoit.

    Mail bien reçu, invit déjà imprimée.

    A+

  15. delalande cedric dit :

    J’arrive un peu tard mais je me lance quand même :p

    Un manque dans Magento je trouve c’est de ne pouvoir utiliser la plupart des solutions de paiement en multishipping.
    (Demande pas mal de modifs pour paypal par exemple)

    Et je rajouterais la possibilité en natif d’avoir un tunnel de commande type multishipping pour du monoshipping.
    (c’est pas infaisable en changeant le template mais quand même…)

    Pour ceux qui pointent du doigt le moteur de recherche, c’est simplement un des « atouts » de la version entreprise avec SolR en natif.
    (mais ca s’adapte très bien à la version community 😉 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Les sites E-commerce sont (trop) lents !

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Dans la continuité de mon petit article sur les performances entre le temps de réponse et l’indexation des pages , j’ai trouvé sur GetElastic cette infographie sur l’obésité (oui oui) des pages e-commerce.

Elle présente en détail le fait que les pages des sites e-commerce, le détail homepage /page produit / page catégorie n’est pas précisé, à tendance à systématiquement augmenter depuis plus de deux ans. Le principal problème vient du fait que le temps de chargement en 2011 était déjà supérieur à la « norme acceptable pour les consommateurs ». Donc Bref ça ne s’arrange pas…

Pensez donc à virer l’inutile sur vos pages pour alleger le temps de chargement de votre e-commerce, voici quelques statistiques pour vous en convaincre :

  • Les sites e-commerce sont 22% plus lent cette année qu’en 2011.
  • les requêtes pour générer les pages ont augmentées de 10 % .
  • 75 % des sites n’utilisent pas de CDN.
  • Firefox est le « brower le plus rapide » en moyenne pour charger une page.

Infographie sur la performance des sites e-commerce

 

 

vitesse-des-sites-ecommerce

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

9 Commentaires

9 réponses à “Les sites E-commerce sont (trop) lents !”

  1. Quentin @abri de jardin dit :

    7 secondes, ça me parait plutôt énorme… Tout en sachant que c’est une moyenne, je n’ose pas imaginer les pires… On avait pas évolué avec l’adsl ? Maintenant c’est plus l’internet de l’internaute qui est lente mais les sites web qui ralentissent le tout ^^

  2. Garry dit :

    On imagine mal commander en 3G avec son smartphone avec des sites e-commerce pareils.

  3. Nico dit :

    Ce serait bien d’avoir le meme genre d’infos mais sur l’e-commerce français… car là, ce sont certainement des sites US, sur des connexions US, avec des CDN US…. meme si le message reste important : allegez vos sites ecommerce, ca ne fera que du bien a tous le monde.

  4. L’étude de GetElastic porte sur les 2000 plus gros sites US, comme souvent les petits e-commerçants sont plus vertueux que les « gros » 🙂

  5. Daniel Roch dit :

    Le temps de chargement doit toujours être pris en compte, que l’on soit sur un site ecommerce ou non d’ailleurs (cf. cet article). On doit toujours chercher à l’améliorer pour améliorer l’expérience utilisateur.

    Je suis assez surpris de voir Firefox plus rapide que Chrome dans l’infographie.

    Par contre, le CDN n’a pas grand chose à voir avec la vitesse. Il y a bien d’autres éléments qui auront plus d’impact que la mise en place d’une telle technique (comme les sprites, la fusion des javascript, l’asynchrone, l’ajax, …).

  6. Ed dit :

    Plus que le CDN, c’est surtout le caching des fronts qui me semble plus pertinent comme mesure, il existe « 2 type d’usage » de caching :

    – International avec les CDN – relativement coûteux
    – Local avec un serveur de cache (Varnish, Squid, ..) dans son infrastructure – relativement bon marché

  7. Quentin dit :

    Plus vertueux, tout dépend desquels, mais eux sont obligés s’ils veulent avoir des visiteurs 🙂

  8. Le CDN permet certainement une décentralisation du temps de chargement au plus prés des utilisateurs, pour le top 2000 de l’ecommerce US j’imagine que cela compte.

  9. Régis dit :

    Cette solution: xxxpubxxx permet de répondre aux problématiques de scalabilité et de disponibilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


L’hebergement Ecommerce accessible avec 772424.com

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Aujourd’hui je vous présente un nouveau venu dans les services d’hébergement ecommerce avec 772424 (ça veut dire 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 ).  Pas mal de e-commerçants utilisent Prestashopou Magento (même si ce n’est pas toujours une bonne idée ) et 772424 propose donc une offre pour les « non techniciens ». Grosso modo si vous voulez vendre sans vous occuper de la technique (coté hébergement)  et bien eux ils se proposent de s’en charger de la technique justement.

Attention, ils ne vont pas vous coder le site, c’est toujours à une agence de faire ça, ils proposent une offre packagée avec un service hébergement et de l’infogérance spéciale ecommerce sur Prestashop et Magento pour des sites d’au maximum 20 000 pages vues/ jour. A  plus de 20 000 PV/ jour il vous faudra vous tourner vers de plus gros hébergeurs, type Oxalide ou NBS systems, et normalement vous en aurez largement les moyens 🙂

772424 propose un monitoring de performance automatique, par exemple pour mesurer le temps de chargement (indispensable en ecommerce), en cas de problème une vérification manuelle est effectuée par un des techniciens de 772424. Xavier, le fondateur m’a dit que les pannes étaient détectées en 6 minutes et résolues en 12 minutes.

Si jamais vous n’avez pas d’agence web et que vous avez besoin de faire des modifications sur votre site 772424 a passer plusieurs partenariats avec des agences Magento/Prestashop du secteur :

 

Le prix d’un serveur commence à 39 €/ mois (avec l’infogérance) pour monter jusqu’à 230 € pour être tout seul sur le serveur.  Une bonne solution donc pour ceux qui ont besoin de quelqu’un pour gérer leur serveur ecommerce à leur place sans trop de contraintes.

Et vous quelle est votre solution d’hébergement pour votre Ecommerce ? 

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

2 Commentaires

2 réponses à “L’hebergement Ecommerce accessible avec 772424.com”

  1. freelance e-commerce dit :

    Intéressant ! Je suis justement en pleine période de remise en question OVH après 10 ans de fidélité. Il est clair que depuis quelques mois la situation sur les mutualisés se dégradent et qu’il est temps de sourcer de nouvelles compétences ! J’ai d’ailleurs écrit un article sur l’hébergement e-commerce il y a peu.
    http://createyourshop.fr/hebergement-mutualise-erreur-interne-serveur

  2. Emmanuel dit :

    Après une très longue étude et plusieurs tests, nous sommes partis chez Typhon.
    Résultat : Un service extra, rapide et réactif.

    On est pas non plus des experts mais on pense avoir fait un très bon choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


Conférence gratuite sur la sécurisation des paiements par carte en Ecommerce

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Un article rapide pour vous informer d’une conférence gratuite organisé à paris le lundi 12 novembre de 14h30 à 18h00 pour parler de la sécurisation des moyens de paiement pour la vente à distance, et donc le ecommerce.

Si vous êtes e-commerçants et que les problématiques de 3D sécure ne vous parle pas trop ou que vous souhaitez en savoir plus sur trois sujets principaux :

  • L’approche par les risques appliquée à la lutte contre la fraude
  • 3D-Secure, retours d’expériences
  • La sécurisation des portefeuilles électroniques

En bref c’est une conférence gratuite indispensable pour s’initier à la sécurisation des paiements, à savoir : comment éviter de perdre de l’argent bêtement et savoir se protéger … L’inscription est ici

La conférence est organisé par la banque de France et l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement et la Fevad et accueillera Fleur Pellerin, la ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif.  Si vous ne faites pas 30 millions d’euros de CA et que vous ne pensez pas être à votre place à cette conférence détrompez vous ! Les organisateurs sont en attentes des retours de TOUS les e-commerçants sur 3D sécure notamment (je cite) :

Nous insistons particulièrement sur votre participation essentielle à ce séminaire.  Il est important que les e-commerçants, grands et petits, expriment leur point de vue et/ou retour d’expérience (positif ou non) sur 3DS [Bertrand Pineau, Fevad]

Une occasion d’en apprendre plus et de faire vos retours sur une des plus grosse problématique actuelle du Ecommerce… ne laissez pas passer l’occasion.

Voici le programme détaillé ci dessous et pour s’inscrire c’est par ici : http://www.cf2p.fr/

14h30 – 14h45 / Introduction
Fleur PELLERIN, Ministre déléguée auprès du ministre du Redressement productif, chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Économie numérique

14h45 – 15h00 / Le bilan de la fraude à la carte de paiement au niveau national et européen
Denis BEAU – Banque de France, Directeur général des Opérations

15h00 – 15h45 / L’approche par les risques appliquée à la lutte contre la fraude

  • Geoffroy GOFFINET – Banque de France, Chef du service de la surveillance des moyens de paiement scripturaux
  • Marc LOLIVIER – FEVAD, Délégué général
  • Gilbert ARIRA – BNP PARIBAS, Responsable Customer Banking Solutions
  • Antoine SAUTEREAU – Groupement des Cartes Bancaires “CB”, Responsable du département lutte contre la fraude et systèmes d’information
  • Nicolas BRAND – ATOS, Product Manager

15h45 – 16h15 / Pause

16h15 – 17h00 / 3D-Secure, retours d’expériences

  • Jean-Marc BORNET – Groupement des Cartes Bancaires “CB”, Administrateur
  • Max MOREAU – SNCF, Responsable du CSP Compta – Trésorerie
  • Philippe BRUAND – DELAMAISON, Directeur des systèmes d’information
  • Willy DUBOST – FBF, Directeur des systèmes et moyens de paiement
  • Valérie GERVAIS – AFOC, Secrétaire général

17h00 – 17h45 / La sécurisation des portefeuilles électroniques

  • Mireille CAMPANA – Ministère du Redressement productif, Responsable de la Sous-direction des réseaux et des usages des technologies de l’information et de la communication
  • Pierre ALZON – ACSEL, Président
  • Eric GONTIER – BUYSTER, Directeur général
  • Gimena DIAZ – PAYPAL, Directrice générale France
  • Roland ENTZ – VISA EUROPE FRANCE, Directeur des relations extérieures

17h45 – 18h00 / Conclusion
Christian NOYER – Banque de France, Gouverneur et Président de l’Observatoire de la sécurité des cartes de paiement

 

En résumé la conférence se tient le lundi 12 novembre 2012 de 14h30 à 18 heures à l’Auditorium de la Banque de France, 31, rue Croix-des-Petits-Champs – Paris 1er et l’inscription (gratuite) est obligatoire ici -> http://www.cf2p.fr/

 

Benoit Gaillat

Diplômé de l'Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l'e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter | Profil sur Google Besoin d'un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

3 Commentaires

3 réponses à “Conférence gratuite sur la sécurisation des paiements par carte en Ecommerce”

  1. Olivier dit :

    Savez-vous si il va y avoir un podcast ?
    Je ne pourrais venir ce jour, bien que le sujet fort intéressant.

  2. Salut Olivier, Aucune idée, je ne pourrai malheureusement pas assister à la conférence pour ne faire un compte rendu, désolé 🙁

  3. Benjamin MARECHAL dit :

    Bonjour,

    Le colloque ne sera pas retransmis, cependant afin d’être destinataire des communications que nous serions amenés à faire à la suite de cet évènement, je vous invite à nous envoyer un email à l’adresse suivante : 2323-colloqueoscp-ut@banque-france.fr.

    Bien cordialement,
    Benjamin Maréchal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.