Comment nos distributeurs peuvent-ils encore contrer Amazon ?

par Romain Boyer - Il y a 3 mois

Le commerce, c’est : la création de produits, la logistique, le transport, la vente. Et le service.

Amazon pénètre peu à peu tous les aspects du commerce, et devient une menace pour tous les intervenants de ces secteurs. Aujourd’hui un des plus importants clients de La Poste, Amazon pourrait bien demain priver La Poste de bien des clients, via ses propres commandes, mais aussi via les services proposés en marge (logistique externalisée, etc., Cf Fullfilled By Amazon).

Mais intéressons-nous à l’aspect « marchand » uniquement pour cet article. Quels sont les assets des commerçants pour résister encore ? Ils sont minces : conseil et service, proximité, historique, expérience d’achat, produits exclusifs.

Or, tout ceci est un besoin pour 5 à 10% des achats. 90% représentant des besoins du quotidien (cf répartition budget familial de l’INSEE). Pour ces 90%, ce sont des produits d’habitude (nourriture, consommables, accessoires, produits culturels,…), et nos emplois du temps de consommateurs urbains (on le reste en majorité) nous laissent le choix : attendre le samedi pour faire nos courses et attendre à la caisse ou nous faire livrer d’ici là.

Cela veut dire que 90% de nos activités commerciales sont potentiellement menacées par Amazon.

Nous sommes condamnés à faire mieux.

Dans les années 1970, personne n’avait pensé que 70% des épiceries allaient disparaître avec l’arrivée des hypers. Aujourd’hui, il est temps de prendre conscience que l’on est probablement à l’aube d’un bouleversement au moins aussi important. Dont je ne saurais vous décrire ni la nature ni l’ampleur.

Se faire livrer chez soi toutes ses courses au prix Internet, sans frais de livraison le soir et sans avoir à vous déplacer, c’est une très bonne expérience pour une très grande majorité de gens. Et c’est précisément la promesse d’Amazon. Si le géant a selon moi fait 70% du chemin, le premier concurrent français en a fait 10%.
Complétude de l’offre, capacité logistique, maîtrise de la donnée, maîtrise logistique, ces domaines gravent l’avance technologique d’Amazon.

Avec une telle différence, le premier ne peut que continuer à prendre des parts de marché sans que l’on sache vraiment où cela peut s’arrêter.

Comment créer de zéro (ou presque) un géant comparable sur le marché français ? Cela semble impossible étant donné l’avance exponentielle prise depuis 20 ans.

Je ne vois à ce jour que deux solutions pour ceux qui sont concurrents d’Amazon et qui n’ont pas une force particulière sur un des assets listés plus haut : réinventer un nouveau mode de commerce (chacun a ses idées), ou bien s’unir (union de gros distributeurs ?).

Pour le nouveau mode de commerce, il est clairement possible de trouver de nouveaux modes de consommation mais il faudra y arriver par étape, sans tout révolutionner d’un coup, pour convertir les consommateurs…

Et vous, quelles sont vos idées ?

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

tags :
4 Commentaires

4 réponses à “Comment nos distributeurs peuvent-ils encore contrer Amazon ?”

  1. André Peissik dit :

    Juste une constatation, unir des forces de petits face à un gros n’a jamais marché.
    Il suffit de relire Zola et « Au bonheur des Dames ». Idem ensuite épiceries vs supermarchés idem hypermarchés vs Amazon. La seule solution est d’inventer un nouveau mode de distribution.
    Et ce nouveau mode de distribution c’est la production locale (3D, fermes verticales, etc).

  2. K Publishing dit :

    Faut-il vraiment se poser la question sur la manière de contrer Amazon ou plutôt sur les services que peut offrir un commerçant ou e-commerçant en plus. La différentiation peut se faire sur le service. Même s’il faut composer avec Amazon dans la stratégie de vente.

  3. Romain BOYER dit :

    ce sont deux façons de se poser la même question.

    Sur le marché dans lequel je travaille, Amazon pèse 30% ; dans d’autres, c’est bien plus encore.

    Travailler sur des services différenciateurs et une façon de « contrer » Amazon.

    Je sens que ce terme « contrer » heurte. Amazon n’est pas l’ennemi, mais une motivation qui doit nous pousser à faire mieux grâce aux points que j’ai listés plus haut.

    L’émulation nous tire vers le haut. Nous dire qu’on n’est pas concurrents d’Amazon n’est pas nous rendre service.

  4. Roland dit :

    Etape n° 1 : E-commerçants, pour ceux concernés, déconnectez votre flux d’Amazon et autres marketplace, en un clic ces intermédiaires verront leur offres diminuer le temps d’un clic. Ils sont gros, oui, mais surtout grace à vous, Amazon y compris. Alors n’attendez plus, réservez votre flux de bons produits à votre seul et unique site : votre boutique en ligne. Même « petite » elle peut facilement se placer à côté des offres de ces mauvais commerçants, seulement bons à faire des levées de fond et à piquer vos fournisseurs !
    Je vais proposer la « journée sans flux » à tous les e-commerçants 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.