eCommerce : faire un check-up

par Romain Boyer - Il y a 2 ans

Une fois n’est pas coutume, on va parler projets (cela pourrait concerner d’autres projets que l’eCommerce mais cela concerne tout particulièrement l’eCommerce).

Dans tout métier, il est utile de façon régulière de faire un check-up, de tout arrêter, de reprendre de la hauteur et de se poser des questions, pour s’assurer que l’on maîtrise autant que faire se peut son avenir.

Les différentes questions à se poser :

les indicateurs que vous avez mis en place reflètent-ils bien l’ensemble de l’activité ?

Le tableau de bord idéal eCommerce

Nulle besoin d’avoir d’office le tableau de bord eCommerce idéal, vous pourrez le créer à terme mais vous allez avoir très vite besoin d’indicateurs concentrés afin de capter chaque matin en 1 minute les principaux problèmes que vous allez devoir régler.

Pour cela, il vous faut bien choisir vos indicateurs, et il vous faut absolument les concentrer, j’insiste.

Si vous êtes un adepte de Google Analytics, vous pouvez créer vos propres tableaux de bord ou utiliser des modèles (essayez celui-ci par exemple) mais vous aurez besoin d’aller plus loin en captant notamment les informations de marge ou de coût par commande.

De manière générale, on devrait tous prendre le temps d’ajouter au fil de l’eau de nouveaux indicateurs afin d’avoir de plus en plus de capacité d’analyse pour décider de mieux en mieux. Pourquoi ne pas se donner l’objectif de rajouter 1 indicateur par mois à notre tableau de bord ? Cela nous force également à bien choisir cet indicateur unique qui va nous être rendu le mois prochain.

A mon avis, tout nouveau projet sortant du scope de l’existant devrait être accompagné d’un ou plusieurs indicateurs validant son bon état de fonctionnement.

Tous les projets sont-ils bien recensés et correctement ordonnancés ?

Chaque projet doit avoir une valeur business (pas forcément pécuniaire !). Il faut que cette valeur soit largement comprise et si possible partagée par l’équipe.

Comparer les valeurs business des différents projet permettra de prioriser les projets.

Valider a posteriori l’apport business des projets passés vous permettra aussi de :

  • motiver les équipes en montrant le résultat de leur travail
  • vous assurer qu’un projet n’a pas eu d’impact négatif
  • voir ce qui a mal été estimé pour mieux estimer la fois suivante

Avez-vous pensé à tous les détails ?

Cette question ne devrait en fait jamais se poser, vous n’avez évidemment pas pensé à tous les détails et c’est tout à fait normal.

La méthode agile nous apprend à découper nos besoins en besoins plus fins, avec pour chaque une valeur business clairement identifiée. Le principal est que les tâches venant à être commencées bientôt (je vous laisse le soin de définir ce que bientôt veut dire dans votre cas) soient bien définies avec des cas de tests bien explicites. Pour les macro-besoins plus lointains, vous les découperez en tâches de plus en plus fines et précises au fur et à mesure que vous vous approcherez de leur réalisation. D’expérience, vous n’avez en général que peu d’idée de ce que vous ferez réellement dans 6 mois.

Il est donc bon d’avoir deux niveaux de détails : macro pour ordonnancer les grands projets stratégiques, et micro pour une vue beaucoup plus fine et détaillée des besoins pour votre équipe technique, en prenant soin de partager avec elle la valeur business de chaque micro-tâche.

Vous êtes-vous donné un maximum de chances pour appréhender les complexités et impacts du projet à venir ?

Il arrive souvent que l’on compte sur une personne pour penser à tout ; et gare à elle si elle a oublié quoi que ce soit.

Deux têtes valent mieux qu’une et trois têtes valent mieux que deux, c’est une règle universelle. Et s’il est un moyen pour éviter autant que possible de passer à côté de choses importantes et impactantes, c’est bien le workshop.

A vous d’organiser les bons workshops avec les intervenants suivants au choix :

  • Un ou des responsables métier
  • Un représentant du service informatique
  • Le chef de projet/produit, responsable de la valeur business
  • Eventuellement le partenaire s’il s’agit d’une intégration

Conclusion

Se poser aussi régulièrement que possible ces questions permet de reprendre de la hauteur, d’avoir une vue à 360° sur chacun des projets, et de changer de point de vue pour palier des oublis, reprioriser les tâches, et s’assurer que les tous prochains projets sont bien ceux qui apporteront le plus de valeur à votre business.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités. > Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER > Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

2 Commentaires

2 réponses à “eCommerce : faire un check-up”

  1. modification facturation dit :

    http://vosdroits.service-public.fr/professionnels-entreprises/F23208.xhtml
    on peut modifier une facture après émission, mais pas la supprimer.
    Merci de vos infos tout de même .

  2. Mettre en place et suivre ses KPI dit :

    Il est en effet important de mettre en place des indicateurs clés de performances (KPIs) afin de suivre ses sources d’acquisitions, l’audience de son site web, les interactions, le taux de conversion et bien sûr le chiffre d’affaire. Il est possible, si une entreprise n’a pas les ressources internes nécessaires, de faire appel à un traffic manager externe à temps partagé qui aura pour mission, entre autres, d’optimiser les leviers d’acquisition et augmenter les ventes d’un site web. C’est ce que propose l’offre de mytrafficmanager.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.