Shake 2014 à Marseille : deux places gratuites à gagner !

par Benoit Gaillat - Il y a 4 ans

Ça faisait longtemps qu’on avait pas fait un petit concours sur le blog, voici de quoi palier à ce petit manque avec ce concours pour gagner deux places pour l’event du soleil : Shake14 à Marseille.

Shake14 est la première édition d’une nouvelle conférence e-commerce prenant place à Marseille comme vous l’aurez deviné 😉 La conférence est organisée, principalement, par  Hervé Bourdon, Ecom ProvenceJacques Froissant et Marie Albertini .

Le nombre de speaker est assez impressionnant avec des noms bien connus comme Olivier Martineau, Gilles Babinet, Olivier Bernasson, Julien Coquet etc… L’event se tient le 24 juin, soit dans moins de trois semaines, au Palais du Pharo, 58 Boulevard Charles Livon, 13007 Marseille :

Palais_du_Pharo_-_Marseille

Un endroit qui semble tout adapté pour accueillir tous les participants autour de nombreux thèmes du e-commerce :

● Que vendrons-nous demain ? Mode, design, avec expertes en tendances, blogueuses…
● Les clés des marchés européens et orientaux : commerce cross-border, goûts, usages, droit.
● Peut-on conquérir le monde a partir de la Provence ? Exemple du e-tourisme, animé par Michel ATHENOUR avec les grands noms internationaux locaux du tourisme sur internet.
● E-commerce, commerce de proximité, web2store, fidélisation.
● NFC, Wallet, BitCoins, quels paiements en 2015 ?
● Growth Hacking, nouveaux visages du marketing, ou comment se passer de coûteuses campagnes de pub.
● Big Data, Open Data, corne d’abondance ou tonneau des Danaïdes ?
● Financement des entreprise de forte croissance, avec présence de #Pigeons comme Carlos DIAZ/Kwarter et
de membres de Provence Business Angel

Si vous aussi vous souhaitez participer deux options sont possibles, soit vous achetez votre place sur le site de Shake14 soit vous participez au concours pour obtenir une place gratuite 🙂

Pour participer au concours c’est simple il vous suffit de laisser un commentaire ci dessous en répondant à cette question :

D’après vous comment sera le e-commerce en 2020  ? 

Les deux réponses les plus sympa recevront chacune une place pour Shake14 ! On attend vos commentaires 😉

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

9 Commentaires

9 réponses à “Shake 2014 à Marseille : deux places gratuites à gagner !”

  1. Puget dit :

    EN 2020, l’ecommerce sera hyperconnecté. La frontière entre commerce et e-commerce sera de moins en moins perceptible.

  2. Sabrina dit :

    En 2020, le e-commerce sera devenu un standard pour tous et sera accessible partout, en tout temps : lunettes connectées, montres, smartphone, tablettes… le e-commerce vivra au quotidien avec nous. Les boutiques physiques devront nécessairement s’adapter avec des vitrines connectées, solutions de géolocalisations..

  3. Remi dit :

    En 2020, le e commerce sera du commerce. Les possibilités d’interactions avec les produits avant achat seront décuplées grâce à la réalité augmentée. On peut imaginer avec entre autre les google glass de pouvoir voir un meuble en taille réelle directement dans son salon par exemple, un tableau à son mur, un jean sur soit dans son miroir … Toutes les étapes réfrénant l’achat en ligne disparaissant ainsi petit à petit. Les objets connectés seront un nouvel axe de développement, avec par exemple des congélateurs/réfrigérateurs/placards intelligent, commandant automatiquement mensuellement ( ou autre ) les produits manquants ( ou envoyant une liste d achat à valider )…

  4. gragnic dit :

    En 2020, le e-commerce sera, comme le mot victoire pour Marseille en coupe d’Europe, un terme à écrire (malheuresement) au passé 🙂 commerce connecté, expérience d’achat digitale, web in store… seront les nouveaux usages

  5. William Roy dit :

    en 2020, le ecommerce aura vécu une phase de « crise » avant de grandir de plus belle. Il sera devenu « frictionless » c’est à dire plus ou moins transparent, web to store et web to home ne seront plus des critères de base mais des options avec la livraison par drone (qui éviteront le survol du vélodrome les jours de match pour pas se prendre un ballon rond de la part des pieds carrés qui font mumuse…) et surtout le Solomo cessera d’être un concept « tarte à la crème » pour devenir une réalité puisque les filière courtes seront privilégiées….

  6. Charles dit :

    Well, un monde hyperconnecté où les pizzas seront expédiées chez vous avant même que vous ayez commandé (on connait vos habitudes et vos envies – 1 fois par semaine et pizza indienne), fabriquées grace à des imprimantes 3D (oui d’ici là les imprimantes seront déjà utilisées et amorties?). Un livreur avec un scooter ? C’est has been. Un drone vous la livrera. Le drone lui sera également intelligent, il est connecté de manière sécurisée à votre système d’information et prendra donc la peine de mettre à jour le statut de votre commande via sa connexion 5G.
    Pour résumer, de mon point de vue, tout va s’accelerer et tout va se connecter. Difficile boulot du ebusiness manager et de l’IT de suivre tour ça, mais très passionant !

  7. Emmanuel dit :

    Le e-commerce de demain sera mobile, interactif et personnalisé.
    Le m-commerce aura déjà prit le pas sur le e-commerce depuis bien longtemps. Mobile, Google Glass et tous les autres objets connectés offriront une nouvelle façon de faire son shopping. Les produits nous seront proposés avant même notre intention de les acheter.
    Les petits commerçants devront innover et proposer des services toujours plus interactifs pour se démarquer. Les magasins physiques seront interactifs et connectés avec les consommateurs et ne feront plus qu’un avec e-commerce. Les techniques actuelles en ligne : moteur de recherche, avis clients, code de réduction personnalisé, étude comportementale,… seront utilisées dans les magasins physiques.
    La personnalisation (des boutiques comme des produits) deviendra une valeur ajoutée indispensable.

  8. Laurent dit :

    10:47, 11 août 2020, lendemain de fête douloureux. Le capteur gyroscopique de mon iWatch 2S détecte que je me lève difficilement. Sans m’en rendre compte parce que j’y suis habitué, mon iPhone 8G a lancé l’ouverture des volets et mon café. Corsé bien sûr, il l’a choisi tout seul et une alerte push up sur l’écan me propose une promotion sur les nouveaux cafés « extra corsés, pour les matins difficiles, livraison dans 15mn ». On n’arrête pas le progrès.

    En 2020 on ne parle plus depuis longtemps de m-commerce, c’est une réalité depuis quelques années, tout se passe depuis son smartphone / tablette. Aujourd’hui, on parle du p-commerce, du predictive commerce.

    Tous les objets qui m’entourent sont connectés et peuvent prendre des décisions / commandes automatiquement. Finis les ampoules grillées, la batterie du drone personnel à changer ou les rappels des vaccins du chien à faire… J’ai pris l’option « Sérénité » de chez Amazon et tous les objets connectés envoient des notifications qui déclenche l’achat et livraison automatique de produit et services.

    11:05 ça sonne à la porte. Une personne en tenue de sport se tient face à moi et me tend un sac. Il contient les capsules de café « extras corsés » et un tube d’aspirine. C’est vrai je n’en avais plu, merci l’armoire à pharmacie (connectée bien sûr, on ne précise plus en 2020, tout est ainsi).

    Je me rends compte que je connais le «  livreur », il s’agit du coach sportif de mon meilleur ami, je l’ai vu sur Facebook. Il fait parti de la « Perso delivery team » de Fast Colissimo. Il s’agit d’un programme de mutualisation de livraison personnelle auquel les particuliers peuvent s’inscrire pour livrer de petits colis qui coïncident avec leurs trajets.

    Quand le coach me tend son smartphone pour taper mon identifiant bancaire (beaucoup de paiements se font directement par le biais du smarpthone en 2020), je réalise que je n’aurais pas du cocher la case « abonnement social » du p-commerce de Marc Zuckerberg. Vous l’aurez compris le social commerce a franchi un pas important puisqu’en fonction de votre mode de vie, écart, activités, santé, cercle d’amis…, l’ « Health social rank » de Facebook vous propose des produits / services en rapport à votre empreinte sociale.

    J’enfile mes Oakley (avec technologie Google Glass) et je suis le coach pour un footing décrassage. Quand je réalise qu’il me faudrait une casquette pour me protéger du soleil, je lance une recherche pour en choisir une à acheter dans un magasin du parcours. Depuis l’écran de mes lunettes je consulte la disponibilité en magasin puisque tous les commerçants, même les plus petits sont équipés d’ERP / CRM boutique en ligne.

  9. Sabrina et Laurent vous avez gagné une place chacun 😉
    merci à tous pour votre participation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.