Le métier qui manque le plus au e-commerce : Responsable Interfaces

par Romain Boyer - Il y a 5 ans

Hier, en discutant avec un ami, je me suis rendu compte qu’il manquait un chaînon dans les relations logiques que nous entretenons avec nos sites Web.

Un chaînon essentiel d’après moi, je vais essayer de vous en convaincre.

Le nom du job serait : Responsable Interfaces.

L’esprit : il manque un garant des interfaces,

  • qui pour le back-office passerait son temps à analyser la façon de travailler des collaborateurs et à faire en sorte que les outils leur facilite la vie et leur permette de gagner en productivité (les quelques fois où j’ai fait cela, la façon de travailler des collaborateurs a été radicalement changée et le temps de mise en oeuvre des actions considérablement réduit)
  • qui pour le front-office passerait son temps à imaginer des solutions alternatives, à les mettre en oeuvre et à les tester (tester ses idées plutôt que d’avoir des lubies),
  • qui donc aurait la capacité technologique de faire en permanence les tests A/B & multivariés, ce qui devrait être obligatoire pour les sites e-commerce à un certain niveau (ce que j’ai essayé de vendre à Prestashop pour leur V2)
  • qui ferait un reporting précis des gains/pertes réalisés pour chaque test A/B, ce qui aiderait à continuer en ce sens
Dans beaucoup de domaines scientifiques, nous sommes davantage rigoureux ! Source image : Getty LD

Dans beaucoup de domaines scientifiques, nous sommes davantage rigoureux ! Source image : Getty LD

Comprenons-nous bien : l’interface est essentielle dans le travail, que ce soit en front-office, ou en back-office.

En Back-Office, bien souvent, rajouter un simple bouton peut faire économiser trois clics pour une action répétée 100 fois par jour.

En Front-Office, le simple déplacement d’un élément, ajout de réassurance ou autre peut faire augmenter le taux de conversion. Mais l’on évite de faire certaines petites modifications car on ne pourra quantifier exactement ce que ça rapporte, alors que l’addition de ces petites modifications pourrait commencer à chiffrer.

Des centaines, voire des milliers de modifications sont faites chaque année sur chaque site E-commerce qui fonctionne bien ; trop peu d’entre eux qualifient si chacune de ces modifications a eu un impact positif ou négatif.

Google teste depuis très longtemps chaque modification qui est faite, et a instauré de façon systématiquedes tests « split A/B », ce qui leur a permis sur un très petit nombre d’éléments affichés sur chaque page de peaufiner l’interface, facilitant la recherche et augmentant donc son taux d’utilisation.

Pour vous montrer à quel point l’analyse peut être précise : Google s’était rendu compte que son interface était tellement rapide à charger et l’interface tellement épurée (versus la concurrence) que les internautes attendaient des dizaines de secondes que d’autres éléments s’affichent. Ils ont donc testé des solutions et la meilleure a visiblement été d’afficher le copyright en fin de page, comme un signe de ponctuation montrant que tout était chargé.

Cela nécessite forcément la possibilité de faire des tests A/B et demande une réflexion technologique à la base, mais c’est le préalable nécessaire pour pouvoir tester facilement des milliers de modifications en gagnant un petit peu sur chaque pour arriver à un ensemble cohérent et idéal.

Alors, convaincus ? Je ferai probablement évoluer l’article en fonction des réactions.

Romain Boyer

Romain BOYER travaille pour des startups eCommerce depuis 2005. À cheval entre la technique et la stratégie, cet adepte des tableaux de bord croise toutes les données pour en extraire ses priorités.

> Suivre Romain sur Twitter : @RomainBOYER
> Son poste : Product Owner eCommerce chez Doctipharma.fr

tags :
13 Commentaires

13 réponses à “Le métier qui manque le plus au e-commerce : Responsable Interfaces”

  1. Sebastien bleriot dit :

    Si je comprends bien, ce poste de Responsable interface serait en fait un mix entre un chef de projet marketing et un chef de projet technique.

    Il aurait à la fois la capacité de tester des améliorations pour le site mais également des améliorations pour les BO des collaborateurs.

    On postule où ??? ^^

  2. Sebastien bleriot dit :

    En y repensant, je pense que ce poste devrait se concentrer sur le front office plus que sur le back office.
    Un site e-commerce doit évoluer constamment. Ce poste serait donc une sorte de chef de projet webmarketing avec une composante marquée pour l’AB testing et/ou les MVT.

    Au fait, tu parles avoir essayé de convaincre prestashop d’ajouter la fonctionnalité d’AB test dans leur version 2. Tu as un retour sur le sujet ?

  3. Justin dit :

    Et éventuellement quelqu’un qui gère les automatisations de process…

    Entre la génération de rapports, l’ajout automatisé de produits depuis des flux variés, la synchro de diverses bases de données les unes aux autres, « l’espionnage » des concurrents, il y a tellement de tâches qui prennent beaucoup de temps qui pourraient être automatisées, et d’autres qu’on pourrait faire mais qui sont trop longues…

  4. Sébastien dit :

    Totalement d’accord ! Notamment sur le back office, pour avoir déjà travaillé au sein d’une grande entreprise qui utilisait un outil pour tous les services, on s’était aperçu que l’outil n’était pas du tout optimisé (clés d’entrées différentes suivant les services par exemples), on a donc retravaillé sur cela en fonction de chaque service lors de la connexion au back office et, même si je n’ai pas forcément eu de retour chiffrés, les retours oraux ont été plus que bénéfiques, et les utilisateurs ont assurés avoir bénéficié d’un gain de temps important (soit en toute logique gain d’argent pour l’entreprise).

    Pour moi, ça me parait obligatoire d’avoir quelqu’un qui gère ces petits problèmes qui pourtant génèrent parfois de gros soucis, le tout est de savoir chiffrer derrière les avancées (s’il y a) 😉

  5. Vanessa dit :

    Salut, @Sebastien, non, je pense que le rôle le plus important est le rôle de back-office, c’est eux qui décident (soit au niveaux des banques, assurance, soit au niveau des autres établissement etc…)… et ce sont eux qui dirigent le front office … lorsqu’il y a une harmonie, c’est parfait!!
    merci pour l’article.

  6. Marie dit :

    Moi je te dis vraiment bravo pour l’idée du responsable d’interface, ce genre de postes doit se concentrer sur le front office car il y’a deja pas mal de gens qui sont sur le back office et sa ne fera qu’un cumul de tache.

  7. Sebastien dit :

    @Vanessa et @Marie
    En y repensant une nouvelle fois, il est vrai que les BO sont souvent pensés par des Techos. Ajouter un Responsable d’interface permettrait alors d’accompagner les développeurs pour ajouter des notions d’ergonomie et rendre ces BO plus simples d’utilisation. Cela permettrait un vrai gain en productivité pour les équipes opérationnelles.

  8. Andrea dit :

    Bonjour, je suis entièrement d’accord avec vous pour les entreprises de moyennes et grandes tailles. En revanche je ne pense pas que ce soit applicable dans une petite start-up ou on a vraiment pas le temps encore que l’on pourrait peut-être gagner en productivité..
    Quoi qu’il en soit très bon article !

    Merci et à bientôt.

  9. Romain BOYER dit :

    Bonjour Andrea,

    merci pour votre retour !

    bien entendu, ce n’est pas le premier poste à internaliser. Toutefois, je crois qu’il peut être intéressant dès le début du projet de préparer le terrain pour cela car c’est indispensable à toute entreprise, quelle que soit la taille (quoi, j’ai dit entreprise et pas e-commerce ? tiens donc..)

  10. Les back office ecommerce sont bien souvent peu adaptés aux e-commerçants … Prestashop et Magento en tête …

  11. Mickael dit :

    Je trouve cet article très intéressant !
    C’est vrai que c’est un poste qui n’existe pas mais qui, quand on y pense, serait « presque » indispensable surtout quand la taille de l’entreprise augmente.
    On a toujours tendance à se focaliser sur le front et à ne travailler que le taux de transfo…. Par contre côté backoffice rien !
    Mais améliorer le back office et son ergonomie peut s’avérer très utile surtout pour certains postes (achats, préparateurs de commandes).

  12. Direct Emploi dit :

    Je pense également que le responsable interface serait plus utile pour le front office, même si c’est vrai que dans une grande entreprise, le poste aurait toute son importance dans le back office.

  13. Alix Uda dit :

    Excellent article; remettre l’utilisateur au centre du produit grâce à l’objectivité ( tests utilisateurs, AB testing, analyse de data user…) se répercute dans l’acquisition, la rétention et la satisfaction des utilisateurs mais aussi dans la performance et la productivité des opérationnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.