Amazon va-t-il trop loin ?

par Benoit Gaillat - Il y a 6 ans

Amazon n’est pas un e-commerçant comme les autres, il est aussi éditeur de livres électroniques, logisticien, place de marché, solution d’hébergement (Amazon cloud) et de calcul partagé (EC2) et  bien sûr fabricant de la « liseuse » kindle. On peut légitimement se demander si tout est pertinent et intéressant mais à la limite tant que les clients sont heureux tout va pour le mieux.

Maintenant, que feriez-vous si vous étiez Amazon et que vos clients préférèreraient acheter un Ipad 2 plutôt que votre Kindle ? Vous pouvez vous dire que vous améliorez votre Kindle en proposant un appareil aussi attractif que l’Ipad. Ou alors vous faites comme la grande distribution et imposez votre marque de distributeur de façon bien visible :

Lorsque vous recherchez un Ipad sur Amazon.com le premier résultat vous propose un « comparatif » entre le Kindle et l’Ipad, comparatif bien sûr à l’avantage du Kindle comme vous pouvez le voir ci dessous :

Le problème pour moi avec ce comparatif c’est que, en dehors de toutes les qualités du Kindle ou de l’Ipad, le marchand ne fait pas preuve de transparence et d’intégrité en proposant sciemment un comparatif partiel et partisan en faveur de sa machine. Par exemple il n’y a un bouton acheter que sous le Kindle et non sous l’IPad, de plus aucune des qualité de l’Ipad n’est mise en avant (possibilités de 3G, beaucoup plus de mémoire etc…).

Mettre en avant ses produits est compréhensible mais pas en essayant de détourner les internautes par tous les moyens. C’est pour moi la première erreur de taille de la part d’Amazon car ce n’est pas le client qui est au centre de cette page mais l’intérêt d’Amazon, le plus étonnant étant que pour une fois les deux ne coïncident pas.

Lorsqu’on lit les obligations des commerçants français on peut se demander si une telle approche serait légale sur le sol français. En tout cas légale ou pas c’est d’après moi un mauvais  signe envoyé par Amazon qui a bâti toute sa puissance sur la confiance que les clients lui accordent.

Et vous pensez vous qu’Amazon soit allé trop loin avec ce comparatif ?

Benoit Gaillat

Diplômé de l’Hetic et travaillant depuis 10 ans dans l’e-commerce, Benoît est Directeur Conseil E-commerce chez Skeelbox, cabinet de conseil en E-commerce dédié aux marques, distributeurs et PME qui souhaitent réussir leur développement digital et cross canal. Twitter |
Profil sur Google Besoin d’un expert E-commerce ? 01 84 17 08 51.

9 Commentaires

9 réponses à “Amazon va-t-il trop loin ?”

  1. Mickael@Echarpe de portage dit :

    J’ai un peu tendance à penser comme toi.
    Maintenant c’est vrai que que si on est fabricant (ou revendeur exclusif) d’un produit et qu’en même temps on est aussi vendeur d’autres produits, on peut tomber facilement du côté « obscur » de la chose.

    Je pense que c’est 2 activités totalement différentes et qu’il faut absolument (se forcer) à faire la part des choses pour être le plus honnête vis à vis de ses clients.
    Quitte pourquoi pas à mettre en avant son produit via un canal de diffusion différent (site à part et autonome dédié à ce produit par exemple).

  2. Pierre-Alain Baly dit :

    Je partage ton analyse et suis surpris qu’Amazon utilise ce procédé.

    Le site a toujours voulu se démarquer en faisant mieux que les autres en terme de qualité quitte à laisser la concurrence le challenger (ex : les vendeurs de la marketplace peuvent avoir accès à « buy box » d’Amazon même si Amazon vend lui aussi les produits).

    Pour rééquilibrer, il existe un autre tableau comparatif vu sur le blog marco.org : http://yfrog.com/z/nxzxfzp

  3. Oui c’est vraiment étrange. Ceci dit la popularité de l’Ipad 2 ne doit pas aider Amazon à être serein…
    Ton comparatif entre l’Ipad2 et le Kindle Fire est assez sympa et aussi factuel que celui d’Amazon 🙂

  4. EROUVIERE dit :

    Bonjour,

    Je viens de tester la recherche sur amazon.fr, celui-ci m’amène directement sur la liste des ipad sans comparatif.
    Par contre en home page, Amazon met en avant le Kindle (c’est complètement loyal).

    En pratiquant ainsi, ils sont crédibles. Aucun comparatif ne pourra faire changer d’avis un pro-aple, même pas le prix. Les autres compareront d’eux même les caractéristiques des deux dû à la différence de prix.

    Je ne pense pas qu’une telle pratique se fasse en France, et les clients ne sont pas crédules, ils font toujours leur propre recherche de comparaison.

  5. julien dit :

    je pense que cela traduit la guerre nucléaire qui se prépare avec le cloud : qui va être celui qui va contrôler l’hébergement dans le cloud de nos contenus multimedias entre google, apple, microsoft et amazon?
    mais en effet un tel comparatif démontre la partialité d’amazon pour son propre produit.

  6. Oui c’est vrai que le contrôle du périphérique client (Kindle Fire ou Ipad2) va déterminer ou le client va acheter sa musique, ses livres et ses applications, c’est donc là ou se situe l’énorme business.
    Un jour on verra des procès pour abus de position dominante pour le cloud d’Amazon et de L’ipad 🙂

  7. C’est le métier qui veut ça, je suis certain que chaque commerçant ici présente ses produits de manière intéressée, les produits qui margent le plus sont mis en avant, idem pour les best seller. Et lorsque vous annoncez -50% de remise sur vos pub, c’est uniquement sur les produits qui ne se vendent pas… Bref sans forcément mentir au client, on cherche toujours à le diriger vers nos objectifs.

  8. Brader les produits qui ne se vendent pas c’est un classique de la distribution et c’est tout à fait normal, on baisse le prix en espérant que le mix : prix/produit convienne à certains clients.
    La c’est un peu différent, le vendeur n’est pas très transparent dans ce comparatif…

  9. Miss Lingerie Sexy dit :

    Les boutiques e-commerce permettent de proposer des tarifs très avantageux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.